Pneumoconiose [ Publications ]

pneumoconiose [ Publications ]

Publications > pneumoconiose

  • Les images radiographiques et tomodensitométriques pulmonaires de 80 sujets suspects de pneumoconiose (classification 0/1 ou 1/0 selon le Bureau international du travail) ayant travaillé plus de 10 ans à front de taille (E.S.) ont été étudiées comparativement à deux groupes témoins. Le premier groupe (E.N.) est composé de 80 sujets ayant travaillé plus de 10 ans à front de taille et présentant une radiographie pulmonaire normale. Les 80 sujets du second groupe (N.N.) ont essentiellement travaillé hors des tailles et présentent une radiographie pulmonaire normale. Un examen tomodensitométrique en décubitus dorsal a été réalisé pour les 240 mineurs. Les anomalies visualisées sur la radiographie pulmonaire et le scanner thoracique sont situées principalement au sommet et au milieu du poumon avec une prédominance à droite. Sur la radiographie pulmonaire, les opacités de forme régulière sont essentiellement réparties au sommet et au milieu du poumon (droit : 67 % , gauche : 63 %). Les opacités irrégulières se retrouvent dans l'ensemble des zones pulmonaires (75,9 % à droite, 69 % à gauche). Sur le scanner thoracique, le pourcentage de sujets présentant des micromodules sous-pleuraux, parenchymateux ou une plèvre nodulaire est plus élevé dans le groupe E.S. (respectivement 35 %, 63,7 % et 52,5 %). La tomodensitométrie permet de préciser la répartition de ce micronodules qui, au niveau de chaque tiers pulmonaire, est essentiellement diffuse, postérieure et périphérique dans les premiers stades de pneumoconiose. La concordance entre la radiographie et le scanner s'observe pour 72 % des 240 sujets. Chez les mineurs du groupe E.S., elle est sensiblement plus élevée dans les parties hautes du poumon par rapport aux bases. La complémentarité de la tomodensitométrie et de la radiographie est indéniable , en cas de doute lors du diagnostic dans les premiers stades de pneumoconioses, le scanner permet de préciser la nature des anomalies et de distinguer les opacités pneumoconiotiques des bronchopathies et de l'emphysème.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pneumoconiose et exposition au bois.

  • Les auteurs rapportent une observation d'un employé dans une industrie de transformation secondaire du bois. Les manifestations cliniques sont respiratoires avec une dyspnée d'effort. Le cliché pulmonaire montre le syndrome insterstitiel bilatéral. L'étude en microscopie électronique du lavage bronchiolo-alvéolaire met en évidence des particules de type silice. La fonction respiratoire montre une altération des débits avec un débit de pointe à 51% de la valeur théorique et un DEM 25-75 à 64 %. Le poste de travail consiste en l'entretien de la chaufferie et à la vidange des silos de poussières de bois, Le bois utilisé est le Corupixa, bois brésilien contenant de la silice cristalline : 0,10% dans les poussières de bois frais. De nombreuses analyses précisant le pourcentage de silice dans les cendres et les magmas cristallisés sont discutées. Le diagnostic de pneumoconiose de type silicose-silicatose est retenu. Le risque professionnel lié à l'utilisation de ce type de bois doit être connu et nécessite la prise de mesures de protection des salariés concernes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tomodensitométrie des pneumoconioses.

  • La tomodensitométrie thoracique intervient désormais dans l'évaluation de pathologies professionnelles. La pneumoconiose du houilleur, la silicose et les pathologies bénignes de l'amiante en constituent les principales indications. Les apports spécifiques des techniques tomodensitométriques, leur méthodologie et leur sémiologie sont présentées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Foreurs et abatteurs: deux pneumoconioses différentes du charbon?

  • Les images radiologiques sont différentes: les abatteurs seraient atteints de pneumoconiose du charbon tandis que les foreurs auraient des silicoses à poussières mixtes, celles-ci étant plus agressives et invalidantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les pneumoconioses dues au talc français.

  • Le talc français, dépourvu d'amiante et comportant très peu de quartz crée seulement une pneumoconiose de surcharge peu fibrosante.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov