Pityriasis [ Publications ]

pityriasis [ Publications ]

Publications > pityriasis

  • Introduction. Le pityriasis rosé de Gibert est une dermatose érythémato-squameuse bénigne, spontanément résolutive. C'est une affection qui mérite d'être connue dans les pays en voie de développement. Malades et méthodes. Il s'agissait d'une enquête transversale descriptive en un seul passage dans les écoles secondaires. L'échantillonnage a été fait selon la technique de sondage en grappe stratifiée à deux niveaux décrite par Henderson. Six mille élèves ont été examinés pour préciser les données épidémiologiques, cliniques, l'existence de complications et les résultats de certains examens complémentaires. Résultats. Trente-six cas ont été observés soit une prévalence de 0,6 p. 100. La prévalence était plus élevée chez les enfants de niveau socio-économique défavorisé. L'éruption était souvent typique, aussi bien sur l'aspect morphologique des lésions dans 86,1 p. 100 que sur la topographie. On notait souvent un prurit, la présence d'une lésion initiale (61,1 p. 100) qui siégeait surtout sur les membres supérieurs (54,6 p. 100) et le tronc (31,8 p. 100) et mesurait entre i et 3 cm. L'éruption seconde était typique dans la majorité des cas, et siégeait sur le tronc (75 p. 100), les parties distales des membres (64,4 p. 100), les racines des membres (33,3 p. 100) et le cou (30,5 p. 100). L'éruption évoluait depuis 1 semaine à 1 mois en majorité (61 p. 100). Une abstention thérapeutique était observée dans 55,5 p. 100 des cas. Il existait une complication secondaire aux traitements dans 38,9 p. 100 des cas. L'examen des selles montrait essentiellement des kystes d'amibes. La sérologie syphilitique était négative. Discussion. Notre technique d'échantillonnage et notre milieu d'étude nous permettent de penser que nos résultats sont applicables à la population urbaine des villes africaines. Ce travail qui montre la variabilité de la prévalence en fonction du niveau socio-économique, participe à accréditer la cause infectieuse et montre des similitudes avec certaines données de la littérature. Il n'est pas nécessaire de faire un examen de selles et une sérologie syphilitique dans les cas typiques. Cette affection mérite d'être connue et identifiée par les acteurs de santé pour éviter en particulier les traitements inadaptés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pityriasis versicolor de l'enfant: étude rétrospective de 164 cas.

  • Introduction. Le pityriasis versicolor est une mycose superficielle. L'atteinte de l'enfant est inhabituelle et diversement rapportée. Il est fréquent dans les pays chauds et humides. Le diagnostic est essentiellement clinique, confirmé par la réalisation d'un prélèvement mycologique ou d'un scotch-test. Le but de notre travail était d'évaluer la fréquence du pityriasis versicolor de l'enfant dans notre région et de discuter l'intérêt du scotch-test cutané et sa spécificité comme moyen diagnostique. Malades et méthodes. Il s'agissait d'une étude rétrospective sur cinq ans. Les critères d'inclusion étaient : un âge inférieur ou égal à 14 ans, un aspect clinique évocateur et un scotch-test positif. Pour chaque malade étaient précisés : l'âge, le sexe, le siège, l'aspect clinique et les facteurs favorisants. En parallèle, des scotch-tests étaient réalisés chez un groupe témoin d'enfants de même âge, atteints d'eczématides ou de vitiligo. Résultats. Parmi 1 379 pityriasis versicolor diagnostiqués, 164 cas concernaient un enfant (11,8 p. 100). L'âge variait entre 5 mois et 14 ans (moyenne = 11). Il existait une légère prédominance féminine. L'atteinte de la face était la plus fréquente (n = 78 cas , 47,5 p. 100) avec une atteinte préférentielle du front (n = 53 cas , 68 p. 100). L'aspect achromique et hypochromique prédominait (n = 118 cas , 72 p. 100). Le scotch-test dans le groupe témoin était négatif chez tous les malades. Discussion. Le pityriasis versicolor de l'enfant n'est pas rare dans notre région. Le scotch-test est un moyen diagnostique spécifique. La localisation préférentielle de la face et la prédominance du type achromique et hypochromique sont les deux caractéristiques du pityriasis versicolor de l'enfant dans notre région. Ces 2 caractères sont aussi trouvés dans la littérature. L'atteinte de l'enfant devrait permettre de reconsidérer les facteurs étiopathogéniques du pityriasis versicolor. Il est important d'inclure le pityriasis versicolor dans le diagnostic différentiel des hypopigmentations de la face chez l'enfant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Essai thérapeutique du kétoconazole per os dans le traitement du pityriasis versicolor.

  • Un essai thérapeutique du ketoconazole à la dose de 200 mg/j pendant 10 jours a été réalisé chez 17 patients présentant un pityriasis versicolor profus et récidivant. Un contrôle mycologique a été réalisé avant traitement à J10, J20 et J30. La guérison mycologique est obtenue dans 94% des cas à J20 et chez tous les patients à J30. La guérison clinique à J30 n'a été observée que dans 41% des cas chez tous les patients présentant un pityriasis versicolor de type chamois à l'entrée de l'étude. Cette discordance clinico-mycologique est une notion classique et le principal critère de guérison reste bien le critère mycologique. Le protocole suivi dans notre série s'est révélé efficace avec une parfaite tolérance clinique et biologique. Le ketoconazole est donc une alternative thérapeutique intéressante dans le pityriasis versicolor profus et récidivant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Analgésie péridurale obstétricale chez une femme ayant un pityriasis versicolor de la région lombaire

  • L’analgésie péridurale est classiquement contre-indiquée en cas d’infection au point de ponction. Le pityriasis versicolor est une mycose cutanée superficielle bénigne liée à la prolifération d’une levure commensale de la peau dotée d’une faible pathogénicité. Nous rapportons le cas d’une patiente atteinte d’un pityriasis versicolor de la région lombaire, qui a bénéficié d’une analgésie péridurale obstétricale, réalisée avec précaution (traitement antifongique, antisepsie renforcée, pré-trou). Aucune complication neurologique ou infectieuse n’a été observée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ketoconazole gel moussant a 2% dans le traitement du pityriasis versicolor (à propos de 60 cas).

  • Le pityriasis versicolor est une mycose superficielle fréquente dont le traitement est essentiellement local. Un essai thérapeutique de Kétoconazole gel moussant à 2% a été utilisé chez 60 patients. A J30 de traitement, une guérison clinique a été obtenue chez 41,5% des patients et mycologique chez 87,5% des cas. La tolérance a été bonne chez 44/48 patients. Ainsi cette étude montre l'efficacité du Kétoconazole gel moussant à 2% en application unique dans le traitement du pityriasis versicolor.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association pityriasis rubra pilaire et myasthénie.

  • Le pityriasis rubra pilaire est un trouble de kératinisation rare dont l’étiopathogénie reste inconnue mais dont l'association avec autres pathologies a été déjà rapportée. Nous rapportons l'observation d'une jeune patiente qui présente un pityriasis rubra pilaire associé à une myasthénie. Traitée par Néostigmine et thymectomie avec bonne évolution sur le plan neurologique. Vu son désir de grossesse un traitement systémique de son pityriasis rubra pilaire n'a pas pu être instauré et l’évolution sous dermocorticoïdes n’était pas très favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pityriasis rotunda: 2ème cas Tunisien.

  • Le Pityriasis Rotunda est une dermatose bien connue au Japon et en Afrique Noire. Elle reste rare en Europe et en Afrique du Nord. Plusieurs auteurs le rattachent au cadre des ichtyoses acquises et en font un véritable syndrome paranéoplasique. Nous rapportons l'observation d'un Tunisien atteint d'un pityriasis rotunda associé à une dilatation des bronches.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pityriasis versicolor achromiant de la paupière.

  • Un homme de 40 ans présente une lésion blanche du bord libre de la paupière supérieure avec section des cils. Seule l'histopathologie permet d'arriver au diagnostic de Pityriasis Versicolor achromiant du fait de la présence de nombreux spores fungiques au sein des lamelles de kératine notamment en regard des cils.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le pityriasis rosé de Gibert. Remarques topographiques et diagnostics différentiels.

  • Dermatose éruptive toujours bénigne. L'atteinte faciale survient dans 10% des cas et ne doit pas égarer le clinicien. Son diagnostic est souvent facile mais on peut parfois hésiter, avec une syphilis secondaire. Une sérologie s'impose au moindre doute.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment je traite.... Un pityriasis rubra pilaire.

  • Le pityriasis rubra pilaire est un syndrome d’étiologie inconnue pour lequel six types cliniques distincts ont été décrits, tant chez l’enfant que chez l’adulte. Les rétinoïdes oraux ont prouvé leur efficacité. Des émollients et le calcipotriol topique peuvent améliorer le tableau clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov