Pied creux [ Publications ]

pied creux [ Publications ]

Publications > pied creux

  • L'étude du pied creux interne et l'évaluation postopératoire s'avèrent difficiles. Le but de cette étude fut de savoir si le podobarographe peut ajouter des informations dynamiques à l'étude clinique et radiographique qui sont des méthodes d'examen statiques. Les auteurs ont analysé 21 pieds creux opérés (16 patients) revus avec un recul moyen de 24 mois (6 à 50 mois). L'étude comprenait un examen clinique, des mesures d'angles radiographiques et une analyse podobarographique (système EMED-SF4). Le degré de corrélation fut établi entre les paramètres des différentes méthodes d'évaluation. Il y avait corrélation entre le résultat fonctionnel subjectif et la répartition des pressions plantaires dans 7 cas. Par rapport à l'évolution des pressions, les patients estimaient le résultat meilleur pour 13 pieds, et moins bon pour 1 pied. On a observé : une coïncidence entre callosités plantaires et pressions maximales accrues dans 69 % des cas, des callosités sans augmentation des pressions (15,5 %) et des pressions accrues sans callosités (15,5 %). Aucune corrélation ne fut constatée entre les paramètres radiographiques et podobarographiques décrivant la correction du creux : angle de Hibbs et aire de contact entre le talon et l'avant-pied (coefficient de corrélation de Pearson : r = 0,55), angle d'inclinaison calcanéenne et aire de contact (r = - 0,36), bien que le changement soit significatif (p = 0,001) pour les trois paramètres. Au vu des résultats, l'apport de renseignements supplémentaires du podobarographe dynamique reste limité , la méthode apparaît peu efficace, probablement du fait que les patients ayant une déformation et un déséquilibre musculaire sévère ne sont pas capables de marcher de manière régulière sur la plate-forme à chaque essai, ce qui rend impossible l'obtention de mesures standardisées. D'autre part, une aire de contact nettement réduite, rend la définition exacte des régions d'intérêt difficile, lors de l'évaluation ultérieure des donnés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tarsectomie antérieure pour pied creux essentiel. Etude rétrospective de 52 cas.

  • De 1977 à 1996, 34 patients ont subi une tarsectomie antérieure pour pied creux essentiel. Cinquante-deux pieds ont été opérés. L'âge moyen des patients était de 40 ans. Tous avaient eu un traitement orthopédique auparavant. L'examen podoscopique a montré 24 pieds creux de stade 2 et 28 de stade 3 , 15 pieds présentaient une adduction de l'avant-pied. Un équinisme a été noté dans 8 cas. Sur les radiographies en charge, l'angle moyen de Djian-Annonier était de 108°. Tous les patients ont été évalués avec un minimum de 2 ans de recul avec le système d'évaluation du Massachusetts General Hospital. Avec un recul moyen de 6,5 ans, le résultat global était 65,5 % de très bons et bons résultats, 21% de passables et 13,5% de mauvais. La correction clinique était médiocre dans 9 cas. L'angle moyen de Djian-Annonier était de 125°. Nombre de pieds creux ne sont pas justifiables d'une intervention chirurgicale car bien tolérés, parfois grâce à l'apport de moyens orthopédiques. Nous rejetons les libérations des parties molles et l'ostéotomie calcanéenne de Dwyer. La tarsectomie doit être évitée dans les maladies neurologiques. La tarsectomie antérieure est notre traitement de choix dans le pied creux encore souple. Elle doit être associée à l'allongement du tendon d'Achille s'il persiste en fin d'intervention un déficit de dorsiflexion. Selon leur importance, les déformations des orteils seront opérées ou non dans le même temps opératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'ostéotomie en chevron du premier métatarsien avec mise en charge immédiate dans le traitement du pied creux antéro-interne de l'adulte.

  • Les difficultés du réglage précis du relèvement du premier métatarsien par résection cunéiforme dorsale et ostéosynthèse ont conduit les auteurs à lui préférer l'ostéotomie en chevron de la base du premier métatarsien dans le traitement du pied creux antéro-interne. La mise en charge immédiate avec un sabot plâtré permet le relèvement spontané du métatarsien et l'équilibration des appuis capito-métarsiens.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov