Pied bot varus equin congenital [ Publications ]

pied bot varus equin congenital [ Publications ]

Publications > pied bot varus equin congenital

  • The manipulative treatment consisted of manipulations, muscular stimulations and fixation of the foot on a sole with non elastic strapping. This functional method used since the neonatal period was studied in 183 infants (269 clubfeet) with an average follow-up of 6 years and 2 months. A surgical release completed the correction in 139 feet. The initial examination permitted to distinguish 3 different grades of clubfeet, according to the clinical stiffness. The physiotherapist who treated the patients were separated in specialized and unspecialized. During the evolution, 5 different categories were defined according to the clinical and radiological aspects. The criteria adopted for evaluating the results were scored with a screen of 100 points. The results obtained from 157 feet with a minimal follow-up of 4 years, were excellent and good in 86.6 per cent cases, fair in 10.2 per cent and poor in 3.2 per cent. The global results of the functional method, taking the insufficient follow-up into account, are for the whole series: success in 38.7 per cent, intermediary results in 15.6 per cent and failure in 45.7 per cent. The main factors which have a pejorative influence on the results are the irreducibility (according to the initial classification), the unspecialized physiotherapists, the socio-familial problems.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge initiale du pied bot varus équin congénital selon la méthode de Ponseti.

  • La prise en charge initiale du pied bot varus équin reste controversée. En France, le traitement fonctionnel est le traitement de référence. Ponseti a proposé en 1948, une méthode de réduction de la déformation par plâtres successifs. Bien que l'usage du plâtre en matière de pied bot soit très ancien, la méthode de Ponseti est originale car elle obéit à des règles strictes basées sur une meilleure connaissance anatomo-pathologique. Il ne s'agit pas de corriger la déformation apparente, le pied est au contraire porté en supination et abduction simultanée. Une fois la dérotation du bloc calcanéo-pédieux obtenue, une ténotomie complète percutanée du tendon d'Achille est associée. Les auteurs, au travers de leur expérience de la méthode, rappellent précisément la technique de confection des plâtres. Le relais est assuré par une contention prolongée sur attelles de dérotation nocturnes, mais aucune séance de rééducation n'est associée. Au-delà de la réduction du nombre de patients opérés à l'âge de la marche, la qualité de la réduction clinique obtenue est mise en avant par les auteurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pied bot varus équin congénital. De grands progrès grâce aux traitements non chirurgicaux.

  • Pied bot varus équin congénital. Le pied bot varus équin congénital est secondaire à une anomalie précoce de développement du pied survenant à la fin du 1er trimestre de la vie intra-utérine. La démarche diagnostique est triple : diagnostic positif, diagnostic étiologique et diagnostic de gravité. Une surveillance clinique et radiologique est recommandée tout au long de la croissance. Le traitement est orthopédique associant plâtres, attelle et rééducation. L’indication d’une ténotomie d’Achille, non systématique, s’appuie sur une analyse clinique et radiologique. Un appareillage nocturne prolongé au moins jusqu’à 5 ans est l’un des piliers du traitement. Une libération chirurgicale des parties molles peut être indiquée en cas de déformation résiduelle significative. Une chirurgie mineure dite de perfectionnement, comme l’allongement ou le transfert du tibial antérieur, permet de corriger un défaut ponctuel. Les résultats à l’âge adulte sont bons dans 80 % des cas, mais inversement proportionnels à la lourdeur de la prise en charge pendant l’enfance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pied bot varus équin congénital. Analyse de 260 cas suivis depuis la naissance.

  • A partir d'une étude rétrospective, les auteurs rapportent avec un recul moyen de 4 ans, les résultats du traitement de 260 pieds bots varus équins congénitaux, suivis dans leur service sur une période étendue de 1943 à 1988. Ont été pris en compte pour cette étude, la réductibilité initiale des déformations, l'efficacité clinique et radiographique des manipulations la chirurgie complémentaire et le résultat final. Les résultats analysés selon une grille établie essentiellement d'après les critères de Seringe et Atia (11) et répartis en 213 pieds opérés (82 p. 100) et 44 pieds non opérés (18 p. 100), ont été bons ou très bons dans 79,6p. 100 des cas, moyens dans 15 p. 100 et mauvais dans 5 p. 100 des cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pied bot varus équin congénital.

  • Le pied bot varus équin n'est souvent qu'un élément d'une maladie neuro-musculaire, une aberration chromosomique ou un syndrome malformatif. Sera seulement envisagé ici le pied bot varus équin congénital dit idiopathique ou essentiel, c'est-à-dire survenant chez un enfant indemne de toute autre pathologie. On considère actuellement qu'il s'agit d'un défaut dans le mécanisme de relèvement spontané du pied qui devrait survenir vers la 9

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov