Phimosis [ Publications ]

phimosis [ Publications ]

Publications > phimosis

  • Le syndrome du blépharophimosis-ptosis-épicanthus inversus (BPES) est une affection génétique rare transmise de manière autosomique dominante. Le BPES de type I est associé à une incidence élevée de troubles menstruels et à une stérilité. La symptomatologie est attribuée à une résistance ovarienne aux gonadotrophines ou à une vraie ménopause précoce. Deux mécanismes physiopathologiques sont discutés. L'un implique un processus initiant l'inhibition du développement des follicules et augmentant le taux d'atrésie folliculaire. L'autre hypothèse est une modification de matériel génétique portant sur au moins 2 gènes indépendants. Nous rapportons un cas familial de BPES de type I objectivé à la naissance et opéré à plusieurs reprises. Plusieurs membres de la famille sont également atteints. Un conseil génétique est indiqué après le diagnostic de BPES dans une famille. Pour les femmes atteintes de BPES de type I, seul un traitement précoce semble être en mesure d'aider les patientes infertiles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Décalottage ou circoncision : quelle indication dans le phimosis ?

  • Malgré l'évolution spontanément favorable des phimosis congénitaux dans plus de 80 % des cas passé l'âge de cinq ans, qui est mise en évidence dans de larges séries épidémiologiques, la question de l'attitude à tenir devant un phimosis demeure prédominante pour les mères, de même que la nécessité socioculturelle de décalotter les petits garçons. Ces différents éléments induisent un taux excessif de circoncision. Décrit depuis une dizaine d'années, le traitement par corticoïdes locaux a prouvé son efficacité pour accélérer la maturation naturelle du prépuce. Le but de cette revue de la littérature est d'identifier les aspects évolutifs, socioéconomiques et thérapeutiques des phimosis. En s'appuyant sur ces données, les auteurs recommandent une abstention de tout geste de décalottage avant l'âge d'un an, la nécessité de respecter l'évolution naturelle du prépuce jusqu'à l'âge de cinq ans, et de traiter en première intention par des corticoïdes locaux les phimosis congénitaux ou secondaires plutôt que par un geste chirurgical d'emblée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de blépharophimosis: une forme particulière du ptosis congénital.

  • Le syndrome de blépharophimosis est une malformation palpébrale congénitale caractérisée par l'association d'un ptosis majeur bilatéral à d'autres anomalies palpébrales. Il constitue une forme particulière du ptosis congénital qui doit être connue par tout ophtalmologue afin d'optimiser la prise en charge des patients présentant cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Utilisation d'une crème anesthésique pour le traitement chirurgical du phimosis.

  • Les auteurs présentent leur technique d'anesthésie locale pour le traitement chirurgical du phimosis par une crème qui est une mixture eutectique de lidocaïne et de prilocaïne (Emla®). Cette crème, contrairement aux anesthésiques locaux injectables, permet de procéder aux opérations préputiales en absence totale de douleur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov