Pharyngite [ Publications ]

pharyngite [ Publications ]

Publications > pharyngite

  • Streptacoccus pneumoniae, H influenzae et M catarrhalis sont les principales bactéries isolées en portage dans le rhinopharynx en Europe. Ce travail a pour objectif d'étudier la fréquence de bactéries à potentiel pathogène isolées lors de rhinopharyngites aiguës purulentes chez l'enfant au Sénégal. Population et méthodes. - Quatre-vingt-treize enfants âgés de I mois à 7 ans ayant une rhinopharyngite purulente ont subi un prélèvement entre avril et juillet 1996. Les prélèvements ont été faits dans le cavum à l'aide d'un écouvillon aussitôt immergé dans un milieu gélosé de transport. Le groupage et le sérotypage des bactéries ont été réalisés par immunoagglutination. L'antibiogramme standard a été fait pour tous les isolats et les CMI déterminées en plus pour S pneumoniae. Résultats. - Deux cents souches bactériennes ont été isolées, dont S pneumoniae: 28 % (60 % des enfants), streptocoques du groupe C: 19% (41% des enfants), H influenzae: 15,5% (33% des enfants), S pyogenes: 9,5% (20% des enfants), S aureus: 8% (17% des enfants) et M catarrhalis: 6% (13% des enfants). Les autres isolats étaient des streptocoques des groupes B et D, P aeruginosa et Klebsiella. Les souches de pneumocoque appartenaient aux sérogroupes 6,19 et 23. Seules trois souches de H influen

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rhinopharyngites et otites à répétition de l'enfant.

  • Les rhinopharyngites récidivantes doivent être considérées comme un phénomène normal chez un nourrisson qui construit ses défenses immunitaires dans un environnement où il rencontre des virus. Le lavage nasal à l'aide du sérum physiologique et le mouchage dès que possible sont les seuls traitements justifiés dans tous les cas. En dehors des complications, un traitement antibiotique n'est pas justifié : il ne raccourcit pas l'évolution et ne prévient pas les complications. Les otites récidivantes (trois épisodes en 6 mois ou quatre épisodes en 1 an) en sont la complication la plus fréquente. La surinfection bactérienne se fait par les germes présents dans le nasopharynx. Les facteurs favorisant la répétition de ces infections des voies aériennes supérieures tiennent d'une part à l'individu (âge de début des premiers épisodes, sexe, carence martiale, allergie, reflux gastro-oesophagien, hypertrophie des végétations adénoïdes), et d'autre part à l'environnement (absence ou insuffisance d'allaitement maternel, tabagisme passif, vie précoce en collectivité). Dans l'immense majorité des cas, les examens complémentaires sont inutiles. L'essentiel est de rassurer, car cette pathologie se raréfie avec l'âge. La prise en compte des différents facteurs précédemment énumérés devrait permettre de diminuer la fréquence des épisodes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic et prise en charge de la pharyngite de l'adulte.

  • Bien que la majorité des pharyngites soient causées par des virus, jusqu'à 75% de patients consultant pour un mal de gorge reçoivent un traitement antibiotique. Vu la performance insuffisante de l'évaluation clinique, un frottis de gorge permet de mieux distinguer une pharyngite causée par un streptocoque β-hémolytique du groupe A des autres étiologies. Une stratégie récemment validée combine un test rapide pour la détection du streptocoque β-hémolytique à un score clinique si deux ou plus des quatre critères sont présents (fièvre >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov