Pericardite constrictive [ Publications ]

pericardite constrictive [ Publications ]

Publications > pericardite constrictive

  • La constriction péricardique, après chirurgie cardiaque sous circulation extra-corporelle, est une complication rare. Nous rapportons ici l'expérience de la Clinique de Chirurgie Thoracique Cardiaque et Vasculaire de Nantes. Ainsi, cinq constrictions péricardiques post-chirurgicales ont été diagnostiquées de 1984 à 1994 sur 7851 CEC, soit 0,63%. Ces patients, tous des hommes, avaient une moyenne d'âge de 62,5 ans. Le geste opératoire consista en pontages aorto-coronaires isolés pour 4 patients, et en un geste combiné (remplacement valvulaire aortique + pontage coronaire) pour un patient. Le délai moyen d'apparition des premiers signes cliniques, après la chirurgie initiale a été de 21 mois, principalement sous forme d'insuffisance ventriculaire droite. Dans tous les cas, le cathétérisme droit a permis d'affirmer le diagnostic, avec le signe pathognomonique de constriction péricardique « le dip-plateau ». Un traitement chirurgical par péricardectomie a été institué pour tous les patients sauf un traité médicalement par diurétiques. Pour les 5 patients, une amélioration notable avec amendement des signes cliniques a été observée. Le diagnostic positif de péricardite constrictive post-chirurgicale n'est pas toujours aisé, principalement pour deux raisons. D'une part, il s'agit d'une complication rare qui est donc difficilement évoquée devant une symptomatologie frustre. D'autre part, le diagnostic différentiel avec une authentique altération myocardique n'est pas toujours facile à réaliser.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment je fais la différence en IRM entre une cardiomyopathie restrictive et une péricardite constrictive en présence d'une adiastolie?

  • Les myocardiopathies restrictives sont caractérisées par une anomalie de la fonction diastolique, alors que la fonction systolique est habituellement préservée. La contribution de l'IRM sera d'apporter des informations tissulaires, avec notamment la mise en évidence de fibrose interstitielle ou nodulaire selon l'étiologie. Lorsque le péricarde est modifié par une atteinte inflammatoire, une fibrose ou des calcifications, la constriction péricardique résultante entraîne une gêne à l'expansion diastolique et perturbe le remplissage ventriculaire, provoquant une insuffisance cardiaque particulière, l'adiastolie. L'IRM peut objectiver le stigmate anatomique: l'épaississement péricardique, mais un péricarde en apparence d'épaisseur normale, ne permet pas pour autant d'éliminer une constriction. D'où la valeur additionnelle de la modification de la forme du ventricule droit, la dilatation de la veine cave, et la présence d'une interdépendance VD/VG avec mouvement paradoxal du septum interventriculaire ou fasseyement du septum, sensibilisé par les manœuvres respiratoires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péricardite constrictive liée à l'exposition à l'amiante.

  • Introduction Les péricardites constrictives liées à une exposition à l'amiante sont rares et peu de cas ont été rapportés dans la littérature. Cas clinique Nous rapportons deux cas de péricardite constrictive chez des sujets anterieurement exposés à l'amiante. Le premier sujet âgé de 62 ans avait été exposé à l'amiante pendant sept ans 23 ans auparavant en centrale thermique. Le second âgé de 76 ans avait travaillé pendant 21 ans comme calorifugeur 20 ans auparavant Le tableau initial était une insuffisance cardiaque droite subaiguë. Les deux patients ont été traités par péricardectomie, mettant en evidence des épaississements du péricarde correspondant à une fibrose collagène. Les deux patients sont décédés dans des délais de un et cinq ans. Huit autres cas d'épanchements ou d'épaississements péricardiques parfois calcifiés attribués à l'amiante ont été retrouvés dans la littérature, le plus souvent associés à des atteintes similaires pleurales. Conclusions Le pronostic est sévère, puisque trois de ces huit patients sont décédés, rendant souhaitable un diagnostic précoce.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Difficulté diagnostique de la péricardite constrictive occulte. A propos d'un cas.

  • Nous rapportons l'observation d'une femme de 42 ans suivie pour une insuffisance cardiaque attribuée initialement par défaut à une cardiomyopathie restrictive. L'évolution et la répétition régulière des examens ont finalement permis de redresser le diagnostic en mettant en évidence une péricardite constrictive restée occulte pendant 9 ans. Le diagnostic différentiel entre péricardite constrictive et cardiomyopathie restrictive est un problème récurrent en cardiologie clinique. Le diagnostic de péricardite constrictive repose sur un faisceau d'arguments parfois trop limité pour proposer d'emblée une thoracotomie. Nous discutons des moyens diagnostiques disponibles pour cerner plus précisément cette entité atypique qu'est la péricardite constrictive occulte.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de la ventriculographie isotopique et de l'imagerie par résonance magnétique dans le diagnostic de péricardite constrictive.

  • Dans un contexte clinique évocateur, le diagnostic de péricardite constrictive est porté sur un profil hémodynamique traduisant la gêne au remplissage des ventricules (adiastolie). Dans ce travail, reposant sur 15 patients présentant une péricardite constrictive pure et isolée, nous tentons de préciser l'intérêt diagnostique de'2 méthodes non invasives encore peu connues dans cette indication: la ventriculographie isotopique et l'imagerie par résonance magnétique. De la ventriculographie isotopique nous attendons une aide au diagnostic «fonctionnel par l'étude du remplissage ventriculaire gauche globale et segmentaire. De l'imagerie par résonance magnétique nous attendons une aide au diagnostic anatomique par la mesure de l'épaisseur du péricarde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Shunt porto cave intrahépatique spontané associé à une péricardite constrictive. A propos d'un cas.

  • Introduction : Les shunts porto systémiques intrahépatiques (SPSIH) spontanés sont des anomalies vasculaires rares correspondant à des communications entre le système porte et la circulation veineuse systémique. Nous rapportons l'observation d'un SPSIH associé à une péricardite chronique constrictive. Observation : Il s'agit d'un patient âgé de 47 ans qui présentait une péricardite chronique constrictive diagnostiquée par cathétérisme cardiaque droit avec foie d'hépatopathie chronique et SPSIH tubulaire au niveau de sa partie initiale et anévrysmal juste en amont de son abouchement dans la veine cave inférieure. Discussion : Les SPSIH spontanés sont rares. Leur diagnostic repose sur l'échographie couplée au mode doppler couleur et l'angioscanner.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La péricardite constrictive: une complication sous-estimée des traumatismes thoraciques.

  • La péricardite constrictive est une affection bien identifiée, traditionnellement d'origine tuberculeuse ancienne. Si l'origine post-traumatique, par le biais d'un hémopéricarde, est bien connue en période post-opératoire de chirurgie cardiaque, elle est sous-estimée dans les traumatismes à thorax fermé. Une nouvelle observation de péricardite constrictive est rapportée, dont l'étiologie est un traumatisme thoracique initial négligé. La discussion insiste sur la précocité du diagnostic et du traitement chirurgical, conditionnant le pronostic général de la constriction péricardique. Ceci implique l'exploration systématique de tout traumatisme du thorax, même mineur, par échocardiographie cardiaque trans-thoracique ou mieux, trans-oesophagienne, à la recherche d'un hémopéricarde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péricardite constrictive postopératoire précoce: intérêt de l'échocardiographie. A propos de quatre observations.

  • A partir de quatre observations, nous rappelons les principaux critères actuels échographiques de constriction péricardique : épaississement péricardique, mouvement septal particulier avec expansion inspiratoire du ventricule droit, variations respiratoires des flux de remplissage ventriculaire, modifications caractéristiques des flux veineux pulmonaires sus-hépatiques et d'insuffisance pulmonaire. Nous soumettons également les hypothèses quant à l'étiologie de l'affection. La discussion insiste sur la nécessité d'un diagnostic précis et rapide toujours confirmé par cathétérisme compte-tenu de l'enjeu thérapeutique, la péricardectomie, déterminant le pronostic à long terme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Transplantation hépatique et péricardite constrictive.

  • Nous rapportons le cas d'un malade transplanté du foie pour une ascite réfractaire secondaire à une péricardite constrictive. Transplanté avec le diagnostic de cirrhose cryptogénétique, l'origine cardiaque ne fut évoquée que 5 mois après la transplantation en présence de signes anatomo-pathologiques évocateurs d'un obstacle d'aval, et confirmée sur les mesures élevées des pressions intraventriculaires droites. Nous discutons les causes du retard diagnostique et en particulier les difficultés d'interprétation des lésions anatomo-pathologiques de foie vasculaire, lésions qui furent confirmées rétrospectivement sur la biopsie réalisée avant transplantation et initialement interprétée, à tort, comme un foie cirrhotique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Épanchement pleural gauche massif révélateur d’une péricardite constrictive idiopathique

  • Introduction Nous présentons l'observation d'une péricardite constrictive initialement révélée par un épanchement pleural gauche de grande abondance chez une patiente dyspnéique sans autres signes cliniques associés. Ces clinique Seul le cathétérisme cardiaque a posé le diagnostic de certitude par l'aspect caractéristique en dip-plateau du ventricule droit Après bilan, aucune étiologie n'a été retrouvée à cette péricardite constrictive. Conclusion Suite à la mise en place d'un traitement par corticoïdes, l'évolution est à ce jour favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. Péricardite constrictive à péricarde macroscopiquement normal: à propos d'un cas.

  • Le diagnostic de péricardite constrictive, affection rare, est souvent difficile à poser. Il repose sur un faisceau d’arguments cliniques, échocardiographiques, hémodynamiques et radiologiques. Il faut par ailleurs faire la distinction d’avec la cardiomyopathie restrictive car les implications thérapeutiques sont radicalement différentes. Nous décrivons un cas de forme torpide de péricardite constrictive à péricarde d’aspect macroscopique normal, survenue 10 ans après chirurgie cardiaque, pour laquelle une large résection chirurgicale du péricarde a entraîné une amélioration clinique rapide.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péricardite constrictive calcifiée chez un adolescent.

  • Il s'agit d'une observation de péricardite calcifiée évoluant rapidement vers la constriction chez un adolescent indemne de tout antécédent pathologique. La maladie est découverte quelques mois après un épisode douloureux thoracique très évocateur de péricardite aiguë virale. Un traitement chirurgical est nécessaire permettant la guérison complète de la constriction péricardique. A propos de cette observation, les étiologies des péricardites constrictives sont rappelées: l'étiologie tuberculeuse, la plus souvent retrouvée auparavant, est de plus en plus supplantée par les autres.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péricardite constrictive précoce après revascularisation coronaire. A propos d'un cas.

  • Une observation de péricardite constrictive sévère survenant 6 semaines après une intervention de revascularisation coronaire et en l'absence de toute autre cause, est rapportée. Le diagnostic a été précisé par tomodensitométrie et le cathétérisme cardiaque droit a mis en évidence l'adiastolie. La réintervention chirurgicale précoce n'a pas évité l'évolution fatale, du fait de la sévérité de la fribose péricardique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. Péricardite constrictive.

  • La péricardite constrictive (PC) est une maladie classique, mais qui reste néanmoins le plus souvent de diagnostic difficile. Nous rapportons un cas bien illustré de PC chronique avec calcification étendue du péricarde, traitée par une péricardectomie large. Nous profitons de cette iconographie et de l’histoire clinique pour rappeler les symptômes, les signes d’une PC, et les examens complémentaires qui aident à poser le diagnostic avec un maximum de certitude. Le diagnostic différentiel avec la cardiomyopathie restrictive (CR), entité pathologique différente, sera également abordé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péricardite constrictive et maladie de Whipple.

  • Nous rapportons le cas d'ne péricardite constritive nécessitant une péricardectomie chez un patient de 61 ans traité par tétracycline pour une forte présomption de maladie de Whipple.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov