Parotidite [ Publications ]

parotidite [ Publications ]

Publications > parotidite

  • L’implication de la clozapine dans l’induction d’une pathologie parotidienne est peu connue. Les rapports de cas faisant état d’atteintes parotidiennes concomitantes d’une prescription de clozapine sont rares, et les tableaux cliniques présentés ainsi que les hypothèses physiopathologiques proposées hétérogènes. Pourtant, ces atteintes parotidiennes pourraient bien être d’authentiques effets indésirables de la clozapine, et l’hypersialorrhée induite par la clozapine, présente chez 30 % des cas, en serait la principale cause. Nous rapportons ici le cas d’une patiente traitée par clozapine depuis 21 mois pour un trouble schizo-affectif résistant ayant présenté un épisode aigu de parotidite bilatérale à l’occasion d’une augmentation posologique. Devant l’intensification de la sialorrhée présentée par cette patiente quelques jours avant, et après qu’une étiologie virale ait été évoquée, le diagnostic d’une parotidite induite par la clozapine a été retenu. À la lumière de ce cas, les différents mécanismes physiopathologiques en cause sont discutés. Cet effet iatrogène de la clozapine doit être connu des cliniciens afin d’être mieux prévenu.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite aigue néonatale suppurative: à propos de trois cas cliniques avec revue de la littérature.

  • Cet article fait mention de trois cas de parotidite bactérienne néonatale observés pendant une période de sept mois. Ce diagnostic est souvent clinique: on retrouve classiquement hyperthermie, tuméfaction, érythème, chaleur ainsi que sensibilité locale et écoulement purulent au niveau du canal de Sténon lors du massage de la parotide. Le diagnostic clinique est confirmé par échographie et culture de la sécrétion parotidienne purulente. Elles sont le plus souvent d’origine nosocomiale, favorisées par la prématurité et la déshydratation. Traitées précocement, leur évolution est favorable. Les risques liés à l’âge doivent faire débuter une antibiothérapie empirique puis fonction de l'examen direct du pus extrait du canal de Sténon. On isole le plus communément le Staphylocoque aureus, le Streptocoque Viridans et les germes anaérobies. Les parotidites aigues sont très rares en période néonatale: moins de 50 cas ont été rapportés dans la littérature. Nous rapportons trois observations assez particulières. Le diagnostic avait été suspecté sur les signes inflammatoires locaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'échographie: un complément à la sialographie dans les parotidites récurrentes chroniques infantiles.

  • Le but de cette étude était de vérifier l'intérêt de l'échographie parotidienne par rapport à la sialographie pour le diagnostic et le suivi thérapeutique des parotidites chroniques récurrentes infantiles (PCRI). Nous avons effectué des échographies parotidiennes bilatérales chez 16 enfants sains et 16 enfants atteints de PCRI. Les images obtenues nous ont permis de définir l'aspect échographique typique de parotidites chroniques: parenchyme glandulaire homogène, micronodulaire, de densité augmentée de façon diffuse, parfois avec des plages inflammatoires, contour finement bosselé avec des espaces périparotidiens normaux. Nous avons comparé les images échographiques et sialographiques des 16 patients atteints de PCRI. Nous n'avons pas trouvé de différence statistiquement significative (p >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite aiguë bilatérale. Prodrome isolé d'un choc anaphylactoïde après injection de produit de contraste iodé.

  • Nous rapportons une observation singulière de choc anaphylactoïde au cours d'une urographie intraveineuse, remarquable par la survenue d'une parotidite suraiguë à titre d'unique prodrome. Une revue de la littérature des cas d'atteintes des glandes salivaires liées à l'administration d'agents iodés conduit à la description de deux formes cliniques, reposant sur des mécanismes physiopathologiques différents. Chez le sujet normo-créatininémique, l'atteinte des glandes salivaires qui survient après un délai court (5 minutes à 24 heures), fait évoquer un mécanisme anaphylactoïde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite bactérienne aiguë chez le sujet âgé.

  • L'observation d'une tuméfaction douloureuse et soudaine de la loge parotidienne doit évoquer une parotidite bactérienne aiguë chez le sujet âgé. Sa survenue est un facteur de très mauvais pronostic, la mortalité étant très élevée à court et moyen termes. Dans cet article, nous relatons huit cas observés récemment dans notre clinique de gériatrie, dont l'évolution confirme la sévérité de l'affection. Porter plus d'intérêt à l'hygiène buccale des sujets fragiles, optimaliser leur hydratation et diminuer la prescription de médicaments à effet anticholinergique contribue à diminuer le risque de développer une parotidite bactérienne aiguë.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite aiguë néonatale suppurative : revue de la littérature à propos d’une observation

  • Les parotidites aiguës sont très rares en période néonatale : moins de 50 cas ont été rapportés dans la littérature. Elles sont le plus souvent d’origine nosocomiale, favorisées par la prématurité et la déshydratation. Le diagnostic est clinique. Traitées précocement, leur évolution est favorable. Les risques liés à l’âge doivent faire débuter une antibiothérapie empirique. Le

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite bactérienne aiguë chez les nourrissons de moins de 3mois : étude rétrospective dans un centre hospitalier universitaire

  • La parotidite bactérienne aiguë est une pathologie infectieuse rare chez les nourrissons de moins de 3 mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Parotidite bactérienne chez une patiente immunodéprimée en réanimation adulte

  • La parotidite bactérienne est une affection retrouvée le plus souvent chez l’enfant. Elle est généralement due à une infection à

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

À propos d’un syndrome de Lemierre secondaire à une parotidite

  • Le syndrome de Lemierre se caractérise par une infection oropharyngée première suivie d’une thrombophlébite veineuse jugulaire interne et enfin d’une dissémination métastatique septique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov