Paralysie [ Niveau Expert ]

paralysie [ Niveau Expert ]

Expert > paralysie

  • Objectifs : Traduire et valider les versions françaises de deux questionnaires de qualité de vie pour les patients atteints de paralysie faciale périphérique : le Facial Disability Index (FDI) et le Facial Clinimetric Evaluation scale. Schéma : Étude de cohorte prospective. Etablissement : Centre Hospitalo-Universitaire référent. Participants : Un test pilote a été effectué sur 5 patients avec paralysie faciale et 5 sujets normaux, et 67 patients adultes avec une paralysie faciale stable ont été inclus dans l\ étude pour la validation. Principaux résultats mesurés : Les questionnaires originaux ont été traduits selon les recommandations internationales. Les questionnaires traduits ont été utilisés pour réaliser un test pilote et l\ étude pour la validation. La cohérence interne, la fiabilité test-retest et la validité ont été évaluées. La validité était mesurée en comparant les scores des échelles FDI et FaCE au SF-36 et aux systèmes de gradation Sunnybrook et House-Brackmann. Les sujets répondaient 2 fois aux questionnaires FDI et FaCE avec un intervalle d\ une semaine. Résultats : 67 patients ont été inclus parmi lesquels 63 ont complété les échelles une semaine après (retest). La cohérence interne représentée par le coefficient α de Cronbach était bonne, avec des valeurs entre 0,66 et 0,92. La fiabilité test-retest était démontrée par des coefficients de corrélation intra-classe de 0,75-0,94. Les deux questionnaires ont révélé une bonne sensibilité à discriminer les différents degrés de dysfonction faciale. Une corrélation moyenne à forte a été retrouvée entre les domaines sociaux des échelles étudiées et les domaines équivalents du SF-36. Conclusions : Les versions françaises du FDI et du FaCE scale présentent des données psychométriques valides. Les deux questionnaires peuvent être utilisés pour les études cliniques d\ évaluation de qualité de vie des patients avec paralysie faciale périphérique.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Machine learning et chirurgie neuro-orthopédique u2013 prédiction de la flexion du genou et de l antéversion du bassin postopératoires au contact initial chez les enfants atteints de paralysie cérébrale - In Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Volume 101, Issue 7, Supplement, November 2015, Pages S159

  • La paralysie cérébrale (PC) entraîne des troubles de la marche pouvant être caractérisés par une flexion excessive du genou. La chirurgie d allongement des ischio-jambiers (AIJ) diminue la flexion du genou au contact initial (FGCI), mais peut avoir des effets sur l antéversion du bassin. L objectif de ce travail est de prédire le résultat postopératoire de l AIJ, dans un contexte de chirurgie multi-sites, sur la FGCI et sur l antéversion du bassin au contact initial (ABCI). Les paramètres postopératoires sont estimés, en fonction de la cinématique et de l examen clinique préopératoires ainsi que du programme chirurgical testé, en utilisant des méthodes d apprentissage supervisé (o Machine Learning O)....

  • Source : sciencedirect.com

La néostigmine pour annuler la paralysie musculaire chez les enfants après la chirurgie

  • Contexte : nnLe bloc neuromusculaire résiduel est associé à de graves complications postopératoires. Certains anesthésistes utilisent la néostigmine pour inverser le blocage neuromusculaire pour tous les patients pédiatriques en chirurgie. Cependant, l'incidence du bloc neuromusculaire résiduel peut être plus faible chez les patients pédiatriques que chez les adultes. L'utilisation de la néostigmine a également entraîné des complications, telles que des nausées et des vomissements postopératoires, une salivation excessive et la bradycardie. Par conséquent, l'intérêt d'une utilisation systématique de la néostigmine pour inverser le blocage neuromusculaire chez chaque patient pédiatrique est une question importante pour les anesthésistes pédiatriques.nObjectifs : nnÉvaluer la nécessité d'une utilisation de routine de la néostigmine dans la prévention du blocage neuromusculaire résiduel chez les patients pédiatriques suite à l'utilisation de myorelaxants

  • Source : cochrane.org

Les prises en charge orthophonique et kinésithérapique des paralysies faciales périphériques chez l adulte : complémentarité et collaboration

  • La paralysie faciale périphérique entraîne de nombreuses conséquences esthétiques, fonctionnelles,psychologiques et sociales chez les sujets qui en sont porteurs. Une prise en charge orthophonique et/ou kinésithérapique est alors préconisée pour les aider à pallier les gênes et les difficultés rencontrées. La littérature consacrée à la prise en charge rééducative de cette pathologie est scindée en deux : les pratiques orthophonique et kinésithérapique sont chacune décrites isolément sans qu un travail interdisciplinaire ne soit mentionné. Nous avons donc voulu dresser un état des lieux des pratiques professionnelles de ces deux disciplines afin de mettre en lumière une éventuelle complémentarité, auquel cas une collaboration interprofessionnelle pourrait être pertinente.

  • Source : petale.univ-lorraine.fr

Les prises en charge orthophonique et kinésithérapique des paralysies faciales périphériques chez l adulte : complémentarité et collaboration

  • La paralysie faciale périphérique entraîne de nombreuses conséquences esthétiques, fonctionnelles,psychologiques et sociales chez les sujets qui en sont porteurs. Une prise en charge orthophonique et/ou kinésithérapique est alors préconisée pour les aider à pallier les gênes et les difficultés rencontrées. La littérature consacrée à la prise en charge rééducative de cette pathologie est scindée en deux : les pratiques orthophonique et kinésithérapique sont chacune décrites isolément sans qu un travail interdisciplinaire ne soit mentionné. Nous avons donc voulu dresser un état des lieux des pratiques professionnelles de ces deux disciplines afin de mettre en lumière une éventuelle complémentarité, auquel cas une collaboration interprofessionnelle pourrait être pertinente.

  • Source : petale.univ-lorraine.fr

Paralysies extensives : syndrome de Guillain Barré et myasthénie

  • Le syndrome de Guillain-Barré (SGB), ou polyradiculoneuropathie aigue inflammatoire, est devenu, depuis l éradication de la poliomyélite antérieure aigue, la principale cause de paralysie aigue extensive dans les pays développés. Compte tenu du risque de gravité à court terme, il s agit d une urgence neurologique. La myasthénie est une maladie auto-immune, de la jonction neuromusculaire souvent associée ànune pathologie thymique. En tant que pathologie de la jonction neuromusculaire, elle se caractérise par un déficit périphérique moteur pur fluctuant et aggravé par l effort (i.e. fatiguabilité), un décrément à l électroneuromyogramme (qui peut ne pas être mis en évidence) et une amélioration par l administration d anti-cholinestérasiques (en sachant que cette amélioration n est ni systématique ni pathognomique).

  • Source : cnerea.fr

Les paralysies faciales

  • Le clinicien est fréquemment confronté à la paralysie faciale. Il convient en premier de distinguer la paralysie faciale centrale de la paralysie faciale périphérique (PFP). Une fois la paralysie faciale périphérique identifiée, est-elle primaire ou secondaire ? L'anatomie que nous reverrons et quelques examens paracliniques nous aident dans cette démarche. La PFP primaire ou a frigore est la plus fréquente mais reste un diagnostic d'exclusion. La PFP secondaire, la plus fréquente, est le syndrome de Ramsay-Hunt ou zona du ganglion géniculé. Il est important d'identifier rapidement les autres PFP secondaires qu'elles soient infectieuses, métaboliques, tumorales ou autres. Elles requièrent souvent une prise en charge spécialisée en raison de leur gravité potentielle et des traitements spécifiques requis. Nous exposerons ensuite les recommandations thérapeutiques actuelles de la PFP a frigore et du syndrome de Ramsay-Hunt

  • Source : amub.be

Bénéfices de la rééducation d'une paralysie faciale périphérique

  • traumatisme visible et immédiat, la paralysie faciale (PF) recouvre des atteintes d'ordre fonctionnel mais aussi psychologique qu'il est indispensable d'évaluer avant une prise en charge thérapeutique globale adaptée. Rares sont pourtant les patients ressortant avec une prescription de rééducation après une consultation. Pour quelles raisons ? Cette rééducation est-elle méconnue ? Est-elle forcément nécessaire ? Elle est évidente dans le prolongement du suivi médical afin de limiter les séquelles. Or les bases de la rééducation sont hélas peu connues, et bien souvent mal appliquées. Outre sa spécificité, cette rééducation précédée d'un bilan dit «préthérapeutique» offre un pronostic de récupération aux patients quels que soient l'origine et le degré d'atteinte de la PF.

  • Source : revmed.ch

strabisme.net - Strabisme, amblyopie, réfraction, nystagmus, paralysie oculomotrice, trouble oculomoteur, etc.

  • Ce site est le site de l'équipe de strabologie du service d'Ophtalmologie du CHU de Nantes (webmestre : Professeur Alain Péchereau). Il s'adresse aux patients strabiques, aux parents d'enfants strabiques, aux médecins généralistes, aux ophtalmologistes, aux orthoptistes, aux DES et CCA, aux élèves orthoptistes et à tous les curieux. Vous y trouverez un ensemble (sur les bases des consensus nationaux et internationaux) de renseignements et de documents mis gracieusement à votre disposition. Ce site est aussi le site de l'association Formation Nantaise et Recherche en Ophtalmologie (FNRO) qui est l'association loi de 1 901 qui gère les manifestations et les formations que nous organisons. Vous trouverez une brève présentation de notre association là.

  • Source : strabisme.net

Paralysie faciale : mise à jour pour le praticien

  • La signification clinique de la paralysie faciale tient à ses conséquences psychosociales. Quoique les étiologies soient très nombreuses, quelques infections rendent compte d'une majorité des cas : maladie de Lyme, zona géniculé (syndrome de Ramsay-Hunt), tandis que le rôle de HSV-1 dans la paralysie faciale essentielle (de Bell) est débattu. Les éléments essentiels de la prise en charge sont rappelés : importance de la gradation quantitative de la parésie, difficulté du diagnostic sérologique dans la maladie de Lyme, et son traitement par la doxycycline orale, traitement du zona géniculé par antiviraux et stéroïdes, alors que dans la paralysie faciale essentielle, seuls les stéroïdes (mais non les antiviraux) améliorent la récupération fonctionnelle.

  • Source : revmed.ch

Paralysie faciale : diagnostic et prise en charge par le médecin de premier recours

  • L'incidence de la paralysie faciale (PF) est de 50/100 000/an, soit environ 210 cas/an à Genève. Le clinicien peut se trouver dérouté face à ce problème, tant il recouvre des étiologies au pronostic très variable. La plupart des patients consultant pour une PF souffre de paralysie de Bell ou a frigore évoluant favorablement. Une partie, par contre, souffre de pathologies telles que méningite, VIH, Lyme, AVC qu'il convient d'identifier rapidement en raison de leur gravité et de leurs traitements spécifiques. Cet article propose un algorithme de prise en charge pragmatique basé sur les dernières preuves de la littérature...

  • Source : revmed.ch

Évaluation de l efficacité et de la sécurité de la myoténofasciotomie pour les enfants atteints de paralysie cérébrale

  • Le présent rapport répond à une demande d'évaluation de la myoténofasciotomie, pratiquée notamment pour lutter contre les rétractions musculaires parfois observées chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, telle qu'elle est pratiquée par le Dr Nazarov à Barcelone.nPar extension, le présent rapport s'intéresse à des pratiques chirurgicales apparentées, qui ont en commun d'être des techniques d'allongement myofascial percutané, et de concerner plusieurs muscles dans un même temps opératoire.

  • Source : inserm.fr

Place de l'oxygénothérapie hyperbare dans le traitement de la paralysie cérébrale

  • méthode, oxygénothérapie hyperbare (OHB), définition, équipement, sécurité et innocuité, paralysie cérébrale, définition, données épidémiologiques, étiologie, physiopathologie, évaluation clinique, prise en charge actuelle, hypothèses relatives aux mécanismes de l'OHB sur le tissu cérébral, efficacité de l'OHB, constats généraux, études et revues, cadre juridique, mise en contexte québécoise, discussion, conclusions et recommandations, annexes , 73 pages

  • Source : inesss.qc.ca

Corticostéroïdes pour le traitement de la paralysie de Bell (paralysie faciale idiopathique)

  • Question de la revuenQuels sont les effets des corticostéroïdes sur la paralysie de Bell ?nContextenLa paralysie de Bell est une paralysie ou une faiblesse des muscles du visage, généralement sur un côté, sans cause certaine. En général, les symptômes disparaissent, mais pas toujours. La réduction de l'inflammation du nerf facial à l'aide de médicaments corticostéroïdes (stéroïdes) est supposée limiter les lésions nerveuses.

  • Source : cochrane.org

La paralysie faciale ... pas toujours si facile que cela ! - La vignette diagnostique de l'étudiant.

  • Nous rapportons le cas d'une patiente de 45 ans, ayant présenté une paralysie faciale périphérique à bascule. Ce cas particulier permet d'ébaucher et de discuter la démarche diagnostique et le raisonnement clinique à tenir devant ce type de symptomatologie, à partir d'un questionnement didactique, ainsi que de revoir brièvement l'anatomie du nerf facial et ses rapports de proximité. Le traitement et les complications éventuelles sont également abordés.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Infirmité Motrice cérébrale (IMC) ou l'enfant atteint de paralysie cérébrale

  • rn Qu'est-ce que l'IMC ou la paralysie cérébralernrn rn Pourquoi ?rnrn rn Quels symptômes et quelles conséquences ?rnrn rn Quelques chiffresrnrn rn Traitementrnrn rn Conséquences sur la vie scolairernrn rn Quand faire attention ?rnrn rn Comment améliorer la vie scolaire des enfants malades ?rnrn rn L'avenirrnrn rn

  • Source : tousalecole.fr

Traitement précoce de la paralysie faciale a frigore par prednisolone ou aciclovir

  • La paralysie de Bell a frigore est une atteinte aiguë, idiopathique, unilatérale d'un nerf facial. Des étiologies de type vasculaire, inflammatoire et/ou virales ont été suggérées. Chaque année, 40/100 000 personnes sont touchées préférentiellement dans la tranche d'âge 30-45 ans. L'efficacité des traitements évalués est controversée. La prednisolone et l'aciclovir sont couramment prescrits seuls ou en association...

  • Source : campus-umvf.cnge.fr

Paralysie supranucléaire progressive - synonyme(s) : maladie de Steele-Richardson-Olszewski , maladie(s) incluse(s) : paralysie supranucléaire progressive, atypique

  • La paralysie supranucléaire progressive (PSP), est une maladie neurodégénérative rare à début tardif, caractérisée par une atteinte oculomotrice supra-nucléaire et une instabilité posturale, puis une rigidité progressive et un déclin cognitif discret.

  • Source : orpha.net

Paralysie de Bell

  • Les résultats d''une étude randomisée en double aveugle ayant inclus 496 patients atteints de paralysie de Bell de gravité modérée (score sur l' échelle de House-Brackman de 3,5 à 3,8) ont été publiés récemment. Un traitement par la prednisolone (25 mg, 2 x par jour), l'aciclovir (400 mg, 5 x par jour), l'association de ces deux médicaments ou un placebo était instauré dans les 72 heures suivant l'apparition des symptômes, et était poursuivi pendant 10 jours. Le critère d'évaluation primaire était la 'guérison complète après 3 et après 9 mois'...

  • Source : cbip.be

La paralysie supra-nucléaire progressive en 2010 et après

  • La paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) est habituellement caractérisée par une triade associant un trouble du contrôle volontaire de l'oculomotricité conjuguée (« paralysie supra-nucléaire »), un trouble postural de l'axe du corps et de la marche entraînant des chutes et un syndrome cognitivo-comportemental de type frontal avec une apathie au premier plan. Cette association syndromique ne représente qu'une forme clinique parmi d'autres.

  • Source : jle.com