Paragonimose [ Publications ]

paragonimose [ Publications ]

Publications > paragonimose

  • Des investigations parasitologiques ont été réalisées en 1998, pendant quatre mois, dans deux centres béninois de pneumophtisiologie (Akpakpa, à Cotonou, et Akron, à Porto-Novo) afin de dépister les malades porteurs de Paragonimus adultes parmi les personnes consultant pour tuberculose et présentant une broncho-pneumopathie sans mycobactéries. Sur 369 personnes, une seule a présenté les oeufs du parasite dans ses expectorations (prévalence, 0,2 %). Cette patiente avait consommé des crustacés dans les mois précédant la date du diagnostic. Un traitement par le praziquantel a permis d'améliorer la symptomatologie clinique et les signes biologiques. Ces études ont été complétées par une prospection sur les marchés importants, situés dans la plaine côtière du Bénin afin d'identifier les crustacés mis en vente et de trouver des métacercaires de Paragonimus sp. La dissection de 126 Cardisoma armatum (crabe terrier) est restée négative. Par contre, celle de 176 Callinectes marginatus (crabe nageur) s'est révélée positive, avec 5 % de crabes porteurs de métacercaires appartenant probablement à Paragonimus sp. Des études ultérieures sont nécessaires pour confirmer ces premiers résultats et déterminer la prévalence globale de l'infestation de ces différents hôtes par Paragonimus sp.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un nouveau foyer de paragonimose humaine découvert en Côte d'Ivoire (Afrique de l'ouest): le cas de l'île de Lauzoua.

  • Quinze cas de paragonimose humaine ont été détectés en Côte d'Ivoire de 1974 à 1999. Comme aucun autre cas n'a été trouvé depuis cette dernière date, une étude épidémiologique a été réalisée dans les centres locaux de santé. La présente note rapporte un nouveau foyer de paragonimose dans l'île de Lauzoua. Des examens cliniques et parasitologiques ont été effectués chez 17 patients souffrant de toux chronique, d'hémoptysie ou d'épilepsie. Des fèces de chats, de chiens et de porcs de même que des crustacés de rivière ont été également examinés pour y trouver les œufs du parasite ou des métacercaires respectivement. Des oeufs de Paragonimus ont été trouvés dans les selles ou les expectorations de cinq patients. Les dimensions des œufs (fixés dans du formol) permettent de caractériser trois groupes. L'examen des fèces provenant des chats, des chiens et des porcs s'est révélé négatif. Des métacercaires de Paragonimus, de petite taille (de 277 à 323 μm en moyenne), ont été trouvées dans trois crabes (sur les 15 Callinectes marginatus capturés autour de l'île) tandis que l'examen des crevettes locales était négatif. La présence de trois types d'œufs pour Paragonimus et celle des crabes parasités autour de l'île nécessitent d'autres études pour déterminer les espèces de ces parasites et la prévalence de l'infestation humaine pour chaque espèce.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La paragonimose au Cameroun: tableaux radio-cliniques et évolution sous traitement.

  • Une étude prospective de la Paragonimose a été réalisée de septembre 1992 à juillet 1997 dans le foyer du Mont Koupé (Province du Sud-Ouest, Cameroun). Sur une population de 2700 habitants, 312 patients qui présentaient un ou plusieurs signes cliniques de la paragonimose ont fait l'objet d'un examen de crachats et de selles pour rechercher les oeufs de Paragonimus africanus. 30 d'entre eux (9,61%) éliminaient des oeufs de ce parasite. Ils ont subi un examen radiographique du thorax, pour un bilan des lésions pulmonaires et ont ensuite été traités par le Praziquantel. Tous les patients avaient une toux, 13 d'entré eux (43,33 %), une hémoptysie et 18 (60 %) une douleur thoracique. Un seul présentait une altération de l'état général et aucun n'avait de la fièvre. Les aspects radiologiques suivants étaient observés avant le traitement: opacité péri-hilaire, infiltrat pulmonaire, nodules et cavité pulmonaire, épanchement pleural, calcifications et images cicatricielles pleuro-pulmonains, chez respectivement 22 (73,33 %), 12 (40 %), 3 (10 %), 3 (10 %) et 2 patients (6,66 %). Huit malades (26,66 %) avaient une radiographie pulmonaire initiale normale. La négativité parasitologique et la guérison clinique étaient apparues respectivement à la fin des 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un foyer de paragonimose au Viet Nam

  • Plusieurs enquêtes réalisées entre mars 1993 et mai 1996 dans un district montagneux du nord-ouest du Viet Nam ont permis d’établir, pour la première fois dans ce pays, l’existence d’un foyer endémique de paragonimose. L’examen à l’état frais de produits d’expectoration à l’aide d’un microscope à éclairage solaire a révélé la présence d’œufs de Paragonimus chez 44 malades parmi 155 habitants de ce district souffrant de troubles respiratoires chroniques (? 28 %). Deux des personnes infectées présentaient, en outre, des troubles neurologiques. Les malades avaient l’habitude de consommer des crabes (Ranguna luangprabangensis) insuffisamment cuits. La plupart étaient de jeunes garçons et cette habitude alimentaire semble être la source de contamination. L’analyse des crustacés a en effet révélé la présence de nombreuses métacercaires. Des enquêtes de prévalence chez 225 habitants ont par ailleurs permis de trouver des œufs de Paragonimus chez 11 autres personnes (5 %). Des vers adultes ont été mis en évidence chez des chiens (3/14 chiens domestiques, 2/2 chiens errants) ainsi que chez des porcs (2/15).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Persistance d'un foyer de paragonimose dans le département de Lakota, Côte d'Ivoire (Afrique de l'Ouest).

  • Une enquête de terrain a été conduite de mars à août 2006 dans trois villages autour de la ville de Lakota (Côte d'Ivoire) pour vérifier la présence de la paragonimose dans la population humaine locale, les vertébrés sauvages et les crabes. Sur les 92 patients qui ont été recrutés en raison d'une toux chronique, d'une hémoptysie ou d'une épilepsie, trois d'entre eux avaient des oeufs de Paragonimus dans leurs selles ou leurs crachats. L'examen des selles appartenant à 24 mammifères sauvages et 1 reptile a montré la présence d'oeufs chez trois civettes (Viverra civetta) et une mangouste (Crossarchus obscurus). La dissection de 30 crabes locaux (Liberonautes latidactylus) a permis de trouver des métacercaires de petit diamètre (299 à 315 μm) chez six d'entre eux. Ces résultats permettent d'émettre l'hypothèse que plusieurs espèces de Paragonimidae (au moins deux) seraient présentes dans le département de Lakota, bien que des variations de diamètre à l'intérieur d'une même espèce puissent également être envisagées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La paragonimose.

  • La paragonimose, qui entraine essentiellement des lésions pleuro-pulmonaires, est une helminthiase de mammifères carnivores et accidentellement de l'homme, très répandue dans le monde. Le Sud Est Asiatique, Corée en particulier, est le plus atteint mais la fréquence est encore imprécise dans certains pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique Centrale et du Sud, où les premiers cas n'ont été rapportés que ces dernières années. La maladie est suspectée sur une expectoration hémoptoïque souvent roussâtre, des épanchements pleuraux uni ou bilatéraux, et sur des signes radiologiques d'infiltration et d'excavation pouvant prêter à confusion avec la tuberculose , scanner et IRM ont affiné la sémiologie radiologique thoracique, et également cérébrale les atteintes neurologiques n'étant pas exceptionnelles. La découverte d'oeufs dans les crachats ou les selles, ainsi que le test ELISA, signent le diagnostic. Les traitements individuels et de masse reposent à ce jour sur le praziquantel, d'administration brève, sur 48 h, et remarquablement efficace.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La paragonimose: une affection rare à ne pas méconnaître.

  • INTRODUCTION : La paragonimose est une distomatose pulmonaire exotique rare en Europe, qui occasionne une pleuro-pneumopathie dyspnéisante et subfébrile. OBSERVATION : il s'agit d'un homme de 52 ans chez lequel la survenue de dyspnée, toux, fébricule avec douleurs thoraciques et épanchement pleuraux pouvait orienter d'abord vers une embolie pulmonaire ou une tuberculose. La présence d'une importante hyperéosinophilie sanguine et pleurale, dans le contexte d'un voyage récent au Japon (zone d'endémie), devaient cependant faire évoquer le diagnostic de paragonimose. COMMENTAIRES : Cette parasitose est mal connue en Europe. Sa présentation clinique et radiologique peut être trompeuse. Son diagnostic parasitologique direct est actuellement supplanté par une sérologie ELISA spécifique. L'efficacité du praziquantel est remarquable dans cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La paragonimose pleuropulmonaire

  • La paragonimose ou distomatose pulmonaire est une zoonose à transmission alimentaire due à un trématode du genre

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov