Pancreatite [ Niveau Expert ]

pancreatite [ Niveau Expert ]

Expert > pancreatite

  • \(1) Risque de pancréatite aiguë Des cas de pancréatite aiguë ont été rapportés après un traitement par carbimazole/thiamazole. En cas de pancréatite aiguë, le traitement par carbimazole/thiamazole doit être immédiatement interrompu. Etant donné qu\ une nouvelle exposition peut entraîner une récidive de la pancréatite aiguë, avec un délai d\ apparition écourté, ces médicaments ne doivent pas être administrés à des patients ayant des antécédents de pancréatite aiguë suite à la prise de carbimazole/thiamazole. (2) Recommandation renforcée concernant la contraception L\ hyperthyroïdie chez la femme enceinte doit être traitée de façon adéquate afin d\ éviter la survenue de graves complications maternelles et fœtales. De nouvelles données issues d\ études épidémiologiques et de cas rapportés confirment que le carbimazole/thiamazole est susceptible de provoquer des malformations congénitales en cas d\ administration pendant la grossesse, en particulier au cours du premier trimestre et à des doses élevées. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement par carbimazole/ thiamazole. Le carbimazole/thiamazole ne doit être administré pendant la grossesse qu\ après une évaluation rigoureuse au cas par cas du rapport bénéfice/risque et uniquement à la plus petite dose efficace possible, sans ajout d\ hormones thyroïdiennes. Si le carbimazole/thiamazole est administré au cours de la grossesse une surveillance étroite de la mère, du fœtus et du nouveau-né doit être mise en place..,\

  • Source : ansm.sante.fr

Onglyza (saxagliptine) : Risque de réaction d'hypersensibilité grave et de pancréatite aiguë - Lettre aux professionnels de santé

  • La saxagliptine (Onglyza®) est un inhibiteur de la dipeptidyl peptidase 4 (DPP4) indiqué chez les patients adultes âgés de 18 ans et plus atteints de diabète de type 2 pour améliorer le contrôle de la glycémie. Des réactions d'hypersensibilité graves, incluant angioedème et réaction anaphylactique, et des pancréatites aiguës ont été rapportées avec la saxagliptine (Onglyza®).La saxagliptine est désormais contre-indiquée chez les patients présentant des antécédents de réaction d'hypersensibilité grave, incluant réaction anaphylactique, choc anaphylactique et angioedème, avec la saxagliptine ou avec tout autre inhibiteur de la dipeptidyl peptidase 4 (DPP4). En cas de suspicion d'une réaction d'hypersensibilité grave à la saxagliptine, ce traitement doit être arrêté. Les patients doivent être informés des symptômes caractéristiques d'une pancréatite aiguë : douleur abdominale persistante et sévère et si une pancréatite est suspectée, la saxagliptine doit être arrêtée...

  • Source : ansm.sante.fr

Pancréatites chroniques alcooliques (Les) - - Examen Classant National : Question(s) 269 -

  • résumé, introduction, circonstances de découverte (soit découverte systématique, le plus souvent, parfois complications révélatrices, très rarement cancérisation, parfois par les signes de la phase tardive), éléments du diagnostic (clinique très évocatrice, examen physique clinique, orientation biologique, radiographie sans préparation de l'abdomen, échographie abdominale, TDM (+++) ou la wirsungo IRM, échoendoscopie, cholangiowirsungographie rétrograde endoscopique ), diagnostic de certitude (soit présence de calcifications sur l'ASP, même recherche avec échographie et TDM (+++) si ASP est négatif, échoendoscopie, examen per-opératoire avec biopsie, exploration fonctionnelle pancréatique n'est pas réalisée habituellement pour le diagnostic, différencier la pancréatite chronique aiguë (PCA), évolution naturelle, thérapeutique (pancréatite aiguë, formes douloureuses simples, stéatorrhée, diabète, kyste et pseudo-kyste, cholestase, dénutrition) , plan de la leçon, pré-requis, mots-clés, version imprimable, 7 pages

  • Source : sante.ujf-grenoble.fr

GLYBERA (alipogène tiparvovec), thérapie génique - Intérêt clinique insuffisant en raison de l effet modeste hétérogène et non durable, sur la triglycéridémie et la prévention de la survenue de pancréatites et des incertitudes sur la tolérance à court et moyen terme

  • « GLYBERA a l AMM dans le traitement des adultes présentant un déficit familial en lipoprotéine lipase (LPL) et souffrant de crises de pancréatites sévères ou multiples malgré un régime pauvre en lipides.n Un effet modeste sur les triglycérides et les pancréatites a été observé sans maintien de cet effet à moyen et long terme (retour à l état initial des taux de triglycérides un an après l injection) et une hétérogénéité de la réponse thérapeutique inter-patient.n Il persiste des incertitudes sur la tolérance à court et moyen terme de cette thérapie génique qui ne peut être ré-administrée en raison de son mécanisme d action...

  • Source : has-sante.fr

ALLI® (orlistat 60mg, gélules) - Nouvelles mises en garde concernant la néphropathie à l'oxalate et les interactions avec la levothyroxine et les antiépileptiques. Ajout des effets indésirables pancréatite et néphropathie à l'oxalate

  • Les patients présentant une maladie rénale doivent consulter leur médecin avant de commencer le traitement, car l'utilisation de l'orlistat peut, dans de rares cas, être associée à une hyperoxalurie et à une néphropathie à l'oxalate. Les patients prenant de la levothyroxine doivent consulter leur médecin avant le début du traitement par alli. Les patients prenant un médicament antiépileptique doivent consulter leur médecin avant le début du traitement par alli. La pancréatite a été ajoutée à la liste des effets indésirables puisqu'elle a été rapportée chez un certain nombre de patients...

  • Source : ansm.sante.fr

Pancréatite chronique et insuffisance pancréatique De l'origine à son traitement

  • Chez un patient qui présente des signes cliniques de maldigestion ou malabsorption (selles défaites, amaigrissement, etc.) il faut penser à un manque d'enzymes pancréatiques dû à une pancréatite chronique. La principale cause d'insuffisance pancréatique exocrine est, sous nos attitudes, une pancréatite chronique secondaire à une consommation excessive d'alcool. Depuis 1996, plusieurs anomalies génétiques ont été associées à des cas de pancréatite idiopathique et de pancréatite chronique liée ou non à l'alcool. Il n'existe actuellement pas de bons tests diagnostics de la maladie et le diagnostic se base le plus souvent sur un faisceau d'arguments cliniques et biologiques. Le traitement est multidisciplinaire et fait intervenir le médecin internistegénéraliste, le gastro-entérologue et en dernier recours le chirurgien lorsque les procédures d'endoscopie interventionelle n'ont pas été couronnées de succès.

  • Source : medicalforum.ch

Pancréatite aiguë - - Examen Classant National : Question(s) 268 -

  • résumé, diagnostic (forme typique, formes incomplètes ou symptomatiques), diagnostic étiologique (lithiase biliaire, alcool, origine infectieuse, CPRE et sphinctérotomie endoscopique, traumatismes opératoires bilio-pancréatiques, après gastrectomie, PA ischémiques et post-traumatiques, hyperparathyroïdie et hypercalcémie, hyperlipidémie, PA d'origine tumorale, PA et pancréas divisum, PA médicamenteuses et toxiques), diagnostic de gravité (définition des PA sévères, critères pronostiques et scores), évolution (guérison de l'épisode, pancréatites sévères, complications systémiques, autres complications, complications abdominales), traitement (dans la PA bénigne ou oedémateuse, dans la PA sévère), cas clinique : traitement moderne d'une pancréatite aiguë sévère avec infection de la nécrose , plan de la leçon, pré-requis, mots clés, références, version imprimable, 7 pages

  • Source : sante.ujf-grenoble.fr

La pancréatite aiguë ou la nécessité d'anticipation

  • La pancréatite aiguë, dont les principales étiologies sont la lithiase biliaire et l'abus d'alcool, est une maladie inflammatoire potentiellement létale, pour laquelle on note une augmen tation de l'incidence et une diminution de la mortalité. L'élimi nation de la cause, le support hémodynamique et respiratoire et le traitement des complications sont les principaux axes de traitement. La pancréatite aiguë sévère nécessite en outre une collaboration étroite entre chirurgiens, radiologues interventionnels, gastro-entérologues et intensivistes. De nombreuses controverses subsistent quant à l'administration prophylactique d'antibiotiques et le support nutritionnel. En résu mé, l'anticipation dans le diagnostic, l'identification de la cause, la sévérité de l'atteinte et la réanimation sont indispensables à un traitement optimal de cette maladie complexe.

  • Source : revmed.ch

Pancréatite autoimmune

  • La pancréatite autoimmune représente une forme distincte de pancréatite chronique. Elle se présente souvent par un ictère et une masse du pancréas, associés à une insuffisance pancréatique exocrine et endocrine. Sur le plan histologique, on note un infiltrat lymphoplasmocytaire et une fibrose. Dans le sérum, on constate l élévation des IgG4 et de certains auto-anticorps. La maladie répond rapidement à une corticothérapie dans 70-80% des cas. En l absence de critères diagnostiques unifiés, le diagnostic de la pancréatite autoimmune reste difficile. En particulier, le diagnostic différentiel avec le cancer du pancréas ou des voies biliaires constitue un réel défi. Afin d éviter des résections pancréatiques inutiles pour une maladie bénigne facilement traitable, il est urgent d obtenir des critères diagnostiques plus précis faisant l objet d un consensus international.

  • Source : revmed.ch

Évaluation du lien éventuel entre désinfectants pour les mains à base d'éthanol et la survenue d'une pancréatite aiguë

  • Cette étude montre que l'exposition à l'éthanol dans des conditions de ventilation mécanique défectueuse dans la salle de cours pourrait entraîner une éthanolémie maximale de 5,9 mg/L, qui est située dans le même ordre de grandeur que l'éthanolémie endogène rapportée dans la littérature. Il est à noter par ailleurs à titre d'exemple que chaque verre de boissons alcoolisées contient 12 g d'éthanol et conduit à un pic sanguin de 150 à 250 mg/L. En se fondant sur les résultats de cette étude, aucune relation ne peut être retenue entre l'exposition au PHA et l'augmentation de l'éthanolémie pouvant conduire à l'apparition de la pancréatite aiguë rapportée...

  • Source : ansm.sante.fr

Les enzymes pancréatiques pour le traitement de la pancréatite chronique

  • Contexte : L'efficacité des enzymes pancréatiques dans la réduction de la douleur et l'amélioration de la stéatorrhée est discutable et la base factuelle de leur utilité doit être déterminée.nObjectifs : Évaluer l'efficacité des enzymes pancréatiques chez les patients atteints de pancréatite chronique. Les objectifs spécifiques étaient de comparer ce qui suit : 1) enzymes pancréatiques versus placebo , 2) différentes préparations d'enzymes pancréatiques et 3) différents schémas posologiques des préparations enzymatiques. Nous avons évalué les critères de résultat suivants : changement dans la fréquence des douleurs abdominales, durée des épisodes de douleur, intensité de la douleur, perte de poids, stéatorrhée, graisses fécales et qualité de vie.

  • Source : cochrane.org

Place de la stratégie couplant les dosages de la trypsine immunoréactive (TIR) et de la protéine associée à la pancréatite (PAP) dans le dépistage systématique de la mucoviscidose en France - Note de cadrage

  • La méthode utilisée repose sur une comparaison des performances diagnostiques et de l efficience de différentes stratégies de dépistage, incluant ou non un test génétique. Une analyse des enjeux éthiques a été réalisée afin de mettre en perspective les résultats observés.

  • Source : has-sante.fr

Évaluation de l'amylasémie et de la lipasémie pour le diagnostic initial de la pancréatite aiguë

  • Indication du niveau de preuve, L'objectif de cette évaluation est d'analyser comparativement les performances diagnostiques des dosages de la lipasémie et de l'amylasémie dans le diagnostic biologique de la pancréatite aiguë. Cette démarche a été menée par une actualisation de l'état des connaissances scientifiques sur le sujet, depuis la conférence de consensus française de 2001 consacrée à la pancréatite aiguë. En 2009, la HAS préconise de ne plus doser l'amylasémie, seule la lipasémie doit être dosée pour le diagnostic biologique de la pancréatite aiguë

  • Source : has-sante.fr

Pancréatites médicamenteuses

  • La pancréatite aiguë médicamenteuse représente environ 2% des pancréatites aiguës. Son incidence est actuellement en augmentation avec plus de 260 médicaments incriminés. Les étapes importantes dans le diagnostic sont l'exclusion d'autres causes de pancréatite aiguë, la chronologie entre l'introduction de l'agent pharmacologique et l'apparition des symptômes, l'amélioration clinique après interruption de ce dernier ainsi que la présence dans la littérature de cas précédemment décrits. Le degré d'imputabilité des différents médicaments a été classé soit en fonction de l'importance de l'association (définie, probable et possible), soit en nombre de cas rapportés. L'évolution est, dans la grande majorité des cas, bénigne mais de rares cas de décès ont été rapportés...

  • Source : revmed.ch

BLINCYTO (blinatumomab) - Risque de pancréatite

  • Des cas de pancréatite menaçant la vie et parfois mortelle, associée à l'utilisation de BLINCYTO (blinatumomab), ont été signalés.nn Le diagnostic de pancréatite doit être envisagé chez les patients qui prennent BLINCYTO et qui présentent une douleur intense à la partie supérieure de l'abdomen s'accompagnant de nausées, de vomissements ou de sensibilité abdominale.nn Si une pancréatite est soupçonnée, il faut interrompre temporairement le traitement par BLINCYTO ou y mettre fin.nn La monographie canadienne du produit a fait l'objet d'une mise à jour pour tenir compte de ces nouveaux renseignements en matière d'innocuité...

  • Source : canadiensensante.gc.ca

Nutrition entérale versus parentérale dans les cas de pancréatite aiguë

  • La pancréatite aiguë crée un état de stress catabolique favorisant une réponse inflammatoire systémique et une détérioration nutritionnelle. L'apport adéquat de nutriments joue un rôle important dans le rétablissement. La nutrition parentérale totale NPT) est une pratique standard pour apporter des nutriments exogènes aux patients atteints de pancréatite aiguë grave. Cependant, les données récentes suggèrent que la nutrition entérale NE) n'est pas seulement réalisable, mais qu'elle est également plus sûre et plus efficace. Par conséquent, nous avons cherché à mettre à jour notre revue systématique afin de réévaluer le niveau de preuve.

  • Source : cochrane.org

Pancréatite aiguë

  • La pancréatite aiguë est définie comme l inflammation aiguë de la glande pancréatique. La destruction tissulaire par les enzymes pancréatiques protéolytiques (notamment la trypsine) se traduit par des lésions histologiques associant œdème interstitiel et cytostéatonécrose (nécrose pancréatique et des tissus avoisinants). Une pancréatite aiguë bénigne est caractérisée par l existence seule d un œdème du pancréas. Lors d une pancréatite aiguë sévère, il existe une ou plusieurs défaillances d organes ou une complication locale (nécrose étendue, abcès, pseudo-kyste).

  • Source : wiki.side-sante.fr

Blincyto® (blinatumomab) : Risque de pancréatite - Lettre aux professionnels de santé

  • Des cas de pancréatite engageant le pronostic vital ou d issue fatale ont été rapportés chez des patients traités par Blincyto® dans le cadre des essais cliniques et depuis la commercialisation. Des traitements par corticoïdes à forte dose ont pu contribuer, dans certains cas, à la survenue de ces pancréatites...

  • Source : ansm.sante.fr

Évaluation de l'amylasémie et de la lipasémie pour le diagnostic initial de la pancréatite aiguë

  • Devant un tableau clinique évocateur de pancréatite aiguë, le seul dosage biologique à visée diagnostique à réaliser est celui de la lipasémie. Une évaluation de la HAS a confirmé la supériorité de ce dosage sur celui de l'amylasémie, qui n'a plus d'intérêt dans cette indication. Cette fiche revient sur les quatre principales conclusions de cette évaluation.

  • Source : has-sante.fr

La pancréatite auto immune: Revue systématique de la littérature

  • La pancréatite autoimmune (PAI) est une forme particulière de pancréatite chronique récemment individualisée et qui était parfois confondue avec le diagnostic de cancer pancréatique.nC est à partir d observations uniques rapportant des cas de pancréatite associée à une hypergammaglobulinémie, une cirrhose biliaire primitive ou un syndrome de Gougerot- Sjögren, qu était née l hypothèse incriminant un processus autoimmun dans la pathogénie de certaines pancréatites.

  • Source : latunisiemedicale.com