Osteoporose [ Niveau Expert ]

osteoporose [ Niveau Expert ]

Expert > osteoporose

  • Introduction. Cette étude constitue une référence pour l\ emploi à l\ échelle nationale des stratégies de dépistage, de prévention et de prise en charge de l\ ostéoporose chez les Canadiens de 40 ans et plus. Elle repose sur des données recueillies un an avant la publication des dernières Lignes directrices de pratique clinique (2010) d\ Ostéoporose Canada. Méthodologie. Les données proviennent de la composante Réponse rapide sur l\ ostéoporose de l\ Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2009. L\ échantillon de l\ étude (n = 5704) a été divisé en quatre sous-groupes de risque : 1) diagnostic d\ ostéoporose et fracture majeure, 2) diagnostic d\ ostéoporose seulement, 3) fracture majeure seulement et 4) aucun diagnostic d\ ostéoporose et aucune fracture majeure. Nous avons calculé des statistiques descriptives et effectué des analyses de régression logistique multinomiale multivariée pour déterminer les facteurs indépendants associés aux stratégies de dépistage, de prévention et de prise en charge de l\ ostéoporose. Les estimations ont été pondérées afin d'être représentatives de la population des ménages canadiens de 40 ans et plus vivant dans les dix provinces. Résultats. Environ 10,1 % de la population, soit 1,5 million de Canadiens de 40 ans et plus, ont déclaré avoir reçu un diagnostic d\ ostéoporose. La majorité d\ entre eux ont déclaré avoir pris des suppléments de vitamine D ou de calcium et avoir reçu une ordonnance de médicaments pour l\ ostéoporose, mais moins de 40 % ont déclaré faire de l\ activité physique régulière. Parmi les personnes sans diagnostic d\ ostéoporose, environ 6,7 % (1 million) ont déclaré avoir subi une fracture majeure. Sur ce nombre, le tiers a déclaré avoir passé une densitométrie osseuse et moins de la moitié a déclaré avoir pris des suppléments de vitamine D ou de calcium ou faire de l\ activité physique régulière. Les antécédents de fracture majeure n\ ont pas été associés aux examens de densitométrie osseuse ni à la consommation de médicaments contre l\ ostéoporose. Conclusion. Une grande partie des Canadiens qui risquent de souffrir d\ ostéoporose \u2013 ceux ayant des antécédents de fracture majeure \u2013 ne passent pas de densitométrie osseuse et n\ adoptent pas de mode de vie favorable à la santé osseuse. Cette étude fournit les données de référence dans le temps nécessaires pour évaluer si les dernières lignes directrices de pratique clinique vont avoir eu une incidence sur les soins liés à l\ ostéoporose au Canada.

  • Source : canada.ca

t Concordance entre les différentes recommandations du traitement de l'ostéoporose et la pratique de rhumatologues : étude sur 372 patientes issues de la filière ADOV

  • tnIntroduction : l'ostéoporose, sous dépistée et sous diagnostiquée, constitue un enjeu majeur de santé publique. Elle a fait l'objet de différentes recommandations ces dernières années qui ne facilitent pas une amélioration de la prise en charge dont le médecin généraliste en est le principal acteur.L'objectif principal de notre étude était de mesurer la concordance entre les différentes recommandations du traitement médicamenteux de l'ostéoporose et la pratique de rhumatologues

  • Source : sudoc.fr

Ostéoporose en prévention secondaire : ressentis et prise en charge par les médecins généralistes des patients ayant eu accès à la filière ostéoporose du CHU Amiens Picardie en 2014 : analyse déclarative auprès de 11 médecins généralistes samariens

  • Introduction : L ostéoporose est un problème de Santé publique. Pourtant l ostéoporose en prévention secondaire est sous diagnostiquée. Dans ce contexte, des « filières fractures » ont été créés. Celle d Amiens a été évaluée au cours d un travail de thèse, la première cause d arrêt du traitement anti-ostéoporotique était le non renouvellement par le médecin généraliste (MG). Cette étude avait pour objectif principal de connaître les difficultés ressenties par le MG lors de la prise en charge d un patient ostéoporotique en prévention secondaire en collaboration avec la filière

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Actualités thérapeutiques dans le traitement de l'ostéoporose postménopausique

  • Au cours des dix dernières années, de nombreux traitements de l'ostéoporose ont été mis sur le marché, à la suite de la démonstration de leur efficacité anti-fracturaire. Le processus décisionnel, face à une patiente ostéoporotique, s'est donc à la fois enrichi et compliqué. A l'heure actuelle, les bisphosphonates (alendronate, risédronate et ibandronate) ont fait la preuve de leur efficacité anti-fracturaire. Il ne semble pas possible de distinguer une différence d'efficacité entre les molécules commercialisées dans notre pays. Le choix de la prescription sera principalement guidé par les possibilités d'optimaliser l'adhérence thérapeutique des patientes au traitement. Le raloxifène, modulateur sélectif des récepteurs aux oestrogènes possède à la fois un effet anti-fracturaire au niveau vertébral et un effet positif au niveau du cancer mammaire. Le peptide dérivé de l'hormone parathyroïdienne, stimulateur de la formation osseuse, permet de réduire les fractures vertébrales et non-vertébrales, tout en étant, malheureusement, grevée d'un coût prohibitif. Le ranelate de strontium possède un mécanisme d'action unique qui se traduit, cliniquement, par un large spectre d'efficacité, tant en termes de sites fracturaires où son efficacité a été démontrée, que de populations pouvant bénéficier de son action. Cette molécule est la seule, à ce jour, à avoir démontré une efficacité anti-fracturaire étendue chez les patientes âgées de plus de 80 ans.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Ostéoporose de la femme ménopausée. 1re partie : les objectifs thérapeutiques

  • L'ostéoporose est une diminution de la masse osseuse, accompagnée de modifications de son architecture, qui commence dès l'âge de trente ans environ et s'accentue chez les femmes après la ménopause, favorisée par la carence oestrogénique. L'ostéoporose, asymptomatique, aboutit à une fragilité de l'os favorisant la survenue de fractures sans traumatisme ou après un traumatisme mineur. Les localisations caractéristiques sont les tassements vertébraux et les fractures du col du fémur, du poignet, de la diaphyse humérale. Les fractures vertébrales passent souvent inaperçues et sont diagnostiquées à la radiographie du rachis, ou se traduisent par une diminution de la taille staturale. C'est la prévention de ces fractures qui motive la prescription, soit en prévention primaire (avant une première fracture), soit en prévention secondaire (après). Le délai de survenue de fractures pose le problème de la durée de traitement (la perte osseuse reprend dès que l'on arrête les traitements, quels qu'ils soient1), et de son moment, dans la mesure où le risque individuel est difficilement évaluable. Ce premier article fait le point sur les objectifs et critères d'évaluation du traitement. Le second article fera « l'inventaire » des médicaments disponibles et des stratégies les mieux validées. Les ostéoporoses secondaires ne seront pas abordées dans cette revue.

  • Source : jle.com

Antiostéoporose : Les points essentiels

  • Les médicaments actuellement utilisés dans la prévention des fractures ostéoporotiques présentent ont pour objectif de réduire la perte osseuse. Avant tout traitement spécifique, il est essentiel de corriger une éventuelle carence en calcium et/ou en vitamine D par ajustement des apports alimentaires voir une supplémentation médicamenteuse. L'obtention du sevrage tabagique et/ou alcoolique ainsi que l'exercice physique et la prévention des chutes font partie de la prise en charge globale de ces patients. nnDans le cadre des formes post-ménopausiques d ostéoporose, la prescription du traitement hormonal de la ménopause (THM) est limitée aux patientes répondant mal ou tolérant mal les traitements de première intention. Ils peuvent être cependant justifiés en cas de troubles sévères du climatère.nnLes médicaments anti-ostéoporotiques spécifiques se divisent en deux classes :nn Les molécules empêchant la résorption osseuse:n Les bisphosphonates qui constituent la plus grande classe et présentent un large spectre d efficacité.n le raloxifène: un modulateur spécifique des récepteurs oestrogéniquesn le ranélate de strontiumn le dénosumab, un anticorps monoclonal dirigé contrele RANK ligand.nn Les molécules qui, au contraire, stimulent la formation osseuse : le tériparatide et l'hormone parathyroidienne (PTH)...

  • Source : pharmacomedicale.org

Portrait de l usage des bisphosphonates et du dénosumab chez les personnes de 50 ans ou plus souffrant d ostéoporose couvertes par le régime public d assurance médicaments

  • L efficacité comparative de l alendronate, du risédronate, du dénosumab et de l acide zolédronique à réduire le risque de fracture de fragilisation a été démontrée dans plus d une méta-analyse n incluant que des essais cliniques à répartition aléatoire. Cependant, le taux de persistance et le niveau d adhésion au traitement à l alendronate et au risédronate se sont avérés insuffisants en situation réelle d usage. Ces deux conditions essentielles à l efficacité d un traitement médicamenteux n avaient pas été évaluées jusqu à présent chez les utilisateurs courants de dénosumab ou d acide zolédronique.nnLes objectifs cette étude étaient de décrire les nouveaux utilisateurs d alendronate, de risédronate, de dénosumab et d acide zolédronique et d estimer le taux de persistance et le niveau d adhésion à ces traitements pharmacologiques de même qu aux suppléments de calcium et de vitamine D administrés en concomitance.

  • Source : inesss.qc.ca

Nutrition et ostéoporose chez le sujet âgé

  • L'ostéoporose concerne 50 % des femmes de plus de 80 ans. La prévalence de la dénutrition protéino-énergétique est élevée aussi bien chez les personnes âgées vivant à domicile que chez celles en institution. La dénutrition entraîne des pertes tissulaires prédominant sur le compartiment protéique, perte appelée sarcopénie. Parmi les facteurs étiologiques communs, certaines cytokines, par exemple, agissent à la fois sur la protéolyse et sur le remodelage osseux en perturbant le métabolisme ostéoclastique. Ainsi des mécanismes de production de cytokines (inflammation, stress) peuvent rendre compte à la fois d'un remodelage osseux défavorable et de la réduction de la masse protidique aggravant le pronostic fonctionnel musculaire. Nous avons recherché les articles entre 1980 et 2010 (Medline ®) concernant les relations entre compartiment protidique, dénutrition et densité osseuse. Plusieurs études de la littérature indiquent que l'augmentation des nutriments protidiques dans la ration calorique journalière pourrait avoir un effet positif sur la densité minérale osseuse et les performances fonctionnelles que ce soit en prévention primaire ou secondaire. Ainsi, les mesures préventives primaire et secondaire de l'ostéoporose doivent comporter une augmentation des apports protidiques associée au maintien de l'activité physique.

  • Source : jle.com

Actualisation 2014 des recommandations sur la prévention et le traitement de l ostéoporose cortico-induite

  • Sous l égide de la section Os de la Société française de rhumatologie (SFR) et du Groupe de recherche et d information sur les ostéoporoses (GRIO) en collaboration avec des sociétés savantes (collège national des généralistes enseignants généralistes, Société nationale française de gastroentérologie, Société nationale française de médecine interne, Société de néphrologie) les recommandations sur la prévention et le traitement de l ostéoporose cortico-induite publiées en 2003 par la Haute Autorité de santé (HAS) ont été actualisées. Un groupe de travail représentatif des spécialités médicales intervenant dans la prise en charge de ces patientes a élaboré ces recommandations à partir d une analyse systématique de la littérature selon la méthode HAS. Ces recommandations sont destinées à tous les médecins amenés à prendre en charge des patients allant débuter ou recevant une prise prolongée de glucocorticoïdes (durée ≥ 3 mois) quelles que soient la dose et la maladie

  • Source : grio.org

Des bisphosphonates pour traiter l'ostéoporose (Aclasta, Actonel, Didrocal, Fosamax, Fosavance) présentent un risque faible mais accru de fractures inhabituelles du fémur - Bisphosphonate osteoporosis drugs (Aclasta, Actonel, Didrocal, Fosamax, Fosavance): Small but increased risk of unusual thigh bone fractures

  • Santé Canada informe les Canadiens de l'examen qu'il vient d'effectuer des bisphosphonates utilisés pour traiter l'ostéoporose, et du risque d'un type rare, mais grave, de fracture du fémur connue sous le nom de fracture atypique du fémur. Les fractures atypiques du fémur sont très rares. Elles semblent compter pour moins de 1 % de toutes les fractures de la hanche et du fémur. L'examen des données scientifiques qu'a réalisé Santé Canada révèle un risque légèrement accru de ce type de fracture chez les utilisateurs de bisphosphonates...

  • Source : healthycanadians.gc.ca

Recommandations de l ASCO pour la prise en charge des patients avec ostéoporose

  • Le problème majeur de santé publique que représente l ostéoporose en raison du vieillissement de la population nécessite une prise en charge d un nombre grandissant de patients. Des moyens thérapeutiques efficaces sont disponibles. Leur utilisation judicieuse requiert des outils diagnostiques permettant d évaluer en pratique clinique la probabilité qu un patient donné est à risque de subir une fracture ostéoporotique. Jusqu à présent, la prédiction du risque basé sur la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) ne fournissait qu une indication relative du risque. L algorithme FRAX, proposé par l OMS, facilement accessible sur internet, offre aux praticiens la possibilité d évaluer le risque fracturaire absolu, basé sur des facteurs de risque cliniques, sans coût supplémentaire, ce qui devrait permettre de mieux cibler les patients qui doivent bénéficier d une intervention thérapeutique.

  • Source : revmed.ch

Ostéoporose et médecine personnalisée

  • L ostéoporose est encore à un stade très précocend implémentation de la médecine personnalisée. Toutefois,nle développement d un algorithme (FRAX®) permettant, surnbase des facteurs cliniques, avec ou sans l aide de la densitométrienosseuse, de prédire le risque fracturaire individuelnà dix ans, a permis de personnaliser la décision de mettre ennplace un traitement pharmacologique. Cet algorithme permetnégalement d orienter le choix du praticien vers certainesnmolécules dont l efficacité sur les fractures non vertébralesnn a été démontrée que pour des risques élevés de fracture.nLa prise en considération des préférences individuelles desnpatients lors du choix d un traitement permettra d optimalisernl adhérence thérapeutique et, subséquemment, l efficaciténet l efficience des traitements. La recherche d un profil génétiquenpermettant de prédire l évolution naturelle de l ostéoporosenou la réponse thérapeutique chez un patient donné reste,nà ce jour, sans résultat tangible.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

t Ostéoporose en prévention secondaire : ressentis et prise en charge par les médecins généralistes des patients ayant eu accès à la filière ostéoporose du CHU Amiens Picardie en 2014 : analyse déclarative auprès de 11 médecins généralistes samariens

  • Introduction : L ostéoporose est un problème de Santé publique. Pourtant l ostéoporose en prévention secondaire est sous diagnostiquée. Dans ce contexte, des « filières fractures » ont été créés. Celle d Amiens a été évaluée au cours d un travail de thèse, la première cause d arrêt du traitement anti-ostéoporotique était le non renouvellement par le médecin généraliste (MG). Cette étude avait pour objectif principal de connaître les difficultés ressenties par le MG lors de la prise en charge d un patient ostéoporotique en prévention secondaire en collaboration avec la filière

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Plan d'action contre l'ostéoporose : Une stratégie de lutte contre l'ostéoporose en Ontario - rapport du Comité du Plan d'action contre l'ostéoporose au ministère de la Santé et des Soins de longue durée

  • Indication du niveau de preuve, contexte (généralités sur l'ostéoporose, répercussions, risques, facteurs influençant la santé des os, prévention, traitement, mesures pour réduire le risque d'ostéoporose et de fractures, intérêt d'une stratégie de lutte, promotion de la santé des os, dépistage précoce, prestation de soins fondés sur les éléments probants, intégration du traitement des fractures, réadaptation et prise en charge de l'ostéoporose, promotion de la prise en charge personnelle et de la prévention des chutes, promotion des pratiques fondées sur les éléments probants, recherche et transfert de nouvelles connaissances, rôle de leadership, références , 88 pages

  • Source : govdocs.ourontario.ca

L application des connaissances sur l ostéoporose chez les jeunes adultes : nouvelles orientations pour les programmes de prévention

  • Introduction : La prévention de l ostéoporose dépend grandement des programmesnd éducation, qui sont efficaces surtout lorsqu ils sont adaptés à leurs destinataires. Lanplupart des programmes d éducation préventive étant conçus pour les adultes relativementnâgés, leur application est plus difficile auprès d un public adulte plus jeune.nConcevoir des programmes à l intention des jeunes adultes nécessite de tenir compte denleurs pratiques de recherche d information, de manière à favoriser une application efficacendes connaissances sur l ostéoporose.

  • Source : canada.ca

Les médicaments de l ostéoporose - Fiche bon usage du médicament (Fiche BUM)

  • Chez qui instaurer un traitement anti-ostéoporotique ?n Comment instaurer un traitement de l ostéoporoseu2008?n Quels sont les médicaments de l ostéoporose dont le service médical rendu* est suffisant u2008?n I u2013 Les bisphosphonatesn Acide alendroniquen Acide zolédroniquen Risédronaten II u2013 Les autres médicamentsn Dénosumabn Raloxifènen Ranélate de strontiumn Tériparatiden Quels sont les médicaments de l ostéoporose dont le service médical rendu est insuffisant u2008?n Conduite à tenir en l absence de fracture évocatrice d ostéoporosen Conduite à tenir en cas de corticothérapie en coursn Conduite à tenir en cas de fracture évocatrice d ostéoporosen Coût des médicaments de l ostéoporose ayant montré leur efficacité pour prévenir les fractures des vertèbres et de la hanche...

  • Source : has-sante.fr

Evaluation de l observance des patients au traitement de fond de l ostéoporose, à distance d une consultation hospitalière spécialisée en rhumatologie au CHU d Angers

  • tnnIntroduction : l ostéoporose provoque des fractures non traumatiques associées à une réduction de l espérance de vie. Différents traitements ont prouvé leur efficacité dans les études randomisées de grande ampleur. Ces résultats ne sont pas reproductibles en pratique courante en raison de l observance imparfaite des patients. L objectif principal de l étude était d évaluer l adhésion au traitement de fond de l ostéoporose proposé aux patients au décours d une consultation hospitalière spécialisée en rhumatologie. L objectif secondaire était d étudier les explications données par les patients non-observants.

  • Source : dune.univ-angers.fr

Représentations et connaissances de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées : étude qualitative à partir de 9 focus groups

  • L ostéoporose est une affection généralisée et progressive du squelette caractérisée par une diminution de la densité minérale osseuse et une détérioration micro architecturale du tissu osseux. Elle est un problème de santé publique mais reste sous-diagnostiquée dans les pays développés. Il est important de mieux connaitre les connaissances et représentations des femmes ménopausées quant à l ostéoporose ainsi que leurs attentes. Cela permettra d en affiner la communication et la prise en charge des patientes. Cette étude qualitative, réalisée par entretiens de groupe, incluait des femmes ménopausées de plus de 50 ans, sensibilisées ou non à l ostéoporose, de l agglomération lyonnaise. Elle explorait les connaissances et les représentations de l ostéoporose qu avaient ces femmes

  • Source : n2t.net

Évaluation de la prise en charge de l ostéoporose fracturaire chez les patients de plus de 50 ans hospitalisés dans le service d orthopédie au CHU de Rouen

  • Objectif : L ostéoporose est une maladie généralisée du squelette qui provoque une fragilité osseuse accrue et donc un risque élevé de fracture. Elle constitue aujourd hui un problème de santé publique mondial, responsable de complications graves parfois mortelles. Son diagnostic et sa prise en charge thérapeutique se révèlent actuellement très insuffisants. Il est estimé que seuls 20 % des patients sont pris en charge pour leur ostéoporose à la suite de leur fracture. L objectif de notre étude est d évaluer la prise en charge de l ostéoporose fracturaire chez les patients de plus de 50 ans hospitalisés dans le service d orthopédie du CHU de Rouen

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Représentations et connaissances des médecins généralistes concernant l'ostéoporose et sa prise en charge : étude qualitative à partir de 16 entretiens individuels

  • L ostéoporose (OP) est une maladie prévalente, génératrice de coûts humains et financiers importants. Cette prévalence est supposée s accentuer avec l allongement de l espérance de vie moyenne des populations et de leur vieillissement. Bien que des moyens préventifs et thérapeutiques existent, sa prise en charge est insuffisante. Informer les populations comme les professionnels pour optimiser un dépistage des personnes à risque d OP pour en réduire la morbimortalité semble souhaitable. Identifier les connaissances, perceptions, pratiques et difficultés des médecins généralistes concernant la prévention, le diagnostic et le traitement de l OP

  • Source : sudoc.fr