Osteome osteoide [ Publications ]

osteome osteoide [ Publications ]

Publications > osteome osteoide

  • Prérequis: L'ostéome ostéoïde est une cause rare de douleurs osseuses. Si son diagnostic est généralement facile dans les localisations classiques diaphysaires, il peut être trompeur quand il se situe en juxta et péri-articulaire en raison d'une présentation clinique atypique responsable d'un retard diagnostique. But: Rapporter une nouvelle observation. Observation: Nous rapportons l'observation d'une jeune patiente de 22 ans présentant un ostéome ostéoïde intra-articulaire du coude. Devant un tableau clinique atypique fait d'une monoarthrite chronique du coude rebelle aux anti-inflammatoires non stéroïdiens et aux antalgiques, le diagnostic n'a été porté que 10 mois après la première consultation grâce à l'imagerie en coupe. En effet, l'image d'ostéome ostéoïde de la palette humérale associé à une synovite et à un épanchement articulaire, suspectée sur l'IRM, a été confirmée par la tomodensitométrie qui a mis en évidence l'image de nidus. L'ablation chirurgicale de la tumeur a permis la disparition totale des douleurs en post-opératoire immédiat ainsi que la récupération de la fonction articulaire. Conclusion: Une monoarthrite chronique inexpliquée peut révéler un ostéome ostéoïde intra-articulaire. La tomodensitométrie demeure alors l'examen de référence pour confirmer le diagnostic. L'excision en bloc de la tumeur permet de soulager la douleur et de récupérer une bonne fonction articulaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde géant de l'étage postérieur de la base du crâne. A propos d'un cas et revue de la littérature.

  • Objectif. - L'ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse bénigne intéressant surtout les os longs. Les localisations crâniennes sont rares, atteignant surtout la voûte et l'étage antérieur de la base du crâne. L'ostéome ostéoïde de l'étage postérieur de la base du crâne est exceptionnel. Observation. - Les auteurs rapportent un cas rare d'ostéome ostéoïde géant, pétro-occipital gauche, chez un homme de 26 ans, admis dans un tableau d'hypertension intracrânienne associé à un syndrome cérébelleux avec présence d'une volumineuse tuméfaction rétro-auriculaire gauche. L'IRM objective une volumineuse lésion de la fosse cérébrale postérieure avec érosion du rocher et de la partie gauche de l'occiput. Une exérèse large a été réalisée par un abord rétro-sigmoïde gauche. A notre connaissance, la revue de la littérature ne retrouve pas de cas similaire à ce jour. Conclusion. - Bien que rare et bénin, l'ostéome ostéoïde peut être responsable de signes neurologiques objectifs dus à l'effet de masse ou à l'envahissement de structures nerveuses, spécialement au niveau de l'étage postérieur de la base du crâne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Thermocoagulation percutanée scannoguidée de l'ostéome ostéoïde.

  • Le but de cette étude était d'évaluer l'efficacité de la thermocoagulation percutanée de l'ostéome ostéoïde, toutes tranches d'âge et toutes localisations confondues. Trente trois patients, âgés de 7 à 39 ans, traités par thermocoagulation sous contrôle tomodensitométrique ont été revus rétrospectivement. Tous les patients ayant une lésion du membre inférieur ont été capables de prendre un appui total en postopératoire immédiat, et de reprendre leur activité normale en 24 à 48 heures. La douleur a disparu immédiatement après thermocoagulation chez 26 patients et la boiterie, lorsqu'elle était présente, a pris en moyenne 24 jours pour disparaître. Au recul moyen de 34 mois, un seul patient avait une douleur et une boiterie persistantes. La guérison clinique a été confirmée par tomodensitométrie et scintigraphie osseuse chez 12 patients. Cette méthode précise et peu invasive s'est avérée efficace, sûre, et associée à une diminution des dépenses de santé. Elle peut être recommandée comma la traitement de choix de l'ostéome ostéoïde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde du talus et kyste osseux essentiel du calcanéus homolatéral. Une association rare.

  • L'ostéome ostéoïde et le kyste essentiel siègent volontiers au niveau des os longs mais peuvent se voir au niveau des os courts du pied. L'association de ces deux tumeurs au niveau du même pied est inhabituelle. Nous rapportons une association d'un ostéome ostéoïde du talus et d'un kyste essentiel du calcanéus au niveau de l'arrière pied gauche chez une adolescente de 15 ans, ayant consulté pour douleurs inflammatoires nocturnes de l'arrière pied gauche évoluant depuis quatre mois. L'examen clinique était normal. Les radiographies standard avaient montré un kyste essentiel simple du calcanéus qui n'expliquait pas les douleurs nocturnes et inflammatoires. Une scintigraphie et une tomodensitométrie du pied gauche avaient décelé un ostéome ostéoïde du talus. Une biopsie exérèse totale de l'ostéome ostéoïde associée à un curetage et comblement par l'os spongieux du kyste essentiel étaient réalisés. La patiente n'avait pas présenté de récidive tumorale avec un recul de trois ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde intra-articulaire de la hanche: deux observations et revue de la littérature.

  • Abstract L’ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse bénigne qui affecte les adultes jeunes et se localise préférentiellement au niveau des os longs. La localisation intra-articulaire est rare et atteint le plus souvent la hanche. La symptomatologie clinique est alors atypique et peut faire errer le diagnostic constituant un défi diagnostique pour les cliniciens. Nous rapportons deux observations d’ostéome ostéoïde intra-articulaires de la hanche chez deux hommes âgés 24 et 45 ans, révélés par des douleurs de la hanche gauche de type inflammatoire évoluant depuis un an et un an et demi respectivement. Chez les deux patients, le tableau atypique de l’ostéome ostéoïde a été à l’origine d’un retard diagnostic. La tomodensitométrie est dans cette indication l’examen le plus spécifique qui a permis d’évoquer le diagnostic d’ostéome ostéoïde. Une fois le diagnostic est posé, l’exérèse chirurgicale à ciel ouvert a permis la guérison avec disparition totale des douleurs. L’examen histologique a confirmé le diagnostic final d’ostéome ostéoïde intra-articulaire dans les deux cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde sur le site d'une fracture diaphysaire ancienne du fémur.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un ostéome ostéoïde découvert au niveau du foyer d'une fracture consolidée du tiers moyen de la diaphyse fémorale chez une jeune fille de 18 ans. Cette localisation apparaît exceptionnelle. La survenue secondaire de douleurs permanentes après l'ablation de matériel sur le site d'une fracture consolidée, associée à la notion d'un écoulement postopératoire au niveau de la cicatrice pendant quelques jours, posait le problème du diagnostic différentiel entre une infection osseuse évoluant à bas bruit et la présence d'un ostéome ostéoïde évoquée d'après la séméiologie et l'âge. Les arguments tirés de l'examen tomodensitométrique, et de la scintigraphie osseuse couplée à la scintigrap ie aux leucocytes marqués, permettaient d'orienter le diagnostic, dont la confirmation devait être histologique et a été obtenue. Le repérage isotopique de cette petite lésion intra osseuse hyperfixiante a été particulièrement contributif.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Subluxation de la hanche et coxa valga secondaires à un ostéome ostéoïde.

  • Nous rapportons le cas d'un enfant de deux ans ayant présenté un ostéome ostéoïde extra-articulaire du fémur proximal qui a évolué en dix ans vers une subluxation de hanche avec déformation du fémur en coxa valga. L'ostéome ostéoïde a récidivé deux fois après exérèse chirurgicale et forage percutané. L'anamnèse retrouve également une longue durée de prise en charge médicamenteuse des deux récidives. La seconde poursuite évolutive est associée à l'excentration de la tête fémorale et à une rétraction des adducteurs: le traitement chirurgical a consisté en une ostéotomie de varisation qui a permis l'exérèse de la lésion, associée à une ténotomie des adducteurs. À quatre ans de recul, le résultat fonctionnel est excellent. La littérature retrouve deux cas d'ostéomes ostéoïdes ayant entraîné une subluxation de la hanche, mais les ostéomes ostéoïdes étaient intra-articulaires. Nous pensons que dans ce cas la subluxation de la hanche aurait pu être évitée par une prise en charge chirurgicale plus précoce.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un nouveau traitement de l'ostéome ostéoïde: la sclérose percutanée à l'éthanol sous guidage scanographique.

  • L'ostéome ostéoïde est une tumeur bénigne de l'os souvent caractéristique par sa présentation radio-clinique. Cependant, la sanction chirurgicale, garante d'une guérison définitive, peut être vouée à l'échec dans certaines localisations particulières (rachis, col du fémur...) ou en cas de mauvaise visibilité per-opératoire du nidus. De nombreuses techniques d'exérèse par voie percutanée sous contrôle scanographique ont donc été proposées. Nous suggérons une variante thérapeutique à ces dernières à propos d'un ostéome ostéoïde fémoral sous-trochantérien, dont l'exérèse complète a été impossible malgré 2 interventions chirurgicales. Il s'agit de la sclérose percutanée du nidus repéré en tomodensitométrie. La disparition des douleurs a été quasi immédiate, sans compromettre la mise en charge du membre. Une confrontation de cette technique simple et fiable est réalisée avec les différentes méthodes déjà décrites dans la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Exérèse arthroscopique d’un ostéome ostéoïde du col du talus droit

  • La localisation de l’ostéome ostéoïde au niveau de la cheville est rare. L’exérèse par voie d’abord arthroscopique est peu utilisée. Nous rapportons le cas d’un jeune homme qui présentait un ostéome ostéoïde du col du talus droit dont le diagnostic a été évoqué par l’IRM et dont l’exérèse a été réalisée sous arthroscopie du fait de la localisation intra-articulaire et sous-périostée de la tumeur. L’examen histologique de la pièce a confirmé le diagnostic. Les suites opératoires ont été simples avec une disparition complète des douleurs immédiatement et jusqu’à plusieurs mois après l’intervention. L’arthroscopie permet une exploration complète de l’articulation, l’exérèse totale de la tumeur par une voie d’abord mini-invasive limitant ainsi les risques infectieux et fonctionnels (enraidissement articulaire). L’utilisation d’instrument peu traumatisant doit être privilégiée pour permettre une étude histologique de la pièce opératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Présentation neurologique d’un ostéome ostéoïde du col fémoral

  • L’ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse bénigne fréquente de l’enfant. La présentation clinique comprend des douleurs articulaires sensibles à l’aspirine. Cependant des formes à présentation neurologique peuvent exister, et rendre le diagnostic difficile. Nous rapportons le cas d’un enfant de 8 ans qui présentait une boiterie aux dépens de la jambe gauche évoluant depuis plusieurs mois, associée à une amyotrophie du quadriceps et des gastrocnémiens. L’enfant souffrait de douleurs d’allure neurogène à l’aine gauche, avec un horaire de type inflammatoire. Les réflexes ostéotendineux achilléens et rotuliens étaient diminués du même côté. Il n’y avait pas d’anomalie sur la jambe et la cuisse droites. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie ont mis en évidence un ostéome ostéoïde du col fémoral gauche. Ce cas illustre également l’efficacité de la prise en charge en radiologie interventionnelle par radiofréquence percutanée, qui permet une récupération rapide.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde de la phalange chez l’enfant et problème diagnostique. À propos d’un cas

  • L’ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse bénigne d’origine inconnue, qui atteint préférentiellement les os longs. L’atteinte phalangienne reste rare et de diagnostic parfois difficile. Nous présentons l’observation d’une fille de 13 ans, présentant depuis cinq mois une tuméfaction douloureuse de la première phalange du médius droit et ne répondant pas aux anti-inflammatoires. Le diagnostic de tuberculose osseuse a été évoqué en premier (endémie tuberculeuse dans notre contexte), mais la biologie et la biopsie osseuse n’étaient pas en cette faveur. Une exérèse de la lésion a été réalisée, et l’histologie a confirmé le diagnostic d’ostéome ostéoïde. À travers notre observation et après une revue de la littérature, nous analysons les aspects cliniques et paracliniques de cette localisation rare, les diagnostics différentiels, et enfin les possibilités thérapeutiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde de la phalange distale sans hyperfixation scintigraphique

  • L’ostéome ostéoïde est une tumeur bénigne ostéoblastique de très petite taille, douloureuse, siégeant préférentiellement sur les os longs. Très rares sont les cas décrits sur les phalanges des orteils. La douleur occupe la quasi-totalité du tableau clinique. La clinique pauvre et une localisation atypique rendent le diagnostic difficile et souvent retardé. Il peut être longtemps confondu avec une infection localisée. Différents examens complémentaires ont été décrits pour aider au diagnostic dont la scintigraphie au technetium99-m couplée au scanner qui est devenu l’examen clé en termes de sensibilité et de précision morphologique. Nous rapportons le cas d’un enfant de 10 ans qui présentait un ostéome ostéoïde de localisation atypique sur la phalange distale du second orteil, avec une scintigraphie non fixante, sans nidus évident à la radiographie et au scanner. Le diagnostic a été confirmé par l’examen anatomopathologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une double localisation d'un ostéome ostéoïde du semi-lunaire

  • L'ostéome ostéoïde est une petite lésion, toujours bénigne qui correspond à un petit foyer d'hyperactivité ostéoblastique entouré d'une couronne d'os condensé. Il se situe préférentiellement sur les os longs, fémur et tibia. La localisation carpienne reste rare et atteint le plus souvent le scaphoïde. Nous rapportons un cas de double localisation d'un ostéome ostéoïde au niveau du semi-lunaire, révélé par une douleur du poignet de type inflammatoire évoluant depuis un an et demi. La radiologie standard et la tomodensitométrie du poignet ont objectivé deux lacunes centrales sans rupture de la corticale du semi-lunaire. Le curetage–comblement par greffon spongieux a permis la guérison avec une bonne récupération fonctionnelle. Les aspects cliniques, radiologiques et thérapeutiques seront discutés par les auteurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Arthrite au cours d’une spondylarthropathie révélatrice d’un ostéome ostéoïde

  • L’ostéome ostéoïde (OO), de diagnostic habituellement aisé, est plus rarement localisé en intra- ou juxta-articulaire où il peut mimer une véritable arthrite et responsable alors de retard diagnostique. Nous rapportons l’observation d’une femme de 38 ans présentant une spondylarthropathie associant des manifestations périphériques et axiales et répondant bien au léflunomide, excepté sur une localisation intéressant la cheville droite étonnamment résistante à tout traitement. Cette observation originale est la seule observation rapportée d’OO survenant dans un contexte de rhumatisme inflammatoire connu, les autres observations décrites jusqu’à ce jour étant des monoarthrites dues à la tumeur elle-même et interprétées comme un rhumatisme inflammatoire débutant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde de l'olécrane.

  • Les auteurs rapportent un cas d'ostéome ostéoïde de l'olécrane développé dans la grande cavité sigmoïde. Il s'agissait d'un jeune homme âgé de 22 ans qui s'est présenté avec un tableau de mono-arthrite du coude évoluant depuis 3 ans. La symptomatologie de l'ostéome ostéoïde n'a pas été classique du fait des réactions articulaires qui accompagnent cette localisation. Les diagnostics évoqués étaient la mono-arthrite rhumatismale, puis la mono-arthrite tubercueuse. Ce n'est qu'après une évolution de 3 ans que le diagnostic d'ostéome ostéoïde a été posé. À ce moment, le coude était déjà bloqué du fait des remaniements épiphysaires. La résection du nidus n'a entraîné qu'une disparition des douleurs. La mobilité articulaire n'a pu être améliorée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’ostéome ostéoïde de l’enfant : à propos de 5 cas traités par électrocoagulation

  • L’ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse bénigne dont le diagnostic est souvent tardif, malgré une symptomatologie typique : d’importantes douleurs localisées principalement aux membres inférieurs se majorant au cours de la nuit. Le diagnostic fait, le traitement par l’acide acétylsalicylique a fait la preuve de son efficacité antalgique et la tumeur involue la plupart du temps spontanément. Si la douleur n’est pas suffisamment contrôlée par l’acide acétylsalicylique, l’enfant peut être traité de manière chirurgicale ou par électrocoagulation percutanée sous contrôle tomodensitométrique avec un taux de succès comparable. Nous rapportons 5 cas d’enfants traités par électrocoagulation percutanée et comparons ceux-ci aux séries de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéome ostéoïde du coccyx: à propos d'un cas.

  • L'ostéome ostéoïde rachidien est une lésion rare. La localisation au niveau du coccyx est exceptionnelle. Nous rapportons un cas d'ostéome ostéoïde coccygien chez un homme jeune, qui consultait pour des douleurs sacro-coccygiennes partiellement calmées par la prise de salicylés. La tomodensitométrie (TDM) centrée sur la région sacro-coccygienne montrait une lésion typique d'ostéome ostéoïde. Un repérage de la tumeur sous TDM par une broche métallique a été réalisé permettant une résection complète du nidus, démontrée par la TDM de la pièce opératoire. L'anatomo-pathologie confirmait le diagnostic d'ostéome ostéoïde. Lévolution était favorable au recul de 2 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement percutané d'un ostéome ostéoïde de l'omoplate par laser sous contrôle scanner.

  • Les auteurs rapportent les modalités du traitement, par voie percutanée, d'un ostéome ostéoïde situé au niveau du col de l'omoplate gauche chez un jeune patient. Il se plaignait de douleurs très invalidantes évoluant depuis 4 ans, nécessitant une couverture analgésique pratiquement permanente. Après repérage et abord percutané sous contrôle scanner de la lésion, le nidus a été thermocoagulé par laser. La symptomatologie a régressé de manière significative dès les premières heures pour disparaître complètement après 72 heures, le patient reste asymptomatique 8 mois plus tard.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Douleur du coude chez un jeune sportif révélant un ostéome ostéoïde de l'apophyse coronoïde: à propos d'un cas.

  • L'ostéome ostéoïde de l'apophyse coronoïde est exceptionnel, pose des problèmes diagnostiques et thérapeutiques. La douleur représente le maître symptôme. La perte d'extension complète est classique, cependant celle de la pronation et supination est très rare. Le scanner constitue l'examen radiologique de référence à condition de réaliser des coupes fines. La résection monobloc à foyer ouvert constitue le traitement de référence. Les traitements percutanés sont aussi efficaces mais au coude la proximité des éléments vasculo-nerveux et du cartilage articulaire rendent leurs indications plus limitées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'ostéome ostéoïde: à propos d'un cas.

  • L'ostéome ostéoïde est une tumeur osseuse primitive bénigne. Cette tumeur est relativement fréquente, représente 12% de l'ensemble des tumeurs osseuses bénignes et environ 2 à 3% de l'ensemble des tumeurs osseuses. Nous rapportons un nouveau cas d'ostéome ostéoïde confirmé histologiquement. Il s'agissait d'une patiente âgée de 30 ans adressé pour des douleurs chroniques de la cheville. Les radiographies de la cheville face et profil mettent en évidence une plage hétérogène en regard du col du talus sans anomalies des parties molles. La TDM de la cheville a montré la présence d'une lésion nodulaire hypodense au niveau du col du talus avec une réaction ostéosclérotique peu importante.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov