Osteochondrite [ Publications ]

osteochondrite [ Publications ]

Publications > osteochondrite

  • Cette étude analyse l'intérêt du traitement de l'ostéochondrite primitive de la hanche par butée ostéoplastique. Dix-huit enfants d'âge moyen de 8 ans et 5 mois (extrêmes : 5 et 13 ans) ont été opérés. Radiologiquement, ont été retrouvés : 2 Catterall II Herring B avec signes de tête à risque, 8 III B, 1 III C, 2 IV B, 3 IV C et 2 au stade de séquelle. L'excentration moyenne était de 6,5 mm et le débord externe moyen de 10,2 mm. L'indication était posée devant l'aggravation de l'excentration au stade de revascularisation. Un greffon iliaque était encastré dans un rail sus-limbique et recouvert du tendon du rectus femoris laissé en continuité, qui faisait office de maintien élastique. Un bermuda plâtré assurait les suites avec appui immédiat. Seize enfants ont été revus au recul moyen de 3 ans et 2 mois. Aucune complication n'a été observée. Cliniquement, on ne retrouvait pas de douleur, mais 3 boiteries, 10 limitations modérées de la mobilité, et 3 raideurs sévères. Radiologiquement, on notait 15 fois une bonne couverture de la tête et 15 fois une congruence articulaire, dont 11 fois avec caractère concentrique. L'intervention a été jugée utile 12 fois, inutile 1 fois par lyse d'un greffon, et d'utilité incertaine 3 fois. Les ostéotomies fémorales et pelviennes sont efficaces, mais présentent de nombreux désavantages (limitation de l'amplitude d'abduction, inégalité de longueur, intervention pour ablation de matériel). L'excellente intégration de la butée à moyen terme traduit son efficacité dans l'adaptation tête-cotyle, avec des résultats comparables aux autres techniques. Dans cette série de patients n'ayant pas tous atteint leur maturité, la butée répond aux exigences de la prise en charge des ostéochondrites primitives de la hanche en voie d'excentration et en début de revascularisation, au prix d'un traitement court, peu contraignant et sans complication.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de l'ostéochondrite disséquante du capitulum chez l'adolescent par autogreffe ostéochondrale monobloc: à propos de six cas et revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent une série de six adolescents, dont quatre gymnastes de haut niveau, présentant une ostéochondrite disséquante du capitulum traitée par autogreffe ostéocartilagineuse monobloc. Cette pathologie est rare et peu de séries sont rapportées dans la littérature. Tous les patients présentaient une douleur de la face latérale du coude avec limitation de l'extension mais conservation de la pronosupination. La clinique et la radiographie standard ont permis de faire le diagnostic. Les autres examens radiologiques ont été utiles pour confirmer la bonne intégration de la greffe en postopératoire. Ils ont été opérés par arthrotomie latérale pour curetage et avivement de la lésion, puis autogreffe monobloc (prélevée au niveau du genou homolatéral, par mini-arthrotomie, en zone non portante du condyle latéral). Dans quatre cas sur six, la mobilité complète et l'indolence ont été recouvrées dès le troisième mois postopératoire. Dans tous les cas, l'intégration du greffon a été démontrée par des radiographies standard à trois mois, puis confirmée par arthroscanner ou IRM. Les quatre patients gymnastes ont pu reprendre leur activité sportive de haut niveau après un an (six mois pour l'un d'entre eux). Les méthodes chirurgicales proposées sont variées. Les séries sont petites et le recul insuffisant, ce qui est le cas également de la nôtre. Nous observons de bons résultats avec cette greffe monobloc, ce qui nous encourage à poursuivre dans cette orientation chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Bilan préopératoire des ostéochondrites de hanches: comparaison de l'arthrographie et de l'IRM avec des clichés en abduction.

  • But. Comparer l'arthrographie opaque et l'IRM avec des clichés en abduction, dans le cadre préopératoire des ostéochondrites primitives de hanches. Matériel et méthodes. Les auteurs rapportent une série prospective de 17 enfants (18 hanches), ayant le même jour une arthrographie opaque et une IRM (imageur à aimant ouvert). Des coupes coronales et sagittales pondérées T1 en position neutre, puis des coupes coronales les hanches en abduction ont été réalisées. Deux lecteurs ont analysé séparément sur l'arthrographie opaque et l'IRM : la qualité de l'examen, la forme de la tête cartilagineuse, la couverture externe et antérieure (index de Heyman), le recentrage et la recherche d'un effet came ou pseudo-effet came. Résultats. Il n'existe pas de différence statistiquement significative pour l'appréciation de la déformation de la tête fémorale, l'évaluation du recentrage, de l'effet came et la qualité globale des examens. Cependant, on constate une différence statistiquement significative pour la mesure de l'index de Heyman. Conclusion. L'IRM peut remplacer l'arthrographie opaque dans le bilan préopératoire des ostéochondrites primitives de hanche.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'ostéochondrite primitive de la hanche ou maladie de Legg- Calvé-Perthes: quel bilan ? quelle prise en charge?

  • La maladie de Legg-Calvé-Perthes demeure insaisissable d'un point de vue étiologique et peu prévisible dans son évolution. Celle-ci dépend du degré de l'atteinte épiphysaire et de l'âge de l'enfant. Plus l'atteinte épiphysaire est étendue, plus le pronostic est compromis. Plus l'enfant est âgé, plus le remodelage de la tête fémorale est limité. Sauvegarder la mobilité et maintenir la tête dans le cotyle sont les objectifs visés pour atteindre la fin de la croissance avec une tête fémorale aussi sphérique que possible. En fin de croissance, les têtes sphériques ou ovoïdes ne causeront pas ou peu de problèmes. Les têtes fémorales fortement déformées évolueront vers une coxarthrose précoce. Savoir reconnaître précocement les hanches qui bénéficieront d'un traitement constitue la difficulté majeure dans la prise en charge de cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondrite disséquante du coude : A propos d'un cas survenu chez un ouvrier élagueur

  • L'ostéochondrite disséquante (OCD) du coude est une des causes principales d'impotence du coude de l'adolescent et de l'adulte jeune. Même si l'étiologie est imparfaitement connue, le lien entre OCD et microtraumatismes répétés est bien établi. Habituellement décrite chez les sportifs, l'OCD est rare en milieu professionnel. Les auteurs rapportent une observation d'OCD du coude survenue chez un ouvrier élagueur. L'analyse de la littérature a permis de discuter le mécanisme physiopathologique, le contexte de survenue de cette lésion et son origine professionnelle. Le médecin du travail doit connaître cette pathologie et ses facteurs favorisants afin d'en prévenir la survenue et la dépister précocément.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Devenir des ostéochondrites disséquantes fémorales du genou.

  • L'ostéochondrite disséquante est une entité radiologique: c'est un fragment osseux juxta-articulaire séparé du reste de l'épiphyse par une zone radio-transparente. Diagnostiquée avant la fermeture du cartilage de conjugaison fémorale, l'image anormale disparaît le plus souvent sans laisser de séquelles. Aucun traitement agressif ne doit donc être proposé. L'évolution des ostéochondrites trouvées après la fermeture du cartilage de conjugaison fémoral est différente: le séquestre évolué toujours spontanément vers sa séparation de l'épiphyse, il devient un corps étranger intra-articulaire. Par ailleurs, l'ostéochondrite de l'adulte prédispose à une arthrose précoce.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kyste synovial intra-osseux et intra-articulaire du genou. A propos d'un cas associé à une ostéochondrite disséquante.

  • Les auteurs présentent l'association d'un kyste synovial intra-articulaire, d'un kyste sous-chondral et d'une ostéochondrite disséquante du genou. Cette association n'a encore jamais été décrite. Si l'on retient la théorie mécanique à l'origine du kyste sous-chondral (pénétration de liquide articulaire ou d'une membrane synoviale par une brèche cartilagineuse), l'ostéochondrite a sans doute été la porte d'entrée qui a permis la formation du kyste synovial intra-osseux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une nouvelle localisation de l'ostéochondrite: l'os trapezium. A propos d'un cas.

  • Nous rapportons un cas de localisation non encore décrite d'ostéochondrite l'os trapézium chez un garçon de 10 ans. La clinique se résumait en une douleur avec aggravation progressive. La radio simple montrait une ostéocondensation de l'os trapézium et l'IRM un hyposignal en T1 et en T2. L'évolution a été favorable avec un traitement conservateur par immobilisation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'ostéochondrite disséquante du capitellum chez l'adolescent: à propos d'un cas et revue de la littérature.

  • L'osteochondrite disséquante du capitellum est une lésion rare. Elle est généralement attribuée à des microtraumatismes répétés ou à un accident ischémique. Nous en rapportons un cas chez un adolescent tennisman, traité chirurgicalement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov