Onychomycose [ Niveau Expert ]

onychomycose [ Niveau Expert ]

Expert > onychomycose

  • Une onychomycose est une affection à la fois fréquente et interpellante à traiter. Un traitement oral bien conduit est souvent couronné de succès à court terme. Les récidives sont cependant fréquentes. Les thérapeutiques topiques apparaissent moins actives dans leur ensemble. Les études en ce domaine restent rares, alors que les annonces publicitaires destinées au grand public sont aujourd\ hui communes. Divers champignons microscopiques (dermatophytes, levures, moisissures) devraient être ciblés par les traitements. De plus, les états distincts d\ activité de croissance et de quiescence des champignons pathogènes devraient pouvoir être affectés par les traitements, ce qui n\ est pas fréquemment observé. La pénétration de l\ antifongique dans toutes les couches unguéales est enfin importante à garantir.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Diagnostic des onychomycoses à moisissures et importance pour le traitement

  • Il est possible aujourd'hui d'identifier facilement par polymerase chain reaction (PCR) des dermatophytes, des levures et des moisissures dans les onychomycoses. On a pu montrer que Fusarium spp., Acremonium spp. et Aspergillus spp. étaient les agents infectieux incriminés dans les onychomycoses rebelles aux traitements standards systémiques avec de la terbinafine ou de l'itraconazole per os. Un traitement avec de l'amphotéricine B en application topique s'est révélé efficace pour les onychomycoses à moisissures. L'identification de l'agent infectieux dans une onychomycose est essentielle pour prescrire un traitement adéquat, les moisissures et les dermatophytes montrant in vivo des sensibilités différentes aux antifongiques.

  • Source : revmed.ch

Diagnostic et traitement des onychomycoses

  • Les onychomycoses sont les affections des ongles les plus fréquentes. Les agents pathogènes sont des dermatophytes dans la majorité des cas (Tricophyton rubrum et T. mentagrophytes), mais aussi des levures du genre Candida et des moisissures. La confirmation du diagnostic d'une onychomycose par le laboratoire est essentielle, et devrait toujours être obtenue avant de commencer le traitement. Ce dernier est onéreux, long et peut avoir des effets secondaires importants. La terbinafine, l'itraconazole et le fluconazole sont des substances efficaces contre les dermatophytes. Les moisissures sont généralement plus difficiles à traiter.

  • Source : revmed.ch

Onychomycose : état des lieux, conseils et analyse des traitements disponibles à l'officine

  • Travail sur les onychomycoses rendant compte de résultats épidémiologiques de l'année 2015 au CHU de Nantes, s'intéressant à la composition et à l'activité des produits et traitements conseillés à l'officine. Cette thèse a pour objectif d'aider et d'éclairer le pharmacien dans ses choix, lors de la prise en charge, des conseils et de la prévention des patients présentant une onychomycose

  • Source : nantilus.univ-nantes.fr

Du rififi dans le monde de l'onychomycose

  • Récemment, les onychomycoses ont fait l'objet d'un certain intérêt de la part de groupes de communication ayant pour cible le grand public. La combinaison de l'intérêt commercial, du dogmatisme et de la désinformation semble y avoir trouvé un champ d'action potentiellement nuisant. Cette revue est destinée à éclairer ce sujet à partir de fondements médicaux actualisés, objectifs et beaucoup plus nuancés.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Algorithme de la prise en charge des onychomycoses

  • Cet article propose un algorithme afin de faciliter la prise en charge thérapeutique et diagnostique de l onychomycose. Il vise à simplifier la démarche diagnostique jusqu à l identification du champignon dont dépendra le traitement. Il permet de rappeler que toute onychodystrophie n est pas une onychomycose

  • Source : revmed.ch

Les onychomycoses, échec et mat ?

  • Selon les individus, tant les onychomycoses que leurs traitements peuvent être tenus en échec. Certaines des promesses parfois offertes par l'industrie pharmaceutique ne sont pas entièrement remplies et les espoirs de guérison restent parfois chimériques. Certaines stratégies thérapeutiques particulières devraient être mises en oeuvre en cas d'onychomycose récalcitrante ou récidivante.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Diagnostic différentiel des onychomycoses

  • Les onychomycoses sont responsables de près de 50 % de la pathologie unguéale. Cependant, l'ongle a un réservoir limité d'expression et de nombreuses affections peuvent mimer une onychomycose. Il est important de connaître le diagnostic différentiel de cette affection afin d'éviter au patient des traitements inutiles voire toxiques...

  • Source : amub.be

Onychomycose

  • Infection fongique de la tablette unguéale, généralement provoquée par les espèces Eperdermophyton, Microsporum ou Trychophoton et produisant des ongles opaques, épais, friables et cassants. Les onychomycoses peuvent compliquer certaines dystrophies ungéales en particulier le psoriasis mais aussi d autre malformations congénitales.

  • Source : dermis.net