Obstruction ureterale [ Publications ]

obstruction ureterale [ Publications ]

Publications > obstruction ureterale

  • Objectifs : L'obstruction urétérale néoplasique observée chez des patients ayant des tumeurs pelviennes ou extra-pelviennes nécessite un drainage du haut appareil urinaire posant le problème de son indication et de son type. Méthodes : Cent-quatre patients ont été traités, soit par néphrostomie percutanée, soit par sonde double J. La majorité des cancers est d'origine pelvienne (vessie, prostate, utérus, ovaires, rectum) , les cancers du sein et les cancers digestifs sont les formes extra-pelviennes les plus fréquentes. Quatre vingt-cinq néphrostomies percutanées et 76 sondes double J ont été mises lors du premier geste de dérivation. Résultats : Le taux de succès d'une première tentative de dérivation par sonde double J est de 74,5 p. 100. Lorsque le drainage par sonde double J n'est pas possible, une néphrostomie percutanée a toujours pu être posée , 52 fois, nous avons tenté de convertir la néphrostomie en sonde double J, avec un taux de succès de 68,6 p. 100. Au cours de l'évolution du drainage urinaire, les principales complications observées ont été un drainage inefficace (12,5 p. 100 des cas), un syndrome infectieux (10,5 p. 100 des cas). Conclusion : L'espoir de survie moyen de ces patients est de 6,8 mois, malgré l'instauration ou la poursuite d'une chimiothérapie facilitée par l'amélioration de la fonction rénale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obstruction urétérale et maladie de Crohn.

  • Les obstructions urétérales non lithiasiques (OUNL) au cours de la maladie de Crohn, sont souvent asymptomatiques et méconnues. Touchant environ 3 % des malades au cours de l'évolution de leur maladie, elles prédominent à droite dans plus de 70 % des cas, du fait de la fréquence de l'atteinte iléocæcule. Liées à une inflammation ou une fibrose de la graisse rétropéritonéale périurétérale, elles peuvent mettre en jeu le pronostic rénal. Leur traitement est initialement médical, associant au drainage des urines (sonde JJ ou néphrostomie percutanée), un régime sans résidu et une corticothérapie. Cependant à distance une résection digestive est souvent nécessaire, et en cas d'échec une urétérolyse. Nous rapportons ici le cas d'une jeune femme de 32 ans présentant une OUNL inaugurale d'une maladie de Crohn.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur desmoïde du mésentère secondaire à une colectomie. Une cause exceptionnelle d'obstruction urétérale.

  • Les tumeurs desmoïdes sont des tumeurs à malignité locale, avec un risque de récidive. Elles sont classées parmi les fibromatoses et rentrent parfois dans le cadre du syndrome de Gardner. Les auteurs rapportent un cas de tumeur desmoïde, chez une jeune patiente âgée de 33 ans, avec envahissement de l'uretère droit et hydronéphrose sus-jacente. Les facteurs étiologiques possibles (traumatisme, hormonal, auto-immun...) sont discutés ainsi que le traitement de choix pour diminuer le risque de récidive locale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Candidoses urinaires révélées par une obstruction urétérale: à propos de deux cas.

  • Les candidoses urinaires sont de plus en plus fréquentes, à cause des multiples facteurs immunodéprimants et notamment le diabète. L'obstruction du haut appareil urinaire par l'infection fongique est rare. L'apparition de nouvelles molécules a permis une meilleure prise en charge de ces fongiuries. Les auteurs rapportent deux observations de candidoses urinaires avec obstruction du haut, appareil, traitées favorablement par le fluconazole associé au cathétérisme urétéral.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'obstruction urétérale distale secondaire: une complication rare du traitement endoscopique par Deflux

  • La prise en charge endoscopique du reflux vésico-urétéral (RVU) de l'enfant par injection acide de dextranomer/hyaluronique (Dx/Ha, Deflux

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obstruction urétérale d’origine endométriosique - À propos d’un cas et revue de la littérature

  • L’endométriose touche fréquemment la femme en période d’activité génitale. Parmi toutes ses localisations possibles figure l’atteinte urétérale qui est exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov