Obesite [ Publications ]

Prise en charge chirurgicale de l’obésité morbide chez l’adolescent : quel rôle pour le pédopsychiatre ?

  • L’obésité dont la prévalence n’a cessé de croître ces dernières années, est en passe de devenir une véritable épidémie. Affection chronique, le pronostic de l’obésité morbide est grevé de co- morbidités sévères altérant la qualité de vie des patients et amputant leur espérance de vie. Les prises en charge diététique et médicale restent les plus répandues. Cependant, les pratiques chirurgicales n’ont cessé de se développer. Alors que la chirurgie bariatrique chez l’adulte est devenue courante, sa pratique chez l’adolescent est moins fréquente et se prête moins à la banalisation. Au-delà des enjeux développe- mentaux spécifiques à la période particulière qu’est l’adolescence, cette question soulève des considérations éthiques et suscite des positionnements extrêmes. Dans ce contexte aux déterminants flous et aux enjeux tant sociétaux que médicaux, le pédopsychiatre peut être convoqué, au-delà de la question psycho- pathologique, pour statuer sur des questions relevant plus de la morale que de la science. Nous nous attèlerons donc, au long de ce travail, à définir les différents objets de soins somatiques ou psychiques qui rassemblent les praticiens de différents bords au chevet de l’obésité et à expliciter la fonction psy dans ces prises en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obésité et diabète de type 2.

  • L’obésité est de plus en plus considérée comme une maladie épidémique, associée à de nombreux facteurs de risque cardio-vasculaire dont le diabète de type 2, les dyslipidémies, l’hypertension artérielle. L’insulinorésistance semble jouer un rôle clé dans cette problématique. A côté du terrain génétique, l’obésité, en particulier celle à composante abdominale, est le facteur de risque le plus important pour le développement d’un diabète de type 2. La prise en charge d’un patient obèse diabétique doit débuter avec les mesures hygiéno-diététiques (régime alimentaire et exercice physique), éventuellement avec un soutien psychologique. En cas de succès insuffisant, le recours à une approche pharmacologique complémentaire doit être envisagé. La pharmacothérapie peut faire appel à des médicaments favorisant la perte pondérale (orlistat, sibutramine, peut-être rimonabant) et/ou à des antidiabétiques oraux ciblant préférentiellement l’insulinorésistance (metformine, glitazones, acarbose). En cas d’obésité sévère ou extrême compliquée d’un diabète de type 2 réfractaire au traitement médical, la chirurgie bariatrique, bien conduite, s’avère souvent être la seule méthode capable d’entraîner une perte pondérale importante et durable, avec une amélioration substantielle du contrôle métabolique et du pronostic global.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome obésité-hypoventitation

  • L'association obésité—insuffisance respiratoire n'est pas fortuite. L'obésité, classiquement considérée comme facteur de risque cardiovasculaire, est également un facteur de risque respiratoire. L'obésité peut avoir des conséquences sur l'appareil respiratoire qui se traduisent par des altérations fonctionnelles, de la mécanique thoracopulmonaire, de la force et de l'endurance des muscles respiratoires, du contrôle ventilatoire et des échanges gazeux. Les gaz du sang sont fréquemment altérés chez les sujets obèses et ces anomalies sont proportionnelles à l'importance de l'obésité. Elles peuvent relever de deux mécanismes physiopathologiques: d'une altération du rapport ventilation-perfusion, responsable d'une hypoxémie isolée, ou d'une hypoventilation alvéolaire, ainsi appelé «syndrome obésité-hypoventilation» (SOH). Les mécanismes expliquant l'apparition d'une hypoventilation chez le sujet obèse sont multiples mais deux hypothèses sont le plus souvent évoquées. La première invoque la contrainte mécanique imposée par l'obésité sur l'appareil respiratoire. La seconde incrimine une diminution de la réponse ventilatoire au CO

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rôle de la balance vagosympathique dans l'hypertension associée à l'obésité.

  • L'hyperactivité sympathique est un trait commun entre HTA, diabète de type 2 (DT2), âge et HTA induite par l'obésité. Cette hyperactivité entraînerait une augmentation de la rigidité artérielle. L'activité parasympathique cardiaque est réduite dans ces pathologies. Chez le rat, la lésion de l'hypothalamus ventromédian entraîne une bradycardie due à une augmentation du tonus vagal cardiaque sans modification de la pression artérielle (PA). Cela suggère qu'une hyperactivité vagale protégerait contre l'HTA. Le but de ce travail est d'évaluer l'influence d'une hyperactivité sympathique associée à une hypo-activité parasympathique sur la rigidité artérielle chez des DTZ hypertendus. Quatorze DT2 hypertendus (54 ± 2 ans) ont été comparés à 22 sujets âgés normotendus (75 ± 1 ans , 11 contrôles et 11 DT2) et 34 sujets normotendus (17 7 contrôles, 38 ± 2 ans et 17 DT2, 43 ± 1 ans). L'activité vagosympathique cardiovasculaire a été étudiée par l'analyse spectrale de la PA et de la fréquence cardiaque (FC) [Anapres] après un enregistrement de 6 min (Finapres) à respiration contrôlée (12 cycles/min). La PA et les basses fréquences du spectre de la PA systolique (LF-PAS) sont plus élevées (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome d'apnées du sommeil et obésité

  • L'obésité est un facteur de risque essentiel du syndrome d'apnées du sommeil (SAS). La prévalence du SAS est particulièrement élevée dans l'obésité massive et dans l'obésité androïde. Les mécanismes des apnées obstructives chez l'obèse sont mal connus, mais l'augmentation de la compliance des parois pharyngées joue probablement un rôle déterminant. L'obésité est un facteur favorisant et/ou aggravant de certaines complications cardiorespiratoires du SAS, en particulier l'hypertension artérielle systémique, l'hypoventilation alvéolaire diurne et l'hypertension artérielle pulmonaire. Une perte de poids importante secondaire à une chirurgie de l'obésité entraîne souvent une amélioration ou une guérison du SAS chez les patients ayant une obésité massive. Dans l'obésité modérée, une perte de poids plus modeste, obtenue par le seul régime alimentaire, peut entraîner une amélioration variable du SAS. Les échecs de la pharyngoplastie et du port d'une orthèse d'avancée mandibulaire sont fréquents dans le SAS associé à une obésité massive. Le seul traitement efficace du SAS de l'obèse est souvent la ventilation nasale en pression positive continue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les obésités génétiques en pédiatrie.

  • L'obésité commune de l'enfant, de nature polygénique, est actuellement en augmentation inquiétante, conséquence d'un « conflit faustien » En plus des formes endocriniennes, auxquelles il faut penser quand la vitesse de croissance ralentit, il existe aussi des causes monogéniques, non syndromiques, qui sont rares mais de grand intérêt physiopathologique. Ces cas récessifs ou dominants concernent le déficit en leptine ou en son récepteur, le déficit en pro-opiomélanocortine et en récepteur de la 4-mélanocortine. On connaît également des obésités génétiques syndromiques, la moins rare étant celle du syndrome de Prader-Willi, caractérisée par une boulimie hyperphagique qui succède à une hypotonie initiale, avec hypotrophie, séquence clinique évocatrice incitant à rechercher la microdélétion du chromosome 15 paternel par Fish ou, en son absence, par la biologie moléculaire, une disomie uniparentale maternelle. Ce syndrome est un modèle d'expression monoallélique de gènes soumis à empreinte parentale, ce qui est une exception aux lois mendéliennes. Il démontre aussi que l'obésité et les troubles du comportement y sont génétiquement induits et qu'un diagnostic précoce est nécessaire pour mettre en œuvre une prise en charge appropriée et efficace.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Encéphalopathie de Gayet-Wernicke après gastrectomie partielle pour obésité morbide

  • L’encéphalopathie de Gayet-Wernicke est l’une des complications neurologiques potentielles de la chirurgie de l’obésité. Elle se manifeste par des troubles psychiques et neurologiques liés au déficit en vitamine B1, apparaissant, le plus souvent, dans un contexte de vomissements itératifs. La triade classique est fréquemment rapportée dans ce contexte (troubles oculomoteurs, ataxie et confusion), associée à des signes inhabituels. L’atteinte cérébrale touche typiquement les régions médiales des thalami et la substance grise périaqueducale, apparaissant en IRM, sous la forme d’hypersignaux symétriques en séquences Flair, T2 et diffusion. Son diagnostic et son traitement doivent être précoces afin de diminuer la lourde morbimortalité. Les auteurs rapportent un cas d’encéphalopathie de Gayet-Wernicke avec syndrome de Korsakoff survenu chez un jeune patient obèse après gastrectomie partielle. L’apport de l’IRM comprenant une pondération en diffusion est illustré. L’importance d’une surveillance diététique attentive durant les premières semaines et d’une supplémentation préventive par thiamine a fortiori en cas de vomissements itératifs est soulignée dans ces situations à risque.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obesite en Mauritanie: aspects epidemiologiques.

  • 666 patients sont suivis en consultation de cardiologie de janvier à juin 1996: parmi eux 227 sont considérés comme obéses soit 34,08% dont 187 femmes (82,38%) et 40 hommes (17,62%), l'âge moyen des patients est de 40,97 ans (extrêmes de 14 à 91 ans) et le poids moyen de 84,63 kg (extrêmes de 61 à 154 kg). L' index de masse corporelle est supérieur à 35 (obésité morbide) dans 24,67% des cas (dont 22,91% de femmes et 1,76% d' hommes) Les autres facteurs de risque retrouvés sont: -L' hypertension artérielle: 72 cas soit 31,72% d' Obéses hypertendus dont 53 (23,35%) de sexe féminin et 19 de sexe masculin (8,37% ). Chez les non obéses on retrouve 104 cas d' hypertension artérielle soit 23,69% dont 9,1 1% de femmes et 14,58% d'hommes. IL existe une différence statistiquement significative entre les 2 groupes. - Le diabéte: est retrouvé dans 9 cas soit 3,96% des obéses dont 2,64% de femmes et 1,32% d' hommes. Chez les non obéses le diabéte est retrouvé dans 1,14% des cas avec une différence statistiquement significative entre les deux groupes. En ce qui concerne les autres facteurs de risque, on retrouve: - 1,76% de tabagisme chez les obéses contre 3,64% chez les non obéses. - 0,88% d' hypercholestérolémie et 0,44% d' hyperuricémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Brun, blanc, beige: la couleur du gras et nouvelles perspectives thérapeutiques de l'obésité…

  • Three articles published in the NEJM in 2009 have renewed the interest for brown adipose tissue (BAT) in humans. This review reports interesting new findings on adipocyte cell types that have been presented at the last meeting of the Endocrine Society in Houston, TX, in June 2012. Many studies have focused on identifying factors involved in brown adipocyte lineage, the site of adaptive thermogenesis. Indeed, the role of the transcription factors, such as PRDM16, in brown adipocyte differentiation has been unambiguously established. Very recently, the concept of beigeing, defined as the occurrence of thermogenic brown adipocytes in white adipose tissue, has emerged, leading to the identification, by Bruce Spiegelman's group, of a new muscular hormone, called irisin, which is able to stimulate the beigeing. This finding should convey toward the discovery of new mutations involved in the pathogenesis of obesity and lipodystrophies, and should be translated into innovative therapeutic perspectives. Finally, the nature of BAT innervation has been clarified and the presence of an autoregulatory loop between BAT and notably hypothalamic paraventricular nuclei via the sensory and sympathetic nervous systems has been delineated. These feedback circuits appear to be crucial to control BAT thermogenic activity.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Facteurs associés au surpoids et à l’obésité des élèves de Ouagadougou (Burkina Faso)

  • Introduction: l'obésité préoccupe davantage la communauté internationale car elle est devenue l'une des pandémies non infectieuses la plus répandue dans le monde et touche de plus en plus les enfants. Sujets et méthodes: nous avons mené une étude transversale analytique du 25 mai au 16 juin 2010 sur un échantillon de 435 élèves choisis de façon aléatoire dans les établissements secondaires de la ville de Ouagadougou afin d'identifier les facteurs favorisants l'obésité et le surpoids. Résultats: les principaux facteurs associés significativement à l'obésité et au surpoids étaient les antécédents familiaux d'obésité (OR = 7,4), le niveau socio-économique élevé (OR = 33,8), le grignotage de bonbons (OR = 5,3), de gâteaux sucrés (OR = 3,5), de chocolat (OR = 12,6), la consommation fréquente de sucreries (OR = 2,2), l'insuffisance d'activité physique (OR = 4,4) et l'existence d'une relation familiale conflictuelle (OR = 3,9). Conclusion: la prise en compte de ces facteurs dans les activités de prévention doit permettre de réduire la prévalence du surpoids et de l'obésité ainsi que leurs conséquences morbides ultérieures.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’obésité, facteur de mauvais pronostic au cours de l’épidémie de grippe A (H1N1) 2009 : rôle des adipokines dans la modulation des défenses respiratoires

  • L’épidémie de grippe A H1N1 survenue au cours de l’année 2009 a présenté des caractéristiques épidémiologiques inattendues, notamment le nombre élevé de sujets obèses parmi les cas sévères de grippe. De façon générale, l’obésité semble associée à une fragilité vis-à-vis des infections respiratoires. Cette susceptibilité pourrait être la conséquence d’une conjonction de facteurs mécaniques et hormonaux générés par le surpoids. L’obésité entraîne des modifications de la mécanique ventilatoire et une augmentation de la charge métabolique à l’effort. Elle est associée à des modifications du système immunitaire. Les adipokines, cytokines produites par les adipocytes dont fait partie la leptine, jouent un rôle central en modulant l’activité de l’ensemble des cellules de l’immunité. Enfin l’obésité est associée à un risque accru de thrombose, ce qui grève le pronostic des infections. L’ensemble de ces éléments peut expliquer que l’obésité ait été un facteur de risque de cas graves de grippe.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

EPIGRAM, etude pharmacoépidémiologique de l'obésité: méthodologie et critères de qualité.

  • L'étude pharmacoépidémiologique EPIGRAM s'est attachée à décrire la prise en charge des patients obèses ou en surpoids et le suivi sur un an des patients traités par orlistat (Xenical®) en médecine générale. Des critères de qualité spécifiques à l'étude ont été définis pour garantir la validité scientifique des résultats. Ils concernent principalement: la constitution d'un comité scientifique indépendant, l'échantillonnage des médecins, l'organisation de l'étude et le contrôle des données recueillies. Les contrôles sur site réalisés auprès d'un échantillon de 13 % des médecins actifs ont révélé que 75 % des données contrôlées étaient documentées dans un dossier source, avec 85 % de concordance. Cent trente mille données ont été contrôlées pour les seules visites effectivement renseignées, dont 1 % seulement a donné lieu à des demandes de correction. Parmi les patients traités par orlistat, 17 % n'ont pas été revus par leur médecin après l'inclusion et 25 % d'entre eux ont pu être contactés directement à la fin de l'étude.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Étude factorielle des composantes psychopathologiques de l’obésité sévère chez l’adolescent

  • Cette étude vise à évaluer à l’aide d’une analyse factorielle, les liens qui peuvent exister entre les composantes psychologiques, psychopathologiques, certaines composantes socio-développementales et la sévérité de l’obésité ainsi que la compliance au traitement dans une population d’adolescents souffrant d’obésité sévère hospitalisée pour une perte pondérale. Nos résultats ont mis en évidence qu’une plus grande sévérité de l’obésité s’associait à des facteurs d’environnement défavorisant (troubles mentaux dans la famille, carences, maltraitance) et à la présence d’un profil psychopathologique. De plus, ces mêmes modalités étaient associées avec une compliance familiale et individuelle moins importante. Nous avons de ce fait, discuté l’idée que l’obésité pourrait se concevoir comme ayant une fonction adaptative que ces sujets auraient trouvé face aux expériences familiales traumatiques vécues. Mais si l’obésité a une fonction adaptative, la perte pondérale aurait de ce fait des implications psychologiques plus profondes, rendant sa prise en charge et son évolution plus complexes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Leptine: une solution génétique de l'obésité?

  • Une hormone de satiété : La leptine est produite par le tissu adipeux et elle joue un rôle dans la régulation de la masse grasse. Données génétiques : Le gène codant pour la leptine a été clone chez l'homme en 1994. Le récepteur de l'hormone a également été caractérisé : il appartient à la famille des récepteurs des cytokines de classe 1. Variations de la leptinémie : Le taux de leptine plasmatique chez l'humain de poids normal est d'environ 5 ng/ml. Il est de 50 ng/ml chez le sujet obèse. Chez l'homme toute prise de poids entraîne une augmentation du taux de leptine dans le sang, tout amaigrissement provoque une baisse de la leptinémie. La leptine tend à provoquer un retour du poids à l'équilibre. La leptinémie est corrélée à la balance énergétique. Mode d'action: L'action de la leptine s'effectue sur les centres hypothalamiques de la satiété. Un des médiateurs essentiels est le neuropeptide Y. Dans l'obésité humaine, une résistance à la leptine a été mise en évidence. Cette résistance qui peut se situer à plusieurs niveaux serait une des explications des obésités massives où intervient un facteur génétique. La leptine aurait également un rôle dans certaines infertilités.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obésité et fertilité de la femme.

  • Weight, fat mass and obesity have been shown to play a major role in female reproduction. Obese women have a greater risk than nonobese women of infertility and they fail to become pregnant in both natural and assisted conception cycles. This cannot be explained only by their lack of ovulation. There are several potential mechanisms. On one hand, the endometrium seems to be partially responsible for this low fecundity in obese women. On the other hand, the oocyte seems to be implied. In a model of obese mouse, maternal obesity prior to conception is associated with altered mitochondria in mouse oocytes and an increased generation of reactive oxygen species (ROS). Furthermore, compared with controls, obese mice have significantly more decreased embryonic IGF-IR staining, smaller fetuses and smaller pups. In this model, all weaned pups have been fed with a regular diet. At 13 weeks, pups delivered from obese mice were significantly larger, and these pups demonstrated early development of a metabolic-type syndrome. These findings suggest that maternal obesity has adverse effects as early as the oocyte and preimplantation embryo stages and that these effects may contribute to lasting morbidity in offspring, underscoring the importance of optimal maternal weight and nutrition before conception.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Implication des MAP kinases dans l'inflammation et l'insulino-résistance associées à l'obésité

  • La résistance à l’action de l’insuline ou insulino-résistance est souvent associée à l’obésité et c’est un facteur de risque important pour le développement du diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et hépatiques, elle pourrait également favoriser l’apparition et/ou l’agressivité de certains cancers. L’insulino-résistance est due à des altérations de la signalisation de l’insuline dans ses tissus cibles. Au cours de ces dernières années, l’inflammation chronique de bas grade associée à l’obésité est apparue comme acteur important dans le développement de l’insulino-résistance. En effet, les cytokines inflammatoires activent différentes voies de signalisation qui interférent avec la signalisation insulinique. Parmi les différentes voies de signalisation activées par les cytokines inflammatoires, cette revue détaillera plus particulièrement l’implication des voies de signalisation des MAP (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Obesite et mode de vie dans une population d'ecoliers de la region de l'Ariana (Tunisie) ages de 6 à 10 ans.

  • L'augmentation de la prévalence de l'obésité chez les enfants s'explique par l'action de certains facteurs de l'environnement et du mode de vie de l'enfant, qui favorisent la prise de poids chez ces sujets d'autant plus qu'ils sont génétiquement exposés. Une étude effectuée auprès de 3148 écoliers âgés de 6 à 10 ans dans le gouvernorat d'Ariana a montré que la prévalence de l'obésité est de 3,7%. Une étude cas / témoins a été réalisée dans un second temps auprès d'un groupe d'obèses comparé à un groupe de non obèses. Un questionnaire destiné aux parents des enfants de ces 2 groupes a permis de recueillir les informations concernant le poids et la taille actuels des parents et les habitudes de vie de leurs enfants. Le poids à la naissance a été recherché dans le dossier médical scolaire ou à partir du carnet de santé de l'enfant. Les principaux résultats sont les suivants : l'obésité des parents est un facteur lié à l'obésité des enfants , la durée courte de sommeil (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Recherche universitaire relative au surpoids, l'obésité et l'activité physique--un paradigme Belge.

  • Se centrer sur les archives de recherche universitaire médicale de Belgique extraites par le filtre universitaire de recherche dans un contexte d'Indice de Masse Corporelle (IMC), de surpoids, d'obésité et d'activité physique. Un modèle générique de filtre de recherche a été créé par le secteur universitaire belge et appliqué à MEDLINE (via PubMed). Le lieu de publication et la langue caractéristique ont été identifiés. L'exécution du filtre réalisé par l'université a été évalué en deux étapes : premièrement, en le comparant avec les résultats d'une recherche manuelle (gold standard , sensibilité, spécificité) et deuxièmement, en calculant les pourcentages de concordance. L'évaluation du filtre révèle une spécificité et une sensibilité de 100% dans le champ de l'IMC, surpoids, obésité et activité physique. Globalement, le pourcentage de concordance était de 97,23%. La construction d'un filtre universitaire possédant une haute sensibilité et spécificité a permis l'application systématique et la récupération rapide de l'information dans MEDLINE (PubMed).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Aspects techniques de la chirurgie de l’obésité

  • Aspects techniques de la chirurgie de l'obésité. L’obésité très sévère ou de classe 3 (indice de masse corporel ≥40 kg/m2) est un problème majeur de santé publique dont le traitement le plus efficace à long terme, reconnu par les sociétés savantes, est la chirurgie bariatrique. Celle-ci améliore significativement le poids, les comorbidités associées à l’obésité, mais aussi la qualité et l’espérance de vie, en modifiant la physiologie digestive selon deux grands principes : la restriction gastrique (diminuer la quantité d’aliments ingérés) et la malabsorption intestinale (diminuer l'absorption intestinale des aliments). On parle alors de techniques restrictives pures (anneau gastrique, sleeve gastrectomie) ou de techniques mixtes (bypass en Y, bypass en oméga, dérivations bilio-pancréatiques). Malheureusement, il n’existe pas aujourd’hui d’intervention idéale pour un patient donné. L’intervention doit être la plus sûre et la plus efficace, et son choix dépend principalement de l’expérience du chirurgien, et du choix du patient luimême. À ce jour, le bypass gastrique en Y est le traitement de référence de l’obésité morbide.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Gangrène gazeuse sur terrain d'obésité morbide et de diabète.

  • Les infections graves des parties molles sont des infections rares mais graves, avec une mortalité estimée entre 20 et 50 % [17]. Ce sont des urgences médicochirurgicales. Le trépied thérapeutique repose sur l'association : chirurgie, réanimation et antibiothérapie. L'oxygénothérapie hyperbare est proposée à visée curative mais permet aussi de diminuer l'importance des séquelles. Nous rapportons le cas d'une patiente de 56 ans, diabétique, obèse (150 kg pour 1,65 m) adressée pour gangrène gazeuse périnéale (équivalent de la gangrène de Fournier chez l'homme) après cure chirurgicale d'un abcès de la marge anale. L'exploration initiale retrouvait une infection gazogène des parties molles avec fasciite nécrosante. Le traitement consistait en des pansements chirurgicaux journaliers, une antibiothérapie à visée antianaérobies et antibacilles gram-négatif ainsi que des séances d'oxygénothérapie hyperbare. L'obésité de cette patiente a nécessité une gestion particulière de son traitement. Au prix d'un investissement majeur, l'évolution était favorable avec guérison sans séquelles notables malgré un pronostic initial très défavorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov