Obesite [ Niveau Expert ]

obesite [ Niveau Expert ]

Expert > obesite

  • Introduction : L\ obésité a plus que doublé ces deux dernières décennies. Les personnes atteintes d\ obésité ont plus de risque de développer des co-morbidités comme les maladies cardiovasculaires qui est la première cause de décès depuis 2012. Pour diminuer ces risques, les personnes atteintes d\ obésité doivent être prise en charge médicalement dans le but de prévenir ou de traiter l\ obésité. En 2013, l\ American Medical Association (AMA) classe l\ obésité comme une maladie chronique. Cette classification permettrait de réduire la stigmatisation de l\ obésité des professionnels de santé. Cependant, cette stigmatisation reste présente dans les services de santé. La stigmatisation de l\ obésité des professionnels de santé entraîne la stigmatisation du patient envers lui-même. Cette dernière, appelée la stigmatisation interne, a des conséquences sur les recours aux soins du patient. But : Le but du travail est d\ observer l\ évolution de l\ impact de la stigmatisation de l\ obésité du point de vue du patient sur les recours aux soins. L\ objectif est d\ étudier les expériences des patients souffrant d\ obésité dans les services de santé afin de révéler l\ impact de la stigmatisation interne sur leurs recours aux soins et leurs attentes quant aux services de santé. Méthode : Cette revue systématique a été réalisée, en partant d\ une méta-analyse : \u201cPatients\ and professionals\ experiences and perspectives of obesity in health-care settings : a synthesis of current research\u201d datant de 2011. Cette revue a été réalisée dans le prolongement de la méta-analyse en effectuant des recherches de 2011 à 2018. Les résultats des articles sélectionnés ont été comparés à ceux de la méta-analyse dans le but d\ apporter des données plus récentes sur la problématique des personnes atteints d\ obésité et leurs recours aux soins. La recherche systématique d\ articles a été faite dans les bases de données PubMed et Cinahl. Résultats : 7 articles ont été inclus. Trois thèmes ressortent de l\ analyse de données : la stigmatisation interne de l\ obésité du point de vue des patients, l\ impact sur le recours aux soins et les attentes des patients. La stigmatisation interne a un impact sur le recours aux soins. Elle peut avoir un impact sur la confiance du patient, la communication patient-professionnel de santé et l\ engagement aux soins du patient mais aussi sur les rendez-vous et l\ importance accordée à la santé. Les patients ont des attentes par rapport à la relation avec leur professionnel de santé. Conclusion : La stigmatisation interne de l\ obésité a un impact sur le recours aux soins

  • Source : doc.rero.ch

Mesures et communication des données de qualité de vie dans les études relatives à l obésité pédiatrique

  • Introduction : la dégradation de la qualité de vie des enfants obèses est documentée. Il a été mis en évidence des faiblesses et défauts méthodologiques importants dans la communication des résultats d étude portant la qualité de vie. L objectif de notre étude était d analyser les mesures et la communication des données de qualité de vie dans les études concernant l obésité pédiatrique. Matériels et Méthodes : le corpus analysé provenait d une revue systématique de la littérature antérieure effectuée par Martin et al. Les articles datés entre 2012 et 2017 portant sur l analyse des covariables influençant les enfants obèses et en surpoids âgés de moins de 19 ans au moyen d instruments auto-administrés étaient recherchés dans les bases de données Pubmed, Scopus et Cochrane. Les articles sélectionnés étaient analysés à l aide d une grille de critère prédéterminés. Résultats : au total, 22 articles étaient inclus. 19 instruments de mesure de la qualité de vie liée à la santé étaient utilisés, seuls ou en association. Un chevauchement des dimensions de qualité explorées était retrouvé dans un grand nombre d articles. 10 études ne présentaient pas d hypothèse a priori sur la qualité de vie. La temporalité de l évaluation et les conditions d administration de l instrument n étaient pas disponibles pour 8 études. Une seule étude présentait un argumentaire satisfaisant pour le choix des instruments. Les données de validités étaient retrouvées dans 16 études. 14 études ne présentaient pas d information sur les données manquantes, et 10 études ne présentaient pas d information sur la gestion des données manquantes. 17 procédures statistiques étaient utilisées pour l analyse des données. Conclusion : la communication des résultats de qualité de vie chez les enfants obèses et en surpoids est limitée. Il existe une hétérogénéité importante dans le choix des instruments utilisées, la qualité de la communication des résultats, le traitement statistique, et la définition de la qualité de vie. Nous recommandons d établir une définition précise de la qualité de vie pour définir adéquatement les critères utilisés et sélectionner les instruments appropriés. Nous appelons au développement de recommandations de standardisation de la communication et de l analyse des données de qualité de vie chez les enfants obèses.

  • Source : sudoc.fr

Ressentis et attentes des patients concernant la prise en charge de leur surpoids/obésité par le médecin généraliste: étude qualitative par entretiens semi-diriges dans le département de l Hérault

  • Introduction : obésité est considérée comme un problème de santé publique majeur par l OMS. Malgré cela, la prévalence de l obésité est en augmentation d année en année et nos patients souffrent de cette obésité. Les médecins généralistes sont les premiers interlocuteurs de ces patients, mais n abordent la question du poids avec eux que très rarement. La prise en charge du poids est même, des fois, jugée « mission impossible » tellement les difficultés à aborder le sujet et le manque de connaissances sont importants. Matériel et méthode : objectif de notre étude est de recueillir le ressenti et les attentes des patients concernant la prise en charge de leur obésité/surpoids en consultation de médecine générale. Il s agit d une étude qualitative réalisée par entretiens semi-dirigés. Onze entretiens ont été réalisés pour accéder à saturation des données, et tous ont été individuels et anonymes. Résultats : Les patients de notre étude évoquent la notion de souffrance tant morale que physique par rapport à leur obésité/surpoids. Parallèlement à cela, ils entretiennent une bonne relation avec leur médecin traitant. Dans ce contexte ils souhaitent un accompagnement de la part de leur médecin généraliste s articulant autour de quatre étapes : une consultation dédiée, un allié à l écoute, un suivi régulier et une orientation si besoin. Pour lutter contre leur stigmatisation croissante lors des consultations, les notions de tact, empathie, adaptation et bienveillance sont essentielles. Conclusion : Notre étude montre des attentes bien précises de la prise en charge du poids surtout centrée sur l accompagnement et la bienveillance. Le médecin généraliste est le professionnel de santé privilégié pour la prise en charge du poids. Il reste encore des recherches à effectuer sur le sujet pour aboutir à des conduites à tenir plus pratiques au quotidien

  • Source : sudoc.fr

Prévalence du surpoids, de l'obésité infantile et du rebond d'adiposité précoce en écoles maternelles sur le territoire d'Aubagne/La Ciotat. Dépistage et prise en charge en médecine générale

  • Le surpoids et l obésité sont à l origine d une épidémie mondiale, la France n est pas épargnée par ce fléau. Objectif : étudier la prévalence du surpoids, de l obésité infantile et du rebond d adiposité précoce en école maternelle entre 3,5 et 4,5 ans sur le territoire d Aubagne/La Ciotat. Évaluer les connaissances et les pratiques des médecins généralistes. Matériel et méthode : étude descriptive transversale de prévalence sur 1 460 enfants dans le cadre du bilan de santé Eval Mater de la Protection Maternelle et Infantile en 2017-2018. Etude qualitative descriptive auprès de trente médecins généralistes. Résultats : 7,3% des enfants étaient en surpoids et 1,2% en situation d obésité avec une prédominance féminine. 14,5% des enfants étaient en insuffisance pondérale avec une majorité de garçons. La prévalence du rebond d adiposité précoce s élevait à 24,8%, les trois quarts des enfants avaient un IMC normal. 60% des médecins interrogés pratiquaient un dépistage systématique du surpoids chez l enfant, et seuls 40% connaissaient le rebond d adiposité précoce et le recherchaient en consultation. Discussion : la stabilisation de la prévalence de la surcharge pondérale chez l enfant, amorcée depuis le début des années 2000 avec la mise en place du Plan National Nutrition Santé, se confirme. Le territoire d Aubagne/La Ciotat a une situation privilégiée au sein du département des Bouches-du-Rhône. Un nouveau problème a émergé ces dernières années, l augmentation de l insuffisance pondérale chez les enfants. Conclusion : le médecin traitant est le médecin de premier recours dans le dépistage et la prévention du surpoids pédiatrique. Une meilleure organisation et diffusion des structures et réseaux de soins spécialisés en obésité pédiatrique est un enjeu de santé publique.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Obésité infantile en cabinet de médecine générale dans le département du Gard: dépistage et prise en charge

  • Introduction : L obésité est un véritable problème de Santé Publique, notamment dans le Gard. Plusieurs programmes de prévention ont été instaurés en France où la place du médecin généraliste est primordiale. Le but de cette étude est d évaluer les pratiques et les connaissances des médecins généralistes dans le dépistage et la prise en charge du surpoids dont l obésité infantile dans le département du Gard. Matériels et Méthodes : Du 6/03/2018 au 29/05/2018, il a été réalisé une étude quantitative avec la mise en ligne d un questionnaire diffusé par mail à 769 médecins généralistes gardois. Résultats : Cinquante-trois réponses ont pu être analysées. Lors des consultations des médecins inclus, 6,8% des enfants sont dépistés en surpoids (dont obésité). La majorité des sujets ont de bonnes connaissances dans le dépistage du surpoids et de l obésité de l enfant selon les recommandations HAS. Les principales limites décrites par les médecins sont : le manque de temps, le manque d accessibilité vers les professionnels de santé et la situation socioéconomique de la famille, ne leur permettant pas de s impliquer pleinement dans la prise en charge de l obésité infantile. La majorité des médecins inclus pensent que la mise en place d un parcours de soins coordonnés de l obésité infantile pourrait les aider. Conclusion : L étude montre l implication des médecins généralistes libéraux dans l optimisation du dépistage et de la prise en charge de l obésité infantile. La nouvelle organisation des soins par le parcours de soins coordonnés sur le territoire permettrait une amélioration du dépistage et de la prise en charge de l obésité infantile

  • Source : sudoc.fr

Impact de la sévérité de l'obésité sur le taux de naissance vivante obtenu après fécondation in vitro

  • Introduction : Les femmes en situation d'obésité peuvent avoir recours à la PMA. Les données de la littérature sur l'impact de l'obésité sur les résultats de FIV sont controversées. Les objectifs de notre étude sont d évaluer l impact de la sévérité de l obésité sur le taux de naissance vivante issu des transferts d embryons frais et congelés obtenus après FIV (objectif principal), d évaluer le rang du transfert ayant permis cette naissance, d exprimer un taux cumulé comprenant la totalité des tentatives, de détailler les résultats en fonction des embryons frais ou congelés, et de déterminer l impact de l obésité sur le taux de fausse couche (objectifs secondaires). Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective, monocentrique, menée chez les femmes prises en charge pour FIV (+/- ICSI) dans le service de Médecine de la Reproduction du CHU de Montpellier et ayant un IMC dans leur dossier. Résultats : Les données de 1729 patientes ont été analysées, soit 2580 cycles de stimulation. 164 femmes présentaient une obésité, 38 une obésité modérée ou sévère. Après ajustement, ni l obésité ni la sévérité de l obésité n ont d impact significatif sur le taux de naissance vivante et ce quel que soit le cycle, ni sur le rang de transfert, ni sur le taux de fausse couche. Les naissances vivantes sont obtenues indifféremment avec des embryons frais ou congelés. Conclusion : Nos résultats suggèrent que la sévérité de l'obésité n'a pas d'impact sur le taux de naissance vivante en FIV, devant inciter les centres de PMA à ne plus refuser systématiquement les femmes en situation d'obésité. Néanmoins, la perte de poids doit être encouragée pour diminuer la morbidité obstétricale

  • Source : sudoc.fr

Paris Santé Nutrition. Une approche transversale pour lutter contre le surpoids et l'obésité chez les enfants de 5 à 15 ans - In : Face A Face. Regards sur la santé 2016 n13

  • La question de l obésité infantile est de plus en plus préoccupante en France. Cependant, une intervention précoce chez l enfant en surpoids ou obèse est préconisée car elle limite l évolution vers l obésité à l âge adulte. Depuis 2009, la ville de Paris, à travers le programme Paris Santé Nutrition, s est donnée pour but de lutter contre l obésité infantile. Elle mène ainsi une action volontariste d éducation nutritionnelle et de promotion de l activité physique qui associe les familles, les animateurs de la ville, des spécialistes de la santé et des élus locaux à une réponse transversale face à l obésité infantile.nnA partir d investigations menées auprès de responsables du programme Paris Santé Nutrition, nous nous proposons d analyser comment les politiques nationales de lutte contre l obésité et d amélioration de l état nutritionnel de la population sont déclinées dans ce programme. Entre autres, nous étudierons les choix faits pour traduire leurs orientations sous la forme d ateliers d éducation à la nutrition ou encore d ateliers d activité physique adaptée. Nous insisterons sur la méthodologie de la mise en réseau des acteurs de terrain afin d améliorer la détection et la prise en charge des problèmes de poids dans des circuits d accompagnement novateurs.

  • Source : faceaface.revues.org

Obésité et vieillissement en santé : bien-être social, fonctionnel et mental chez les personnes âgées au Canada

  • Introduction. Si les Canadiens vivent plus longtemps qu avant, bon nombre d entre eux souffrent cependant d obésité. Cette étude vise à décrire, par un examen de mesures du bien-être social, fonctionnel et mental, le vieillissement des personnes âgées souffrant d obésité ayant participé à l Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ELCV).nMéthodologie. Nous avons extrait des données du premier cycle de l ELCV portant sur les personnes de 55 à 85 ans. Nous avons utilisé des statistiques descriptives pour caractériser cette population et ajusté des modèles logistiques généralisés pour comparer les mesures du bien-être social, fonctionnel et mental chez les participants souffrant d'obésité (indice de masse corporelle de 30 kg/m2 et plus) et chez les participants n'en souffrant pas. Nos résultats sont présentés en fonction du sexe.nRésultats. Plus de la moitié des participants ont déclaré avoir un revenu personnel relativement faible (moins de 50 000

  • Source : canada.ca

Probable : L obésité est associée à une meilleure espérance de vie en ce qui concerne certaines maladies chroniques

  • En 2014, plus de 1,9 milliard d adultes étaient en surpoids ou obèses selon l Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ce phénomène est bien présent également au Québec, où plus de la moitié des adultes et près d un enfant sur quatre présentent un excès de poids. À cet égard, les coûts de santé liés à l excès de poids, et particulièrement à l obésité, s établissent à 1,5 milliard de dollars au Québec. Ceci représente 10 % des coûts totaux des consultations médicales et des hospitalisations des adultes. Cela s explique par le fait que l excès de poids, et particulièrement l obésité abdominale, accentue le risque de développer des problèmes de santé chez les personnes ayant un Indice de masse corporelle (IMC) et un tour de taille surpassant les valeurs normales. Si l Organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié d épidémie l augmentation des problèmes de poids, est-ce que toutes les personnes obèses courent autant de risque pour leur santé?

  • Source : extenso.org

Évaluation des adolescents présentant une obésité un an après une prise en charge dans un Centre de soins de suite et de Réadaptation Pédiatrique

  • Introduction : l obésité infantile constitue l un des plus grands défis pour la santé publique du 21eme siècle en raison de sa forte prévalence et des conséquences à l âge adulte. En France métropolitaine, d'après l'étude ESTEBAN menée de 2014 à 2016, la prévalence du surpoids chez les enfants et adolescents de 6 à 17 ans est estimée à 17 % dont 4 % d'obèses. Les SSR proposent une prise en charge multidisciplinaire pour les enfants en surpoids au cours d une hospitalisation thérapeutique et éducative. Notre étude porte sur le développement d une nouvelle structure de soin en région PACA : le SSR Val Pré Vert qui a ouvert ses portes en 2014. L objectif de notre étude était d évaluer l impact de cette hospitalisation sur des adolescents à savoir une modification de leurs habitudes de vie. Matériel et méthodes : dans cette étude épidémiologique prospective, ont été inclus les adolescents âgés de 12 à 18 ans présentant un IMC>

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Prise en charge psychologique de l obésité : au-delà de la thérapie cognitivo-comportementale

  • L évaluation psychologique du patient souffrant d obésité vise à identifier les facteurs d entretien de l excès de poids, tels que les troubles alimentaires ou les troubles anxio-dépressifs. La psychothérapie contribue à une meilleure gestion du poids. La thérapie cognitivo-comportementale a montré son efficacité dans le traitement de l obésité. De nouvelles approches psychothérapeutiques sont explorées. La pleine conscience et l hypnose sont proposées pour la gestion des émotions et du stress. Une démarche ciblée sur le trouble de l image du corps diminue l insatisfaction corporelle. Lors de syndrome de stress post-traumatique, l EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) dépasse les autres types de thérapie. La thérapie de famille est indiquée quand l entourage est impliqué. Les difficultés psychologiques devraient faire l objet de propositions de soins spécifiques.

  • Source : revmed.ch

Activité physique, sédentarité, inégalités sociales, surpoids et obésité à l adolescence : contribution de PRALIMAP et PRALIMAP-INÈS, recherches interventionnelles en milieu scolaire

  • Contexte : Chez les adolescents, les différences sociales dans les pratiques d activité physique (AP) et les comportements sédentaires restent peu expliquées. Les interventions universelles proportionnées visant la réduction des inégalités sociales chez les adolescents en situation de surpoids/obésité sont rares. Objectifs : Explorer les relations entre l AP, la sédentarité, les facteurs sociaux, familiaux et scolaires chez les adolescents. Quatre axes de recherche ont été définis : identification des facteurs associés à l'AP et à la sédentarité, étude de la participation des adolescents en situation de surpoids/obésité socialement moins favorisés à une intervention universelle proportionnée en milieu scolaire, analyse de la perception des adolescents de leurs pratiques et évaluation de l'efficacité de l'intervention

  • Source : hal.archives-ouvertes.fr

Importance du nombre de consultations des différents professionnels dans la réussite de la prise en charge multidisciplinaire de l obésité infantile : analyse des données du Réseau de Prévention et de Prise en charge de l Obésité Pédiatrique de la région Rhône-Alpes

  • Contexte. La Haute Autorité de Santé a recommandé une prise en charge multidisciplinaire de l obésité infantile en cas d échec du traitement habituel. L étude a analysé si la réussite de la prise en charge multidisciplinaire était liée au nombre de consultations des différents intervenants du Réseau de Prévention et de Prise en charge de l Obésité Pédiatrique (RéPPOP). Objectif. Comparer dans les RéPPOP de Rhône-Alpes, le nombre de consultations des différents professionnels de santé entre les enfants obèses ayant une diminution du Z-score d IMC≥0,25 Ecart-types (ET) et ceux n ayant pas atteint cet objectif.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

t Obéclic : élaboration et évaluation d un outil informatique d aide au dépistage et au suivi du surpoids et de l obésité de l enfant en soins premiers

  • tnContexte : Le surpoids et l obésité de l enfant constituent un problème majeur de santé publique. En France, en 2015, 17% des enfants de 6 à 17 ans étaient en surpoids dont 4% obèses. Le médecin généraliste a un rôle clé dans le dépistage et le suivi du surpoids et de l obésité de l enfant. En pratique les médecins généralistes rapportent des difficultés notamment un manque de temps, de formation et d outils. Au cours des dernières décennies, avec l émergence du numérique, des outils d aide à la décision clinique ont vu le jour. L objectif de ce travail était d élaborer un outil informatique d aide au dépistage et au suivi du surpoids et de l obésité de l enfant en soins premiers puis d évaluer son acceptabilité auprès des médecins généralistes

  • Source : sudoc.fr

Évolution de la fonction rénale chez les patients ayant eu une sleeve gastrectomie pour obésité morbide : Rôle du médecin généraliste dans la prise en charge des malades

  • Le lien entre obésité et fonction rénale est connu, mais l amélioration de la fonction rénale après une sleeve gastrectomie reste à prouver. L objectif de l étude est d évaluer la fonction rénale après cette opération et de faire un état des lieux des connaissances des généralistes sur le sujet. Méthodes. L étude portait sur une cohorte prospective homogène de 563 patients opérés de sleeve, avec mesure du DFG chez 448 patients suivis à un an. Il s agit d une étude unicentrique réalisée en France entre juillet 2013 et janvier 2017. Un questionnaire était adressé à 100 généralistes des patients inclus. Résultats. L étude montre une amélioration du DFG de 1,7ml/min/1,73m2(p=0,002) après la sleeve, avec une augmentation de 4,5ml/min/1,73m2(p

  • Source : cmge-upmc.org

L'obésité chez les enfants : définition, conséquences et prévalence

  • Depuis les années 80, l'obésité a pris des proportions épidémiques chez les enfants. L'indice de masse corporelle (IMC), appelé en anglais «body mass index» (BMI), est souvent utilisé pour déterminer si un enfant est en surpoids ou est obèse car cet indicateur est simple à calculer et relativement bien corrélé à la masse grasse. Les seuils d'IMC pour le «surpoids» et l'«obésité» chez les enfants varient en fonction du sexe et de l'âge. L'International obesity task force (IOTF) a proposé des normes internationales d'IMC qui sont les plus utilisées en dehors des Etats-Unis. Actuellement, le surpoids touche 15 à 20% des écoliers suisses et l'obésité 2 à 5% (normes IOTF). Les conséquences cardiovasculaires et métaboliques de l'obésité en font un problème majeur de santé publique. Le risque est amplifié du fait que l'obésité durant l'enfance tend à persister à l'âge adulte (tracking). Ces problèmes soulignent la nécessité de mettre en 'uvre des mesures visant à prévenir l'obésité pédiatrique.

  • Source : revmed.ch

Obésité, réadaptation à l activité physique et ergothérapie : mesure de l impact d une prise en soins ergothérapiques sur la « functional mobility » de patients obèses adultes, hospitalisés au sein d un service de Soins de Suite et Réadaptation bariatrique

  • L obésité est une maladie de plus en plus fréquente, induisant de nombreuses problématiques associées pour les soignants. Cette pathologie est devenue un enjeu de santé publique présentant un coût important chaque année pour la Sécurité Sociale. L obésité est reconnue comme maladie par l Organisation Mondiale de la Santé depuis 1997. Lorsque cette pathologie est présente, elle peut être source de difficultés lors des prises en soins de rééducation de troubles autres, telle que l hémiplégie résiduelle à un accident vasculaire cérébral.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Troubles sexuels masculins et obésité

  • L'obésité concerne plus de 200 millions d'hommes dans le monde et sa prévalence est en nette augmentation. Elle est associée à de multiples pathologies comme le diabète et l'hypertension artérielle. Il a été récemment démontré que le syndrome de déficit en testostérone et la dysfonction érectile (DE) sont également liés à l'obésité masculine. Les troubles locaux liés à la relaxation des tissus caverneux, les modifications endocriniennes et les altérations du signal nerveux semblent être à la base de la DE chez ces patients. La perte pondérale et l'augmentation de l'activité physique permettent d'améliorer la fonction érectile chez un tiers des patients obèses. L'association d'un traitement médical corrige la fonction érectile chez plus de 80% des patients. Le renforcement de l'image de soi, associé à un traitement pharmacologique adéquat, favorise l'amélioration de la fonction sexuelle et potentiellement la motivation pour la perte pondérale.

  • Source : revmed.ch

Les facteurs de risques maternels prédictifs d'obésité infantile : enquête sur les pratiques professionnelles concernant la recherche des facteurs de risques prédictifs d'obésité infantile présents lors de la grossesse chez les médecins généralistes des Midi-Pyrénées

  • Le surpoids et l'obésité sont un problème majeur de santé publique : en 2006 en France, la prévalence estimée du surpoids était de 18 % chez les enfants de 3 à 17 ans. Parmi eux, 3,5 % étaient considérés comme obèses. Le médecin généraliste joue un rôle très important dans sa prévention. Plusieurs facteurs de risques ont étés identifiés donc certains présents au stade prénatal. Objectif : évaluer les pratiques professionnelles en ce qui concerne la recherche des facteurs de risques d'obésité présents au stade prénatal par les médecins généralistes

  • Source : thesesante.ups-tlse.fr

Prévention de l'obésité de l'enfant : impacts et enjeux

  • L'obésité de l'enfant est un problème mondial qui touche aussi bien les pays industrialisés, que les pays en développement. Elle représente à la fois un enjeu de santé publique important mais également un enjeu économique pour les gouvernements. Il s'agit d'une maladie multifactorielle, dont la prévention et la prise en charge doivent prendre en compte cette dimension. Les différents axes de prévention, leur importance et leur impact ont été étudiés. Des axes de prévention plus récents comme l'étude du microbiote ont également été abordés. En France, l'enjeu en termes de santé de la population et l'enjeu économique ont abouti à la mise en place de mesures par le gouvernement. Nous avons donc mis en avant les différentes mesures de santé publique au niveau national et régional (région Midi-Pyrénées). Nous nous sommes particulièrement intéressés aux actions du RéPPOP, réseau de Prévention et de prise en charge de l'Obésité Pédiatrique dans la région

  • Source : thesesante.ups-tlse.fr