Nevrome [ Publications ]

nevrome [ Publications ]

Publications > nevrome

  • OBJECTIF : Décrire les aspects IRM des névromes des moignons de membre inférieur amputé et apprécier l'intérêt de l'IRM pour le diagnostic et le traitement de ces névromes. MATÉRIEL ET MÉTHODE : Sur 224 amputés, consultants pour des douleurs du moignon ou des difficultés d'appareillage au cours d'une une période de deux ans, un névrome a été suspecté dix fois sur les critères suivants : douleurs de type névromateux caractérisées par des sensations de décharges électriques descendantes ou ascendantes, de siège et de trajet bien définis, déclenchées par la pression en un point bien localisé. Dans tous ces cas, une IRM a été réalisée. Trente-deux IRM ont par ailleurs été pratiquées chez les autres amputés soit pour confirmer un diagnostic (bursite, anomalies osseuses...) ou pour tenter de préciser une étiologie. Au total 12 névromes ont été diagnostiqués. RÉSULTATS : Un névrome est mis en évidence par l'IRM dans les dix cas où il existait une suspicion clinique et deux névromes asymtomatiques chez les 32 patients où une IRM a été pratiquée à la recherche d'autres anomalies osseuses ou des tissus mous. Le délai écoulé entre l'amputation et le diagnostic du névrome est de 11,6 ans. Six amputés ont été opérés et six ont bénéficié d'une modification de l'emboîture prothétique seulement. Dans tous les cas les manifestations cliniques ont disparu. Les différents aspects de l'IRM sont décrits et illustrés : le névrome, visible à l'extrémité du nerf qui prend un aspect ondulé au dessus de son extrémité, constitue une formation oblongue à limite nette, hypo-intense en T1, dont le signal est variable en pondération T2 et après injection de gadolinium. DISCUSSION : L'IRM constitue un excellent moyen de diagnostic des névromes d'amputation. Elle ne permet pas d'affirmer le caractère pathologique du névrome. Elle doit être réalisée systématiquement en cas de suspicion de névrome du moignon chez l'amputé pour confirmer le diagnostic, mais surtout pour orienter la conduite thérapeutique en précisant la topographie et les rapports de voisinage. Le rôle des contraintes mécaniques comme facteurs de découverte est discuté en raison des lésions associées évoluant parallèlement (oedème osseux, bursite). Le traitement chirurgical ne doit intervenir qu'après correction des facteurs générant des contraintes mécaniques anormales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association d'une dysplasie sphéno-orbitaire à un névrome plexiforme au cours d'une neurofibromatose de Von Recklinghausen.

  • Les auteurs rapportent l'association d'un névrome plexiforme de la paupière supérieure à une dysplasie sphéno-orbitaire au cours de la neurofibromatose de Von Recklinghausen, chez une patiente âgée de 18 ans L'acuité visuelle était de 5/10 à l'œil, droit et 10/10 à l'œil gauche. Une hypertrophie de l'hémiface droite était associée à un névrome plexiforme homolatéral avec un ptosis modéré L'examen biomicroscopique notait la présence de nodules iriens de Lisch. Le fond d'œil, le champ visuel et l'examen neurologique étaient normaux. L'examen dermatologique montrait des taches café au ait au niveau du tronc et un névrome plexiforme cervical. Le bilan neuroradiologique concluait à une dysplasie sphéno-orbitaire droite avec une méningo-encéphalocèle. L'état de la patiente restait stationnaire après un recul de six mois. Les lésions céphaliques représentent 3 à 7 % des atteintes au cours de la neurofibromatose de Von Recklinghausen. La présence d'un névrome plexiforme de la paupière supérieure impose la recherche systématique d'une dysplasie sphéno-orbitaire associée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Névrome de la voie biliaire principale.

  • Après une intervention sur les voies biliaires peuvent se développer des sténoses en rapport le plus souvent avec des lésions de fibrose, plus rarement avec des granulomes ou des névromes traumatiques. Ces derniers surviennent en général sur le moignon cystique après cholécystectomie. La présence d'un névrome traumatique au niveau de la voie biliaire principale est beaucoup plus rarement décrite. Les auteurs rapportent l'observation d'un homme âgé de 64 ans ayant présenté quatre ans après une cholécystectomie un épisode angiocholitique en rapport avec un névrome situé sur le cholédoque. Il a été traité par résection chirurgicale de la voie biliaire principale au niveau de la zone sténosée, suivie d'anastomose cholédocojéjunale, avec des suites opératoires satisfaisantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le lambeau de fléchisseur superficiel des doigts dans le traitement des névromes en continuité du nerf médian

  • Le but de l’étude était d’évaluer le lambeau de fléchisseur superficiel des doigts dans le traitement des névromes en continuité du nerf médian au poignet. Nous avons revu six patients opérés de septembre 2000 à mars 2007. Ils présentaient tous des douleurs handicapantes que ce traitement a permis de réduire considérablement. Quatre patients sont très satisfaits. C’est un lambeau de proximité, de réalisation simple et sans séquelles du prélèvement. Nous le comparons aux différentes solutions décrites dans la littérature pour ce type de pathologie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Régression du névrome de Morton après infiltration de corticostéroïdes.

  • Le névrome de Morton est une lésion non néoplasique correspondant à de la fibrose périneural entourant le nerf interdigital plantaire commun. Plusieurs options thérapeutiques sont possibles : un traitement conservateur ou une chirurgie de l'espace intermétatarsien. Nous rapportons un cas traité par infiltration où une IRM de contrôle a montré une régression pratiquement complète de la lésion. Bien que l'infiltration soit une des options classique du traitement conservateur, c'est la première fois à notre connaissance qu'une disparition ou une diminution de taille aussi importante est notée après infiltration.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment j'explore ... un névrome de Morton.

  • Le névrome de Morton est une cause fréquente de douleur de l’avant-pied, qui survient surtout au niveau du troisième espace intermétatarsien. Il s’agit d’un syndrome canalaire qui touche les nerfs digitaux plantaires. Le diagnostic est essentiellement basé sur l’histoire et l’examen clinique. L’imagerie peut être utile dans les cas atypiques ou les récidives postopératoires. Généralement, les traitements conservateurs donnent de bons résultats, mais, en cas d’échec, le traitement chirurgical est à envisager.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Dangers anatomiques de la section percutanée du ligament inter-métatarsien dans le traitement du névrome de Morton.

  • Récemment, certains auteurs ont proposé une neurolyse percutanée du névrome de Morton. Nous avons voulu apprécier grâce à une étude anatomique humaine, la fiabilité, mais aussi la iatrogénicité de la section percutanée du ligament. Seize pieds de cadavre frais ont fait l'objet d'une section percutanée du ligament au 3

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La neurolyse vraie dans le traitement du névrome de Morton.

  • Les auteurs considèrent la maladie de Morton comme un syndrome canalaire, l'étiologie la plus vraisemblable étant la compression du nerf par le ligament intermétatarsien. Ils ont donc traité la maladie de Morton par décompression du nerf intermétatarsien par voie dorsale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement du névrome de Morton par neurectomie. A propos de 43 observations.

  • Quarante-huit névromes de Morton ont été opérés chez 43 patients. La revue clinique à 4 ans minimum, a permis de comparer la voie d'abord plantaire transversale et la voie dorsale et de discuter l'alternative entre neurolyse et neurectomie. Le névrome était de taille importante dans 68 p. 100 des cas, et siègeait de préférence dans le 3

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Névrome de la voie biliaire principale: une cause rare d'ictère.

  • Névrome d'amputation chez une femme de 82 ans qui avait dans ses antécédents une cholécystectomie pour lithiase vésiculaire réalisée 20 ans auparavant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov