Neuropathies amyloides [ Publications ]

neuropathies amyloides [ Publications ]

Publications > neuropathies amyloides

  • La neuropathie amyloïde héréditaire liée à la transthyrétine (NAH-TTR) est une maladie autosomique dominante, d’évolution spontanément fatale en une dizaine d’années. Les manifestations cliniques systémiques sont liées à l’accumulation de dépôts amyloïdes dans les nerfs périphériques, le système nerveux autonome, le cœur, les reins et les yeux. Il existe une centaine de mutations génétiques différentes mais la plus fréquente est la mutation Val30Met. La transplantation hépatique, en supprimant la principale source de TTR systémique, permet de stopper l’évolution de la neuropathie dans 70 % des cas et de doubler la médiane de survie chez les patients Val30Met jeunes. Un nouveau traitement stabilisateur de la TTR, le tafamidis, est disponible pour les formes précoces de la maladie. Les atteintes ophtalmologiques de la NAH-TTR sont fréquentes et comportent principalement la kératoconjonctivite sèche, le glaucome secondaire, les dépôts vitréens et les anomalies pupillaires. Les atteintes vasculaires rétiniennes et choroïdiennes sont plus rares. La TTR étant synthétisée en petite quantité par la rétine, la transplantation hépatique ne modifie pas l’évolution des atteintes oculaires. L’effet du tafamidis sur ces dernières n’est pas encore connu. L’allongement de l’espérance de vie et l’amélioration des traitements des complications systémiques font de la prise en charge des atteintes oculaires un nouvel enjeu dans cette maladie. Cette revue aborde la physiopathologie, la clinique et les traitements possibles des atteintes ophtalmologiques survenant au cours de la NAH-TTR.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les neuropathies amyloïdes. Etude histopathologique de nerf périphérique dans 18 cas.

  • Objectifs : Une étude rétrospective des biopsies de nerf périphérique et de muscle, étudiées depuis 1983 et avec suspicion de neuropathie amyloïde, a été réalisée. Matériel et méthodes : Sur ces 29 biopsies, 18 ont été retenues. Résultats : Les dépôts d'amylose étaient visibles dans l'endonèvre sur les préparations de routine dans 11 cas, révélés par la microscopie électronique dans 4 autres et par les colorations rouge Congo et/ou thioflavine dans les 3 derniers. Le marquage avec l'anti-transthyrétine (TTR) a été positif 11 fois sur le nerf, et clans 2 autres cas uniquement sur le muscle. Une mutation dans le gène de la TTR a été retrouvée chez 8 malades et n'a pu être recherchée chez les 5 autres. L'immunofluorescence directe a révélé la présence d'une chaîne légère d'immunoglobuline dans les 5 derniers cas, correspondant à un myélome multiple dans 4 cas. Conclusion : Le diagnostic histologique de neuropathie amyloïde est parfois difficile, mais a été révélateur d'une amyloïdose chez 10 malades, dont 5 sujets âgés de 70 à 78 ans, qui présentaient une polyneuropathie d'apparition relativement récente due à une mutation de la TTR.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Actualités dans le traitement des neuropathies amyloïdes héréditaires

  • Les neuropathies amyloïdes héréditaires (NAH) sont les plus graves des neuropathies héréditaires de l’adulte : sensitivomotrices et végétatives, et sont mortelles en 10 ans après les premières manifestations. Elles sont secondaires à des dépôts endoneuraux de substance amyloïde constitués de variant de transthyrétine (TTR) et résultent d’une mutation ponctuelle du gène de la TTR (18q). Depuis 1993, la transplantation hépatique (TH) est proposée comme traitement pour supprimer la principale source de synthèse de la protéine amyloïdogène. La TH a permis une réduction de 98 p. 100 du taux de TTR mutée circulante. Les résultats à moyen terme chez les patients d’origine portugaise (TTRmet30) greffés à un stade précoce sont excellents : arrêt de la progression de la neuropathie (>

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mise en évidence d'une mutation génétique dans la majorité des neuropathies amyloides d'apparence sporadique.

  • La neuropathie amyloïde familiale (NAF) de type Portugais est une affection invalidante à transmission autosomique dominante, secondaire à une mutation ponctuelle du gène de la transthyrétine (TTR) (met 30). D'autres mutations du géne de la TTR ont été rapportées dans d'autres NAF. En l'absence de gammapathie monoclonale, le mécanisme des neuropathies amyloïdes sporadiques est hypothétique. Nous avons recherché par une technique de biologie moléculaire différentes mutations du gène de la TTR chez 10 patients d'origine française ayant une neuropathie amyloïde apparerent sporadique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov