Neuropathie optique ischemique [ Publications ]

neuropathie optique ischemique [ Publications ]

Publications > neuropathie optique ischemique

  • Nous rapportons le cas d'un patient de 71 ans, qui a présenté une baisse de l'acuité visuelle bilatéralisée en 3 jours, en relation avec une neuropathie optique ischémique bilatérale. Elle est associée du côté droit à l'occlusion d'une artère cilio-rétinienne. Le diagnostic de maladie de Horton a été confirmé par la biopsie de l'artère temporale. Une amélioration de l'acuité visuelle a été observée après un traitement par flash corticoïdes de méthylprednisolone suivi d'un relais per os. Nous discutons la bilatéralisation de la neuropathie optique ischémique, la valeur du retard d'injection choroïdienne à l'angiographie à la fluorescéïne, mais aussi de celle de la vitesse de sédimentation, de la biopsie de l'artère temporale et enfin des modalités thérapeutiques initiales actuelles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Survenue d’une neuropathie optique ischémique antérieure aiguë bilatérale en haute altitude : rôle de l’intolérance à l’hypoxie

  • La physiopathologie de la neuropathie optique ischémique antérieure aiguë (NOIAA) non artéritique reste encore imparfaitement comprise mais l’hypertension artérielle semble jouer un rôle déterminant. L’intolérance à l’hypoxie est définie comme une désaturation de l’hémoglobine de plus de 15 % au repos et/ou une élévation tensionnelle au repos ou à l’effort de plus de 20mmHg en situation d’hypoxie. Nous rapportons le cas d’une patiente de 66 ans, qui a présenté une NOIAA bilatérale lors d’une randonnée en haute altitude supérieure à 2500 m. Le bilan étiologique s’est avéré négatif. Les circonstances de survenue nous ont fait demander un test de tolérance à l’hypoxie qui s’est avéré positif (en situation d’hypoxie : SaO

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neuropathie optique ischémique antérieure aiguë.

  • La neuropathie optique ischémique est la plus fréquente des atteintes du nerf optique chez les sujets de plus de 50 ans. Parmi les neuropathies optiques ischémiques antérieures, on différencie la forme non artéritique, survenant chez des patients ayant des facteurs de risque vasculaires et (ou) des petites papilles et la forme artéritique. La baisse d'acuité visuelle est en règle brutale et l'examen retrouve typiquement un oedème papillaire et un déficit du champ visuel altitudinal. La distinction entre la forme non artéritique et la forme artéritique repose sur la clinique, la vitesse de sédimentation, et surtout sur l'angiographie à la fluorescéine. Le traitement de la forme artéritique avec des corticoïdes est une urgence, mais il n'y a pas, à l'heure actuelle, de traitement efficace de la maladie non artéritique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neuropathie optique ischémique antérieure aiguë bilatérale compliquant des druses de la papille. A propos d'un cas.

  • Les auteurs présentent le cas d'une Neuropathie Optique Ischémique Antérieure Aiguë (NOIAA) bilatérale compliquant des druses profondes de la papille. Ce type étiologique d'ischémie papillaire aiguë est rare et peu documenté dans la littérature. Les éléments du diagnostic étiologique sont surtout paracliniques avec l'angiofluorographie, l'échographie B et la tomodensitométrie. L'hypothèse étiopathogénique principale est mécanique, impliquant l'étroitesse du canal scléral dans une petite papille. Les autres complications des druses papillaires sont décrites ainsi que leur parenté physiopathologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neuropathie optique ischémique au décours d'une anesthésie générale au masque.

  • Les auteurs rapportent un cas d'oblitération des artères ciliaires courtes postérieures par compression du globe oculaire par le masque chez une femme de 34 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov