Neurocytome [ Publications ]

neurocytome [ Publications ]

Publications > neurocytome

  • Le neurocytome central, entité individualisée en 1982, est une tumeur rare, à développement intraventriculaire. Pour mieux caractériser cette tumeur, nous avons analysé l'expression immunohistochimique de marqueurs de prolifération et d'apoptose (MIB1, p53 et bcl-2) dans 6 neurocytomes centraux. bcl-2, qui est un inhibiteur de l'apoptose médiée par p53, est fréquemment exprimé dans les gliomes, spécialement dans les tumeurs qui n'ont pas de mutation du gène de la protéine p53. Dans les neuroblastomes périphériques, l'expression de bcl-2 semble modulée durant le processus de différenciation. 6 neurocytomes prélevés chez 5 patients (1 femme et 4 hommes, de 18 à 63 ans) ont été examinés. Tous les patients étaient en vie de 2 à 88 mois après l'exérèse chirurgicale initiale. L'aspect microscopique des tumeurs était caractéristique. L'anticorps dirigé contre la synaptophysine était positif dans tous les cas. L'indice de prolifération (MIBI) était bas (inférieur à 4,5 %). bcl-2 n'était jamais exprimé. L'expression de p53 variait, mais restait toujours basse (inférieure à 10% des cellules). Ces deux derniers anticorps ont rarement été étudiés dans cette tumeur, variante bien différenciée des tumeurs de la lignée neuronale dont l'évolution est habituellement favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Place de la radiothérapie dans les neurocytomes centraux et revue de la littérature

  • Le neurocytome central est une tumeur rare et de pronostic favorable du système nerveux central touchant l’adulte jeune. Des formes typiques et atypiques ont été décrites selon des critères histopathologiques et immunohistochimiques. Le neurocytome central se développe dans les régions périventriculaires et est classiquement révélé par des signes d’hypertension intracrânienne. La tumeur présente des caractéristiques typiques en scanographie et IRM, avec un pic caractéristique de glycine en spectro-IRM. Le traitement de référence est l’exérèse macroscopiquement complète, possible dans la moitié des cas. La radiothérapie externe améliore le taux de contrôle local des neurocytomes centraux atypiques et/ou incomplètement réséqués. La place de la radiothérapie en conditions stéréotaxiques peut être discutée : comme un traitement exclusif, en cas de résidu postopératoire, ou en cas de récidive. La chimiothérapie reste un traitement de dernière ligne dans les formes récidivantes après chirurgie et/ou radiothérapie et dans les formes disséminées neuroméningées et/ou extracrâniennes et les récidives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les neurocytomes centraux du ventricule latéral. Analyse d’une série de 35 cas et revue de la littérature

  • Le neurocytome central est la seconde tumeur par ordre de fréquence dans notre série (35 cas), de 284 observations (12 %). L’âge moyen était de 32,6 ans. On retrouvait une discrète prépondérance masculine (20/35). Les signes cliniques étaient dominés par les troubles neuropsychologiques et les signes d’hypertension intracrânienne. À l’imagerie, ces lésions concentraient des calcifications centrales dans plus de la moitié des cas. Les sites préférentiels étaient la corne frontale ou le corps ventriculaire dans 82 % des cas. Les suites opératoires étaient simples dans 52 % des cas. D’un point de vue immunohistochimique, le neurocytome central exprime le NSE, la synaptophysine, la protéine S 100 et la Microtubul Associated Protein de type 2 (MAP 2) et la calcineurine. Cette tumeur a un pronostic très favorable. Le contrôle local après chirurgie est atteint dans 68 % des cas. La radiochirurgie paraît très intéressante si le reliquat tumoral ou la récidive est une cible à la fois bien limitée, parfaitement circonscrite et arrondie, et de volume réduit.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neurocytome central: étude de cinq observations.

  • Le neurocytome central est une tumeur cérébrale très rare d'individualisation récente . Son diagnostic de certitude repose sur les données de l'examen anatomo-pathologique aidé par l'immunohistochimie. Nous rapportons une étude rétrospective de cinq observations de neurocytomes centraux colligés dans les laboratoires d'Anatomie et de Cytologie Pathologiques des CHU Habib Bourguiba de Sfax et Fattouma Bourguiba de Monastir sur une période de deux ans (1999/2000) , cette étude était basée sur les données cliniques, radiologiques et anatomopathologiques. Il s'agissait de trois femmes et deux hommes. L'âge moyen de nos patients était de 29 ans (extrêmes : 17 - 49 ans) La tumeur siégeait au niveau des ventricules latéraux dans trois cas. Morphologiquement, deux diagnostics différentiels étaient souvent posés : l'oligodendrogliome et l'épendymome . L'étude immunohistochimique avait montré une positivité des cellules tumorales pour la synaptophysine dans tous les cas. Le traitement était exclusivement chirurgical et l'évolution était bonne après un recul moyen de 48 mois , un seul cas de récidive était noté 36 mois après le diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le liponeurocytome cerebelleux: a propos d'une observation.

  • Le liponeurocytome cérébelleux est une tumeur rare et d'identification récente. Sa richesse en cellules chargées en lipides, lui donne un aspect caractéristique en imagerie. Son traitement consiste en une exérèse chirurgicale complétée par une radiothérapie et son pronostic est relativement bon. Nous rapportons le cas d'une patiente âgée de 38 ans sans antécédent pathologique particulier, qui a consulté pour céphalées et vertiges évoluant depuis quelques mois, aggravés depuis 2 jours par un syndrome cérébelleux et une hypertension intracrânienne. La tomodensitométrie cérébrale pratiquée en urgence a montré une tumeur de la fosse cérébrale postérieure hétérogène riche en plages de densité graisseuse, avec hydrocéphalie en amont. La patiente a été opérée en urgence. Les études anatomopathologique et immunohistochimique ont conclu à un liponeurocytome cérébelleux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le neurocytome central. A propos de 4 observations.

  • Les auteurs rapportent 4 cas de neurocytomes centraux traités par exérèse chirurgicale avec un recul moyen de 3 ans. Cette tumeur primitive rare du système nerveux central, de siège intra-ventriculaire, survient avec prédilection chez l'adulte jeune. Elle se révèle classiquement par un tableau d'hypertension intracrânienne d'installation progressive lié à l'hydrocéphalie associée. Les aspects cliniques, neuroradiologiques, pronostiques et anatomo-pathologiques de cette tumeur le plus souvent bénigne, de nature neuronale, sont discutés. La difficulté de la distinguer des autres tumeurs intra-ventriculaires notamment l'oligodendrogliome ou l'épendymome, souligne tout l'intérêt de la recherche de marqueurs tumoraux en immuno-histochimie tel que la synaptophysine, la calcineurine et la microtubul associated protein.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neurocytome central - À propos de quatre cas

  • Nous rapportons 4 cas de neurocytomes traités à l’Hôtel-dieu de France à Beyrouth entre 1994 et 2002. Il s’agit d’une tumeur ventriculaire bénigne du sujet jeune à différenciation neuronale. Elle se révèle le plus souvent par un tableau d’hypertension intracrânienne. Le diagnostic histologique peut parfois se montrer difficile, nécessitant le recours aux techniques d’immunomarquage. Le traitement de choix est la résection chirurgicale complète. Le pronostic est le plus souvent excellent (cas n° 1 et 2). Toutefois, même après une exérèse totale, certaines tumeurs peuvent récidiver (cas n° 3). Dans de rares cas (cas n° 4), cette tumeur peut avoir un comportement agressif, nécessitant le recours à des traitements complémentaires. La prise en charge des récidives ou des résidus sera discutée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neurocytome central : à propos de trois observations

  • Le neurocytome central est classiquement considéré comme une tumeur cérébrale bénigne de siège intraventriculaire. Sa localisation extraventriculaire est encore plus rare. Nous rapportons dans cet article, deux cas de neurocytome intraventriculaire et un cas de neurocytome extraventriculaire à l’étage bulbaire. Le principal diagnostic différentiel histologique est l’oligodendrogliome intraventriculaire présentant les mêmes caractéristiques anatomopathologiques. C’est l’étude immunohistochimique qui aidera à établir le diagnostic. L’imagerie (TDM, IRM) évoquera cette possibilité diagnostique et amènera l’anatomopathologiste à compléter son examen par une étude immunohistochimique. Le but de ce travail est de réaliser une approche diagnostique de cette néoplasie à l’aide de l’imagerie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le neurocytome central : étude de 32 cas et revue de la littérature

  • Le neurocytome central est une tumeur bénigne rare du système nerveux central (moins de 1 % des tumeurs intracrâniennes primitives). Sa topographie intraventriculaire près du trou de Monro et son accolement au septum pellucidum sont des éléments caractéristiques qui facilitent le diagnostic en imagerie. Toutefois des aspects moins typiques peuvent être observés et prêtent à confusion avec nombreuses autres tumeurs. Les auteurs rapportent les aspects radiologiques d’une série de 32 cas de neurocytomes centraux opérés et confirmés histologiquement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neurocytome central : à propos d’un cas

  • Nous rapportons un cas de neurocytome central traité au niveau de notre service. Il s’agit d’une tumeur bénigne de siège ventriculaire du sujet jeune à différenciation neuronale. La clinique est dominée par le syndrome d’hypertension intracrânienne. L’immunohistochimie est indispensable pour le diagnostic histopathologique. Le traitement de choix est chirurgical. Seule l’exérèse complète est garante d’un bon pronostic. Nous discuterons son évolution clinique, ces aspects radiologiques, le traitement, l’histopathologie et l’évolution postopératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le neurocytome central.

  • Le neurocytome central est une tumeur intraventriculaire rare de l'adulte jeune. Le scanner et l'IRM permet d'en t'aire le diagnostic dont la confirmation repose toutefois sur l'immuno-histochimie. Nous rapportons dans ce travail huit nouveaux cas de neurocytomes centraux colligés dans notre service de Neuroradiologie de Tunis. Il s'agit de quatre hommes et quatre femmes (sex ratio=1) dont l'âge varie entre 17 et 34 ans au moment du diagnostic. Les aspects cliniques et neuroradiologiques de cette tumeur seront présentés et discutés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Neurocytome central: à propos d'un cas.

  • Les auteurs rapportent un cas de tumeur intraventriculaire. Il s'agit d'un neurocytome central étiqueté oligodendrogliome en première lecture. Ce cas a pour but de rappeler les caractéristiques anatomohistoradiologiques de cette tumeur bénigne. L'étude immunohistochimique oriente le diagnostic et l'exérèse chirurgicale complète permet l'absence de récidive dans la majorité des cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov