Myosite ossifiante [ Publications ]

myosite ossifiante [ Publications ]

Publications > myosite ossifiante

  • Objectifs. Illustrer les aspects spécifiques et non spécifiques en imagerie standard, en imagerie en coupe (échographie, TDM et IRM) et en scintigraphie osseuse de la myosite ossifiante circonscrite (MOC). Patients et méthodes. Huit patients présentant une MOC (3 hommes et 5 femmes) ont été explorés par radiographies standards (8 cas), échographie (7 cas), scintigraphie (4 cas), TDM (6 cas) et IRM (4 cas). Résultat. Les radiographies standard et l'échographie des parties molles ont montré dans 75 % des cas la présence d'une masse bien limitée contenant des calcifications. La TDM a posé le diagnostic de MOC dans 4 cas, en montrant des masses calcifiées séparées de l'os adjacent par un liseré clair radio transparent ou des calcifications tumorales périphériques centripètes très suggestives de la MOC, L'IRM été non spécifique. La scintigraphie osseuse a montré une hyperfixation dans les 4 cas où elle est réalisée. Conclusion. Les radiographies standard sont utiles pour démontrer les calcifications des MOC et pour préciser leur rapport avec l'os sous jacent. L'échographie et la scintigraphie osseuse sont intéressantes dans le monitorage de la maturation lésionnelle. La TDM, en plus de la détection précoce des calcifications elle permet de localiser avec précision la lésion avant toute ablation chirurgicale. L'IRM est une technique très sensible pour la détection de petite lésion à un stade précoce mais elle est non spécifique ne permettant pas d'éviter la biopsie nécessaire parfois pour éliminer une pathologie maligne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante non traumatique chez l'enfant. Revue de la littérature: à propos d'un cas simulant une tumeur maligne.

  • Nous rapportons le cas d'une fille de 10 ans 9 mois, hospitalisée pour une tumeur hyperalgique inflammatoire du creux poplité droit. Il existait une calcification à la radiographie et l'angiographie numérisée montrait une tumeur hypervascularisée. A l'examen en résonance magnétique nucléaires il existait une masse hétérogène à contour irrégulier en T1 avec un réhaussement hétérogène prédominant en périphérie après injection de Gadolinium. La biopsie chirurgicale pratiquée rapidement devant ce tableau évoquant une tumeur maligne a révélé qu'il s'agissait d'une myosite ossifiante circonscrite. Cette tumeur bénigne des parties molles, rare chez l'enfant (25 cas dans la littérature), a une évolution favorable spontanément.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

A propos d'une forme rare de la myosite ossifiante progressive de Munchmeyer.

  • La myosite ossifiante progressive est une maladie génétique rare. On rapporte le cas d'un jeune garçon de 10 ans qui présentait de multiples tuméfactions douloureuses d'apparition spontanée et progressive au niveau du dos et des membres supérieurs. Ces tuméfactions étaient associées à une fébricule et un hallux valgus bilatéral. Les aspects radiologiques et tomodensitométriques étaient largement suffisants pour confirmer le diagnostic. Le traitement était purement médical. L’évolution était marquée par l'apparition d'autres ossifications des fascias et des muscles aboutissant à des raideurs articulaires très invalidantes. Les circonstances de découverte, les aspects épidémiologiques, étiopathogénique, diagnostique, évolutive et thérapeutique sont discutées à travers une revue de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Apport de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) dans le diagnostic de la myosite ossifiante circonscrite (MOC).

  • Etude rétrospective de 5 patients, 4 présentant une myosite ossifiante circonscrite (MOC), et 1 une myosite non calcifiante. Tous ces patients se sont présentés avec une tuméfaction douloureuse d'un membre et le diagnostic a été posé par biopsie dans 3 cas et par l'évolution clinique dans 2 cas. Ces malades ont subi différents examens: 4 au moins une IRM, 3 une scintigraphie au Tc 99m, 3 une TDM, 3 une échographie, 2 une artériographie et tous des radiographies. La MOC est une maladie bénigne (contrairement à la myosite ossifiante progressive, maladie héréditaire grave), évoluant en 3 phases: aiguë pseudo-inflammatoire, subaiguë pseudotumorale et chronique qui évolue vers la rémission. Les critères diagnostiques en imagerie médicale dépendent de ces différents stades.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante post-traumatique du muscle psoas iliaque. A propos d'un cas avec revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent un cas de myosite ossifiante post-traumatique du muscle psoas iliaque survenu chez une danseuse classique de 13 ans. Le diagnostic a été évoqué sur les antécédents de multiples traumatismes mineurs de la région et la constatation radiologique d'ossifications. La lésion a été abordée chirurgicalement pour éliminer une hernie crurale ainsi que pour obtenir une biopsie permettant d'éliminer une tumeur des parties molles. L'anatomopathologie a montré une myosite ossifiante organisée comportant une zone centrale cellulaire, une zone périphérique faite d'os bien orienté. Quatre ans plus tard, la patiente ne souffrait d'aucun symptôme et la radiographie n'a montré aucune récidive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante circonscrite pseudo-tumorale de la paroi thoracique. Apport respectif de l'échographie, de la tomodensitométrie et de l'IRM.

  • A propos d'une observation de myosite ossifiante circonscrite, survenue chez un enfant de cinq ans, localisée à l'insertion du grand pectoral sur le sternum, et simulant une tumeur maligne, les auteurs en rappellent les principaux signes cliniques et radiologiques et comparent les apports respectifs de l'IRM et de la tomodensitométrie. La tomodensitométrie a été l'examen le plus contributif pour la surveillance évolutive de l'affection en montrant la calcification périphérique progressive particulière de la lésion.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La myosite ossifiante circonscrite du coude: à propos d’un cas.

  • La myosite ossifiante circonscrite (MOC) est une ossification hétérotopique des muscles striés. Sa localisation au niveau du coude est rare. Elle survient chez le sujet jeune, souvent suite à un traumatisme comme elle peut se développer également en dehors de tout traumatisme. Sa localisation prédominante est au niveau des muscles les plus volumineux de la racine des membres (fessiers, deltoïde) ou les plus exposés aux chocs direct (plus de 40 % des cas post-traumatiques sur le quadriceps). Nous proposons d’illustrer à partir d’une observation, les aspects que réalise la myosite ossifiante circonscrite en radiologie conventionnelle, en tomodensitométrie afin d’éviter la confusion diagnostique potentielle avec une tumeur osseuse maligne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Spectre radiologique évolutif de la myosite ossifiante circonscrite.

  • La myosite ossifianté circonscrite est une pathologie bénigne des parties molles survenant chez des sujets jeunes souvent à la suite d'un traumatisme. Son aspect histologique et radiologique peut être trompeur et faire évoquer un processus néoplasique sarcomateux. Les auteurs rapportent un cas caractéristique de myosite ossifiante circonscrite afin d'illustrer les arguments diagnostiques, basés sur l'aspect des lésions et leur évolutivité, que peuvent fournir les différentes techniques d'imagerie : radiographies, tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Problème diagnostique de la myosite ossifiante circonscrite: présentation d'un cas atypique.

  • Nous rapportons le cas d'une jeune femme de 22 ans se plaignant d'une douleur de cuisse depuis plusieurs mois. Après un diagnostic initial de myosite ossifiante circonscrite, l'évolution clinique et radiologique évoquant une tumeur maligne, a fait soulever l'hypothèse d'un sarcome parostéal. Ceci nous a conduits à la résection chirurgicale , l'analyse histologique de la pièce opératoire a confirmé le diagnostic initial de myosite ossifiante circonscrite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante circonscrite: remaniements osseux décelés en IRM.

  • Les auteurs rapportent une observation de myosite ossifante circonscrite de la main, où l'IRM mettait en évidence des signes inflammatoires de l'os adjacent. Le rehaussement de contraste de la médullaire et de la corticale après injection de gadolinium était bien mis en évidence en utilisant la suppression de signal de la graisse. Cet aspect potentiellement trompeur doit être connu afin d'éviter une confusion diagnostique avec une tumeur maligne à point de départ osseux lorsque l'aspect caractéristique de maturation zonale avec calcification périphérique n'est pas encore constitué.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La myosite ossifiante circonscrite, une localisation inhabituelle - à propos d'un cas et revue de la littérature.

  • La myosite ossifiante circonscrite (MOC) est une pathologie rare caractérisée par une ossification hétérotopique non tumorale des tissus mous. C'est une pathologie du sujet jeune, survenant le plus souvent après un traumatisme. Sa localisation est ubiquitaire, prédominante au niveau des ceintures et des membres. Nous rapportons l'observation d'une jeune patiente présentant une MOC paravertébrale sans contexte traumatique, dans le but de rappeler les critères diagnostics et les aspects en imagerie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La myosite ossifiante circonscrite non traumatique. A propos d'une localisation bilatérale.

  • Les auteurs rapportent un cas de myosite ossifiante circonscrite non traumatique touchant les deux triceps chez une fille de 15 ans. D'un côté, il s'agissait d'une récidive et de l'autre d'une première manifestation. Il existait un important équin bilatéral. Les auteurs plaident pour une exérèse chirurgicale des lésions qui a d'ailleurs eu un bon résultat fonctionnel avec un recul de près de deux ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ankylose temporomandibulaire et myosite ossifiante progressive. Revue de la littérature à propos d'un cas clinique.

  • Les auteurs présentent le cas d'un myosite ossifiante progressive traitée par divers moyens depuis 13 ans, et compliquée en cours d'évolution d'une ankylose temporomandibulaire extra-articulaire sévère par ossification du muscle ptérygoïdien externe droit. Le diagnostic a été établi par le CT-scan.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante circonscrite et variantes.

  • La myosite ossifiante circonscrite est une prolifération bénigne de tissu fibreux contenant une grande quantité d'os néoformé, se développant dans les parties molles. Son évolution clinique et radiologique est décrite. La place du scanner et l'IRM est définie. Le diagnostic différentiel comprend les hématomes des parties molles, les infections et les tumeurs. La périostite floride réactionnelle des phalanges, l'exostose en tourelle, la prolifération ostéochondromateuse bizarre de la main et la pseudotumeur fibrocartilagineuse des doigts sont également décrites.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La myosite ossifiante circonscrite: à propos d'un cas.

  • La myosite ossifiante circonscrite est un processus bénin d'ossification hétérotopique focal des parties molles, survenant chez le sujet jeune le plus souvent à la suite d'un traumatisme. Son aspect clinique et radiologique peut être trompeur et faire évoquer un processus néoplasique sarcomateux. Nous rapportons, un cas de myosite ossifiante, survenu lors d'un traumatisme, afin d'illustrer les différents aspects en imagerie de cette affection bénigne, aussi bien en radiologie conventionnelle qu'en tomodensitométrie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante circonscrite de l’avant-bras

  • La myosite ossifiante circonscrite est une lésion bénigne, caractérisé par une ossification hétérotopique des tissus mous, chez des jeunes patients, souvent posttraumatique. La localisation à l’avant-bras est rare. Les signes cliniques, l’aspect radiologique et l’aspect histologique peuvent prêter à confusion avec un sarcome osseux ou des parties molles. Ce fut le cas chez notre patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Constriction permanente des mâchoires révélatrice d'une myosite ossifiante progressive.

  • Atteinte du muscle ptérygoïdien interne à l'âge de 16 ans. Les interventions chirurgicales ont été suivies d'une récidive de l'ankylose. Le diagnostic n'a été porté qu'à l'apparition d'autres localisations.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myosite ossifiante progressive

  • La myosite ossifiante progressive est une maladie progressive du tissu conjonctif dont le pronostic est sévère.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov