Myiases [ Publications ]

myiases [ Publications ]

Publications > myiases

  • INTRODUCTION: Les myiases cutanées humaines représentent une pathologie fréquente en région d'endémie tropicale. La multiplication des voyages organisés sous les tropiques augmente le nombre de cas importés. OBSERVATION : Nous rapportons 2 cas de myiases furonculoïdes à Dermatobia hominis (D. h.) contractées au cours de 2 voyages organisés différents mais avec une étape à la même saison dans la même localité d'Amazonie péruvienne (Puerto Maldonado). DISCUSSION : L'épidémiologie des myiases latino-américaines à D. h. fait appel à un autre diptère (moustique ou plus rarement mouche...) qui assure le transport des oeufs pondus par la mouche adulte jusqu'à l'homme. Ce phénomène appelé « phorésie » explique la localisation préférentielle des lésions au niveau des parties découvertes, contrairement aux myiases africaines à Cordylobia anthropophaga (C. a.) contractées par contact avec le sol ou du linge souillé pendant l'étendage.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Otomyiases humaines dues à Wohlfahrtia magnifica (Diptera: Sarcophagidae): à propos de trois observations au Maroc.

  • Nous rapportons trois cas d'otomyiase humaine diagnostiqués chez des enfants marocains d'origine rurale. Les myiases des orifices externes surviennent souvent sur des lésions chroniques négligées chez des personnes dont l'hygiène est précaire. L'identification parasitologique a conclu à des larves de Wohifahrtia magnifica. Cette zoonose est fréquemment rencontrée dans les pays du bassin méditerranéen. Dans le présent travail, nous nous proposons d'exposer les aspects épidémiologiques, pathogéniques, cliniques et thérapeutiques de cette parasitose.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement des myiases dues à Cochliomyia hominivorax par application locale d'ivermectine.

  • Les myiases des plaies dues à Cochliomyia hominivorax entraînent des ulcérations cutanées sensibles et nauséabondes. Le traitement habituel est limité à l'extraction mécanique des larves. Les auteurs rapportent l'utilisation d'une suspension d'ivermectine à 10 % en application locale dans la prise en charge thérapeutique des myiases dues à C. hominivorax. L'emploi de cette molécule entraîne la paralysie, puis la mort des larves. Ceci permet une sédation rapide des douleurs et une extraction facilitée des larves.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les myiases auriculaires. A propos de deux observations.

  • Les auteurs rapportent deux cas de myiase auriculaire. La rareté de cette pathologie nous a amené à rechercher les particularités épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de cette parasitose.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov