Myelolipome [ Publications ]

myelolipome [ Publications ]

Publications > myelolipome

  • Le myélolipome hépatique est une lésion extrêmement rare dont seulement 17 cas ont été colligés dans la littérature mondiale. Nous rapportons l’observation d’un homme de 55 ans, chez qui a été découvert fortuitement à l’échographie, une lésion nodulaire unique de 73 mm du foie droit. La ponction biopsie hépatique montrait, en continuité avec un parenchyme hépatique par ailleurs normal, du tissu adipeux mêlé à un tissu hématopoïétique comportant les trois lignées érythrocytaire, granulocytaire et mégacaryocytaire, permettant de porter le diagnostic de myélolipome. Cette lésion bénigne a été décrite initialement au niveau de la surrénale qui reste la localisation la plus fréquente. Aucune transformation maligne ni complication hémorragique n’a été décrite pour la localisation hépatique. Le diagnostic est toujours histologique compte tenu des aspects radiologiques variables, ce qui permet d’éviter une chirurgie d’exérèse au vu du bon pronostic de cette lésion. L’étiopathogénie n’est pas encore clairement établie et plusieurs hypothèses ont été évoquées telles l’hétérotopie surrénalienne ou médullaire, l’embolie de moelle osseuse post-fracturaire ou une métaplasie myéloïde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Léiomyomatose isolée d'une veine rénale droite associée à un myélolipome hépatique : problèmes diagnostiques et thérapeutiques

  • Les auteurs rapportent un cas de léiomyomatose intraveineuse isolée d'une veine du hile rénal droit associée à un myélolipome hépatique opérée avec le diagnostic de cancer du rein métastatique. Ces tumeurs sont très rares et leur diagnostic est le plus souvent fait lors de l'analyse histologique de la pièce d'exérèse. Quoique d'histologie bénigne, elles ont un pronostic et une prise en charge thérapeutique très différents. Si l'association de ces deux tumeurs exceptionnelles peut être parfaitement fortuite, il est cependant possible de s'interroger sur l'existence possible d'un facteur causal univoque.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

À propos d'un cas rare de myélolipome extrasurrénalien.

  • Les myélolipomes sont des tumeurs bénignes à composante mixte, constituées de tissu adipeux et hématopoïétique bien différencié. Souvent asymptomatiques, ils sont de découverte fortuite en imagerie. La localisation est essentiellement surrénalienne, les formes extrasurrénaliennes sont rares, le diagnostic différentiel principal est représenté par le liposarcome bien différencié. Nous rapportons un cas de myélolipome présacré.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le myélolipome surrénalien. A propos de 3 cas.

  • Les auteurs rapportent 3 cas de myélolipome surrénalien, de diagnostic anatomo-pathologique, survenus chez 3 femmes âgées respectivement de 36, 47 et 48 ans. La symptomatologie clinique était dominée par la douleur observée dans 3 cas , en outre, 2 patientes avaient présenté des accès hypertensifs. Après intervention, l'évolution immédiate et à distance a été favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le myélolipome surrénalien.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'une patiente âgée de 57 ans, dont l'échographie et l'examen tomodensitométrique ont permis de trouver une tumeur de la loge surrénalienne droite ayant posé en préopératoire un problème quant à sa nature exacte. La tumeur s'est avérée être un myélolipome de la surrénale droite de 10 cm de diamètre et pesant 350 g. Cette observation est commentée à la lumière d'une revue de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myélolipome présacré.

  • Le myélolipome présacré est une tumeur bénigne rare d'origine inconnue, à composante mixte, constituée de tissus adipeux et hémopoïétiques bien différenciés. La tomodensitométrie suggère le diagnostic mais seul l'examen histologique d'une biopsie le permet, évitant ainsi, dans certains cas, une intervention chirurgicale inutile. Un nouveau cas est rapporté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myélolipome du foie.

  • Chez une femme de 69 ans. Etude radiologique (tomodensitométrie, artériographie cœliaque) et anatomopathologique de la pièce opératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov