Mycetome [ Publications ]

mycetome [ Publications ]

Publications > mycetome

  • Les mycétomes restent endémiques dans le nord de l'Afrique de l'Ouest. Cette infection frappe préférentiellement les hommes d'origine rurale dans la tranche d'âge 20-40 ans. Un mycétome est en général facilement évoqué sur l'aspect clinique, il s'agit d'une tuméfaction inflammatoire, polyfistulisée, évoluant sur le mode chronique. Le pied est le plus fréquemment atteint (70 %), la jambe, le genou, les fesses, la main et le bras sont les localisations extra-podales les plus communes. Le diagnostic est confirmé par la présence de grains à l'examen direct et à l'examen anatomopathologique. Il est indispensable de distinguer les actinomycétomes (dus à des bactéries aérobies) des mycétomes fongiques (dus à des champignons) étant donné que leurs traitements sont différents. Les principaux agents étiologiques d'Afrique de l'Ouest: Strep-tomyces somaliensis, Actinomadura pelletieri, Actinomadura madurae (actinomycètes), Madurella myceto-matis, Leptosphaeria 37 (champignons) peuvent être identifiés par l'aspect des grains en coupe histologique. Dans la ceinture sahélienne d'Afrique de l'Ouest, les actinomycétomes sont plus fréquents que les mycétomes fongiques, exception faite de la Mauritanie. Lorsque le diagnostic de mycétome est posé, il faut ensuite préciser l'extension du processus. L'atteinte osseuse est la principale complication et elle doit être recherchée systématiquement par la radiologie. L'échographie a montré qu'il existait des images spécifiques des mycétomes, cette technique est donc très intéressante dans les centres hospitaliers où l'on ne dispose pas de moyens pour faire le diagnostic biologique de la maladie. L'échographie est également un excellent examen pour apprécier l'extension de la maladie, de même que le scanner permet de détecter précocement les lésions osseuses mais est plus onéreux que l'échographie. Le kétoconazole ou l'itraconazole associé à la chirurgie constitue le traitement le plus efficace des mycétomes fongiques. Les actinomycétomes répondent aux antibactériens, plusieurs schémas thérapeutiques peuvent être proposés, le choix dépendra de l'agent étiologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétomes diagnostiqués au Sénégal de 2008 à 2010

  • Introduction. - Les mycétomes sont des pseudotumeurs inflammatoires des tissus mous sous-cutanés et éventuellement osseux. Ils sont le plus souvent polyfistulisés et évoluent sur un mode chronique. Patients et méthodes. - Cette étude a intéressé 113 patients recensés au laboratoire de parasitologie et mycologie de l'hôpital Aristide Le Dantec, de Dakar, au Sénégal durant la période allant de juin 2008 à juillet 2010. Résultats. - Les patients, provenant de différentes régions du Sénégal et de la sous région, sont référés au niveau du laboratoire après suspicion de mycétome. Parmi 250 patients, 113 se sont révélés positifs à l'examen direct et après culture soit un indice d'infestation de 45,2 %. L'âge moyen des patients varie de 13 ans à 73 ans avec une moyenne d'âge de 33,9 ans. La tranche d'âge comprise entre 20-39 ans est la plus touchée (27,34 %), suivie de celle entre 40-59 ans (25,2 %), 60 ans et plus (4,5 %), 30-39 ans (16,64 %), 13-19 ans (7,2 %). Les hommes sont plus atteints que les femmes avec respectivement 79,6 % et 20,4 %. Les cultivateurs sont les plus représentés avec 48,7 %, suivis des éleveurs (42,5 %). Les atteintes du pied sont les plus retrouvées (72,5 %), suivies de la jambe (12,3 %), du genou (7,1 %), du cuir chevelu (2,7 %), de la main (1,8 %). Les autres localisations sont retrouvées avec moins de 1 %, dos, cuisse, poitrine et ganglion inguinal. Les mycétomes fongiques sont plus retrouvés que les mycétomes actinomycosiques avec respectivement 70 % et 30 % , les espèces les plus retrouvées sont: Madurella mycetomatis (53,1 %), Actinomadura pelletieri (23 %), Leptosphaeria senegalensis (9,7 %), Streptomyces somaliensis (2,6 %), Actinomadura madurae (2,6 %), Pseudallescheria boydii (1,8 %), Nocardia spp. (1,8 %), Scedosporium apiospermum (0,9 %), Fusarium solani (0,9 %). Nous avons retrouvés des agents de dermatophytes: Microsporum langeronii (1,8 %), et Trichophyton mentagrophytes (0,9 %). Conclusion. - Cette étude montre que les mycétomes sont des affections endémiques au Sénégal, handicapant à la longue, et touchent particulièrement les personnes vivant en zone rurale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome à Microsporum canis du cuir chevelu.

  • Introduction. Les mycétomes sont des pseudo-tumeurs granulomateuses chroniques des tissus sous-cutanés dues à des bactéries ou à des champignons filamenteux. Les mycétomes à dermatophytes sont exceptionnels et surviennent presque exclusivement en Afrique noire. Aucun cas n'a encore été rapporté aux Antilles, à notre connaissance. Seulement 2 observations de mycétome à Microsporum canis ont été décrites chez l'homme dans la littérature. Nous rapportons le troisième cas de mycétome du cuir chevelu dû à ce champignon. Observation. Une femme martiniquaise de 22 ans, d'origine rurale, ayant un retard mental dû à une hyperplasie surrénalienne congénitale par déficit en 21-hydroxylase, consultait pour une masse tumorale du cuir chevelu évoluant depuis 5 ans. L'exérèse chirurgicale de la lésion permettait de faire le diagnostic histologique et mycologique de mycétome à Microsporum canis. La lésion récidivait 2 mois après l'exérèse et la malade était traitée par griséofulvine. Discussion, Les mycétomes à dermatophytes sont exceptionnels et généralement situés sur le cuir chevelu ou la nuque. Ils sont secondaires à une effraction cutanée traumatique qui permet le passage transcutané du champignon qui s'organise en grains pour former un mycétome. Plusieurs dermatophytes semblent susceptibles de réaliser ces grains (Microsporum ferrugineum, Trichophyton rubrum, Trichophyton verrucosum, Trichophyton mentagrophytes, Microsporum audouini, Microsporum langeronii). Microsporum canis n'a été incriminé chez l'homme que dans 2 observations : chez un enfant africain et chez un aborigène d'Australie. Notre cas comporte de nombreuses analogies avec ces observations : tumeur du cuir chevelu, ferme, mobile, évoquant un lipome ou un kyste épidermique, d'évolution très lente, survenue chez un enfant ou un adulte jeune, dont le diagnostic est fait après exérèse chirurgicale. L'association à une teigne, une dermatophytie de la peau glabre ou une onychomycose a été signalée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mycétomes en Afrique

  • Les mycétomes sont des processus pathologiques au cours desquels des agents étiologiques fongiques ou actinomycosiques produisent des grains. Les agents infectieux se trouvent sur le sol et les végétaux et sont introduits à la suite de traumatismes. Les mycétomes s’observent essentiellement dans les régions nord-tropicales d’Amérique, d’Afrique et d’Asie, mais peuvent déborder cette zone. En Afrique, la zone d’endémie des mycétomes, caractérisée par son climat, est une bande sahélienne qui va de la région Sénégal-Mauritanie, à l’ouest, jusqu’à la Somalie et la république de Djibouti à l’est. M. mycetomatis (champignon) et S. somaliensis (actinomycètes) en sont les principales espèces. A. pelletieri est fréquent en Afrique de l’Ouest. La répartition des principales espèces au sein de la zone d’endémie varie suivant les zones pluviométriques. Le mycétome est plus fréquent chez les sujets masculins et frappe de préférence la tranche d’âge 20-40 ans. Les ruraux sont les plus exposés à la maladie. En Afrique, la localisation principale est le pied. Les malades sont trop souvent vus après plusieurs années d’évolution. L’aspect de tumeur polyfistulisée permet facilement d’évoquer le diagnostic. Le bilan d’extension recherche systématiquement une atteinte osseuse et ganglionnaire. Le diagnostic positif est porté après l’examen direct des grains, la biopsie, et la culture lorsqu’elle est possible. Les actinomycétomes peuvent bénéficier d’un traitement médical. L’association triméthroprime-sulfaméthoxazole semble donner les meilleurs résultats. Le traitement médical des mycétomes fongiques est décevant et onéreux. La chirurgie reste le principal recours. Un dépistage précoce des mycétomes devrait permettre d’éviter les opérations trop mutilantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mycétomes et leur traitement.

  • Les mycétomes sont des infections sous-cutanées chroniques, endémiques dans les régions tropicales sèches. Elles peuvent être dues à des actinomycètes (actinomycétomes) ou à des champignons (eumycétomes) dont la forme de développement in vivo est le grain. L’atteinte du pied est prédominante, la principale complication est l’atteinte osseuse. Les patients sont des ruraux venant des régions éloignées des centres médicaux. Ils se présentent trop souvent avec des formes évoluées, mutilantes. Une des premières conditions pour espérer un bon résultat thérapeutique est un diagnostic précoce. Le diagnostic biologique permet de distinguer les actinomycétomes des eumycétomes, indiscernables cliniquement, dont les traitements sont radicalement différents. L’identification précise de l’agent étiologique est souhaitable pour mettre en route un traitement adapté mais elle nécessite des laboratoires spécialisés. Le traitement de première ligne des actinomycétomes est l’association triméthoprime–sulfaméthoxazole (SXT). Elle doit être donnée pendant un minimum d’un an. Dans les formes répondant mal à ce traitement ou avec risque de dissémination, l’association à l’amikacine a permis d’obtenir un pourcentage élevé de guérison. D’autres options sont possibles comme l’amoxicilline–clavulanate. Ces traitements antibiotiques s’ils sont bien conduits amènent une guérison et les indications chirurgicales restent exceptionnelles. Le traitement médical des mycétomes fongiques est plus décevant et doit souvent être complété par un geste chirurgical. L’antifongique préconisé actuellement est l’itraconazole, les azolés plus récents sont en cours d’évaluation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétomes: 130 cas.

  • Introduction. Les mycétomes sont des processus pathologiques au cours desquels des agents fongiques ou actinomycosiques émettent des grains. C'est une maladie infectieuse chronique, endémique dans certains pays de l'Afrique, touchant les tissus mous, le squelette avec parfois des atteintes viscérales mortelles. Nous rapportons une série de 130 cas observés à Dakar de 1983 à 2000. Malades et méthodes. Tous les dossiers de malades hospitalisés de 1983 à 2000 pour mycétome ont été analysés. Le diagnostic de mycétome était clinique. La confirmation du diagnostic et l'identification du grain étaient basées sur l'histopathologie et l'examen mycologique avec culture. Le traitement était médical pour les actinomycétomes et chirurgical pour les eumycétomes. Résultats. Les 130 cas observés étaient survenus chez des paysans et des pasteurs originaires des zones rurales du Sénégal. Il s'agissait de 113 hommes et 17 femmes âgés de 14 à 75 ans (moyenne 34,7 ± 14,8 ans), qui consultaient, en moyenne, après 4,8 ± 5,6 ans d'évolution. Les examens microbiologiques identifiaient 76 cas d'actinomycétomes et 54 cas d'eumycétomes. Les actinomycètes étaient :Actinomadura pelletieri (grains rouges) dans 54 cas, Actinomadura madura (grains blancs) dans 17 cas, et Streptomyces somaliensis (grains jaunes) dans 5 cas. Les grains fongiques étaient Madurella mycetomati (grains noirs) dans 38 cas, Leptosphariea senegalensis (grains noirs) dans 9 cas, Pseudo allescheria boydii (grains jaunes) dans 6 cas et de Rhinoclediella atrovirensi chez un malade. Les formes cliniques individualisables étaient : la forme inflammatoire (85 cas), avec placard inflammatoire truffé d'innombrables fistules et grains, qui était significativement associée aux actinomycètes (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mycétomes en Tunisie (région du centre).

  • Introduction. Les mycétomes sont des pseudo-tumeurs inflammatoires contenant des grains de nature fongique ou actinomycosique. Ils sont fréquents dans les pays tropicaux et subtropicaux mais rares et méconnus en Tunisie. Malades et méthodes. Il s'agissait d'une étude rétrospective recensant 12 cas de mycétomes dans le service de Dermatologie du CHU de Sousse (centre tunisien) sur une période de 27 ans allant de 1974 à 2001. La confirmation du diagnostic a été faite par l'examen anatomopathologique et/ou mycologique. Résultats. L'âge moyen de début était de 49 ans et le sexe ratio de 1. La notion de traumatisme était rapportée dans deux cas et huit malades avaient une activité agricole variée. La durée moyenne d'évolution était de huit ans. La localisation était le pied dans 10 cas. Les mycétomes étaient d'origine actinomycosique dans 10 cas, due à Actinomadura madurae dans neuf cas et Nocardia spp dans un cas, et d'origine fongique dans 2 cas : Pseudoallescheria boydii un cas et Madurella mycetomi un cas. Le traitement antibiotique était associé à l'exérèse chirurgicale dans neuf cas et l'amputation dans deux autres. Commentaires. La confrontation de nos résultats avec ceux des séries tunisiennes et de la revue de la littérature, nous a permis de préciser les caractéristiques clinico-épidémiologiques et évolutives des mycétomes en Tunisie. Ces caractéristiques sont : la rareté de l'infection, la relative fréquence de l'atteinte chez la femme, l'atteinte proximale du pied, la fréquence de l'activité agricole et la rareté d'un antécédent de traumatisme, la prédominance de l'origine actinomycosique due à Actinomadura madurae, la nécessité d'associer au traitement médical une exérèse chirurgicale ou une amputation pour arrêter l'évolutivité de la maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome tumoral de la fesse.

  • Introduction. Les mycétomes sont des infections fongiques ou actinomycosiques où les agents infectieux produisent des grains [1], Nous rapportons une observation de mycétome fongique atypique par son aspect clinique réalisant une forme tumorale et par sa topographie fessière. Observation. Un homme de 56 ans, originaire de la région de Diourbel (Centre du Sénégal), sans profession, consultait en février 1997 pour une tumeur fistulisée de la fesse droite, d'apparition spontanée, évoluant depuis 5 ans. L'état général était conservé. À l'examen, il existait une volumineuse tuméfaction de 25 cm de diamètre implantée de la fesse droite au périnée. La tuméfaction comportait de très rares fistules, laissant sourdre des grains noirs, existait une adénopathie inguinale droite, de 1,5 cm de diamètre, sans caractère inflammatoire. Le reste de l'examen physique était sans particularité. L'examen anatomopathologique montrait un tissu conjonctif inflammatoire au sein duquel existait un grain brunâtre à contours polycycliques, fait de spores et de filaments mycéliens. Le diagnostic de mycétome fongique était retenu, et une exérèse de la tumeur était réalisée sous anesthésie générale. Discussion. Notre observation de mycétome fongique est atypique par son aspect clinique réalisant une forme tumorale et par sa topographie à la région fessière. Le diagnostic différentiel se posait avec un neurofibrome cutané, un myome, ou encore un dermatofibrosarcome de Darier et Ferrand. La fréquence des formes extrapodales des mycétomes à grains rouges a déjà été soulignée par différents auteurs sénégalais. Les formes extrapodales de mycétomes fongiques à grains noirs, comme dans notre observation, sont beaucoup plus exceptionnelles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome actinomycosique extrapodal plurifocal : bonne réponse au traitement par l’association cotrimoxazole et AINS

  • Le mycétome est une maladie infectieuse, bactérienne ou fongique, qui affecte la peau et/ou les tissus mous et qui peut se compliquer d’atteinte osseuse. L’aspect clinique le plus fréquent est celui d’une tuméfaction fistulisée du pied, mais des localisations extrapodales sont possibles. Nous rapportons un cas de mycétome extrapodal chez un homme de 47 ans, reçu pour une tuméfaction polyfistulisée de la jambe évoluant depuis deux ans, chez qui l’examen anatomopathologique a permis de confirmer le diagnostic de mycétome actinomycosique et la TDM de montrer l’importance de l’extension osseuse et aux parties molles. Ce cas était caractérisé par le caractère très inflammatoire de la tumeur, sa localisation à la jambe sans atteinte podale, la modicité des signes fonctionnels par rapport à l’importance des atteintes osseuses radiologiques, la pandiaphysite très destructive de la fibula tandis que le tibia était quasi intact et la bonne réponse au traitement. Malgré l’aspect clinique souvent évocateur, le diagnostic de mycétome est encore souvent tardif dans notre pays, au stade d’extension osseuse et/ou articulaire. Des mesures pour réduire les retards au diagnostic des mycétomes doivent être une priorité.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mycétomes en Tunisie: 15 observations.

  • • Introduction. Les mycétomes sont des affections chroniques de la peau et du tissu sous-cutané d'origine fongique ou bactérienne. Ils sont endémiques dans les régions tropicales et subtropicales, mais rares en Tunisie. Objectifs. Cette étude décrit les aspects épidémio-cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutifs des mycétomes en Tunisie. Malades et méthodes. Il s'agit d'une étude rétrospective colligeant tous les cas de mycétomes observés au service de dermatologie de l'hôpital La Rabta de Tunis, entre 1982 et 2006. Résultats. Quinze cas de mycétomes ont été observés (6 hommes et 9 femmes) avec un âge moyen de 53,2 ans. L'aspect clinique prédominant était celui d'un placard infiltré érythémato-pigmenté multi-nodulaire parsemé de fistules. Le siège podal était retrouvé dans 12 cas. L'issue de grains était rapportée par 13 malades. Ils étaient d'origine actinomycosiques dans 9 cas, l'agent pathogène étant Actinomadura madurae, et fongiques dans 6 cas dus à Madurella mycetomatis dans 3 cas et Pseudallesheria boydii dans 2 cas. Le traitement était basé sur l'antibiothérapie générale en cas d'actinomycétomes, et les antifongiques oraux en cas d'eumycétomes. Conclusions. Les mycétomes demeurent une pathologie rare en Tunisie, avec une légère prédominance féminine. Le siège podal est fréquent. Le diagnostic est basé sur l'examen direct, la culture et l'examen anatomopathologique. Le traitement n'est pas codifié et est souvent prolongé avec des rechutes fréquentes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome du cuir chevelu: forme tumorale à Actinomadurella pelletieri.

  • Introduction. Les mycétomes réalisent des tuméfactions inflammatoires polyfistulisées d'évolution chronique, siégeant dans 80 % des cas au pied. Nous rapportons une forme particulière par sa localisation au cuir chevelu et sa présentation clinique inhabituelle posant un problème diagnostique. Observation. Une femme de 23 ans, résidente en zone rurale Sénégalaise avait consulté pour des lésions tumorales indolentes du cuir chevelu évoluant depuis 2 ans. L'examen clinique notait deux formations tumorales du vertex, de consistance molle, d'environ 3 cm de taille, à surface croûteuse, sans émission de grains visibles. La radiographie du crâne était normale. La biopsie cutanée montrait un infiltrat granulomateux polymorphe avec des foyers de suppuration circonscrivant des grains de petite taille, à contours irréguliers, comportant des filaments radiaires. La culture mycologique sur milieu de Lowenstein isolait Actinomadurella pelletieri. Sous cotrimoxazole, on notait un affaissement des lésions au bout de 8 mois. Discussion. Le mycétome dans notre observation est particulier par sa localisation au cuir chevelu et surtout par sa présentation tumorale ou pseudo-kystique posant un problème diagnostic. Cette forme clinique doit être connue et évoquée chez tout patient originaire des régions d'endémie des mycétomes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Actinomycétomes au Sénégal. Etude de 90 cas.

  • Les mycétomes sont des processus pathologiques au cours desquels des agents fongiques (eumycétomes) ou actinomycosiques (actinomycétomes) d'origine exogène produisent des grains. Leur traitement est médical pour les actinomycétomes et chirurgical pour les eumycétomes. Nous rapportons 90 cas d'actinomycétomes survenus chez des hommes adultes provenant essentiellement du centre du Sénégal. Les malades, habitant loin des centres hospitaliers capables de les prendre en charge, viennent consulter après une longue évolution pour des douleurs ou une volumineuse tumeur incompatibles avec la poursuite des activités agricoles ou pastorales. Les trois principaux agents pathogènes responsables de nos cas sont Actinomadura pelletieri (60 cas), Actinomadura madurae (25 cas) et Streptomyces somaliensis (5 cas). Les formes cliniques individualisées étaient les formes inflammatoires (75 cas), dues principalement à Actinomadura pelletieri, les formes tumorales (13 cas) et les formes kystiques (2 cas). Les lésions touchaient les pieds dans la moitié des cas. Il existait une ostéite dans 55 % des cas. Le traitement à base de sulfamétoxazole triméthoprime pendant 12 mois a permis d'obtenir une guérison dans 83 % des cas. Deux malades sont décédés de leur affection, du fait d'une atteinte viscérale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association d'un eumycétome et d'une chromomycose: une observation au Sénégal.

  • Un homme de 68 ans, éleveur dans le nord du Sénégal, consulte pour une tuméfaction du pied et de la jambe droite évoluant de façon progressive depuis 20 ans. L'examen clinique note une tuméfaction très ferme du pied et de toute la jambe droite associée à de nombreux nodules. Les radiographies osseuses et le scanner du pied et de la jambe visualisent une importante atteinte ostéolytique. Le prélèvement des squames au sommet des nodules met en évidence des cellules fumagoïdes caractéristiques de chromomycose. L'examen histologique de la biopsie cutanée révèle un mycétome fongique. En raison de l'extension des lésions, une association chirurgicale et antifungique a été proposée mais le patient a refusé l'intervention. La co-infestation chromomycose et mycétome n'a été décrite qu'une seule fois. Cependant il s'agissait alors d'un mycétome actinomycosique. La rareté de ces co-infections, malgré un mode de contamination commun s'explique par la différence de répartition géographique : région sahélienne pour les mycétomes, équatoriale humide pour les chromomycoses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Atteintes ostéo-articulaires d'origine parasitaire: les mycétomes osseux.

  • Les mycétomes restent une pathologie fréquente en région tropicale. Le diagnostic repose sur la mycologie et l'anatomopathologie. Il est encore souvent tardif, et le traitement laisse des séquelles fonctionnelles sévères. L'imagerie médicale est indispensable pour préciser l'extension osseuse de la maladie, notion essentielle aux choix thérapeutiques. En radiologie conventionnelle, l'atteinte osseuse se caractérise par l'association d'érosions corticales, de lacunes intra-osseuses bien limitées par un liseré d'ostéosclérose, et d'une ostéocondensation. La TDM est la technique la plus sensible pour la détection des lésions débutantes. La TDM et l'IRM, quand elles sont disponibles, sont des techniques de choix pour juger tant l'atteinte osseuse que celle des parties molles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Analyse d'une série tunisienne de 18 cas de mycétomes à l'hôpital de Sousse (1974-2010).

  • Les mycétomes sont des pseudotumeurs inflammatoires chroniques secondaires à une contamination fongique (eumycétome) ou bactérienne exogène (actinomycétome). À travers notre série, nous nous proposons de rappeler les particularités épidémio-cliniques et thérapeutiques des mycétomes en Tunisie. Notre étude est rétrospective sur 34 ans et a concerné 18 cas (sex-ratio H/F=2). L'âge moyen était de 43,6 ans. La localisation podale était majoritaire. Notre série est particulière par la prédominance des actinomycétomes représentant 83,3 % des cas (dont 14 cas à Actinomadura madurae et un cas à Nocardia sp.). Les eumycétomes représentaient 16,6 % (dont deux à Madurella mycetomatis et un à Pseudallesheria). Le traitement était, dans tous les cas, médical, associé dans 11 cas à un geste chirurgical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome actino-mycosique du pied, à propos d’un cas

  • Le mycétome actino-mycosique est une pathologie cutanée et sous-cutanée inflammatoire chronique, d’évolution progressive due à une infection fongique ou bactérienne entraînant un aspect de pseudo-tumeur poly-fistulisée. Sa localisation au niveau du pied est aussi appelée « pied de Madura ». Cette affection est endémique dans les régions tropicales et subtropicales et est rarement rencontrée dans les pays occidentaux. Les auteurs exposent ici un cas historique sur le territoire d’un patient présentant un mycétome actino-mycosique du pied non traité évoluant depuis 20 ans. Le diagnostic de mycétome actino-mycosique avait été posé sur un examen histologique en 1987. Le patient présentait un tableau d’ostéite chronique évoluée à

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mycétomes actinomycosiques. A propos de 27 observations dakaroises, traitement médical par le cotrimoxazole.

  • Introduction. Les mycétomes actinomycosiques sont fréquents au Sénégal. Leur traitement s'est profondément modifié au cours des dernières décennies. Malades et méthodes. Vingt-sept observations d'actinomycétomes dus à Actinomadura pelletieri (21 cas), Actinomadura madurae (5 cas) et Streptomyces somatiensis (1 cas) sont rapportées. Le diagnostic a été porté sur des arguments cliniques et histologiques. Tous les malades ont été traités par cotrimoxazole pendant plusieurs mois. Résultats. Quinze malades sur 27 avaient un mycétome du pied. Il faut noter la fréquence des localisations extrapodales en ce qui concerne les mycétomes à grains rouges dus à A. pellelieri (11 sur 21).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une présentation atypique tumorale d'un mycétome actinomycosique dorsolombaire

  • Les mycétomes sont des pseudotumeurs inflammatoires de la peau, des tissus sous-cutanés et éventuellement des os, d'évolution chronique. Nous rapportons l'observation d'une cultivatrice de 40 ans, originaire du Nord du Sénégal qui présentait une tumeur ulcéro-bourgeonnante laissant soudre des grains rouges, siégeant au niveau dorsolombaire. L'aspect clinique des lésions faisait évoquer en premier une tumeur maligne des parties molles. La confirmation du mycétome reposait sur l'histopathologie cutanée et la mise en évidence d'Actinomadura pelletieri à la culture. La tomodensitométrie dorsolombaire ne montrait pas de signes de compression médullaire. L'évolution était favorable sous triple thérapie associant cotrimoxazole, amoxicilline-acide clavulanique et streptomycine pendant 12 mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mycétome scapulo-thoracique. Une localisation rare, une forme particulière.

  • Une localisation extra-podale particulière du mycétome est rapportée. Il s'agit d'une forme actinomycosique à grain rouge (streptomyces pelletieri) localisée à la ceinture scapulaire et à la paroi thoracique gauche d'un berger peulh de 55 ans. Cette pseudo-tumeur pédiculée était accouchée par l'épaule et comportait une atteinte osseuse claviculaire. Devant cette forme topographique et anatomo-clinique exceptionnelle, les auteurs évoquent les problèmes diagnostiques en zone d'endémie mycétomique sahélienne du Sénégal. Ils font part de l'évolution favorable notée à la suite de l'exérèse chirurgicale associée au traitement médicamenteux au cotrimoxazole.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un mycétome fongique tumoral dorsal : intérêt de la chirurgie large associée à la terbinafine

  • Les eumycétomes sont des pseudotumeurs inflammatoires des tissus mous sous-cutanés et éventuellement des tissus osseux et dus à des champignons exogènes. Ils ont une évolution chronique, souvent polyfistulisés avec une émission de grains fongiques. Nous rapportons l’observation d’un cultivateur âgé de 65 ans présentant un mycétome fongique dorsal de découverte fortuite associé à une atteinte osseuse. Le diagnostic a été confirmé par le prélèvement mycologique. L’évolution était favorable sous terbinafine à 1 g par jour pendant 12 mois associée à une chirurgie d’exérèse complète de type carcinologique de la tumeur dorsale suivie d’une greffe de peau.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov