Mucopolysaccharidoses [ Publications ]

mucopolysaccharidoses [ Publications ]

Publications > mucopolysaccharidoses

  • Les mucopolysaccharidoses (MPS) sont dues au déficit d’enzymes intervenant dans le catabolisme des glycosaminoglycanes (GAG) et elles sont caractérisées par des atteintes viscérales multiples impliquant souvent le système nerveux central. Malgré leur statut de maladie rare, elles bénéficient d’ores et déjà d’approches thérapeutiques. L’une d’elles est la thérapie substitutive qui consiste à apporter l’enzyme manquante sous la forme d’une molécule recombinante administrée par voie intraveineuse. L’efficacité de cette thérapie repose sur le recaptage des enzymes par les différents tissus par le biais des récepteurs mannose-6-phosphate. Elle est disponible actuellement pour les MPS I, II, VI et d’autres maladies pourraient y avoir accès dans le futur. Pour la MPS I, une autre alternative est la transplantation de cellules souches hématopoïétiques dont les indications doivent être parfaitement définies, notamment compte tenu des risques inhérents à la procédure. D’autres stratégies thérapeutiques innovantes sont actuellement explorées, telle que la thérapie par réduction de substrats basée sur l’utilisation d’inhibiteurs de la biosynthèse des GAG, (génistéine,…) qui permettraient de réduire l’accumulation des composés pathologiques et leurs conséquences au niveau des tissus. D’autres thérapies moléculaires pouvant avoir un effet chaperon ou permettant la translecture de codon stop sont également à l’étude. Enfin, la thérapie génique basée sur l’apport d’un gène normal par l’intermédiaire d’un vecteur viral soit directement, soit à l’aide de cellules génétiquement modifiées, pourrait être une méthode envisageable dans le futur (premiers essais cliniques en cours).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude clinico-biologique et moléculaire des mucopolysaccharidoses en Tunisie du centre et du sud

  • Les mucopolysaccharidoses (MPS) sont des maladies de surcharge lysosomiale. Elles sont caractérisées biochimiquement par une accumulation tissulaire et une excrétion urinaire accrue et qualitativement anormale des glycosaminoglycanes (GAG), anciennement appelés mucopolysaccharides. Un déficit enzymatique lysosomial, génétiquement déterminé, est à l'origine de l'incapacité de ces organites à dégrader, étape par étape, ces macromolécules sulfatées et à libérer dans le cytosol les produits de leur catabolisme [1]. Les mucopolysaccharidoses sont classées en fonction du substrat non ou partiellement dégradé. Onze déficits enzymatiques ont été individualisés. Leur transmission est autosomique récessive, à l'exception de la maladie de Hunter (MPS II) transmise sur le mode récessif lié au chromosome X. Une très grande hétérogénéité clinique et biologique caractérise ces maladies métaboliques. Diverses formes cliniques, sévères et modérées, peuvent correspondre à un même déficit enzymatique [2], ce qui explique la difficulté de leur diagnostic. Ce sont des maladies qui semblent fréquentes en Tunisie [3], où le taux de consanguinité est de l'ordre de 30 à 35 % [4]. Le but de notre travail a été d'étudier les caractéristiques cliniques, épidémiologiques, biochimiques et moléculaires des mucopolysaccharidoses dans le centre et le sud tunisien.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les mucopolysaccharidoses de l'enfant. Expérience d'un service de pédiatrie générale. A propos de 11 cas.

  • Les mucopolysaccharidoses sont des maladies héréditaires ou l'atteinte neurologique constitue le principal facteur de gravité. Nous avons mené une étude rétrospective sur une période de 12 ans (1988- 1999) dans le service de pédiatrie du CHU de Sfax qui nous a permis de colliger il cas de mucopolysaccharidose confirmés par un dosage enzymatique intra-leucocytaire, se répartissant en 3 cas de maladie de Hurler (IH),3cas de maladie de sanfillipo (deux III A et un III B ), 3 cas de maladie de Morquio A ( type IVA) et 2 cas de maladie de Maroteaux Lamy (type VI), un sexe ratio de 1,75.Les parents étaient cousins germains dans 90% des cas. L'âge de révélation a varié de 6 mois à 4 ans. L'examen clinique trouvait un retard staturo- pondéral dans 81,8%, une dysmorphie crâniofaciale dans 100%, des déformations du rachis dans (36,6%), une régression psychomotrice dans 54,5% des cas, un syndrome de compression médullaire dans 18% des cas, une hépatosplénomégalie dans 36,4%, des opacités cornéennes dans 45,4 %. Le traitement s'est limité aux mesures symptomatiques d'où l'importance des conseils génétiques et du diagnostic anténatal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Aspects neurologiques des mucopolysaccharidoses

  • Les mucopolysaccharidoses (MPS) sont des maladies de surcharge lysosomale multisystémiques et progressives dues au défaut de catabolisme et à l’accumulation tissulaire de molécules complexes : les glycosaminoglycanes. Parmi les 7 types cliniques, correspondant à 11 déficits enzymatiques différents, seuls les types III (maladies de Sanfilippo A, B, C et D) et les formes sévères des types I (maladie de Hurler), des types II (maladie de Hunter sévère) et des types VII (maladie de Sly sévère) comportent une atteinte cérébrale évolutive inexorable. Des complications neurosensorielles (surdité de perception, rétinopathie, atrophie optique) peuvent également survenir selon les types. Un syndrome du canal carpien (voire du canal tarsien) est une complication fréquente des MPS sauf dans les types III et IV. Une hydrocéphalie par trouble de la circulation ou de la résorption du liquide céphalorachidien, une compression médullaire lente peuvent compliquer les types I, II et VII, mais aussi les types IV et VI. Une luxation atloïdo-axoïdienne peut être observée dans les types IV et I.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge globale fonctionnelle des mucopolysaccharidoses

  • La prise en charge des MPS ne peut être que globale et pluridisciplinaire. Toutes les spécialités médicales et paramédicales peuvent être sollicitées étant donné le polymorphisme de l’atteinte. C’est pourquoi idéalement la prise en charge doit se faire au sein d’un centre de référence coordonné par un médecin référent pouvant accéder aux différents spécialistes afin d’avoir une prise en charge transversale et de façon concertée. Toute la prise en charge est axée autour des évaluations des atteintes multiples caractéristiques de ces maladies, de leur évolutivité et des contraintes dues aux thérapeutiques spécifiques et non spécifiques. Protéger, privilégier et conserver la fonction doivent être les soucis en rééducation et en réadaptation autour d’objectifs communs définis avec l’enfant et sa famille. L’ensemble est contraignant et l’éducation thérapeutique a un rôle fondamental dans cette prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Atteintes osseuses des mucopolysaccharidoses

  • Les mucopolysaccharidoses représentent une famille de maladies de surcharge, caractérisées par l’accumulation de glycosaminoglycanes. Les anomalies squelettiques sont précoces, et dominent souvent le tableau clinique. Celles-ci comportent une instabilité cervicale, une importante cyphose thoraco-lombaire, une dysplasie acétabulaire parfois associée à un risque de nécrose épiphysaire fémorale proximale, une déformation des membres inférieurs en

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Génétique des mucopolysaccharidoses

  • Les mucopolysaccharidoses sont des maladies héréditaires du métabolisme dues à des mutations des gènes codant pour l’une des onze enzymes impliquées dans le catabolisme lysosomal des différents glycosaminoglycanes (ou mucopolysaccharides). Les différents déficits enzymatiques résultent en un total de sept mucopolysaccharidoses distinctes (I à IV, VI, VII et IX). Les aspects génétiques et moléculaires des sept MPS sont envisagés dans cette revue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude des mucopolysaccharidoses. A propos de 17 familles groupant 25 observations.

  • La fréquence de ces maladies osseuses métaboliques en Tunisie est probablement due à la forte consanguinité dans ce pays. Les particularités cliniques radiologiques et biologiques sont analysées. Dans la quasi totalité des cas la maladie est précoce, sévère et découverte à un stade avancé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic et suivi des mucopolysaccharidoses

  • Les mucopolysaccharidoses (MPS) représentent souvent un défi diagnostique notamment chez des patients qui présentent un tableau clinique lentement progressif et des signes peu spécifiques. Un diagnostic précoce permet une meilleure prise en charge et la mise en place d’un traitement spécifique quand celui-ci est disponible.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov