Mort subite cardiaque [ Publications ]

mort subite cardiaque [ Publications ]

Publications > mort subite cardiaque

  • Le but de ce travail a été de rechercher chez 1 000 adultes de moins de 65 ans, sans affection connue et morts subitement, une éventuelle cause cardiaque du décès après autopsie médico-légale par ailleurs négative , 407 causes coronaires ont été retenues, à côté de 152 examens négatifs et 441 autres lésions cardiaques analysées ici : ces 441 cas ont été regroupés en 193 myocardiopathies, 106 maladies hissiennes, 50 formes partielles de la maladie d'Uhl (ou dysplasie arythmogène du ventricule droit), 14 prolapsus mitraux isolés, 22 valvulopathies chroniques, 8 myocardites, 16 embolies pulmonaires, 11 coeurs pulmonaires chroniques, 11 dissections aortiques et 10 plaques fibreuses atrophiques ventriculaires gauches séquellaires d'une contusion thoracique. Sur le plan analytique, les lésions hissiennes (isolées ou associées) ont été notées 299 fois sur les 1 000 cas et le prolapsus valvulaire mitral 125 fois. L'âge et le sexe des sujets, les circonstances de la mort subite, le poids du coeur sont précisés pour chaque groupe d'affections. La fréquence des associations lésionnelles en particulier avec les altérations hissiennes, incline à faire jouer un rôle potentialisateur à ces associations dans la genèse du trouble rythmique paroxystique fatal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mort subite cardiaque et anomalies de connexion des artères coronaires : connaissances et questions.

  • Certaines connections coronaires anormales peuvent être responsables d’une mort subite. Contrairement à d’autres cardiopathies congénitales à risque de mort subite, les relations entre les connections coronaires anormales et la mort subite sont mal connues. Une correction de l’anomalie est généralement proposée après un arrêt cardiaque récupéré. Après la découverte d’une anomalie à risque, la stratégie reste débattue en prévention primaire. Même si le risque absolu de mort subite est très faible, la question du dépistage se pose chez les jeunes sportifs en raison de la prévalence de ces anomalies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'autopsie moléculaire de la mort subite cardiaque: de la salle d'autopsie au cabinet du praticien.

  • La mort subite cardiaque est l'une des causes les plus fréquentes de décès dans le monde occidental et son étiologie varie selon l'âge du patient. Toutes les cardiopathies ne laissent pas nécessairement de traces macro- ou microscopiques visibles à l'autopsie. Toutefois, certaines possèdent une origine génétique (notamment les canalopathies et les cardiomyopathies hypertrophiques), aujourd'hui identifiable par diverses méthodes d'analyses. Ainsi, les analyses génétiques (autopsie moléculaire) sont d'un grand intérêt dans le domaine de la médecine légale, non seulement pour identifier la pathologie cardiaque exacte à l'origine d'un décès mais également pour prévenir la survenue de nouveaux décès au sein d'une famille souffrant d'une cardiopathie héréditaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La mort subite cardiaque.

  • La mort subite cardiaque décrit une mort naturelle, inattendue, d'origine cardiaque, survenant par définition peu de temps après le début des symptômes (moins d'une heure), chez un individu ne présentant pas de condition médicale préalable paraissant d'issue fatale. La cause en est habituellement une arythmie ventriculaire maligne (tachycardie ou fibrillation ventriculaire). Il s'agit d'un problème majeur de santé publique puisque 3 à 400.000 décès par an aux Etats-Unis et 15 à 20.000 par an en Belgique surviennent dans ces circonstances. Les facteurs de risque, les mécanismes physiopathologiques, les maladies associées et les traitements de prévention primaire et secondaire sont passés en revue par les auteurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Protéines d'ancrage et mort subite cardiaque: comment et pourquoi?

  • La présence de mutations dans les protéines responsables du transport ionique cardiaque peut induire une déstabilisation de la fonction électrique et provoquer une mort subite. L'identification d'une anomalie génétique dans une famille ayant développé le syndrome de mort subite a mis en évidence un nouvel élément crucial pour la fonction électrique cardiaque: l'ancrage de canaux ioniques au niveau de domaines membranaires spécifiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov