Mort foetale [ Publications ]

mort foetale [ Publications ]

Publications > mort foetale

  • Le tabagisme pergravidique, actif et passif, constitue un des problèmes de santé publique les plus gravissimes de par sa nocivité, mettant en jeu la santé de l'enfant attendu et celle de la femme qui le porte. Les effets délétères du tabagisme maternel sont dose dépendants: le RCIU en est une illustration spécifique avec une incidence croissante si le tabagisme dure toute la grossesse mais également pour d'autres pathologies qu'ils s'agissent d'hématome rétro placentaire ou de placenta praevia, de rupture prématurée des membranes et accouchement prématuré avec un risque multiplié par 2 (voire 3) ! sans oublier les décès in utero. Quant aux conséquences du tabagisme maternel sur le développement foetal, les études ont démontré des retentissements cardio-vasculaires (nicotine et CO), respiratoires (CO) (majorés si tabagisme passif en post-natal), mais aussi peut être des risques tératogènes et cancérogènes. Surtout, le tabagisme maternel aurait des conséquences sur le développement du cerveau foetal avec des effets néfastes sur les grands systèmes de neurotransmetteurs (systèmes dopaminergique, sérotoninergique et noradrénergique) et sur le développement de structures-clés comme différentes régions du cortex préfrontal, certaines structures limbiques, tel l'hippocampe et certaines structures impliquées dans la motricité, comme le striatum ventral. Ces anomalies de développement du cerveau pourraient être, après la naissance, à l'origine de troubles psychologiques de type troubles du comportement, de l'attention, cognitifs... des arguments de plus pour mener une politique de lutte efficace contre le tabagisme qui passe par la prise en charge de toutes femmes enceintes fumeuses hospitalisées ou consultantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Avortements à répétition: un syndrome inédit suggérant l'explication de la mort foetale.

  • Les auteurs, par l'étude de 8 cas, décrivent un nouveau syndrome, encore non décrit, et caractérisé par : (1) des avortements répétés précoces, curettés , (2) des résistances vasculaires élevées à l'échographie Doppler , (3) une minceur de la muqueuse utérine mesurée à l'échographie (confirmée par l'hystéroscopie), mais le cycle histologique de l'endomètre est normal. Sont normales les investigations hormonales, immunologiques, chromosomiques et il n'y a aucune malformation congénitale utérine. Ce nouveau syndrome paraît dû aux dommages créés par les cutertages, peut-être des cryptosynéchies limitées des bords utérins.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Induction de l'avortement et de l'accouchement par perfusion extra-amniotique de sérum physiologique dans les cas de grossesses arrêtees du 2ème trimèstre et de mort foetale in utero tardive: une expérience de 31 cas.

  • Nous avons utilisé la perfusion extra-amniotique de sérum physiologique pour induire l'avortement dans 25 cas de grossesses arrêtées du 2ème trimestre et l'accouchement dans 5 cas de mort fœtale in utero tardive. Dans tous les cas, le col était long et fermé rendant illusoire tout recours aux méthodes classiques de déclenchement. Cependant 64,5% de nos patientes expulsèrent dans les 24 premières heures, 93,6% dans les 48 heures et 100% dans les 72 heures.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

LE CAS CLINIQUE DU MOIS. Mort foetale in utero due à une hémorragie foeto-maternelle massive.

  • Nous rapportons un cas de mort fœtale in utero (MFIU), survenue subitement en fin de grossesse, chez une patiente ne présentant aucun antécédent particulier et ayant bénéficié d’un suivi obstétrical minutieux. La MFIU n’est malheureusement pas un événement exceptionnel, elle requiert une mise au point étiologique complète. Dans notre observation, le test de Kleihauer et l’examen anatomo-clinique du fœtus ont permis de conclure à un décès par anoxie cérébrale hyper-aiguë suite à une hémorragie fœto-maternelle (HFM) massive. L’HFM est une entité rarement mise en cause dans les MFIU, mais son incidence est certainement sous-estimée. Pourtant, si l’HFM est identifiée avant le décès fœtal, une prise en charge adéquate peut considérablement modifier le pronostic et permettre de sauver l’enfant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'aspergillose placentaire: mythe ou réalité? A propos d'une observation avec mort foetale in utero.

  • Les auteurs rapportent une observation originale d'aspergillose placentaire massive survenue chez une femme primigeste âgée de 24 ans, sans antécédents pathologiques et sans manifestations cliniques pendant la grossesse, et ayant causé la mort foetale in utero à terme avec rétention de granulations blanchâtres diffuses isolées ou confluentes. L'examen histologique permet de rattacher ces aspects à des granulomes aspergillaires présents mêmes dans certaines villosités placentaires et les chambres intervilleuses. La sérologie permet d'identifier un Aspergillus niger chez la parturiente.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mort foetale in utero dans les grossesses multiples au cours des deuxième et troisième trimestres. A propos de 21 cas.

  • But. A partir de 21 observations de mort in utero d'un fœtus au cours des 2e ou 3e trimestres d'une grossesse multiple, les auteurs se proposent de rappeler les risques maternels comme les risques encourus par le ou les fœtus survivant(s). Méthode. Les auteurs ont relevé entre le 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov