Mesotheliome [ Niveau Expert ]

mesotheliome [ Niveau Expert ]

Expert > mesotheliome

  • Ce rapport présente le travail d\ un groupe d\ experts piloté par Santé publique France, en collaboration avec l\ Institut national du cancer (INCa). Sur la base d\ un état des lieux des systèmes et après avoir défini les enjeux de surveillance pour les prochaines années, le groupe recommande la mise en place d\ un dispositif national de surveillance des mésothéliomes et de leurs expositions intégrant la surveillance médico-sociale (DNSM). Ce nouveau dispositif, qui sera mis en place par Santé publique France en lien avec l\ INCa, garantira la conservation des acquis et répondra aux nouveaux enjeux, notamment au renforcement des connaissances sur les cas extrapleuraux et leurs expositions. L\ articulation entre la surveillance et la recherche sera renforcée : les équipes de recherche du PNSM et de MESONAT seront partenaires du DNSM , l\ ouverture à d\ autres équipes sera développée. La construction du DNSM se fera en lien avec le développement de la MESOBANK et la labellisation des réseaux cancers rares en 2018. Les connaissances produites seront régulièrement valorisées et pourront être prises en compte dans les actions de prévention, notamment d\ information sur le risque amiante en population générale et au travail. Elles permettront de suivre la sous-déclaration en maladie professionnelle et de contribuer au renforcement de l\ information des patients sur leurs droits en matière de reconnaissance et à la promotion de l\ information auprès des professionnels de santé. La visibilité internationale sera également un objectif. L\ ensemble de ces travaux entre pleinement dans le cadre des actions dédiées des plans gouvernementaux cancer, santé environnement et santé travail.

  • Source : invs.santepubliquefrance.fr

Modélisation statistique de l'intensité des expositions prolongées en étiologie du cancer : application au tabac, à l'amiante, au cancer du poumon, et au mésothéliome pleural

  • L'association entre le tabac et le cancer du poumon ou entre l'exposition professionnelle à l'amiante et le mésothéliome pleural ont largement été étudiées. Cependant, comme pour de nombreuses autres relations expositions prolongées-cancer, le rôle de l'intensité d'exposition tout au long de la vie a été peu étudié. La prise en compte de la variation de l'intensité au cours de la vie et de son effet dépendant du temps dans les analyses statistiques des données cas-témoins pose en effet quelques défis méthodologiques. Les objectifs de la thèse étaient 1) d'étudier l'effet dépendant du temps de l'intensité d'exposition au cours de la vie sur le risque de cancer et 2) d'identifier les profils de trajectoires d'intensité d'exposition sur la vie entière et comparer les risques de cancer associés. Pour répondre à ces deux objectifs, nous avons utilisé un indice cumulé d'exposition pondéré flexible déjà existant et nous avons développé un nouveau modèle conjoint à classes latentes, pour analyser les données de deux études cas-témoins françaises sur le mésothéliome pleural et le cancer du poumon. Les résultats montrent la contribution importante de l'intensité de la consommation de tabac récente pour le cancer du poumon et des expositions professionnelles anciennes à l'amiante pour les deux cancers. Ils confirment l'importance de considérer l'aspect temporel des expositions pour évaluer l'association avec le risque de cancer et illustrent l'intérêt des approches statistiques considérées.

  • Source : theses.fr

Amiante et mésothéliome pleural malin : aspects moléculaires, cellulaires et physiopathologiques - synthèse

  • L'amiante, mutagène et cancérogène, est responsable d'atteintes pulmonaires : plaque pleurale, cancer bronchopulmonaire et mésothéliome pleural malin. Une exposition professionnelle aux fibres d'amiante est retrouvée dans 70-80 % des cas de mésothéliome pleural malin. Ce dernier constitue un réel défi tant pour le chercheur que le clinicien. Le diagnostic du mésothéliome pleural malin est difficile et les traitements conventionnels n'ont pas démontré d'intérêt en termes de survie. L'augmentation constante de l'incidence du mésothéliome pleural malin, sa gravité et son retentissement sur les plans humains, social et financier en font aujourd'hui un véritable problème de santé publique. Dans cet article, nous proposons une synthèse des événements cellulaires, moléculaires et physiopathologiques marquant la genèse et le développement du mésothéliome pleural malin. À la fin de cet exposé, nous présentons également les données les plus récentes sur l'analyse moléculaire de ce cancer, et plus particulièrement celles issues de l'étude du transcriptome de mésothéliome pleural malin par les puces d'expression. Ces données ouvrent de nouvelles perspectives dans la compréhension de ce cancer, ainsi que des perpectives diagnostiques et thérapeutiques. , 18 pages

  • Source : john-libbey-eurotext.fr

Référentiel de bon usage de la liste hors GHS : cancers bronchiques et mésothéliomes pleuraux malins

  • Le présent référentiel constitue une recommandation nationale de l?Institut National du Cancer (INCa), émise en accord avec l?Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) et la Haute autorité de santé (HAS). Ce référentiel s?inscrit dans le cadre du bon usage des médicaments de la liste des produits financés en sus des groupements homogènes de séjour à l?hôpital (liste hors GHS), tel que défini par le décret n°2005-1023 du 24 août 2005 modifié par le décret n° 2008-1121 du 31 octobre 2008, relatif au « contrat de bon usage des médicaments et des produits et prestations, mentionné à l?article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale ». Pour chaque type de pathologie cancéreuse, un référentiel examine les conditions de prescription des différentes molécules pouvant être utilisées dans la pathologie

  • Source : omedit.sante-ra.fr

Jumelage des cas de mésothéliome et d'amiantose reconnus comme maladies professionnelles pulmonaires aux nouveaux cas de cancer et aux hospitalisations avec amiantose

  • L'objectif principal de cette recherche est de comparer d'une part le nombre de cas de mésothéliome de la plèvre et d'amiantose reconnus par le CSMPP et d'autre part, les nouveaux cas de mésothéliome de la plèvre enregistrés dans le FiTQ et les hospitalisations avec un diagnostic d'amiantose du système Med-Écho. Les objectifs secondaires sont de : comparer les forces et les faiblesses de chacune des banques de données en vue d'améliorer la surveillance de ces maladies reliées à une exposition à l'amiante au Québec, formuler les recommandations pertinentes au regard de ces sources de données en vue de la mise en place d'un système de surveillance des maladies reliées à l'amiante au Québec. Institut

  • Source : inspq.qc.ca

Présence de fibres d'amiante dans l'air intérieur et extérieur de la ville de Thetford Mines : estimation des risques de cancer du poumon et de mésothéliome - Mise à jour septembre 2010

  • À l'automne 2007, l'Association des victimes de l'amiante du Québec (AVAQ) et le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec (MDDEP) publiaient des études sur les concentrations d'amiante mesurées dans l'air intérieur et dans l'air extérieur de Thetford Mines. Ces résultats ont incité les directions de santé publique de Chaudière-Appalaches et de l'Estrie à solliciter l'aide de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour la réalisation d'une évaluation du risque de cancer du poumon et de mésothéliome de la plèvre dans cette population.

  • Source : inspq.qc.ca

Document d'appui aux définitions nosologiques amiantose, mésothéliome et cancer du poumon lié à l'amiante - Maladies à déclaration obligatoire d'origine chimique ou physique

  • En 1993, la Direction générale de la santé publique du MSSS procéda à une consultation à partir de cahiers thématiques portant sur les différents domaines d intervention en santé publique. En fonction de la Politique de la santé et du bien-être (1992) et des mandats dévolus aux autorités de santé publique, la Direction générale de santé publique (DGSP) proposait des objectifs et des actions efficaces dans chacun des domaines concernés, dont ceux visant la diminution de la mortalité et de la morbidité liées aux intoxications par les contaminants chimiques.

  • Source : inspq.qc.ca

Estimation de l'incidence nationale du mésothéliome pleural à partir du Programme national de surveillance du mésothéliome, 1998-1999 - Impact du PNSM sur la prise en charge médico-sociale des mésothéliomes pleuraux, 1999-200

  • données (incidence du mésothéliome pleural par centre de recueil, mortalité par cancer de la plèvre, méthode d'estimation de l'incidence nationale du mésothéliome pleural), résultats (incidence départementale et régionale, estimation de l'incidence en France entière), discussion, conclusion , impact du PNSM sur la prise en charge médico-sociale des mésothéliomes pleuraux, 1999-2001 : patients et méthode : données recueillies dans les départements PNSM et en dehors , 4 pages

  • Source : invs.santepubliquefrance.fr

Mésothéliome malin de la plèvre - RIR en oncologie thoracique- Auvergne-Rhône- Alpes

  • Le mésothéliome malin est un cancer primitif développé à partir d'une séreuse, le plus souvent la plèvre, de façon moins fréquente le péritoine et exceptionnellement le péricarde ou la tunique vaginale testiculaire. Le mésothéliome malin de la plèvre est une tumeur rare, touchant environ 800 à 1000 personnes chaque année en France, avec une prédominance masculine importante (incidence voisine de 16 cas/106 chez l'homme et de 1,6 cas/106 chez la femme). Son incidence est actuellement croissante en raison de l'augmentation de l'exposition industrielle à l'amiante d'après-guerre avec un pic de fréquence prévu aux alentours de 2020.

  • Source : onconormandie.fr

Présence de fibres d'amiante dans l'air intérieur et extérieur de la ville de Thetford Mines - estimation des risques de cancer du poumon et de mésothéliome

  • Une évaluation de risque a été réalisée à partir des concentrations en amiante mesurées dans l'air des maisons de Thetford Mines et dans l'air extérieur de cette ville. Selon l'approche utilisée, l'excès de décès par cancer du poumon et par mésothéliome s'étend de 8,2 à 125/100 000 personnes exposées. Ceci est approximativement 17 fois plus que l'excès de décès estimé à partir des concentrations d'amiante mesurées aux États-Unis dans l'air extérieur et dans l'air intérieur de résidences où l'on retrouve des matériaux contenant de l'amiante (MCA).

  • Source : inspq.qc.ca

Radiothérapie pour le mésothéliome pleural malin

  • Le mésothéliome pleural malin est une maladie relativement peu commune, mais son incidence augmente et une recrudescence est prévue dans de nombreux pays développés dans les deux prochaines décennies. La prise en charge des patients atteints de mésothéliome malin est controversée. Très peu de patients peuvent se soumettre à un traitement curatif potentiel et l'efficacité du traitement radical avec chirurgie, de la radiothérapie et/ou de la chimiothérapie pour guérir les patients ou prolonger leur survie est incertaine. Le rôle de la radiothérapie est controversé bien qu'elle soit utilisée dans le cadre du traitement multimodal. Cette revue essaiera d'éclaircir ces incertitudes.

  • Source : cochrane.org

ALIMTA (mesothéliome) - Réévaluation SMR et ASMR

  • Le service médical rendu par les spécialités ALIMTA 100 et 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion, reste important dans l indication « en association au cisplatine, traitement des patients atteints de mésothéliome pleural malin non résécable et qui n'ont pas reçu de chimiothérapie antérieure». En 1ère intention de traitement et en association au cisplatine chez les patients atteints de mésothéliome pleural malin non résécable et n ayant pas reçu de chimiothérapie antérieure, ALIMTA apporte une amélioration du service médical rendu modérée (ASMR III) par rapport au cisplatine seul...

  • Source : has-sante.fr

Tendances de l'incidence des mésothéliomes au Québec et au Canada de 1984 à 2007 et projections de 2008 à 2032

  • Ce projet est une mise à jour des résultats d études antérieures décrivant l épidémiologie des mésothéliomes au Québec et au Canada de 1982 à 1996, puis au Québec de 1982 à 2002. Il s inscrit dans le mandat de surveillance des expositions à l amiante et des maladies qui y sont reliées confié à l Institut national de santé publique du Québec par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

  • Source : inspq.qc.ca

Mésothéliomes familiaux : une composante génétique associée aux risques environnementaux ?

  • Nous rapportons le cas de deux frères développant un mésothéliome à 22 ans d'intervalle, sans qu'aucune notion d'exposition à l'amiante ne soit identifiée dans leurs histoires. En revanche, leurs antécédents familiaux carcinologiques sont marqués par un cancer bronchique chez leur père et un cancer du sein chez leur soeur. En raison de la constatation répétitive de cas familiaux de mésothéliome, une prédisposition génétique est envisagée par plusieurs auteurs...

  • Source : jle.com

Cancers broncho-pulmonaires et mésothéliome pleural malin - Parcours de soins

  • Guide du parcours de soins Cancers broncho-pulmonaires Guide parcours de soins Mésothéliome pleural malin Actes et prestations sur les cancers broncho-pulmonaires et mésothéliome pleural malin Guide patient : la prise en charge d'un cancer du poumon Points critiques du parcours de soins des cancers broncho-pulmonaires Points critiques du parcours de soins du Mésothéliome pleural malin Mémo sur les cancers broncho-pulmonaires

  • Source : has-sante.fr

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur le mésothéliome pleural - Conférence d'experts

  • Indication du niveau de preuve, comment évaluer une exposition à l'amiante et identifier une population à risque ? Quels crières diagnostiques pour le mésothéliome pleural ? Quel bilan pré-thérapeutique faut-il proposer à un patient porteur d'un mésothéliome pleural malin ? Quelle stratégie thrapeutique ? Quelles sont les méthodes de contrôle des symptômes et de la qualité de vie ? Aspects médico-sociaux , 27 pages

  • Source : em-consulte.com

Mésothéliome pleural malin - Diagnostic, classification et traitement

  • Le mésothéliome pleural malin (MPM) est une tumeur locale agressive de mauvais pronostic. L'exposition à l'amiante est le facteur de risque le mieux connu. La latence moyenne entre le contact à l'amiante et l'éclosion de la maladie est de 44,6 ans, ce qui explique les incidences en constante augmentation partout au monde . Selon de nouvelles connaissances, une mutation du gène codant pour la protéine 1 associée au BRCA1 (BAP1) est une prédisposition à la manifestation d'un mésothéliome

  • Source : medicalforum.ch

Pemetrexed disodium associé au cisplatine versus d'autres agents cytotoxiques ou des soins palliatifs pour le traitement du mésothéliome pleural malin

  • Objectifs : nnExaminer les preuves de l'efficacité clinique du pemetrexed disodium utilisé en association à la cisplatine pour le traitement du mésothéliome pleural malin non-résectable chez des patients naïfs à la chimiothérapie, par rapport à d'autres agents cytotoxiques utilisés seuls ou en association, ou aux soins palliatifs.

  • Source : cochrane.org

Avis relatif à la mise à déclaration obligatoire (DO) des mésothéliomes

  • Le Haut Conseil de la santé publique donne un avis favorable à la mise en place de la phase pilote du dispositif de déclaration obligatoire des maladies listées dans le code de la santé publique étendue au mésothéliome avec pour objectifs de tester le dispositif (y compris le rôle des réunions de concertation pluridisciplinaire et la conduite d'investigations complémentaires) et d'optimiser le formulaire de DO en vue de son extension nationale

  • Source : hcsp.fr

Mésothéliome malin

  • Chaque année en Suisse, on dénombre environ 180 nouveaux cas de mésothéliome malin de la plèvre (mésothéliome pleural). Le mésothéliome touche nettement plus souvent les hommes (86 %) que les femmes (14 %). 41 % des patients sont âgés de 50 à 69 ans au moment du diagnostic, 58 % ont 70 ans et plus. Le mésothéliome malin est très rare avant l âge de 50 ans. Il peut également se développer dans la cavité abdominale et pelvienne (péritoine), ce qui reste peu fréquent.

  • Source : liguecancer.ch