Menopause precoce [ Publications ]

menopause precoce [ Publications ]

Publications > menopause precoce

  • La survenue d'une aménorrhée hypergonadotrope et hypoestrogénique avant l'âge de 40 ans est généralement considérée comme définitive et porte le nom inapproprié de ménopause précoce. Touchant 1 à 2 % de la population, elle est plus « douloureusement » vécue lorsqu'elle s'accompagne d'un désir persistant de maternité. Depuis longtemps, des reprises de fonctionnement ovarien transitoires (parfois appelées « reviviscences ovariennes ») et des grossesses dites spontanées survenant plus de douze mois après l'arrêt « définitif » des menstruations sont rapportés. À partir d'une étude multicentrique menée au sein du GEDO, nous avons retrouvé 27 grossesses chez 518 patientes en attente de don d'ovocytes pour insuffisance ovarienne prématurée et insuffisance ovarienne occulte. Nous avons tenté à partir de cette étude et d'une revue de la littérature de déterminer quelle pourrait être la physiopathologie dans une telle situation, les facteurs prédictifs de récupération d'un fonctionnement ovarien et l'attitude thérapeutique dans le but de la favoriser.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Survenue d'une grossesse spontanée sous traitement substitutif hormonal pour ménopause précoce.

  • L'insuffisance ovarienne peut être une conséquence irréversible du traitement anticancéreux. Des dosages plasmatiques de gonadotrophines et d'oestradiol doivent être répétés et bien interprétés, Nous rapportons le cas d'une grossesse spontanée survenue 11 ans après une polychimiothérapie et radiothérapie chez une jeune femme de 76 ans, sous traitement substitutif hormonal. L'âge au moment du traitement ainsi que la dose totale de chimio- et radiothérapie sont des déterminants majeurs pour la fonction ovarienne future.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stress et ménopause précoce.

  • Les événements de vie, par les réactions neuroendocriniennes qu'ils engendrent (réaction de stress) peuvent affecter de manière importante l'homéostasie et favoriser l'émergence de maladies. Nous mettons ici en évidence une relation entre les événements de vie et la survenue d'une ménopause précoce. Sur le plan des mécanismes, nous argumentons l'origine autoimmune de ces ménopauses précoces et le rôle des cytokines. En effet, les cytokines sont actuellement reconnues pour leurs effets complexes au cours de la folliculogenèse et la production de certaines d'entre elles est augmentée au cours de situations stressantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov