Melanome [ Niveau Expert ]

melanome [ Niveau Expert ]

Expert > melanome

  • \le service médical rendu par MUPHORAN dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est modéré en traitement de recours et en monothérapie après échappement des immunothérapies et/ou thérapies dites ciblées selon le statut B-RAF. le service médical rendu par MUPHORAN dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est insuffisant pour justifier d\ une prise en charge par la solidarité nationale dans les autres situations, notamment en première ligne de traitement et en association (quelle que soit la ligne de traitement)...\

  • Source : has-sante.fr

Le pembrolizumab contre l ipilimumab dans le traitement du mélanome à un stade avancé - Évaluation critique de la documentation scientifique - In PHARMACTUEL, Vol. 49, No. 1, 2016

  • L étude KEYNOTE-006 est une étude de phase III multicentrique, ouverte, avec répartition aléatoire, contrôlée par traitement actif, à trois bras de traitements, sans possibilité de chevauchement. L étude a été réalisée en intention de traiter. La sélection des participants s est effectuée dans 16 pays, y compris le Canada. Les patients d un âge égal ou supérieur à 18 ans pouvaient participer à l étude s ils avaient un diagnostic confirmé histologiquement de mélanome non résécable de stade III ou IV et s ils avaient reçu au maximum une ligne de traitement antérieure pour un mélanome à un stade avancé ou métastatique. Les autres critères d inclusions étaient un statut BRAF V600 connu (les patients avec un BRAF V600 muté ou sauvage pouvaient être inclus dans l étude), un score Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) de 0 ou de 1, et l accès à un échantillon tumoral pour tester l expression du PD-L1. En l absence de symptômes liés au cancer, d une maladie à évolution rapide ou d une élévation des taux de lactates déshydrogénases (LDH), un traitement antérieur par un inhibiteur du BRAF V600 n était pas obligatoire pour l inclusion des patients ayant cette mutation dans l étude. De plus, pour être admissibles, les patients ne devaient pas présenter de fortes anomalies de la formule sanguine ou du bilan hépatique, ni de troubles graves de la fonction rénale. Les patients devaient avoir au moins une lésion mesurable selon les critères de la ligne directrice Response Evaluation Criteria In Solid Tumor (RECIST)...

  • Source : pharmactuel.com

Hydrochlorothiazide - Risque de cancer de la peau non-mélanome (carcinome basocellulaire, carcinome épidermoïde) - Lettre aux professionnels de santé - Information destinée aux médecins généralistes, internistes, cardiologues, gériatres, dermatologues, néphrologues, pharmaciens d officine et hospitaliers

  • Des études pharmaco-épidémiologiques ont montré un risque accru de cancer de la peau non-mélanome (CPNM) (carcinome basocellulaire, carcinome épidermoïde) lors de l exposition à des doses cumulatives croissantes d HCTZn Les patients qui prennent de l HCTZ seul ou en association avec d autres médicaments doivent être informés du risque de CPNM et de la nécessité de vérifier régulièrement l état de leur peau afin de détecter toute nouvelle lésion ou modification de lésion existante et à de signaler toute lésion cutanée suspecte.n Les lésions cutanées suspectes doivent être examinées. Le recours à la biopsie peut être nécessaire pour le diagnostic histologique.n Afin de réduire le risque de cancer de la peau, il sera conseillé aux patients de limiter l exposition au soleil et aux rayons UV et d avoir une protection adéquate en cas d exposition solaire.n L utilisation d HCTZ doit aussi être réexaminée avec attention chez les patients présentant un antécédent de cancer de la peau...

  • Source : ansm.sante.fr

t Dépistage ciblé du mélanome en Loire Atlantique et Vendée : comparaison de l'incidence au sein d'une population ayant participé à un dépistage ciblé et une population avec un suivi médical habituel : facteurs liés à l'épaisseur du mélanome

  • tnIntroduction : l'incidence et le taux de mortalité du mélanome sont en constante augmentation en France. Une procédure de dépistage ciblé pourrait présenter un intérêt. Objectif : l'objectif principal de notre étude était d'évaluer si l'incidence du mélanome était plus élevée au sein d'une population participant à une procédure de dépistage ciblé qu'au sein d'une population ne participant pas au dépistage ciblé. L'objectif secondaire était d'identifier des facteurs liés à l'épaisseur du mélanome au moment du diagnostic

  • Source : sudoc.fr

DACARBAZINE LIPOMED (dacarbazine), agent alkylant - Pas d avantage clinique démontré dans le traitement de recours du mélanome au stade avancé, après échappement des immunothérapies et/ou thérapies ciblées sur les mutations de B-RAF Intérêt clinique insuffisant dans les autres situations, notamment en 1e ligne, en raison de la place de l immunothérapie et des thérapies ciblant les mutations de B-RAF

  • Le service médical rendu par DACARBAZINE LIPOMED dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est modéré en traitement de recours après échappement des immunothérapies et/ou thérapies dites ciblées selon le statut B-RAF.nLe service médical rendu par DACARBAZINE LIPOMED dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est insuffisant pour une prise en charge par la solidarité nationale dans les autres situations, notamment en première ligne de traitement.nAmélioration du service médical rendu (ASMR)nV (absence) tnAu regard de l évolution de la stratégie thérapeutique et en l absence de donnée clinique en cas d échappement des immunothérapies et/ou des thérapies dites ciblées selon le statut B-RAF, la Commission considère que la spécialité DACARBAZINE LIPOMED (dacarbazine) n apporte pas d amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la prise en charge du mélanome au stade avancé...

  • Source : has-sante.fr

NANOCOLL - Modification du libellé de l indication qui précise l utilisation dans « la détection du ganglion sentinelle par lymphoscintigraphie et détection peropératoire en vue d une biopsie radioguidée dans des tumeurs malignes telles que le mélanome, le cancer du sein, de la prostate, du pénis, de la tête et du cou, les cancers pelviens chez la femme (col de l utérus et vulve) ».

  • Service Médical Rendu (SMR)nImportant nle service médical rendu par NANOCOLL est important dans le nouveau libellé de l indication de l AMM.nAmélioration du service médical rendu (ASMR)nV (absence) nPrenant en compte :n- La confirmation des performances diagnostiques dans chacune des indications établie sur la base d une revue de la littérature, n- l impact sur la morbi-mortalité et la qualité de vie en évitant un curage ganglionnaire, comme les autres spécialités radiopharmaceutiques, n- l absence de données comparatives robustes versus les autres médicaments radiopharmaceutiques, n- le besoin médical à disposer d alternatives et l usage bien établi des nanocolloïdes dans la détection du ganglion sentinelle, nNANOCOLL n apporte pas d amélioration du service médical rendu (ASMR V), par rapport aux autres médicaments radiopharmaceutiques indiqués dans la détection du ganglion sentinelle.

  • Source : has-sante.fr

DACARBAZINE MEDAC (dacarbazine), agent alkylant - Pas d avantage clinique démontré dans le traitement de recours du mélanome au stade avancé, après échappement des immunothérapies et/ou thérapies ciblées sur les mutations de B-RAF Intérêt clinique insuffisant dans les autres situations, notamment en 1e ligne, en raison de la place de l immunothérapie et des thérapies ciblant les mutations de B-RAF

  • Le service médical rendu par DACARBAZINE MEDAC dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est modéré en traitement de recours après échappement des immunothérapies et/ou thérapies dites ciblées selon le statut B-RAF (cf. paragraphe 05.4 Stratégie thérapeutique), Le service médical rendu par DACARBAZINE MEDAC dans la prise en charge du mélanome au stade avancé est insuffisant pour une prise en charge par la solidarité nationale dans les autres situations, notamment en première ligne de traitement. Au regard de l évolution de la stratégie thérapeutique et en l absence de donnée clinique en cas d échappement des immunothérapies et/ou des thérapies dites ciblées selon le statut B-RAF, la Commission considère que la spécialité DACARBAZINE MEDAC (dacarbazine) n apporte pas d amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la prise en charge du mélanome au stade avancé...

  • Source : has-sante.fr

OPDIVO (nivolumab), anticorps anti-PD1 - mélanome en association à YERVOY - Extension d'indication : Intérêt clinique de l association OPDIVO + YERVOY : - important dans le traitement du mélanome avancé uniquement en 1e ligne chez les patients ECOG 0 - 1, dont la tumeur est B-RAF non muté, ne présentant pas de métastase cérébrale active et avec une administration dans des centres disposant d une réanimation médicale polyvalente ou équivalent mais pas d avantage clinique démontré dans la prise en charge des patients, - insuffisant dans les autres cas pour une prise en charge par la solidarité nationale

  • OPDIVO en association à l ipilimumab a l AMM dans le traitement des adultes atteints d'un mélanome avancé (non résécable ou métastatique).n C est une option thérapeutique en 1e ligne, qui ne peut être proposée que dans le cadre d une RCP à une population sélectionnée : atteinte d un mélanome au stade avancé, ECOG 0 ou 1, dont la tumeur est B-RAF non muté en l absence de métastase cérébrale active...

  • Source : has-sante.fr

t Adolescents bretilliens et mélanome : comportements, connaissances, représentations et conséquences pour la prévention

  • tnEn France, le mélanome est un des cancers dont l incidence et la mortalité ont le plus augmenté ces vingt dernières années. En Bretagne, l incidence est trois fois plus importante que la moyenne nationale. L exposition aux rayons UV, surtout durant l enfance et l adolescence, est le seul facteur de risque de mélanome modifiable. Les objectifs de cette étude étaient de faire un état des lieux des comportements, connaissances et représentations des adolescents de 11 à 18 ans vis-à-vis de l exposition aux UV et d identifier des profils à risque, dans le but d améliorer la prévention du mélanome.

  • Source : sudoc.fr

MEKINIST (trametinib), inhibiteur de protéine kinase - Progrès thérapeutique modéré en 1ère ligne de traitement du mélanome non résécable ou métastatique, chez les patients porteurs d une mutation BRAF V600

  • MEKINIST a désormais l AMM en association au dabrafenib, dans le traitement des adultes atteints d un mélanome non résécable ou métastatique porteur d une mutation BRAF V600.n L association MEKINIST au dabrafenib permet d obtenir une amélioration en termes de survie sans progression et de survie globale par rapport au dabrafenib seul. Le service médical rendu par les spécialités MEKINIST 0,5 et 2 mg est important dans l indication « Le trametinib est indiqué en association au dabrafenib dans le traitement des patients adultes atteints d un mélanome non résécable ou métastatique porteur d une mutation BRAF V600 ». MEKINIST (trametinib) en association au dabrafenib apporte une amélioration du service médical rendu modérée (ASMR III) dans la stratégie thérapeutique du mélanome non résécable ou métastatique muté B-RAF V600...

  • Source : has-sante.fr

Nouvelles armes thérapeutiques contre le mélanome de stade IV

  • Le traitement du mélanome métastatique a été révolutionné ces dernières années par le développement d immunothérapies qui ont, pour la première fois, montré un bénéfice significatif sur la survie globale, ainsi que par des thérapies ciblées extrêmement efficaces, qui ont également fait la preuve d un bénéfice en survie. Ces résultats sont le fruit d un important effort de recherche translationnelle qui a permis une approche rationnelle avec un développement clinique très rapide. Le traitement du mélanome métastatique est donc une illustration des nouveaux paradigmes de la recherche moléculaire moderne en oncologie. Nous allons présenter les différents agents qui ont fait la preuve de leur efficacité clinique, ainsi que les découvertes scientifiques qui ont permis leur mise au point. Certaines des questions qui restent en suspens seront finalement abordées ainsi que les études cliniques en cours. L inclusion des patients dans ces études reste en effet la priorité principale pour faire progresser la prise en charge.

  • Source : revmed.ch

Nouveaux paradigmes et métaphores du traitement du mélanome cutané

  • Au cours des récentes années, de nouveaux médicamentsnont été offerts pour le traitement du mélanome cutanénavancé et, en particulier, de ses métastases. Ils apportentndes bénéfices qualifiés de modestes par certains malgré leurnprésentation en tant qu innovations par divers médias etnpar quelques médecins et biologistes élevés au rang de leadersnd opinion. Malheureusement, l emploi de descripteursninflationnistes de l efficacité des médicaments entraîne certainesnincompréhensions parmi les cliniciens en charge de cesnpatients. A ce jour, le vémurafénib, l ipilimumab, le pembrolizumabnet le nivolumab ont démontré leurs activités relativesndans le contrôle du mélanome avancé. Le bénéfice escompténpar certains marqueurs de substitution de l efficacité estnmagnifié et idéalisé par rapport aux attentes de beaucoupnde patients. Les avancées thérapeutiques récentes procurentnun accroissement de quelques mois à la survie médiane. Desntraitements combinés pourraient améliorer le bénéfice dès ànprésent atteint.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Nouvelles immunothérapies du mélanome : mécanismes d action, efficacité et prise en charge des toxicités

  • Le traitement du mélanome métastatique a été révolutionné depuis 2010 avec l apparition de nombreuses nouvelles molécules. Actuellement, les oncologues, dermatologues et médecins généralistes sont de plus en plus confrontés aux effets secondaires de ces molécules dans leur pratique quotidienne. Deux classes de thérapie sont disponibles pour le traitement du mélanome métastatique : 1) l immunothérapie (anti-CTLA-4, anti-PD-1/anti-PD-L1) et 2) les thérapies ciblées avec les inhibiteurs de BRAF et de MEK. L immunothérapie a une efficacité clinique remarquable, par contre un nombre important de patients développent des effets secondaires immunologiques qui peuvent parfois être fatals. La prise en charge rapide et selon des algorithmes précis de ces effets secondaires immunologiques par les médecins de diverses spécialités est primordiale.

  • Source : revmed.ch

Diagnostic histopathologique du mélanome primaire en 2011, et après ?

  • Le diagnostic de mélanome s accompagne d une multitude d informations délivrées dorénavant de façon systématique et synoptique au sein du rapport anatomopathologique. A côté de l épaisseur tumorale et de l ulcération, le clinicien doit connaître la signification du nombre de mitoses, de l inflammation, ou de l invasion lymphovasculaire. Nous détaillons chacun de ces paramètres pronostiques et présentons les changements apportés par la septième classification TNM (tumor, node, metastase) de l AJCC (American joint committee on cancer) entrée en vigueur début 2010. En thérapeutique, des progrès concrets ont été récemment réalisés dans le cadre du mélanome métastatique. L explication des voies de signalisation concernées est intéressante car elle permet de mieux retenir les cibles et le fonctionnement de ces nouvelles thérapies. Nous présentons succinctement les bases moléculaires en rapport avec ces nouvelles thérapies.

  • Source : revmed.ch

Mélanome et grossesse - Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie - Volume 16, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2014

  • La découverte d un cancer au cours de la grossesse n est pas une situation rare et parmi ceux les plus fréquemment retrouvés, le mélanome occupe une place importante pouvant représenter jusqu à 8 % des cancers associés à la grossesse. Au stade métastatique, il s agit du cancer le plus fréquemment rapporté comme pouvant être responsable de métastases placentaires et/ou fœtales. Le diagnostic de mélanome en cours de grossesse soulève de nombreuses interrogations en terme d influence éventuelle sur le pronostic, de prise en charge thérapeutique selon le stade du mélanome notamment (loco régional ou métastatique) mais aussi des interrogations d ordre plus étiques et philosophiques pour les stades avancés mettant en jeu à court terme le pronostic maternel.

  • Source : jle.com

KEYTRUDA (pembrolizumab), anticorps anti-PD1 - Mélanome - Réévaluation SMR et ASMR : Intérêt clinique important et progrès thérapeutique mineur en 1e ligne de traitement du mélanome avancé

  • KEYTRUDA a l AMM en monothérapie dans le traitement des adultes atteints d'un mélanome avancé.n En l absence de mutation B-RAF, comme le nivolumab (OPDIVO), il est recommandé en 1e ligne de traitement.n En cas de mutation B-RAF, comme le nivolumab (OPDIVO), sa place en alternative aux thérapies ciblées est actuellement débattue, notamment sur le profil de patients susceptibles de recevoir l un de ces deux traitements en 1e ligne.n Les nouvelles données, issues du suivi de 2 études déjà évaluées, ne sont pas de nature à apporter d éléments nouveaux pour l appréciation de la quantité d effet de ce médicament dans l indication et à la posologie de l AMM...

  • Source : has-sante.fr

Création et mise en place d'un DPC [Développement professionnel continu] via e-learning sur le mélanome pour les médecins généralistes@

  • Au cours des dernières décennies, l'incidence du mélanome a augmenté plus rapidement que celle de n'importe quel autre cancer. Ainsi, la prévention primaire et secondaire du mélanome est une priorité et le dépistage précoce est essentiel. Il repose sur la collaboration du médecin généraliste et du dermatologue. Nous avons donc décidé de poursuivre et d'amplifier les actions de formations des professionnels de santé en s'engageant dans la dynamique du développement professionnel continu. Ainsi, nous avons créé un nouveau programme de DPC pour les médecins généralistes basé sur la formation à distance via l'e-learning, sur le thème du mélanome avec une approche individuelle et pédagogique adaptée à un rythme professionnel parfois soutenu

  • Source : nantilus.univ-nantes.fr

Recommandations pour le diagnostic de prédisposition génétique au mélanome cutané et pour la prise en charge des personnes à risque

  • Lenmélanomencutanénestnunenmaladienmultifactoriellenrésultantndesneffetsnetninter-nactionsndenfacteursnenvironnementauxnetngénétiques.nPlusieursngènesndenprédispositionnontnéténidentifiésncesndernièresnannéesn,nilns agitndengènesnconférantnunnrisquenélevén(nCDKN2An,nCDK4netnBAP1n)noununnrisquenintermédiairen(nMITFnetnMC1Rn).nL objetndencentravailnd expertsnétaitndendéfinirnlesnsituationsncliniquesnincontournablesnjustifiantnlanprescriptionnd analysesngénétiques,nd exposernlendéroulementndencesnanalysesnetndenproposerndesnrecommandationsndenprisenennchargendesnpersonnesnànrisque

  • Source : sfdermato.com

Conseils à l'officine pour promouvoir le diagnostic précoce et la prévention du mélanome

  • Le mélanome est une tumeur maligne qui se développe aux dépens des mélanocytes. Il représente aujourd'hui un enjeu majeur de santé publique puisque son incidence est en constante augmentation et il est la forme la plus agressive de cancer cutané. En effet, en cas de diagnostic tardif, malgré les nouvelles thérapeutiques son traitement n'est que palliatif. Le pharmacien doit sensibiliser ses patients au diagnostic précoce, seul moyen disponible aujourd'hui pour réduire la mortalité. Pour parfaire l'éducation de ses patients le pharmacien insiste sur l'auto-examen avec la règle ABCDE et sur la régularité des consultations dermatologiques des personnes à risque. L'autre volet de la prévention du mélanome est la photoprotection puisque 3 mélanomes sur 4 sont dus à une exposition solaire intense notamment à des coups de soleil pendant l'enfance

  • Source : thesesante.ups-tlse.fr

Lentigo maligna : un mélanome particulier

  • Le lentigo maligna (LM), ou mélanose de Dubreuilh, et le lentigo maligna melanoma (ou mélanome sur mélanose de Dubreuilh (LMM)) représentent environ 10% de l ensemble des mélanomes. Ils diffèrent des autres types de mélanome, par leurs caractéristiques cliniques et histologiques, leur épidémiologie, leur évolution, et nécessitent une prise en charge adaptée. Des techniques d imagerie, comme la dermatoscopie et la microscopie confocale in vivo complètent l examen clinique dans la démarche diagnostique. Comme pour les autres types de mélanome, la chirurgie est le traitement de choix du LM et du LMM, mais il existe des alternatives thérapeutiques pour les formes inopérables. Ces tumeurs sont fréquemment de grande taille et situées sur le visage de sujets âgés. Il est donc nécessaire de pouvoir combiner l efficacité et l acceptabilité du traitement.

  • Source : revmed.ch