Melanome de dubreuilh [ Publications ]

melanome de dubreuilh [ Publications ]

Publications > melanome de dubreuilh

  • Objectifs. Le mélanome de Dubreuilh in situ ou invasifest une forme histoclinique de mélanome. L'objectif de cette étude était de définir les caractéristiques épidémiologiques des mélanomes de Dubreuilh et de comparer leur pronostic à celui des autres forme de mélanomes. Malades et méthode. A partir d'une série rétrospective de 516 mélanomes cutanés, 29 cas de mélanome de Dubreuilh ont été répertoriés de 1985 à 1997. Les paramètres épidémiologiques, cliniques et pronostiques ont été recueillis selon une grille commune pour tous les malades. L'analyse statistique a fait appel au test du chi-2, au test de Log Rank pour l'analyse univariée, au modèle de régression multiple de Cox pour l'analyse multivariée et aux méthodes actuarielles pour les courbes de survie. Résultats. Les 29 mélanomes de Dubreuilh, chez 16 femmes et 13 hommes, représentaient 5,9 p. 100 des mélanomes. La moyenne d'age était de 73 ans versus 54 ans pour les autres mélanomes. La localisation préférentielle était la tête et le cou. Aucun nævus préexistant n'était trouvé par l'interrogatoire versus 50 p. 100. Le délai avant diagnostic était de 4 ans versus 1 an. Tous les malades avaient une profession photoexposée. L'épaisseur tumorale moyenne était de 2 mm. La survie à 5 ans était identique à celle des mélanomes superficiels extensifs et supérieure à celle des mélanomes nodulaires. En analyse multivariée, le fait qu'il s'agisse d'un mélanome de Dubreuilh ne conférait pas un meilleur pronostic. C'est l'épaisseur tumorale qui restait le principal facteur pronostique. Discussion. Notre étude confirme les particularités épidémiologiques des mélanomes de Dubreuilh suggérant le rôle de l'exposition solaire chronique. En analyse multivariée, le pronostic des mélanomes de Dubreuilh n'est pas meilleur que celui des autres formes de mélanomes. La prise en charge doit donc tenir compte de l'épaisseur tumorale, comme pour les autres formes de mélanomes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Névralgie faciale révélatrice d'une récidive desmoplastique profonde et neurotrope d'un mélanome de Dubreuilh.

  • Introduction. Le mélanome neurotrope est une forme anatomopathologique particulière correspondant à une prolifération dermique de cellules desmoplastiques à différenciation neuroïde. Nous rapportons un nouveau cas révélé par une névralgie faciale. Observation. Un homme de 64 ans avait eu en 1996 un mélanome de Dubreuilh de la région malaire droite traité chirurgicalement et d'exérèse complète. Après deux années de surveillance, l'apparition d'une nouvelle lésion pigmentée a justifié une réintervention chirurgicale. L'examen histopathologique de la lésion retirée en totalité a montré une prolifération lentigineuse mélanocytaire intraépidermique sans infiltration dermique. En 1999, une névralgie du trijumeau droit est apparue en dehors de toute manifestation cutanée, une angio-IRM a montré une prise de contraste diffuse du nerftrijumeau droit. L'intervention chirurgicale par voie endobuccale a trouvé une tuméfaction noirâtre englobant le nerftrijumeau. L'analyse anatomopathologique et immunohistochimique des prélèvements histologiques a montré un mélanome infiltrant à composante desmoplastique. Discussion. Les mélanomes neurotropes avec envahissement des faisceaux nerveux par des cellules tumorales, révélés par une névralgie faciale sont rares. Notre observation est particulière par le caractère très profond du mélanome neurotrope et l'existence initiale d'un mélanome de Dubreuilh sans mélanome dit « neurotrope » associé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov