Manifestations cutanees [ Publications ]

manifestations cutanees [ Publications ]

Publications > manifestations cutanees

  • Introduction. Le syndrome de restauration immune a été décrit pour la première fois en 1998 pour des infections à Mycobacterium avium. Nous rapportons un cas au cours d'une probable tuberculose traitée. Observation. Un homme de 42 ans séropositif pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) était hospitalisé pour toux, fièvre, sueurs nocturnes et altération de l'état général. La charge virale était à 127 200 copies/ml, les CD4 à 199/ml. Une trithérapie antituberculeuse était instaurée devant un contage tuberculeux récent, une intradermo-réaction à la tuberculine à 15 mm et un nodule du lobe supérieur droit sur le scanner thoracique. La recherche de bacille de Koch était négative. L'apyrexie était obtenue au troisième jour du traitement. Une trithérapie antirétrovirale était débutée à J11 (zidovudine, lamivudine, indinavir). 33 jours après son instauration apparaissaient une fièvre et des nodules dermohypodermiques ulcérés. La biopsie montrait des granulomes tuberculoïdes (coloration de Ziehl négative). La charge virale était alors inférieure à 200 copies/ml, les CD4 à 497/ml. Les lésions cutanées et la fièvre disparaissaient spontanément sans modification du traitement. Discussion. Le syndrome de restauration immune apparaît lors de l'instauration d'un traitement antirétroviral, chez des malades à un stade avancé de l'infection par le VIH et sans traitement prophylactique contre les mycobactéries atypiques. L'observation rapportée se rapproche des observations initiales mais présente plusieurs particularités : le bacille de Koch est très probablement en cause , la faible immunodépression initiale et la trithérapie antituberculeuse avant l'institution du traitement antirétroviral sont en faveur d'un double mécanisme (lyse bactérienne et restauration immune) responsable des manifestations cutanées. Il est important de surveiller les malades lors de l'institution d'un traitement antirétroviral, les infections opportunistes pouvant être révélées ou aggravées par la restauration de l'immunité.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les manifestations cutanées chez les patients hémodialysés chroniques dans un pays en voie de développement.

  • Le but de cette étude était deconnaître les affections cutanées les plus fréquentes chez les patients hémodialysés chroniques du Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) de Ouagadougou. L’étude, de type transversal descriptif, menée du 15 Septembre au 31 Décembre 2014, s'estdéroulée au CHU-YO. Elle concernait les patients qui avaient au moins trois mois d'ancienneté en hémodialyse chronique. La fréquence des séances d'hémodialyse était d'une tous les cinq jours. Le seuil de signification des tests statistiques était défini pour une probabilité p ≤ 0,05. Quatre-vingt-quinze patients (61,1% d'hommes et 38,9% de femmes), de moyenne d’âge 42,1 ans participaient à l’étude. La durée moyenne en hémodialyse était de 31,9 mois. Le taux de réalisation des analyses biologiques variait de 7,4 à 85,3%. Quatre-vingt patients (85,3%) avaient au moins une manifestation cutanée. La xérose cutanée (67,4%), le prurit (45,3%), et l'hyperpigmentation (23,2%) étaient les plus fréquentes des manifestations cutanées pouvant être spécifiques de l'hémodialyse. L'hypomélanose en gouttes (11,6%), le prurigo (11,6%) et la folliculite (8,4%) étaient les principales manifestations cutanées non spécifiques. L'atteinte cutanée était fréquente mais ne semblait pas liée à l'ancienneté en hémodialyse. Les mauvaises conditions d'hémodialyse et l'environnement sec et chaud à Ouagadougou, ont pu favoriser ces atteintes, en particulier la xérose et le prurit. Une meilleure subvention des soins de santé contribuerait à réduire la prévalence des maladies cutanées et à améliorer la qualité de vie de nos patients hémodialysés chroniques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées au cours d'une trichosporonose disséminée chez un malade sidéen.

  • Introduction. Trichosporon (T) beigelii, agent de la piedra blanche, peut être responsable d'infections disséminées chez les malades immunodéprimés. Les infections systémiques dues à cet agent pathogène ont surtout été rapportées chez des malades neutropéniques et rares dont les cas décrits chez des malades sidéens. Observation. Un homme de 36 ans, d'origine sénégalaise, séropositif pour le VIH, a été hospitalisé pour une méningo-encéphalite fébrile associée à des lésions cutanées. Les cultures des prélèvements cutanés et du liquide céphalo-rachidien ont permis d'isoler T beigelii et un traitement par amphotéricine B a entraîné une régression des lésions cutanées. Le diagnostic d'infection disséminée à T. beigelii a été retenu. Discussion. Les infections disséminées à T. beigelii surviennent chez les malades immunodéprimés, surtout s'il existe une neutropénie. Chez notre malade, l'existence de deux localisations prouvées (méningée et cutanée) et l'évolution favorable sous amphotéricine B sont en faveur d'une infection disséminée. La bonne réponse au traitement s'explique probablement par l'absence de neutropénie. Les lésions cutanées sont fréquentes, se présentant surtout comme des papules ou des nodules purpuriques disséminés sur le tégument. L'examen anatomo-pathologique et la culture de prélèvements cutanés peuvent permettre un diagnostic rapide et la mise en route d'un traitement approprié.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées d'une maladie du rouget du porc septicémique.

  • Introduction. La maladie du rouget du porc se présente le plus souvent chez l'homme sous la forme de l'érysipeloïde de Rosenbach. Les formes septicémiques, plus rares, peuvent s'accompagner de signes dermatologiques à distance du site d'inoculation. Nous rapportons un cas survenu chez une malade traitée par corticothérapie pour un lupus systémique. Observation. Une agricultrice de 50 ans avait dans un contexte fébrile une lésion érythémateuse infiltrée du majeur gauche et des lésions annulaires dorsales succédant à une blessure cutanée par un canard. Le diagnostic de maladie de rouget du porc septicémique était apporté par l'isolement du germe sur les hémocultures. Il n'existait pas d'endocardite associée. Le traitement par ceftriaxone amenait l'apyrexie et la guérison des signes cutanés de cette septicémie. Discussion. Le diagnostic reposait sur des arguments épidémiologiques et cliniques caractéristiques. La corticothérapie a probablement favorisé l'évolution vers une septicémie. Si le plus souvent les hémocultures apportent le diagnostic, le dermatologiste peut isoler le germe à partir de prélèvements cutanés du site d'inoculation. L'endocardite. absente chez la malade, doit être recherchée systématiquement car fréquente et souvent fatale. Le traitement de ces septicémies fait habituellement appel à l'emploi de pénicilline G à dose élevée par voie parentérale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées d'un déficit de la glycosylation des protéines, le CDG (carbohydrate deficient glycoprotein) syndrome de type I.

  • Introduction. Le CDG syndrome de type I est une affection métabolique héréditaire caractérisée par un défaut de N-glycosylation des protéines dont les manifestations cliniques sont variées. Des manifestations cutanées peuvent être présentes. Observation. Nous rapportons l'observation d'un nouveau-ne qui avait un retard de croissance, des troubles neurologiques, une atteinte hépatique et des anomalies biologiques multiples. L'atteinte cutanée. très évocatrice, était au premier plan : répartition anormale, pseudolipomateuse, des graisses sous-cutanées des régions lombo-fessières, induration scléreuse des tissus sous-cutanés des membres, avec aspect de peau d'orange, amincissement des phalanges proximales, mamelons ombiliqués. L'étude de la transferrine sérique montrait un défaut de sialylation, et un déficit en phosphomannomutase a été identifié sur fibroblastes en culture, ce qui confirmait le diagnostic. Commentaires. Les manifestations cutanées observées ici sont très caractéristiques du CDG syndrome de type I. Bien qu'inconstantes, elles peuvent constituer un point d'appel de cette affection chez le nourrisson.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanees de la sarcoïdose: problemes diagnostiques.

  • La sarcoidose, granulomatose bénigne d'étiologie inconnue, présente un polymorphisme clinique, justifiant une approche multidisciplinaire. L'analyse de 39 cas de sarcoïdose (34 femmes, 5 hommes, d'âge moyen de 41 ans) rend compte des difficultés diagnostiques des lésions cutanées. Les sarcoïdes, à petits et à gros nodules (56 %) simulent des syphilides, des tuberculides, des lésions d'acné, parois un lupus tuberculeux ou une leishmaniose, voire une lèpre tuberculoïde en cas de lésion annulaire. Le lupus pernio (3 %) et la forme angiolupoïde (3 %) sont plus évocatrices, tandis que les sarcoides hypodermiques ne peuvent être reconnues qu'à l'histologie. L'érythème noueux (3 %) n'est en rien spécifique de la sarcoïdose. Ainsi les localisations extra-cutanées de la sarcoïdose confortent grandement le diagnostic. Dans cette série, l'atteinte endothoracique arrive en tête (75 %), suivie de l'atteinte des ganglions périphériques (23%). La biopsie des lésions cutanées retrouve le granulome tuberculoide dans 92 % des cas, image également non spécifique. La recherche des critères biologiques et immunologiques de la sarcoïdose revêt alors une grande importance pour confirmer le diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées de la sarcoidose: problèmes diagnostiques.

  • La sarcoïdose, granulomatose bénigne d'étiologie inconnue, présente un polymorphisme clinique, justifiant une approche multidisciplinaire. L'analyse de 39 cas de sacroïdose (34 femmes, 5 hommes, d'âge moyen de 41 ans) rend compte des difficultés diagnostiques des lésions cutanées. Les sarcoïdes, à petits et à gros nodules (56%) simulent des syphilides, des tuberculides, des lésions d'acné, parfois un lupus tuberculeux ou une leishmaniose, voire une lèpre tuberculoïde en cas de lésion annulaire. Le lupus pernio (3%) et la forme angiolupoïde (3%) sont plus évocatrices, tandis que les sarcoïdes hypodermiques ne peuvent être reconnues qu'à l'histologie. L'érythème noueux (3) n'est en rien spécifique de la sarcoïdose. Ainsi les localisations extra-cutanées de la sarcoïdose confortent grandement le diagnostic. Dans cette série, l'atteinte endothracique arrive en tête (75%), suivie de l'atteinte des ganglions périphériques (23%). La biopsie des lésions cutanées retrouve le granulome tuberculoïde dans 92% des cas, image également non spécifique. La recherche des critères biologiques et immunologiques de la sarcoïdose revêt alors une grande importance pour confirmer le diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées d'une infection à Yersinia enterocolitica.

  • Introduction. Les manifestations cutanées des infections à Yersinia enterocolitica sont principalement à type d'érythème noueux, d'érythème polymorphe ou de vasculite. L'association à un syndrome de Sweet est rare. Nous rapportons une observation faisant discuter cette association. Observation. Chez une femme de 29 ans, survenait, après une semaine d'asthénie, une éruption papulo-pustuleuse fébrile, associée à des arthralgies. La recherche d'une infection était négative, à l'exception des coprocultures positives pour Yersinia enterocolitica (sérotype O : 9). Les sérologies de yersiniose étaient négatives. L'histologie des lésions cutanées était en faveur d'un syndrome de Sweet. La recherche d'une hémopathie ou d'une néoplasie sous-jacente était négative. L'évolution était rapidement favorable sous ciprofloxacine. Discussion. La présentation cutanée atypique a fait discuter le diagnostic de dermatose neutrophilique ou de lésions septicémiques. Cette observation souligne les difficultés d'interprétation des sérologies et la valeur de l'isolement du germe pour le diagnostic d'infection à Yersinia enterocolitica.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées de l'infection par le parvovirus B19.

  • Le parvovirus B 19 humain est un petit virus à ADN monocaténaire. Il possède un tropisme pour le récepteur membranaire P présent sur les érythrocytes ainsi que sur les cellules endothéliales. Près de 60 à 70 % des adultes sont séropositifs pour le parvovirus B19. La contamination a essentiellement lieu via des gouttelettes des voies naso-pharyngées. Les principales manifestations systémiques associées au parvovirus B19 sont les crises d’anémie aplasique et l’hydrops foetalis. Plus rarement, des arthropathies, encéphalites, ou glomérulonéphrites sont rencontrées. La présente revue se focalise surtout sur les manifestations cutanées du parvovirus B 19, incluant le mégalérythème épidémique (5ème maladie) et les syndromes purpuriques dont le principal est appelé le purpura en gants et chaussettes. Certaines autres manifestations cutanées sont rapportées où le parvovirus B19 semble impliqué, mais sans preuve formelle, comme certaines vasculites, l’érythème noueux, le syndrome lupus érythémateux-like, des éruptions vésiculo-pustuleuses, le pityriasis lichénoïde, et la sclérodermie

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Maladie des dépôts de chaînes lourdes et légères avec manifestations cutanées et rénales.

  • Introduction. La maladie des dépôts de chaînes lourdes et légères est un syndrome rare, différent de l'amylose, caractérisé par des dépôts tissulaires d'immunoglobulines monoclonales. Observation. Un homme de 65 ans, était atteint d'une glomérulonéphrite membrano-proliférative secondairement associée à des lésions urticariennes, fixes, siégeant sur les bras et le dos. L'examen histologique d'une lésion cutanée trouvait une vasculite lymphocytaire. L'étude immunohistochimique montrait des dépôts monoclonaux de chaînes lourdes gamma 2 et de chaînes légères Kappa dans le rein et dans les lésions cutanées. Commentaires. Cette observation de maladie des dépôts de chaînes lourdes et légères est originale par l'aspect anatomo-clinique bien caractérisé des lésions cutanées et par la nature identique des dépôts d'immunoglobulines observés sur la biopsie rénale et sur la biopsie cutanée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées, hépatiques et hématologiques liées à la névirapine: DRESS syndrome?

  • INTRODUCTION : Des manifestations proches du DRESS syndrome (Drug Rash with Eosinophilia and Systemic Symptoms) peuvent être induites par la névirapine (NVP) Nous en rapportons 3 observations OBSERVATIONS : Les symptômes sont survenues dans les 5 premières semaines suivant l'introduction de la NVP. Ces patients présentaient, une éruption cutanée, des signes généraux associés à une atteinte hépatique. La biologie montrait une augmentation du taux des polynucléaires éosinophiles et un important syndrome inflammatoire simulant un syndrome infectieux sévère. COMMENTAIRES : La fréquence du DRESS syndrome est probablement sous-estimée. Sa prise en charge n'est pas codifiée. Chez nos 3 malades, sous corticothérapie parentérale, l'évolution clinique était rapidement favorable même si la régression de la cytolyse hépatique a été plus tardive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées de la sarcoïdose

  • La sarcoïdose est une affection systémique granulomateuse d’étiologie inconnue. Ses manifestations dermatologiques sont très polymorphes. Elles sont classiquement séparées en lésions spécifiques, car formées de granulomes, d’évolution le plus souvent chronique , et en lésions non spécifiques, principalement l’érythème noueux d’évolution aiguë. Elles s’observent approximativement chez 25 % des patients atteints de sarcoïdose. L’atteinte cutanée peut être inaugurale. Le diagnostic de sarcoïdose cutanée confronte le clinicien à trois problèmes : la recherche d’une localisation viscérale de la maladie, l’évaluation du pronostic, la prise en charge au long cours associant une surveillance régulière et, en cas de gêne esthétique ou fonctionnelle, un traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées de la leucémie lymphome à HTLV 1: à propos d'une observation.

  • ○ Le virus HTLV-1 est un rétrovirus incriminé dans la leucémie-lymphome T de l'adulte, prolifération de lymphocytes T auxiliaires matures infectés. Les manifestations cutanées de la leucémie-lymphome T sont inconstantes et d'expression variable. Elles peuvent être révélatrices ou apparaître secondairement après le diagnostic de leucémie-lymphome T. Un cas de leucémie lymphome T séropositif pour le HTLV 1 est rapporté. Les manifestations initiales étaient frustes et pseudo tumorales au stade terminal de la maladie. Monsieur D., âgé de 27 ans, noir marron Surinamais, présentait des placards erythé-mato-squameux infiltrés de l'ensemble des téguments. Un an plus tard, il présentait une xérodermie et des nodules tumoraux sous cutanés de taille variable. Cette observation illustre le polymorphisme des lésions cutanées du lymphome T dû au virus HTLV-1.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ichtyose acquise et hyperkératose livédoïde palmoplantaire : deux manifestations cutanées initiales atypiques de lupus systémique

  • Certaines manifestations cutanées du lupus systémique sont de diagnostic difficile en raison de leur rareté. C’est le cas de l’ichtyose acquise et de l’hyperkératose livédoïde palmoplantaire dont nous rapportons deux observations. La première concerne un homme de 51 ans ayant développé une ichtyose acquise généralisée au cours d’un lupus systémique diagnostiqué au stade de glomérulosclérose rénale avec vascularite cérébrale. Le traitement par rituximab a permis la disparition totale de l’ichtyose cutanée. La seconde observation concerne une femme de 45 ans dont l’hyperkératose livédoïde palmoplantaire était une manifestation cutanée inaugurale d’un lupus systémique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Xeroderma pigmentosum: manifestations cutanées, oculaires et neurologiques à partir de 49 patients tunisiens.

  • Nous avons mené une étude rétrospective portant sur 49 patients atteints de xeroderma pigmentosum (XP). Le but était de déterminer les particularités cliniques du XP en Tunisie. Notre étude a révélé un tableau particulier par la prédominance de la forme intermédiaire, la précocité d'apparition des tumeurs màlignes et la prédominance des carcinomes spinocellulaires par rapport aux carcinomes basocellulaires. Les troubles neurologiques sont plus fréquents dans la forme intermédiaire. La débilité mentale et de la neuropathie périphérique sont les signes les plus fréquents chez nos patients, alors que la surdité est rare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les manifestations cutanées de la neurofibromatose de type 1 et leur traitement.

  • Après avoir rappelé la fréquence et la physiopathologie de la neurofibromatose de type 1, ou maladie de Von Recklinghausen, les auteurs en rapportent les différentes manifestations cutanées: taches café au lait, lentigines, neurofibromes cutanés, neurofibromes plexiformes. La prise en charge thérapeutique doit être pluridisciplinaire, la chirurgie étant difficile et ses résultats souvent décevants. Les différents traitements chirurgicaux sont envisagés selon la nature des lésions à traiter, leur siège, en insistant sur le plan thérapeutique qui doit être discuté avec le patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées associées aux gammapathies monoclonales

  • Les gammapathies monoclonales peuvent s’associer à diverses manifestations cliniques. Les mécanismes à l’œuvre sont variés et parfois mal compris. Parmi les manifestations cliniques associées aux gammapathies monoclonales, la peau est un organe fréquemment atteint. L’atteinte cutanée peut être inaugurale voire isolée. Elle peut aussi être discrète, au second plan d’un tableau systémique dont elle peut représenter un élément diagnostique majeur. Cette mise au point a pour objectif de passer en revue ces différentes manifestations cutanées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées des thérapies ciblées

  • Les biothérapies peuvent s’accompagner de nombreux effets indésirables (EI) cutanés. Certaines de ces manifestations sont fréquentes et spécifiques. Il s’agit notamment des éruptions psoriasiformes paradoxales induites par les anti-TNFα, des éruptions acnéiformes et des paronychies développées sous anti-EGFR et des syndromes mains-pieds particuliers induits par les anti-VEGFR sorafénib et sunitinib. La mise sur le marché récente de ces molécules impose une surveillance clinique attentive des patients traités.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées des pathologies endocriniennes.

  • Certaines lésions cutanées accompagnent ou sont révélatrices d’une pathologie endocrinienne. L’identification de l’endocrinopathie est très importante car elle permet parfois un traitement correctif plutôt que symptomatique. Les principales affections concernées sont l’hyperthyroïdie, l’hypothyroïdie, l’atteinte auto-immune thyroïdienne, le syndrome de Cushing, la maladie d’Addison, l’acromégalie, les maladies androgénodépendantes, l’hypopituitarisme, l’hypoparathyroïdie, la pseudo-hypoparathyroïdie et le diabète sucré.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Manifestations cutanées du diabète.

  • Les manifestations cutanées du diabète sont multiples et variées. Leur prévalence a été estimée à 30 % des patients diabétiques, mais les signes infracliniques d'atteinte microcirculatoire cutanée de même que des modifications du derme sont en fait présents chez la grande majorité des patients. Il est utile de les connaître et de les rechercher car ces lésions cutanées peuvent, dans certains cas, être révélatrices du diabète ou traduire une mauvaise équilibration et une évolution vers des complications générales sérieuses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov