Malformations arterioveineuses [ Publications ]

malformations arterioveineuses [ Publications ]

Publications > malformations arterioveineuses

  • Objectifs. Rapporter notre expérience de l'embolisation dans le traitement des formes localisées de fistules artérioveineuses pulmonaires chez l'adulte. Matériel et méthodes. Tous les patients présentant une forme localisée de fistules artérioveineuses pulmonaires traités par embolisation ont été inclus. La présentation clinique (signes respiratoires, antécédents d'embolie paradoxale systémique) et les caractéristiques des fistules artérioveineuses (unique ou multiples, localisation, diamètre de l'artère afférente et angioarchitecture simple ou complexe) avant embolisation ont été analysées. Les détails concernant la procédure d'embolisation en particulier le nombre de fistules traitées, le nombre de coils utilisés et les complications au cours du geste ont été recueillis. Le suivi clinique et tomodensitométrique des patients traités était détaillé. Résultats. Quarante deux patients (26 femmes et 16 hommes, âgés de 45 ans en moyenne) dont trente six présentaient une maladie de Rendu-Osler ont été traités par embolisation. Vingt deux patients (53 %) étaient dyspnéiques et 12 (29 %) avaient des antécédents d'embolie paradoxale avant l'embolisation. Quarante sept séances d'embolisation ont été réalisées pour traiter un total de 99 fistules artérioveineuses pulmonaires (soit 2,3 par malade) à l'aide de 530 coils (12,6 par malade). Les fistules siégeaient dans les lobes inférieurs dans 60 % des cas et étaient de forme simple dans 81 % des cas. L'artère afférente mesurait en moyenne 6 mm de diamètre. Aucune complication n'a été observée lors de l'embolisation. A distance du traitement, 2 patients (5 %) ont présenté une embolie paradoxale et 5 patients sur 22 (23 %) restaient dyspnéiques. Le taux d'occlusion complète des fistules traitées était de 92 % sur le suivi tomodensitométrique. Conclusion. L'embolisation des fistules artérioveineuses pulmonaires localisées est une technique efficace pour corriger l'hypoxémie et réduire les risques d'embolie paradoxale systémique. Un fort taux de succès technique peut être obtenu par des opérateurs entraînés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pathologie neurovasculaire malformative de l'enfant : malformations anévrismales de la veine de Galien (MAVG), malformations artérioveineuses piales (MAVP), malformations des sinus duraux (MSD)

  • L'objectif est d'aborder de manière générale les malformations vasculaires cérébrales et médullaires pédiatriques, et en particulier les malformations anévrismales de la veine de Galien (MAVG), les malformations artérioveineuses (MAV) piales, les malformations des sinus duraux (MSD). Nous rapportons l'expérience de Bicêtre depuis 1981 jusqu'à 2003, à partir de séries de 317 MAVG, 302 MAV piales et 30 MSD. Nous en décrivons l'histoire naturelle, les aspects cliniques et d'imagerie, le traitement endovasculaire, ses résultats morphologiques et cliniques. Les répercussions pour les MAVG et les MAV piales sont cérébrales ou systémiques. Lorsqu'elles sont cérébrales, elles sont de type hydroveineux, et vont du ramollissement cérébral aux hydrocéphalies chroniques avec calcifications, épilepsie et retard psychomoteur. En fonction de l'angioarchitecture et de l'importance du shunt, leur gravité et l'âge à laquelle elles se révèlent sont variables. Les MAV piales, à la différence des MAVG présentent dès le début de l'histoire de la maladie un risque hémorragique. La présence d'un shunt artérioveineux de type fistule à haut débit doit faire rechercher une maladie de Rendu-Osler (HHT). En ce qui concerne les MSD, le risque réside d'abord à l'infarcissement hémorragique, avant les troubles hydroveineux chroniques. Pour les MAVG, l'oblitération complète du shunt est obtenue dans 55 % des cas, avec un taux d'occlusion supérieur à 50 % dans 93,8 % des cas. Parmi les cas traités, 74 % ont un examen neurologique normal. Le pronostic des MSD, malgré le traitement endovasculaire, est plus péjoratif, avec un taux de mortalité de 38 %.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations arterioveineuses: etude de 54 patients.

  • Pré requis : Les malformations artérioveineuses (MAV) sont des anomalies vasculaires qui peuvent mettre en jeu le pronostic fonctionnel voire vital des sujets atteints. But de cette étude est d'évaluer la prise en charge des malformations arterioveineuses Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur les dossiers de 54 patients ayant une ou plusieurs MAV, colligés sur une période de 7 ans. Résultats : Le sex ratio H/F était de 1,25. L'âge moyen au moment du diagnostic était de 25,4 ans. La puberté, le traumatisme et la grossesse étaient les facteurs favorisants retrouvés pour le développement des MAV. Les MAV étaient localisées à la tête dans 75% des cas. Pour la confirmation du diagnostic, l'écho Doppler avait été l'examen le plus indiqué. Chez plus de 70% de nos patients, une abstention thérapeutique avec surveillance a été préconisée. Chez les autres, l'embolisation associée ou non à la chirurgie, était décidée. Un patient est décédé d'une hémorragie cataclysmique. Le traitement reste impératif en cas de MAV évolutive ou compliquée. La surveillance, en cas d'abstention ou après traitement, repose sur la clinique et le Doppler. Conclusion : Les MAV sont des anomalies potentiellement graves. Leur prise en charge doit être multidisciplinaire afin de permettre de poser les indications thérapeutiques adéquates.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses cérébrales non rompues

  • Les malformations artérioveineuses cérébrales (MAVc) se révèlent souvent chez l’adulte jeune par plusieurs types de symptômes neurologiques, dont des crises épileptiques, des céphalées récidivantes, des déficits neurologiques progressifs ou des hémorragies intracrâniennes. Les données épidémiologiques actuelles suggèrent que la plupart des MAVc sont découvertes sans signe d’hémorragie et avec un risque de rupture relativement faible autour de 1 % par an. Le progrès technique constant a abouti à plusieurs options thérapeutiques spécifiques visant à traiter ce type de malformations : l’embolisation endovasculaire, la microneurochirurgie et la radiothérapie stéréotaxique sont appliquées soit seules, soit en association multimodale. Selon les caractéristiques topographique et angioarchitecturales de la MAVc, les stratégies thérapeutiques interventionnelles aboutissent à une occlusion complète dans 50 à 100 % des cas avec une morbidité périprocédurale globale d’environ 10 %. Cependant, le bénéfice clinique d’une intervention sur MAVc non rompue n’a pas encore été démontré. Dans ce contexte, l’étude

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses endo-utérines acquises

  • Les malformations artérioveineuses (MAV) endo-utérines peuvent être responsables de métrorragies potentiellement graves et mettant en jeu le pronostic vital. Elles sont le plus souvent acquises à la suite d’un traumatisme utérin (aspiration/curetage, césarienne, délivrance artificielle/révision utérine) au décours d’une grossesse ou d’une maladie trophoblastique gestationnelle. Nous rapportons trois cas de patientes prises en charge pour MAV endo-utérine acquise au décours d’une aspiration/curetage. La prise en charge diagnostique est primordiale afin d’éliminer les diagnostics différentiels (rétention intra-utérine, hémangiome, maladie trophoblastique gestationnelle). Elle repose sur le dosage des HCG et sur l’échographie Doppler, puis en cas de suspicion, sur l’angio-IRM dynamique qui a tendance à remplacer l’angiographie en première intention. La prise en charge thérapeutique en cas de MAV symptomatique repose sur l’embolisation qui offre la possibilité de préserver la fertilité ultérieure. Les données actuelles sur les grossesses ultérieures à cette procédure sont rassurantes même si elles restent limitées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Imagerie vasculaire non invasive et malformations artérioveineuses cérébrales

  • L’évaluation en imagerie des malformations artérioveineuses (MAV) cérébrales nécessite la visualisation sélective des différents compartiments de la lésion afin de décider de la stratégie thérapeutique. L’angiographie cérébrale reste la méthode de référence pour l’analyse anatomique des vaisseaux intracrâniens mais les techniques d’imagerie non invasives semblent constituer d’excellentes alternatives. L’angioscanner spiralé est rarement réalisé en raison de la nécessité d’injecter de l’iode et de son caractère irradiant. L’angiographie par résonance magnétique (ARM) apporte des informations intéressantes et peut être réalisée selon plusieurs techniques : temps de vol sans ou avec injection de gadolinium, contraste de phase, acquisition tridimensionnelle en écho de gradient T1 après injection de gadolinium et, plus récemment, ARM dynamique avec injection. L’objectif de cette revue est de résumer le principe des différentes techniques d’imagerie vasculaire non invasives et d’étudier l’apport de celles-ci à l’étude des MAV.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Explorations des malformations artérioveineuses cérébrales en IRM fonctionnelle de diffusion, de perfusion et d’activation

  • L’enjeu actuel de la prise en charge des malformations artérioveineuses cérébrales réside dans la connaissance approfondie et la maîtrise des processus physiopathologiques sou tendant leurs principales manifestations cliniques. Des nouvelles données recueillies en imagerie fonctionnelle cérébrale de diffusion, de perfusion et d’activation permettent de mettre en évidence certaines zones de souffrance parenchymateuse cérébrale au contact ou à distance de ces zones lésionnelles. De plus, ces techniques permettent d’explorer les phénomènes adaptatifs hémodynamiques et neuronaux constituant la plasticité cérébrale. Enfin, elles fournissent un véritable « instantané » de l’état hémodynamique cérébral permettant de moduler les thérapeutiques invasives et de suivre l’évolution de la symptomatologie clinique corrélée au substratum anatomo-fonctionnel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Radiochirurgie stéréotaxique des malformations artérioveineuses cérébrales

  • La radiochirurgie stéréotaxique dans le traitement des malformations artérioveineuses cérébrales est une méthode thérapeutique efficace : son objectif est de provoquer une oblitération progressive du nidus, mettant ainsi le patient à l’abri d’un épisode hémorragique. La définition d’une stratégie thérapeutique, toujours entreprise dans un contexte pluridisciplinaire, tient compte de nombreux paramètres : les modalités de découverte de la malformation, l’âge du patient, son état général, sa situation neurologique et les caractéristiques topographiques, volumétriques et angio-architecturales de la malformation. Plusieurs possibilités peuvent être retenues : exérèse microchirurgicale, embolisations endovasculaires, radiochirurgie et traitements conjoints sans omettre la possibilité d’une abstention. Cet article est une revue actuelle des indications de la radiochirurgie dans le traitement des malformations artérioveineuses cérébrales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses paraspinales à drainage veineux épidural

  • Dans le cas des malformations artérioveineuses paraspinales, les symptômes de myélopathie sont le plus souvent en rapport avec un drainage veineux périmédullaire. Nous rapportons trois cas de malformations artérioveineuses paraspinales à drainage veineux épidural strict. Ces lésions de siège thoracolombaire se manifestent par des douleurs rachidiennes isolées pour deux d’entre elles et par une lomboradiculite S1 pour la troisième. Le diagnostic de malformation artérioveineuse a été évoqué en IRM devant la triade : érosion vertébrale, vide de signal en pondération T1 et T2 et renforcement partiel après injection de gadolinium, sans signe de congestion médullaire. L’IRM fait suspecter ce diagnostic rare. L’artériographie permet la confirmation du siège paraspinal de la fistule et le traitement dans le même temps par injection d’onyx.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement endovasculaire des malformations artérioveineuses périphériques.

  • Les progrès des explorations non invasives dans le bilan des malformations vasculaires permettent aujourd'hui de mieux préciser les stratégies thérapeutiques. Si la surveillance et les méthodes conservatrices restent l'attitude le plus souvent retenue, certaines malformations artérioveineuses font discuter une thérapeutique palliative ou curatrice. Dans ces cas, l'embolisation joue un grand rôle, isolée ou à titre pré-opératoire. Cette embolisation ne doit être envisagée qu'après décision collégiale de traiter ces malformations sachant que celles-ci peuvent être quiescentes, ou au contraire devenir à potentialité évolutive incontrôlable. Les auteurs se proposent, à travers 3 cas traités au service de Neuroradiologie de l'Hôpital des Spécialités, de rappeler les principes et indications de ces embolisations au niveau périphériques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La radiochirurgie par accélérateur linéaire dans le traitement de 84 malformations artérioveineuses.

  • En 1990 et 1991, 84 malformations artérioveineuses ont été traitées par radiochirurgie par le groupe SALT (Sainte-Anne, Lariboisière, Tenon). La dose de 25 Gy était prescrite sur l'isodose 70% correspondant à la périphérie du nidus. L'irradiation a été réalisée au moyen de 5 à 7 arcs avec des minifaisceaux dc RX de 15 MV dc 6 à 20 mm de diamètre d'un accélérateur linéaire Saturne 43 GE-CGR , du fauteuil spécial de Betti et du cadre de Talairach. Nous avons utilisé la méthode des foyers associés et un système de planification dosimétrique Artémis 3D qui tous les deux ont été mis au point dans le service de radiothérapie de l'hôpital Tenon. L'évaluation en février 1995 (recul 38 à 62 mois) a montré un taux global d'oblitération de 78% (65/84), un taux d'oblitération partielle de 21% (18/84) et une lésion était restée inchangée. Pour les lésions inférieures à 4 200 mm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les malformations artérioveineuses intra-osseuses.

  • Les malformations artérioveineuses intra-osseuses maxillaires ou mandibulaires sont rares. Le diagnostic est avant tout clinique (enfant présentant une tuméfaction osseuse pulsatile, saignement au collet) complété par une imagerie scanner et/ou IRM. L'artériographie n'est indiquée qu'au moment de la prise en charge thérapeutique. L'évolution est très variable (quatre stades: quiescence, expansion, destruction, décompensation) et se fait souvent par poussées lors de modifications hormonales ou de traumatismes. La radiothérapie et les ligatures vasculaires n'ont plus d'indications. Le traitement de choix est l'embolisation par voie artérielle ou par ponction directe. La résection chirurgicale, lorsqu'elle est possible, doit être complète. Elle est justifiée par les échecs ou les récidives après embolisation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Irradiation radiochirurgicale de 49 malformations artérioveineuses cérébrales au moyen d'un accélérateur linéaire

  • En 1990, nous avons traité par radiochirurgie 49 malformations artérioveineuses (MAVs). L'irradiation a consisté à délivrer 25,00 Gy à la périphérie du nidus qui correspond à une isodose d'enveloppe située entre 60 et 70% de la dose maximum. Nous avons utilisé des minifaisceaux de RX de 15 MeV d'un Saturne 43 et huit collimateurs additionnels de 6 à 20 mm de diamètre. Les malades ont été irradiés en position assise (chaise de O Betti). L'immobilisation et l'orientation de la tête étaient assurées par le cadre de Talairach. La planification des traitements a été réalisée au moyen de «la méthode des foyers associés». La dosimétrie prévisionnelle tridimensionnelle a été effectuée avec le système Artemis-3D.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses : prise en charge complexe.

  • Les malformations artérioveineuses (MAV) constituent des affections rares présentes dès la naissance. Il est important que le médecin généraliste puisse évoquer ce diagnostic vu la gravité potentielle de ces lésions et leur prise en charge complexe. Les caractéristiques anatomiques et hémodynamiques des MAV sont analysables en écho-Doppler, ce qui en fait l’examen de première ligne dans cette situation. L’IRM complète souvent le bilan en précisant la localisation exacte et l’extension de la MAV aux organes ou tissus adjacents. L’embolisation de la lésion par l’artère afférente ou par ponction directe au niveau de la MAV demeure exceptionnelle et doit être réservée aux MAV associées à une gêne fonctionnelle majeure, ou des complications locales ou systémiques cardiaques avec menace vitale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses intracérébrales et grossesse : quelle prise en charge ?

  • Les malformations artério-veineuses (MAV) diagnostiquées durant la grossesse sont rares. Après un rappel épidémiologique, nous décrivons les spécificités médicales du traitement des patientes gravides porteuses de MAV. Bien qu’il n’existe pas de recommandations unanimes, nous décrivons plusieurs situations cliniques pour lesquelles des stratégies thérapeutiques sont proposées. La prise en charge thérapeutique des MAV doit être dictée par des considérations neurochirurgicales ou neuroradiologiques comme on le ferait chez les autres patients, tout en gardant à l’esprit que tout traitement agressif non urgent doit être différé après la grossesse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses pulmonaire et hépatiques dans un cas de maladie de Rendu-Osler.

  • Les auteurs rapportent un cas de malformations artérioveineuses pulmonaire et hépatiques chez une patiente de 59 ans, souffrant de la maladie de Rendu-Osier. Elle présentait une décompensation cardiaque provoquée par un shunt hépatique gauche/droite à grand débit. Les techniques radiologiques ont permis le diagnostic et le traitement des fistules par embolisation. Les fistules pulmonaires peuvent entraîner des complications neurologiques graves. La maladie est évolutive et héréditaire. Il faut donc surveiller les patients traités et pratiquer un dépistage familial.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses intracrâniennes : aspects anatomo-pathologiques

  • Les malformations artérioveineuses (MAV) sont des malformations d’origine vasculaire constituées d’un réseau compact d’artères tortueuses, de veines et de vaisseaux anormaux résultant d’une absence de développement du lit capillaire local avec un shunt artérioveineux. L’existence de ce shunt avec une élévation de la pression intravasculaire entraîne une ectasie et une muscularisation anormale de la paroi vasculaire si bien qu’il apparaît des structures vasculaires hybrides ayant des caractéristiques de paroi veineuse et artérielle appelées veines artérialisées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Malformations artérioveineuses intracrâniennes : données épidémidémiologiques et génétiques

  • L’estimation des taux de prévalence et d’incidence d’une maladie est capitale pour estimer le risque de l’évolution naturelle de la maladie. Dans le cas des malformations artérioveineuses intracraniennes, nous avons revu les études publiées à ce sujet et constaté que ces estimations variaient largement et étaient rendu extrêmement imprécises en raison de l’absence de données prospectives portant sur une population générale. Néanmoins, il est possible d’estimer ces paramètres à partir de population sélectionnées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les malformations artérioveineuses: aspects cliniques et évolution.

  • Arteriovenous malformations are rare high-flow malformations. As other malformations, they are present at birth but may remain quiescent for many years, their flow may speed up quickly consequently on an infection, traumatism or modification of the hormonal climate. A nidus appears in the heart of the malformation which acts as a real turbo on the blood flow, vascular shunts appear creating ulcerations (vascular steal phenomenon), cardiac failure may be observed. Among all vascular anomalies, arteriovenous malformation is the most dangerous in its evolution which may be fatal. Its control requires prudence and skill.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement chirurgical des malformations artérioveineuses.

  • MAV surgery remains still today one of most difficult in the surgery of vascular malformations. Embolisation the most selective possible follow-up of a surgical removal carrying the totality of the nidus is the only effective treatment. Usually, MAV of small size, quiescent, should not be operated, the surgery being reserved for the evolutionary or complicated forms. This surgical procedure must allow the complete eradication of the lesion without which the cure is not possible. The incomplete removal causes repetition, sometimes aggravation with, sometimes, life threatening problems.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov