Maladie du sommeil [ Publications ]

maladie du sommeil [ Publications ]

Publications > maladie du sommeil

  • Au stade de méningoencéphalite, la trypanosomose humaine africaine (THA), ou maladie du sommeil, représente un trouble du rythme circadien du cycle veille-sommeil plutôt qu'une hypersomnie. En effet, chez tous ces patients au repos au lit pendant 24 heures, le temps de sommeil total ne dépasse pas 9 heures. La perturbation de la distribution circadienne de la veille et du sommeil est proportionnelle à la gravité des signes cliniques et biologiques. La structure interne du sommeil est également perturbée. Tous les patients présentent des SOREMP (Sleep Onset REM Periods), certains épisodes de sommeil débutant par du sommeil paradoxal. Dès la mise en place du traitement par le mélarsoprol, le trouble circadien rétrocède rapidement chez les patients les moins atteints, le nombre de SOREMP diminue ou elles disparaissent. D'autres rythmes circadiens sont perturbés dans la THA. C'est le cas des sécrétions hormonales qui cependant gardent intactes leurs relations avec les états de sommeil et de veille. Ainsi, le rythme circadien de sécrétion de la prolactine, de la rénine, de l'hormone de croissance et du cortisol disparaît chez les malades les plus atteints, mais persiste chez les autres. L'amplitude et la valeur moyenne de la sécrétion de mélatonine sont normales chez les patients, avec un pic nocturne et une absence de sécrétion diurne. Cependant, le pic est en avance de phase de 2 heures par rapport à celui de sujets africains sains. En conclusion, la maladie du sommeil représente une perturbation du système circadien proportionnelle au niveau de gravité clinique de la maladie. La présence de SOREMP et l'avance de phase de la sécrétion de mélatonine sont en faveur d'une perturbation des réseaux sérotoninergiques plutôt que d'une atteinte directe de l'horloge interne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mononucléose infectieuse ou maladie du sommeil ?

  • Monsieur R, forestier, a séjourné en Guinée, Conakry, du mois d'avril au mois d'août 1996. En décembre 1996, il est admis dans le service des maladies infectieuses et tropicales du Centre hospitalier de Chambéry. Il présente une asthénie importante associée à une perte de poids de 5 kg évoluant depuis la fin de l'été. Il signale des sueurs nocturnes, quelques vomissements et se plaint de myalgies. À l'examen clinique on note une hyperthermie persistante depuis 3 jours (39 °C), des adénopathies diffuses et une splénomégalie. Biologiquement, il existe un syndrome inflammatoire modéré. Le bilan hépatique est normal. L'hémogramme révèle une discrète anémie. L'électrophorèse des protéines (protidémie = 80 g/l, N = 63 à 80 g/l) met en évidence une hypergammaglobulinémie importante (26 g/l) caractérisée par une augmentation polyclonale des IgM (8,4 g/l) et des IgG (22 g/l). L'analyse du LCR révèle une méningite lymphocytaire avec la présence de quelques cellules de Mott. L'analyse cytologique d'une ponction ganglionnaire montre un aspect d'adénite non spécifique. Les différentes sérologies effectuées évoquent une séroconversion au virus d'Epstein-Barr (EBV), confirmée sur un deuxième prélèvement 15 jours plus tard (tableau 1). La sérologie de trypanosomose étant négative et la recherche de trypanosome dans le sang, le LCR et le ganglion, étant restée sans résultat, le diagnostic retenu est celui d'une primo-infection à EBV. L'état du patient s'améliorant progressivement, celui-ci rentre chez lui.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Méthodologie de détermination de zones à risque de maladie du sommeil en Côte d'Ivoire par approche spatialisée.

  • Les technologies d'observation de la terre sont des domaines qui s'enrichissent tous les jours de nouveaux capteurs permettant l'exploitation d'informations spatialisées, mais les applications dans le domaine de la santé sont encore assez peu nombreuses. En effet, il est nécessaire de mettre au point des méthodes spécifiques d'utilisation de ces données, dans un contexte thématique particulier et disposant d'une base de données épidémiologiques. Ces conditions ont été réunies sur la région de Sinfra en Côte d'Ivoire, où de nombreux chercheurs travaillent depuis une dizaine d'années sur la trypanosomiase humaine africaine (THA). Dans ce travail, nous avons réalisé tout d'abord un système d'information géographique permettant de tester différentes relations spatiales, notamment entre la distribution de la densité des campements et la prévalence de la maladie avec différentes méthodes que permet la géostatistique. Une donnée du satellite Spot a été ensuite utilisée pour réaliser une cartographie des campements. La base de données a permis la validation du traitement en expliquant certaines erreurs dues principalement à la géolocalisation. Enfin, et à titre expérimental, nous présentons une première méthode de cartographie du risque de transmission de la THA étendue à toute la région de Sinfra qui s'appuie sur l'exploitation de l'information satellitale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Historique de l'installation et de la propagation de la maladie du sommeil à Bipindi (sud-Cameroun), de 1896 à nos jours.

  • L'objet de cet article est d'établir et expliquer les faits disponibles liés à l'installation et la propagation de la maladie du sommeil dans la région de Bipindi, au sud-Cameroun, de la découverte des premiers suspects en 1896 à nos jours. Deux événements récents motivent cet effort de recherche historique. En décembre 1994, une mission de l'OCEAC conduite par Francis Louis identifie 7 malades entre les arrondissements de Lolodorf et de Bipindi, avec un épicentre à Bidjouka. Cinq ans après, une autre équipe du même organisme diagnostique 44 malades à la suite d'une prospection touchant tous les résidents de la seconde unité administrative. Un tel suivi médical n'a jamais été observé auparavant, mais l'Histoire nous apprend que la maladie a toujours été présente dans la région de Bipindi , la prévalence est moins élevée que dans les foyers voisins, plus virulents, riverains du Nyong. Bipindi est aussi située à 140 kilomètres environ au nord-est du foyer de Campo, foyer évoluant à bas bruit depuis les années 1880, sur la frontière avec la Guinée Equatoriale. Des réfugiés camerounais, internés dans ce territoire jusqu'à la fin des hostilités en février 1916, en sont revenus infectés. Ils ont répandu le parasite parmi leurs congénères restés à Bipindi. La transmission de la maladie du sommeil dans cette région est aussi imputable aux activités à risque notées depuis la fin du XIX

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les raisons techniques de la réémergence de la maladie du sommeil.

  • L'épidémie de trypanosomiase humaine africaine s'est révélée si meurtrière dans les années 20 que les gouvernements de l'époque ont décidé une action d'envergure. C'est en donnant à Jamot les moyens d'appliquer ses idées et en lui donnant une autonomie administrative et financière absolue que la maladie a pu commencer à être contrôlée. Après Jamot, la lutte a continué avec acharnement et on a pu croire la question de la maladie du sommeil résolue au petit matin des indépendances. Tout, ou presque tout, s'est alors progressivement arrêté et la maladie a sombré dans l'oubli et l'indifférence. Elle a naturellement repris de la vigueur et on a eu beau jeu d'évoquer, pour justifier cette reprise, le manque d'implication des autorités sanitaires, la disparition des équipes compétentes, le manque d'argent et d'hommes, etc. Tout cela est vrai, mais rien n'est aussi simple. Il faudrait ajouter l'impossibilité de confier la gestion de la maladie aux agents de santé primaire et, en corollaire, les difficultés du diagnostic clinique, les faiblesses du diagnostic sérologique, la misère du diagnostic parasitologique, l'incapacité à mener une lutte antivectorielle à grande échelle, l'indigence des moyens thérapeutiques, l'irrationnalité d'un vaccin. Quand tout va mal à ce point, la réémergence d'une maladie est inéluctable. C'est ce qui s'est passé et il ne sera pas aisé d'inverser la tendance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Histoire d'un itinéraire épidémiologique entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire : le cas des foyers de maladie du sommeil de Koudougou.

  • Dans la première moitié du XXème siècle, alors que la Haute-Volta (actuel Burkina Faso) subissait une terrible épidémie de maladie du sommeil, l’administration coloniale française a orchestré des déplacements massifs de populations de la Haute-Volta vers la Côte d’Ivoire, pour exploiter le territoire. Cela a conduit à la mise en place de villages de colonisation Mossi en zone forestière ivoirienne, comme ceux de Koudougou, issus de l’une des régions les plus peuplées de Haute-Volta, mais aussi l’une des plus touchées par la maladie du sommeil. Depuis 2000, au Burkina Faso, c’est dans le district sanitaire de Koudougou que sont dépistés passivement le plus grand nombre de trypanosomés en provenance de Côte d’Ivoire. Qui sont-ils ? Où habitent-ils au Burkina Faso ? D’où viennent-ils de Côte d’Ivoire ? Après avoir retracé l’histoire épidémiologique des villages de Koudougou au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, nous avons recherché les trypanosomés dépistés passivement depuis 2000 dans le district sanitaire de Koudougou au Burkina Faso. Au total, dix trypanosomés ont été enquêtés. Le processus de propagation de la maladie du sommeil dans l’espace ivoiro-burkinabé a été mis en évidence et des zones à risque de la maladie identifiées dans ce même espace.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le diagnostic du stade dans la maladie du sommeil: vers une nouvelle approche.

  • Le diagnostic du stade neurologique dans l'infection par Trypanosoma brucei (T.b.) gambiense est essentiel pour la sélection d'une chimiothérapie optimale. Les marqueurs actuels de détermination du stade, la cytorachie, la protéinorachie et la détection de trypanosomes dans le liquide céphalo-rachidien (LCR), sont insuffisamment spécifiques et sensibles. Dans le but d'identifier de nouveaux marqueurs de détermination du stade, nous avons étudié la réponse neuro-inflammatoire dans le système nerveux central (SNC), plus spécifiquement la réponse intrathécale humorale immunitaire chez des patients atteints de la maladie du sommeil. La présence d'une synthèse intrathécale d'IgM a été identifiée comme un excellent marqueur d'atteinte du SNC. Cependant, sa détection n'est pas réalisable dans les conditions de terrain. La forte synthèse intrathécale d'IgM induit des concentrations d'lgM extrêmement élevées dans le LCR des patients trypanosomés. Nous avons donc développé un test d'agglutination au latex (LATEXgM), qui est indicatif de la synthèse intrathécale d'IgM et l'atteinte du SNC dans la maladie du sommeil. Sur la base de nos observations quant à la réponse immunitaire intrathécale et le LATEX/IgM, nous proposons une nouvelle approche pour la détermination du stade dans la maladie du sommeil.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le risque epidemiologique dans un foyer de maladie du sommeil en Cote d'Ivoire.

  • L'indice de risque épidémiologique, basé sur des données purement entomologiques, permet de mettre en évidence les zones à haut risque de transmission dans les foyers de Maladie du Sommeil de la zone forestière de Côte d'Ivoire. Il offre ainsi la possibilité de sélectionner les biotopes à traiter pour améliorer l'efficience des campagnes de lutte antivectorielle. En forêt de Côte d'Ivoire, les milieux 'socialement ouverts', peuplés d'un grand nombre d'ethnies, avec un habitat dispersé en campements de culture et une grande mobilité des personnes, sont les secteurs les plus propices à l'épidémisation de la maladie. Dans ces milieux la transmission se fait surtout à proximité de l'eau: bas-fonds et forêts riveraines, trous d'eau, puits dans les plantations. A l'inverse dans les milieux 'socialement fermés', mono-ethniques, avec un habitat regroupé en villages et une circulation moins intense, le risque est faible voire nul comme la prévalence de l'endémie. Les comportements humains jouent donc un rôle prépondérant dans l'intensité de la transmission, dans la mesure où l'environnement est modifié favorablement ou défavorablement pour les glossines vectrices.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Incidence de la maladie du sommeil et densité des campements de culture en forêt de Côte d'Ivoire: possibilité de prédiction des zones à risques pour la mise en place précoce d'un réseau de surveillance.

  • Un réseau de surveillance basé sur les Soins de Santé Primaires apte à détecter les cas rapidement et à maintenir la prévalence de l'endémie à un niveau acceptable semble être une bonne alternative à l'intervention ponctuelle d'équipes mobiles pour la lutte contre la maladie du sommeil en forêt de Côte d'Ivoire. Il est difficile de concevoir qu'un réseau de surveillance puisse être mis en place partout. Il faut donc identifier les zones les plus à risque et, pour ce faire, il est essentiel de trouver un indicateur adéquat. L'étude des données recueillies dans plusieurs foyers de la forêt ivoirienne met en évidence une corrélation étroite entre la densité des campements de culture par kilomètre carré et le risque épidémiologique (r = 0983, P

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Médecins sans frontières (MSF) et la lutte contre la maladie du sommeil. De la brousse a li'espace sanitaire international.

  • Cet article propose une histoire de la prise en charge de la trypanosomose humaine africaine par l'organisation Médecins sans frontières à partir des années 1980. A travers cette histoire sont mises en lumière les innovations médicales réalisées dans les domaines du diagnostic et du traitement de la maladie. L'investissement de MSF portera successivement sur les questions (1) de diagnostic épidémiologique et clinique, (2) d'évaluation des médicaments existants et (3) de la mise au point de nouveaux protocoles thérapeutiques. D'abord isolée, MSF devra rapidement composer avec de multiples autres institutions sanitaires internationales. Les problématiques spécifiques à la pratique et la recherche médicales dans les pays du sud constitueront les principaux enjeux relatifs à l'innovation médicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de la maladie du sommeil à trypanosoma brucei gambiense avec le DL-alpha-difluoromethylornithine (DFMO) dans un hôpital rural au Zaïre.

  • Les auteurs rapportent les résultats obtenus chez 32 patients tteints de maladie du sommeil à Trypanosoma brucei gambiense, traités par le DL-alpha-difluorométhylornithine (DFMO) un inhibiteur de l'ornithine-decarboxylase. Ceux-ci se répartissent en 5 nouveaux cas, 1 cas de réinfection et 26 cas de résistance primaire, secondaire ou rechute. 26 malades de toutes catégories ont reçu le DL-alpha-difluorométhylornithine (DFMO) uniquement pcr os (300 mg/kg/jour pendant 4 semaines) tandis que les 6 autres ont reçu un traitement dc DL-alpha-difluorométhylornithine (DFMO) intraveineux d'abord (400 mg/kg/jour pendant deuw semaines) suivi d'un traitement per os (300 mg/kg/jour pendant 3 semianes).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lutte antivectorielle par piégeage et impact sur la transmission de la maladie du sommeil dans une zone à forte densité de Glossina fuscipes quanzensis (Rivière Léfini, République populaire du Congo).

  • Les essais de lutte ont posé le problème des zones à forte population de tsé-tsé et permis d'envisager une stratégie adaptée, capable d'interrompre totalement la transmission en détruidant le réservoir glossinien de trypanosomes. Cette stratégie repose sur un piégeage à long terme sans réimprégnation avec un nouveau type de piège qui vient d'être mis au point au centre ORSTOM de Brazzaville. L'action de ces 26 pièges a été pratiquement comparable à celle de 510 pièges anciens modèles, imprégnés d'insecticides.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Importance épidémiologique du réservoir animal à trypanosoma brucei gambiense au Congo. 1. Prévalence des trypanosomoses animales dans les foyers de maladie du sommeil.

  • Face à l'importance du réservoir humain à T.b.g. encore accentuée par la prédominance des formes asymptomatiques, l'importance épidémiologique d'un réservoir animal domestique ne doit pas être surestimée. Celui-ci ne jouerait aucun rôle amplificateur en période épidémique. Cependant, une circulation à bas bruit du parasite en période post-épidémique comme cela a été mis en évidence à Kuizaba pourrait être responsable d'une réapparition ultérieure de la maladie du sommeil et permettrait d'expliquer la notion de foyer historique où la trypanosomiase resurgit à intervalles de temps réguliers tous les 40 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La maladie du sommeil chez l'enfant au Centre hospitalier de Bobo-Dioulasso: à propos de 3 observations.

  • Les auteurs rapportent trois observations de trypanosomose chez des enfants de 3 à 13 ans, originaires de Côte d'Ivoire et du Burkina Faso. Deux cas étaient importés de Côte d'Ivoire et un cas authentique dans un ancien foyer du Burkina Faso. Le tableau clinique réalisé était superposable à celui de l'adulte, mais il était dominé par les signes neurologiques. Deux des enfants étaient en phase lymphatico-sanguine. Le traitement a permis d'obtenir la guérison sans séquelles grâce au mélarsoprol dans 2 cas et à la difluorométhylornithine dans un cas. Aussi, des mesures doivent-elles être prises pour le maintien d'une surveillance épidémiologique active de cette protozoonose. La pandémie meurtrière de trypanosomiose du début du XXè siècle doit être toujours présente dans les esprits.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Equipes mobiles ou agents de santé: quelle stratégie contre la maladie du sommeil?

  • Les auteurs s'interrogent sur l'avenir de la lutte contre la Trypanosomiase humaine en Afrique. Au moment où cette endémie est en pleine recrudescence, les structures de surveillance et de lutte ne sont plus opérationnelles et les difficultés rencontrées par les Etats sur le plan économique limitent les interventions sur le terrain. Il est donc proposé que soient montés des réseaux de surveillance basés sur l'utilisation des Agents de Santé communautaires. Bien motivés et surtout soigneusement encadrés ces agents peuvent participer au suivi sérologique des populations et permettre d'évaluer à moindre frais le niveau et l'évolution de l'endémie, l'intervention des services spécialisés sera alors plus efficiente puisque ciblée sur les zones à risques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intégration des facteurs démographiques à la caractérisation d'un espace à risque de maladie du sommeil en Côte d'Ivoire.

  • Les densités de population et d'habitat ont été utilisées pour hiérarchiser le risque de transmission de trypanosomiase humaine africaine ou maladie du sommeil dans quatre espaces du foyer de Zoukougbeu (Côte d'Ivoire) où la localisation des cas dépistés depuis 1990 est connue. Les indices de risque épidémiologique ont été calculés à partir des données entomologiques recueillies au cours de trois enquêtes et analysés par rapport à la présence de malades et au degré d'occupation de chaque espace. Les résultats montrent que le risque de transmission existe à proximité du village de Bahigbeu II où les densités humaines sont comprises entre 30 et 40 habitants par km

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Persistance et résurgence de la maladie du sommeil à Trypanosoma brucei gambiense dans les foyers historiques. Approche biomathématique d'une énigme épidémiologique.

  • Les foyers historiques de maladie du sommeil à trypanosoma brucei gambiense présentent une remarquable capacité de persistance, parfois depuis la fin du siècle dernier. A partir d'un modèle récemment mis au point, les auteurs explorent les aspects cinétiques de la transmission. Afin d'appréhender la vitesse des processus épidémiologiques, un nouvel indice est introduit: T

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Répartition des groupes d'âge de Glossina palpalis palpalis femelle dans les plantations et les talwegs en zone forestière de Côte d'Ivoire. Relation avec la prévalence de la maladie du sommeil.

  • Les proportions des groupes d'âge des femelles capturées (nullipares, jeunes pares et vieilles pares) sont équivalentes dans les biotopes épidémiologiquement dangereux des foyers à haute prévalence. Par contre, dans les foyers à faible prévalence (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Crise ivoirienne et rapatriés burkinabés: évaluation et vérification du risque de réémergence de la maladie du sommeil au Burkina Faso.

  • Le conflit ivoirien (2002) a provoqué le retour de 360 000 rapatriés burkinabés dans leur pays d'origine. En provenance de foyers ivoiriens de maladie du sommeil, ces rapatriés se sont principalement installés dans des régions du Burkina Faso qui furent les foyers les plus virulents de la maladie au début du XX

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation du risque dans la maladie du sommeil: apport de la modélisation mathématique.

  • Le concept de risque est important en épidémiologie, mais il est souvent utilisé de manière confuse pour la maladie du sommeil. Une approche rigoureuse issue de la modélisation mathématique est utilisée pour proposer et discuter de nouveaux indicateurs du risque entomologique virtuel et du risque parasitologique réel, dérivés du taux de reproduction R

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov