Lymphogranulomatose venerienne [ Publications ]

lymphogranulomatose venerienne [ Publications ]

Publications > lymphogranulomatose venerienne

  • La lymphogranulomatose vénérienne, ou maladie de Nicolas et Favre, est une maladie sexuellement transmissible (MST) due aux souches L de Chlamydia trachomatis. C’est une pathologie rencontrée essentiellement en zone tropicale où sa prévalence est sous-estimée. Des cas sporadiques sont observés dans les pays tempérés. Elle affecte, comme toutes les MST, les patients en période d’activité génitale avec une nette prédominance masculine.Cliniquement, elle se caractérise par une adénite inguinale subaiguë, plus volontiers unilatérale que bilatérale, dont l’évolution, souvent chronique, peut aboutir à une fistulisation. Le chancre génital initial est rarement observé en pratique car les patients consultent souvent tardivement. En dehors de l’adénite inguinale, forme la plus commune, la rectite aiguë constitue la deuxième manifestation de cette MST, mais elle est non spécifique et très peu observée en Afrique noire. L’aspect caractéristique de l’adénite inguinale avec le classique signe de la poulie de Greebalt est très évocateur de lymphogranulomatose vénérienne mais, cliniquement, l’atteinte inguinale peut simuler la maladie des griffes du chat, une adénite à germe pyogène banal, un chancre mou, une adénite d’origine syphilitique ou tuberculeuse, un mycétome ou une histoplasmose africaine.Le diagnostic de certitude repose actuellement sur l’isolement en culture ou la mise en évidence par PCR (réaction d’amplification génique) des souches L de C. trachomatis, à partir des prélèvements des sites infectés. Les tests de dépistage d’antigènes de C. trachomatis par immunofluorescence directe sont utilisables à défaut d’isolement sur cultures. La recherche des anticorps sériques anti-Chlamydia apporte des arguments diagnostiques de forte présomption. L’examen anatomopathologique du ganglion ou de la muqueuse rectale n’apporte pas d’élément diagnostique spécifique d’une lymphogranulomatose vénérienne mais a une certaine valeur d’orientation.Le traitement à base de cyclines, notamment les doxycyclines, reste le traitement de choix de la lymphogranulomatose vénérienne avec une efficacité constante quand il est bien conduit.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphogranulomatose vénérienne : nouveau sérovariant L2b et ancien signe de la poulie.

  • Une épidémie de lymphogranulomatose vénérienne (LGV) liée à un nouveau variant L2b sévit dans plusieurs pays d'Europe depuis 2003, et ce chez des patients essentiellement homosexuels hommes et infectés par le virus de l'immunodéficience acquise (VIH). La phase secondaire inclut la présence d'une lymphadénopathie, parfois décrite avec un « signe de la poulie », de part et d'autre du ligament inguinal. Nous présentons le cas d'un patient VIH séronégatif ayant présenté une LGV avec signe de la poulie au décours d'un rapport hétérosexuel. Nous suggérons que le variant L2b de Chlamydia trachomatis circule dans l'ensemble de la population homo et hétérosexuelle en Europe et que la présentation clinique n'est pas si différente de la description faite par les auteurs du 20

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une épidémie de maladie de Nicolas-Favre (lymphogranulomatose vénérienne) en europe occidentale.

  • La lymphogranulomatose vénérienne est une infection sexuellement transmissible (IST) due aux Chlamydia trachomatis de sérovars L1, L2 et L3. Elle est endémique en zone tropicale, mais rare dans les pays industrialisés. Depuis 2002, une épidémie de lymphogranulomatose vénérienne rectale a été observée chez des homosexuels masculins, aux Pays-Bas et en France, puis dans d'autres pays d'Europe occidentale. Après une incubation de 2 jours à 2 mois, la maladie évolue classiquement en 3 phases: chancre d'inoculation, adénite locorégionale et (ou) rectite, complications inflammatoires chroniques (fistulisation et sclérose). Le diagnostic repose sur la détection de Chlamydia trachomatis par PCR et sur le typage par RFLP du gène omp1 amplifié par PCR. Le traitement de référence repose sur la doxycycline pendant au moins 21 jours.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov