Lymphocele [ Publications ]

lymphocele [ Publications ]

Publications > lymphocele

  • Malgré l’avènement de la biopsie du ganglion sentinelle (GS) qui a permis de réduire la morbidité de la chirurgie du creux axillaire dans le cancer du sein de petite taille, le curage axillaire (CA) constitue le traitement de référence dans certains cas de cancer du sein. L’une des complications les plus fréquentes en postopératoire immédiat est le lymphocèle ou sérome dont l’incidence est indépendante de la technique chirurgicale. Une analyse de la littérature a permis d’isoler certains facteurs de risque, tels que l’index de masse corporel (IMC) élevé, l’important volume de drainage des trois premiers jours et l’hypertension artérielle. Certaines mesures chirurgicales préventives semblent montrer un bénéfice dans la réduction du lymphocèle : le prélèvement du ganglion sentinelle dans le traitement du cancer du sein de petite taille, le capitonnage du creux axillaire et le drainage axillaire systématique. Les autres techniques, telles que les colles contenant de la fibrine, les éponges hémolymphostatiques, les techniques particulières de dissection des tissus, la compression axillaire externe, la mobilisation différée du membre supérieur, le curage axillaire par lipo-aspiration et le prélèvement endoscopique présentent des résultats trop contradictoires pour pouvoir, à l’heure actuelle, les recommander en pratique clinique. La disparité des techniques et des résultats dans la réduction du sérome ne permet pas de proposer aujourd’hui de pratique consensuelle afin de diminuer l’incidence et le volume des séromes après curage axillaire dans le cancer du sein. Cependant, deux techniques semblent se distinguer : le prélèvement du ganglion sentinelle dans le cancer du sein de petite taille et le capitonnage du creux axillaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèle pelvienne: un diagnostic à ne pas méconnaître! A propas d'un cas et revue de la littérature

  • La lymphocèle pelvienne constitue une des principales complications des lymphadénectomies pratiquées dans les cancers pelviens. Nous rapportons un cas de lymphocèle pelvienne, chez une patiente opérée pour cancer de col utérin classé initialement lla ayant reçu une radiothérapie première. L'intervention a consisté en une colpo-hystérectomie élargie associée à une lymphadénectomie sans péritonisation. Cinq mois plus tard la patiente a présenté une dysurie et une douleur de flanc droit, l'échographie et la TDM ont été en faveur d'une lymphocèle pelvienne compliquée d'une insuffisance rénale blologique. La malade a été reprise et une marsupialisation intra péritonéale a été réalisée permettant le rétablissement de la fonction rénale, et la surveillance 1 an plus tard n'a pas montré d'anomalies. Cette observation montre l'importance de certaines formes cliniques de lymphocèles et leur retentissement sur les organes de voisinage, malgré la non péritonisation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Localisation médiastinale d'une lymphocèle du canal thoracique: apropos d'un cas opéré.

  • Introduction La lymphocèle du canal thoracique est une entité pathologique exceptionnelle , secondaire à la détérioration et à la dilatation kystique de la paroi de ce vaisseau. Son origine peut-être congénitale ou dégénérative. Observation Nous rapportons l'observation d'un patient âgé de 47 ans, opéré pour formation kystique symptomatique, localisée au niveau du médiastin postéro-inférieur, confirmée au scanner. Une thoracotomie postéro latérale a permis la résection totale de cette formation qui s'est révélée être une lymphocèle. L'analyse chimique du liquide et l'étude histopathologique de la poche kystique ont confirmé le diagnostic. Les suites opératoires étaient simples. Conclusion L'intérêt de cette observation est de montrer les particularités cliniques de cette entité et d'insister sur les modalités du diagnostic et de la prise en charge opératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèles axillaires après curage ou prélèvement du ganglion sentinelle en cas de cancer du sein

  • Le but de cette étude était d'évaluer le taux de lymphocèles axillaires après curage axillaire ou prélèvement du ganglion sentinelle. Il s'agit d'une étude prospective comprenant 229 patientes. Parmi ces 229 patientes, 179 ont eu un curage axillaire et 50 ont eu un prélèvement du ganglion sentinelle. Parmi la population ayant eu un curage axillaire, 40 % des patientes ont eu une lymphocèle dont certaines ont nécessité jusqu'à 8 ponctions. Parmi les patientes ayant eu un prélèvement du ganglion sentinelle, 18 % ont développé une lymphocèle, qui a toujours été tari par une ponction unique. Les lymphocèles restent une complication extrêmement fréquente après curage axillaire. La technique du ganglion sentinelle permet de réduire l'incidence des lymphocèles postopératoires et le nombre de ponctions nécessaires pour les tarir.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèles et fistules lymphatiques postopératoires dans les cancers génitomammaires.

  • L'auteur fait une revue concernant les lymphocèles postopératoires en chirurgie gynécomammaire. L'échographie postopératoire systématique révèle une incidence relativement élevée de cette complication non soupçonnée par le seul examen clinique, d'autant que ces épanchements sont le plus souvent cliniquement muets. L'auteur étudie également les facteurs de risques, certains sont uniformément admis, d'autres sont controversés. Le traitement curatif fait appel à la simple ponction, au drainage aspiratif percutané et parfois à l'intervention chirurgicale lorsqu'une coque fibreuse s'est constituée. Le traitement préventif le plus efficace après lymphadénectomie consiste en un capitonnage du creux axillaire ou en l'absence de péritonisation pelvienne. Pour la région inguinale, il n'existe pour l'instant pas de solution radicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Drainage laparoscopique d'une lymphocèle après prostatectomie radicale.

  • Les auteurs rapportent une méthode laparoscopique de drainage transpéritonéal d'une lymphocèle pelvienne récidivante survenant 3 mois après une prostatectomie radicale pour cancer prostatique localisé. La technique consiste à créer une brèche transpéritonéale et à réséquer les parois de la lymphocèle pour drainage interne, suivis de l'apposition d'une pointe de grand épiploon dans la cavité lymphatique ainsi ouverte. La ponction pré-opératoire et l'examen tomodensitométrique permettent de localiser précisément la lymphocèle par rapport aux éléments vasculaires, urinaires et digestifs adjacents, d'affirmer la nature lymphatique de la collection et d'éliminer une infection. Cette technique présente les mêmes indications et permet de réaliser aisément les mêmes gestes qu'une drainage interne par voiechirurgicale classique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèles pelviennes après transplantation rénale. Marsupialisation intrapéritonéale par coelioscopie.

  • Après transplantation rénale, les méthodes de traitement des lymphocèles pelviennes de grande taille ou symptomatiques sont controversées. Les drainages externes exposent aux risques de récidive, d'infection, de sclérose du greffon. La marsupialisation intrapéritonéale, avec ou sans épiplooplastie, est le traitement de choix. Mais elle suppose une laparotomie chez des malades à risque. Deux cas réalisés par coelioscopie sont rapportés, sans complication avec un recul de 10 mois. La chirurgie des lymphocèles pelviennes peut être réalisée à l'heure actuelle par coelioscopie. Il reste, toutefois, à situer sa place par rapport aux traitements conservateurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèles axillaires après chirurgie mammaire cancérologique. Pathogénie, prévention.

  • A partir d'une série rétrospective de 126 patientes opérées au cours de l'année 1992, par chirurgie conservatrice (groupe T) ou par intervention de Patey (groupe P), nous avons cherché à déterminer les facteurs prédictifs et les moyens de prevention de la lymphocèle axillaire. La lymphadénectomie axillaire pratiquée au cours de la chirurgie du cancer du sein s'accompagne en effet d'une morbidité assez fréquente, dont un un des éléments est la constitution de lymphocèles. Pour cette série, le nombre moyen de ganglions prélevés était de 16 pour le groupe T et de 19 pour le groupe P. La lymphorrhée moyenne était de 741 cm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèle rétropéritonéale: complication rarement décrite de la chirurgie aortique abdominale. A propos d'un cas.

  • Les auteurs présentent un cas de lymphocèle rétropéritonéale survenue après reconstruction prothétique de l'aorte abdominale. Il s'ensuit une discussion permettant d'envisager les principaux diagnostiques différentiels d'une collection liquidienne rétropéritonéale. Jusqu'à présent seule une dizaine de cas de lymphocèles survenues au décours d'un acte chirurgical vasculaire rétropéritonéal a été publiée, il s'agit d'une complication probablement plus fréquente, le radiologiste doit savoir en faire le diagnostic et contribuer à la thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prévention des lymphocèles et cancers gynécologiques

  • Les lymphocèles représentent les complications les plus fréquentes des lymphadénectomies pratiquées lors de la stadification et du traitement des cancers gynécologiques cervicaux, utérins et ovariens. Leur morbidité est non négligeable. À travers une revue de la littérature, nous proposons une mise au point sur différents procédés chirurgicaux (voie d’abord, type de curage, ganglion sentinelle, péritonisation, drainage, lymphostase, hémostatiques locaux) ou médicaux (analogues de la somatostatine et interventionnelle nutritionnelle) pouvant influencer l’incidence des lymphocèles postcurage pelvien et lomboaortique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fenestration par voie coelioscopique d'une lymphocèle post-transplantation rénale.

  • Le traitement habituel des lymphocèles symptomatiques posttransplantation rénale, selon la technique de Byron consiste en une laparotomie médiane pour drainage interne avec fenestration, marsupialisation transpéritonéale et épiploosplatie. Le même geste par coelioscopie est ici réalisé chez un homme obèse de 34 ans, greffé rénal depuis 18 mois. Nous en décrivons une technique et discutons ses avantages.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphocèle rétropéritonéal apparu chez un enfant après néphrectomie et traité par drainage percutané.

  • Le lymphocèle est une complication rare de la chirurgie rénale chez l'enfant. Son traitement actuel consiste en un drainage percutané de plusieurs semaines. Le cas que les auteurs rapportent est découvert 9 ans après une néphrectomie et a bien répondu à un drainage percutané de 3 semaines.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov