Lymphangite [ Publications ]

lymphangite [ Publications ]

Publications > lymphangite

  • ■ Une forme particulière de métastases pulmonaires: La lymphangite carcinomateuse représente environ 8% des métastases pulmonaires. Il s'agit d'une entité anatomopathologique et clinico-radiologique Elle se définit par la présence de cellules tumorales dans les vaisseaux lymphatiques de l'interstitium pulmonaire. Le diagnostic: Il repose sur la fibroscopie bronchique qui permet une étude histologique de biopsies d'éperons étagées associée à une étude cytologique par brossage bronchique ou par lavage bronchioloalvéolaire. L'adénocarcinome est le type histopathologique le plus souvent retrouvé. ■ En pratique: Le praticien est confronté à un patient dyspnéique avec un syndrome infiltratif non spécifique à la radiographie pulmonaire. L'évolution clinique est rapidement défavorable. Le scanner dévoile, en coupes millimétriques, des images polygonales sous-pleurales très évocatrices. Elles traduisent l'épaississement des septa interlobulaires. L'exploration fonctionnelle respiratoire peut aider au diagnostic dans certains cas difficiles. Son profil fonctionnel particulier (trouble ventilatoire mixte sans altération de la diffusion du monoxyde de carbone, avec une hypoxémie de repos sans hypercapnie) permet d'écarter certains diagnostics différentiels. La recherche d'un cancer primitif: Elle est légitime lorsque ce demier peut bénéficier d'un traitement spécifique. Ce bilan est orienté par les résultats anatomopathologiques. Malgré un pronostic très sombre (médiane de survie à 3 mois), le traitement étiologique, quand il existe, permet souvent une amélioration de la qualité de vie, voire de la survie. Il doit être associé au traitement symptomatique. Cette prise en charge doit être évaluée au cas par cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ulcère de jambe et lymphangite nodulaire à Nocardia brasiliensis en France métropolitaine.

  • Introduction. Nocardia brasiliensis est une cause très rare de plaie torpide de la jambe en France métropolitaine. Nous rapportons un cas autochtone bressan simulant un pyoderma gangrenosum. Observation. Une femme âgée de 75 ans originaire de la Bresse était adressée pour une ulcération post-traumatique de jambe, à évolution phagédénique évoquant un pyoderma gangrenosum. Un bilan étiologique était réalisé. Alors que la malade était traitée par une corticothérapie locale, et que tous les prélèvements bactériologiques étaient restés non significatifs jusque-là, un frottis bactériologique réalisé systématiquement montrait une colonisation massive par Nocardia brasiliensis, associée à un staphylocoque doré, tous deux sensibles au sulfaméthoxazole-triméthoprime et à l'association amoxicilline-acide clavulanique. Douze heures après l'introduction de sulfaméthoxazole-triméthoprime survenait une toxidermie imposant l'arrêt du traitement. Alors que l'état s'aggravait avec la survenue d'une lymphangite nodulaire fébrile, d'une altération de l'état général et d'une infiltration des tissus mous du genou, le traitement par amoxicilline-acide clavulanique s'avérait définitivement efficace. Discussion. La discussion porte sur la difficulté du diagnostic, la relative rareté de ce type de nocardiose, l'importance à accorder à sa recherche même dans un contexte peu évocateur et les possibilités thérapeutiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangite carcinomateuse et ichtyose acquise associées à un adénocarcinome prostatique.

  • Introduction. Le cancer de la prostate est exceptionnellement associé à des atteintes cutanées. Nous rapportons l'observation d'un homme ayant une lymphangite carcinomateuse et une ichtyose paranéoplasique associées à un cancer de la prostate. Observation. Un homme de 92 ans était traité depuis cinq ans pour un cancer de la prostate non métastatique. Une lésion cutanée d'allure angiomateuse siégeant à proximité du mamelon droit était apparue en 3 mois. A l'examen clinique, une adénopathie axillaire droite et une ichtyose, d'apparition récente, étaient mises en évidence. L'examen histologique d'une biopsie de la lésion cutanée angiomateuse permettait d'affirmer le diagnostic de lymphangite carcinomateuse d'origine prostatique. L'ichtyose était considérée comme paranéoplasique. Discussion. Les métastases cutanées des cancers prostatiques sont rares, puisque moins de 1 p. 100 des métastases cutanées sont d'origine prostatique, en dépit de la grande fréquence de ce cancer dans la population générale. Outre la rareté, la présentation clinique à type de vaste nappe angiomateuse, ainsi que l'association à une ichtyose acquise sont aussi de description exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangite récurrente du membre supérieur d’origine herpétique

  • La lymphangite du bras complique souvent diverses plaies de la main ou de l’avant-bras qui sont généralement améliorées en quelques jours par une antibiothérapie générale adaptée. Une femme de 28 ans présentait, depuis plusieurs années, des épisodes de lymphangite du bras, précédés de lésions érythématovésiculeuses en bouquet de la pulpe de l’index, d’évolution favorable en dix jours sans antibiothérapie, dont l’origine herpétique était confirmée par culture virale. Aucune primo-infection ni récurrence herpétique labiale ou génitale n’était notée. Compte tenu de la fréquence des épisodes, un traitement prophylactique par valaciclovir était débuté, permettant l’absence de récidive à deux ans. La lymphangite virale complique rarement le panaris herpétique chez les patients immunocompétents. Cette entité méconnue, source d’erreurs diagnostiques et de retards thérapeutiques, doit être évoquée devant des épisodes récurrents de lymphangite spontanément résolutifs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangite carcinomateuse à l'origine d'une hypertension artérielle pulmonaire.

  • Un homme de 58 ans, sans antécédent, a développé en quelques semaines une toux et une dyspnée d'effort. Le scanner thoracique montrait un syndrome interstitiel bilatéral avec épaississement linéaire des septa et plages de verre dépoli. L'échocardiographie et le cathétérisme cardiaque droit confirmaient l'existence d'une hypertension artérielle pulmonaire (PAP moyenne à 45 mmHg) avec pression artérielle pulmonaire d'occlusion normale (12 mmHg). L'évolution était rapidement défavorable. La vérification anatomique objectivait une lymphangite carcinomateuse plumonaire bilatérale développée aux dépens d'un adénocarcinome de la tête du pancréas. Il n'existait pas d'embols néoplasiques des vaisseaux, mais des lymphatiques et l'hypothèse physiopathologique retenue était une compression des vaisseaux artériels pulmonaires par les lymphatiques obstrués.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangite nodulaire due à Mycobacterium marinum.

  • INTRODUCTION : L'infection à Mycobacterium marinum est une infection connue depuis plus de 40 ans, le plus souvent rencontrée après un traumatisme chez une personne manipulant des poissons tropicaux vivant dans un aquarium. OBSERVATION : Nous rapportons le cas d'un sujet travaillant chez un vendeur de poissons exotiques, mordu par l'un d'eux et ayant développé une lymphangite nodulaire due à M. marinum. COMMENTAIRES : Des lésions nodulaires apparaissant aprés un traumatisme chez une personne en contact avec des poissons doit faire évoquer en premier lieu, en France, une infection à M. marinum. La lymphangite nodulaire est présente dans environ 50 % des cas. Le traitement repose sur une antibiothérapie prolongée. Plusieurs antibiotiques sont efficaces comme la minocycline utilisée ici pour une durée de 2 mois après cicatrisation complète des lésions. Le recours à la chirurgie est exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Sarcome de Kaposi cutané avec lymphangite carcinomateuse pulmonaire chez un transplanté cardiaque.

  • L'essor de la transplantation d'organe s'est accompagné d'une pathologie spécifique, notamment néoplasique, au sein de laquelle le sarcome de Kaposi occupe la troisième place en fréquence, après les tumeurs cutanées et les lymphomes malins. Nous rapportons l'observation d'un transplanté cardiaque développant un sarcome de Kaposi cutané 6 mois après la greffe. La modulation de l'immunosuppression et un traitement par interféron α permettaient initialement une stabilisation des lésions cutanées. Cependant, les lésions évoluaient secondairement et 21 mois après l'atteinte initiale, le patient développait une pneumopathie infiltrative diffuse conduisant à son décès. L'autopsie révélait un aspect de lymphangite carcinomateuse en rapport avec le sarcome de Kaposi.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ulcération du talon chez une Djiboutienne: carcinome epidermoïde avec lymphangite carcinomateuse.

  • Les auteurs rapportent le cas d'une ulcération du talon révélatrice d'un cucinome épidermoide, originale par l'étendue des lésions et sa progression rapide. Un avis spécialisé de « télé-dermatologie» par envoi des clichés et de l'observation sur internet a permis de guider la prise en charge de cette patiente. Mais, devant la dissémination des lésions et l'impossibilité de réaliser un traitement alternatif (radiothérapie et chimiothérapie), le membre inférieur a été amputé à sa racine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangite carcinomateuse pulmonaire et adénocarcinome rénal.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un enfant de 7 ans, chez qui le diagnostic de lymphangite carcinomateuse pulmonaire sur adénocarcinome du rein a été posé à l'examen histologique d'une biopsie pulmonaire, réalisée devant un tableau radiologique et clinique associant un syndrome alvéolo-interstitiel diffus, des adénopathies médiastinales et une dyspnée rapidement progressive. Malgré le traitement, l'évolution a été fatale en quelques semaines.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les lymphangites estivales sur membres de stase.

  • Un membre de stase est vulnérable. Qu'il soit d'origine veineuse ou lymphatique, le ralentissement de la vidange entraîne une inondation de l'interstitium par des protéines plasmatiques. Sur ce terrain, la lymphangite secondaire au processus inflammatoire ou infectieux est rapidement extensive, elle aggrave le déséquilibre d'un système de drainage déjà saturé et a, parfois, des conséquences irréversibles sur le couple œdème-troubles trophiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov