Leucoencephalopathie posterieure [ Publications ]

leucoencephalopathie posterieure [ Publications ]

Publications > leucoencephalopathie posterieure

  • ■ Définition: Le terme de leucoencéphalopathie postérieure réversible désigne un syndrome clinico-radiologique récemment décrit, caractérisé par l'association à des degrés divers de 4 signes cliniques cardinaux (crises épileptiques, troubles de conscience, troubles visuels, céphalées) à des anomalies de la substance blanche hémisphérique touchant préférentiellement les régions postérieures. ■ Mécanismes et causes: Outre l'encéphalopathie hypertensive et l'éclampsie, la liste des affections ou des médicaments, en particulier immunosuppresseurs, pouvant être responsable d'une leucoencéphalopathie postérieure réversible ne cesse de s'allonger. Le caractère rapidement réversible des anomalies cliniques et radiologiques fait évoquer l'existence d'un oedème cérébral dont l'origine n'est pas univoque (dysfonctionnement endothélial, trouble de l'autorégulation de la vascularisation cérébrale). ■ Pronostic: Si la réversibilité est une des caratéristiques principales de ce syndrome, celle-ci est subordonnée à la précocité du diagnostic et d'une prise en charge thérapeutique adaptée (normalisation de la pression artérielle et interruption du médicament en cause).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome de leucoencéphalopathie postérieure réversible.

  • Le terme de leucoencéphalopathie postérieure réversible désigne un syndrome clinico-radiologique caractérisé du point de vue clinique par l’association, à des degrés variables, de crises d’épilepsie, de céphalées, de vomissements, de trouble de la conscience et de troubles visuels survenant de manière aiguë ou subaiguë et, du point de vue radiologique (CT scanner ou résonance magnétique nucléaire) par la présence d’une atteinte réversible de la substance blanche située préférentiellement dans les régions postérieures des deux hémisphères. Ce syndrome se rencontre essentiellement en cas d’encéphalopathie hypertensive ou de prise de médicaments immunosuppresseurs. Sa reconnaissance est essentielle car l’évolution est favorable sous contrôle optimal de la pression artérielle et/ou interruption ou diminution du traitement immunosuppresseur. En l’absence de telles mesures, des séquelles neurologiques, parfois sévères, peuvent persister. Une observation typique est rapportée ici.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Thrombose ou hypoplasie veineuse cérébrale avec leucoencéphalopathie postérieure réversible.

  • La symptomatologie d'une leucoencéphalopathie postérieure réversible a de nombreux points communs avec celle d'une thrombose veineuse cérébrale. En effet, toutes deux peuvent entraîner un coma, de l'épilepsie et des signes neurologiques focaux. De plus à l'imagerie, elles peuvent présenter des lésions diffuses de la substance blanche. Une anticoagulation précoce est indispensable en cas de thrombose veineuse cérébrale mais n'est pas sans risque. Nous décrivons le cas d'une leucoencéphalopathie postérieure réversible chez un patient hypertendu de 70 ans présentant une hypoplasie du sinus latéral gauche et une histoire évocatrice de thrombose de sinus. Notre cas illustre les difficultés diagnostiques que peuvent induire les asymétries vasculaires congénitales face à un coma d'installation subaiguë.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov