Leucemie aigue monoblastique [ Publications ]

leucemie aigue monoblastique [ Publications ]

Publications > leucemie aigue monoblastique

  • Introduction. Les lésions cutanées spécifiques au cours des leucémies aiguës ont une importance diagnostique et pronostique reconnue. Paradoxalement, ce type de lésions peut initialement survenir sans leucémie démontrable dans le sang circulant, voire sans infiltration blastique de la moelle. Nous rapportons l'observation d'un malade avec des lésions cutanées de leucémie aiguë monoblastique, où l'hémogramme était initialement normal alors même qu'une infiltration de myéloblastes était massive dans le derme. Observation. Un homme de 49 ans avait depuis plusieurs mois des papules et nodules du tronc et des membres supérieurs. L'examen histologique avec études immunohistochimiques permettait le diagnostic de localisations cutanées spécifiques d'une leucémie aiguë monoblastique. Plusieurs hémogrammes avec frottis sanguins étaient normaux, le myélogramme montrait une infiltration blastique massive dans un site, mais très minoritaire dans un autre. Un traitement par chimiothérapie entraînait la disparition rapide des lésions cutanées. Discussion. Les localisations cutanées spécifiques peuvent être isolées au cours des leucémies aiguës, définissant les « leucémies cutanées aleucémiques ». Ces dernières représentent une forme rare dont le mécanisme possible repose sur l'accumulation dans la peau de myéloblastes présents en très faible quantité dans la moelle et ayant un tropisme particulièrement grand pour le derme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Microangiopathie thrombotique révélatrice d’une leucémie aiguë monoblastique (LAM5)

  • Une femme de 60 ans, sans antécédent, ménopausée sans traitement substitutif, est admise en réanimation pour encéphalopathie fébrile et douleurs abdominales. L'examen montre une fièvre à 39 °C, une hypertension artérielle à 180/92 mmHg, des marbrures, des pétéchies purpuriques infiltrées distales des orteils et des doigts, des arthralgies des épaules, des chevilles et des genoux et un syndrome pyramidal des quatre membres. Il n'existe pas de déficit focalisé. Il n'existe ni diarrhée, ni splénomégalie, ni hépatomégalie. Le fond d'oeil ne montre pas d'oedème papillaire. Il existe une anémie hémolytique régénérative associée à une thrombopénie sévère (tableau 1). Le test de Coombs direct globulaire est négatif. La biochimie sérique montre: glucose 6,5 mmol/l, sodium 144 mmol/l, potassium 2,9 mmol/l, bicarbonates 26 mmol/l, créatinine 84 μmol/l, urée 4,0 mmol/l, acide urique 726 (N

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Leucémie aiguë monoblastique au cours d'un lymphome malin non hodgkinien traité par prednimustine.

  • La prednimustine, substance anti-mitotique résultant de l'estérification de la prednisolone par le chlorambucil comporte, comme tous les agents alkylants, un risque leucemogène potentiel. Nous en rapportons 1 observation au cours de l'évolution d'un lymphome nodulaire centrocyto-centroblastique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov