Leucemie a plasmocytes [ Publications ]

leucemie a plasmocytes [ Publications ]

Publications > leucemie a plasmocytes

  • Les observations Observation n° 1 : Monsieur M., 65 ans, a consulté son médecin traitant 8 semaines auparavant pour lombalgies chroniques avec apparition récente de blocages douloureux. Une mésothérapie, initialement prescrite, a été sans effet. Le patient est revu quelques semaines plus tard pour douleurs à type de point de côté très douloureux associées à des vomissements...Observation n° 2 : Madame R., 70 ans, est hospitalisée dans le service de néphrologie pour suspicion de myélome multiple. Cette personne, ayant comme seul antécédent une maladie de Basedow traitée, a présenté un mois auparavant un tassement vertébral. Un bilan biochimique effectué pour asthénie a alors découvert une insuffisance rénale avec hyperprotidémie et un pic monoclonal….

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La leucémie à plasmocytes : à propos de trois cas et revue de la littérature

  • La leucémie à plasmocytes (LP) est une hémopathie maligne extrêmement rare, dont le pronostic est très péjoratif. Elle se définit par la présence dans le sang circulant d'un chiffre de plasmocytes supérieur à 2 G/L ou supérieur à 20 % des leucocytes. Elle se présente sous deux formes: une forme secondaire compliquant un myélome multiple (MM) connu et une forme primaire, d'emblée leucémique. Son incidence est estimée à 0,9 % des patients atteints de leucémie aiguë et 2-4 % des patients atteints de MM. Nous reportons, à travers trois observations, la présentation clinique de la leucémie à plasmocytes, ses caractéristiques cytologiques, immunophénotypiques, physiopathologiques et sa prise en charge thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La leucemie a plasmocytes secondaire: a propos de deux cas.

  • La leucémie à cellules plasmocytaires est considérée comme le variant leucémique du myélome multiple. C'est une entité rare. Il existe deux formes: une forme secondaire compliquant un myélome connu, de diagnostic facile, et une forme primaire d'emblée leucémique, de diagnostic plus difficile. Cette dernière pose le problème de diagnostic différentiel avec les autres syndromes Jympho-prolifératifs. Leur pronostic est péjoratif. Nous rapportons 2 cas de leucémie à cellules plasmocytaires secondaires diagnostiqués durant une période de 10 ans, parmi 59 cas de myélome multiple. Nous décrivons les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, biologiques et évolutives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La leucémie à plasmocytes

  • Nous rapportons l'observation d'un cas de leucémie à plasmocytes primaire, encore appelée de novo, avec une plasmocytose sanguine à 53 Giga/L, chez une patiente de 83 ans. Après traitement par dexaméthasone en association avec du thalidomide pendant 5 jours, poursuivi par du thalidomide monothérapie, l'évolution à court terme a été favorable avec, notamment, une décroissance importante de la plasmocytose sanguine devenant indétectable en 3 semaines. La présentation clinique de la leucémie à plasmocytes, ses caractéristiques cytologiques, immunophénotypiques, physiopathologiques et sa prise en charge thérapeutique sont rappelées dans cette observation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Leucémie à plasmocytes primitive: à propos de 03 cas.

  • La leucémie à plasmocytes est une hémopathie maligne rare définie par la présence de plus de 20 % de plasmocytes de la formule leucocytaire ou un nombre de plasmocytes circulants supérieur à 2 × 10

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov