Kystes osseux [ Publications ]

kystes osseux [ Publications ]

Publications > kystes osseux

  • Le traitement des kystes osseux essentiels de l'enfant reste discuté et fait appel à de nombreuses techniques, comme le curetage associé à une greffe osseuse, le drainage simple, l'injection de corticoïdes ou l'embrochage centro-médullaire. Le but de ce travail est de comparer les résultats de 2 séries rétrospectives de kystes traités par injection de corticoïdes ou par embrochage centro-médullaire. Si le taux ainsi que le délai moyen de guérison sont sensiblement identiques entre les deux groupes, la principale différence réside dans les complications observées. Les enclouages centro-médullaires entraînent des complications moins nombreuses et surtout moins graves que celles observées parmi les kystes injectés. Les complications des kystes injectés sont pratiquement toutes dues à des doses de corticoïdes qui semblent trop importantes. Les indications des injections de corticoïdes semblent se restreindre aux kystes de petit volume (index kystique inférieur à 6), situés sur des os non portants. Pour les kystes volumineux ou situés sur un membre portant, l'embrochage centro-médullaire isolé est préconisé. La discussion reste ouverte sur l'emploi d'autres substances à injecter.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kystes osseux essentiels de l'enfant: intérêt de la kystographie systématique. A propos d'une série de 42 kystes.

  • Entre 1975 et 1992, 42 kystes osseux essentiels ont été traités das le service d'Orthopédie Infantile de l'Hôpital des Enfants Malades par la méthode mise au point par Scaglietti en 1974: injection intra-focale de corticoïdes retard (méthylprednisolone). Ceux-ci ont été suivis et revus avec un recul moyen de 4 ans. Le taux de guérison est supérieur à 85 p. 100. Pour expliquer les échecs observés, les auteurs ont réalisé dans 70 p. 100 des cas une kystographie opaque, préalablement à l'injection de méthylprednisolone. Ces kystographies ont révélé des images anormales , dans 75 p. 100 des cas (fuites veineuses massives ou cloisonnement). Ces images pouvaient expliquer le défaut d'action des injections. En effet, les kystes présentant une kystographie anormale ont une durée d'évolution vers la guérison significativement supérieure à celle des kystes dont la kystographie est normale. Une fois le diagnostic de kyste osseux essentiel certain, et une fois que l'indication du traitement par injection locale de méthylprednisolone a été retenu, la kystographie opaque est pour eux un préalable indispensable au traitement de ces kystes osseux, permettant ainsi d'affiner leur traitement et de prévoir leur évolution.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov