Keratose actinique [ Publications ]

keratose actinique [ Publications ]

Publications > keratose actinique

  • Kératose actinique et carcinomes épidermoïdes du sujet âgé. L’augmentation de l’espérance de vie et la modification des habitudes de la population vis-à-vis de l’exposition aux rayons ultraviolets ont conduit à l’augmentation d’incidence des kératoses actiniques et des carcinomes épidermoïdes cutanés. Il n’existe pas de recommandation spécifique pour le sujet très âgé « fragile » mais elles ne différeraient pas beaucoup des recommandations concertant les sujets plus jeunes. Les kératoses actiniques sont fréquentes : 1 homme sur 3 et 1 femme sur 5 après 70 ans. En l’absence de traitement, les kératoses actiniques peuvent évoluer vers un carcinome épidermoïde, justifiant l’intérêt d’une prise en charge systématique et précoce des kératoses actiniques par cryothérapie (azote liquide), photothérapie dynamique, crème à base de 5-fluoro-uracile (5-FU), imiquimod ou mébutate d’ingénol. Le carcinome épidermoïde cutané est à risque de métastase, son incidence est également importante chez le sujet âgé et surtout chez l’homme. Il peut être de localisation cutanée ou muqueuse. Il existe des formes de carcinome épidermoïde in situ ou maladie de Bowen cutanée ou muqueuse accessibles à la cryothérapie, au 5-FU, à l’imiquimod ou à la photothérapie dynamique en alternative à la chirurgie. Le carcinome épidermoïde a un risque évolutif principalement local, avec atteinte des organes nobles adjacents, mais également régional, avec un risque non négligeable de métastases ganglionnaires et viscérales (poumons, foie en particulier). La prise en charge doit être encadrée par une réunion de concertation pluridisciplinaire, en présence éventuellement de la personne de confiance si le patient a des troubles cognitifs , au mieux, la présence d’un gériatre ou oncogériatre est recommandée lors de cette réunion. Le plus souvent, un traitement actif est envisagé, et l’exérèse chirurgicale est le traitement de référence. Si une anesthésie générale est requise, des comorbidités importantes peuvent être une limitation à un geste chirurgical. Pour les carcinomes épidermoïdes inopérables, la radiothérapie externe, la curiethérapie et la radiochimiothérapie sont parfois proposées. Les carcinomes épidermoïdes métastatiques sont de traitement complexe chez le sujet âgé car les chimiothérapies sont mal supportées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kératose actinique de la conjonctive. A propos d'un cas anatomo-clinique.

  • Les auteurs rapportent le cas d'un homme de 73 ans qui présente une tumeur conjonctivale limbique blanchâtre, évoluant lentement. Le diagnostic de kératose actinique de la conjonctive a été porté sur la biopsie exérèse. Il s'agissait d'une lésion précancéreuse intra-épithéliale qui associe une hyperplasie épithéliale intraépithéliale avec acanthose et quelques atypies cellulaires, une discrète papillomatose et une hyperkératose souvent parakératosique. La présence dans la subtantia propria de plages de dégénérescence basophile du tissu élastique témoigne d'une lésion en relation avec une exposition prolongée au soleil. La détection par hybridation in situ d'une infection par le Papillomavirus humain (HPV) se révéla négative. La kératose actinique doit être distinguée des autres lésions précancéreuses de la conjonctive comme la dysplasie et le carcinome in situ qui présentent un aspect clinique similaire mais dont le pronostic est moins bon. Une étude anatomo-clinique des lésions précancéreuses épithéliales de la conjonctive est abordée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kératose actinique, verrue séborrhéique et naevus: trois lésions cutanées palpébrales distinctes cohabitant chez une même patiente.

  • Une patiente de 67 ans qui venait initialement consulter pour un naevus palpebral a vu apparaître deux lésions épidermiques des paupières, dont la croissance, constatée au bout d'une surveillance de 18 mois, en a fait proposer l'exérèse chirurgicale. L'histopathologie identifia une verrue séborrhéique (à droite) et une kératose pré-épithéliomateuse (à gauche). Selon les données de l'histologie, l'exérèse était complète. Il fut recommandé à la patiente de la nécessité d'une surveillance à long terme des cicatrices d'exérèse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La kératose actinique au diapason de la photocarcinogenèse en champs. Un concept revisité.

  • La kératose actinique ne devrait plus être considérée comme une tumeur isolée qu’il faudrait détruire individuellement. Le concept de la photocarcinogenèse actinique bouleverse actuellement la perception des cancers cutanés induits par les radiations électromagnétiques non ionisantes. Aujourd’hui, le clinicien devrait prendre en charge toute l’aire cutanée ayant subi les dommages de l’exposition chronique aux spectres visible et invisible de la lumière. Les archétypes thérapeutiques sont le 5-fluorouracile 5% et l’imiquimod 5% en applications topiques prudentes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Carcinome spinocellulaire et porokératose actinique superficielle disséminée.

  • La porokératose actinique superficielle disséminée (PASD) décrite en 1969 par Chernosky et Anderson se caractérise par la survenue de multiples lésions lenticulaires et kératosiques des zones photoexposées au cours de la troisième ou quatrième décennie. Le développement de carcinome spinocellulaire sur des lésions de porokératose et l'association PASD à une immunosuppression sont bien documentés dans la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov