Keratoconjonctivite [ Publications ]

keratoconjonctivite [ Publications ]

Publications > keratoconjonctivite

  • But de l'étude : Des mécanismes inflammatoires et immunitaires sont impliqués dans la physiopathologie des syndromes secs oculaires (SSO). Les techniques de cytométrie de flux réalisées à partir d'empreintes conjonctivales ont permis de mettre en évidence les niveaux d'expression du marqueur inflammatoire HLA DR au niveau des cellules épithéliales conjonctivales lors du SSO. Le but de cette étude est d'évaluer les effets de la Ciclosporine A (CsA) topique sur l'expression de l'antigène de surface HLA DR par les cellules épithéliales conjonctivales pendant une période de 12 mois. Méthode : Des empreintes conjonctivales ont été réalisées à J0, aux 3

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kératoconjonctivite atopique : une allergie peut en cacher une autre. À propos d’une observation clinique avec hypersensibilité IgE médiée et hypersensibilité non IgE médiée.

  • Les allergies sont fréquemment mises en cause en pratique ophtalmologique. Ces allergies habituellement bénignes peuvent être potentiellement sévères pour la surface oculaire et avoir un retentissement important dans la vie quotidienne. Nous rapportons à travers un cas d’une kératoconjonctivite mettant en jeu 2 types d’hypersensibilités, quelques modalités thérapeutiques particulières.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kératoconjonctivites à adénovirus

  • Les kératoconjonctivites virales à adénovirus sont le fait de très nombreuses souches de virus et vont donner des tableaux cliniques variés, dominés en fréquence par les kératoconjonctivites épidémiques, même si les conjonctivites folliculaires et la fièvre pharyngoconjonctivale ne sont pas exceptionnelles. C’est un virus très résistant dont la transmission se fait essentiellement par contact. Au niveau de la conjonctive, il va provoquer un tableau non spécifique de conjonctivite. Au niveau de la cornée, il va laisser des dépôts de protéines virales sur la couche de Bowman. La réaction immunitaire contre ces dépôts sera à l’origine des infiltrats sous-épithéliaux. Le diagnostic est essentiellement clinique, le laboratoire n’apportant que rarement une aide rapide. Il n’y a pas de traitement autre que symptomatique. Les séquelles sont les opacités sous-épithéliales cornéennes dont le traitement est difficile, malgré l’apport du laser

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov