Je veux comprendre mes analyses de sang


#1

Posté par Clio

Vous venez de recevoir vos résultats d’analyse de sang et souhaitez avoir des explications.
Nous vous rappelons qu’un examen biologique, quel qu’il soit, doit être interprété en tenant compte du dossier médical du patient ainsi que d’un examen clinique.
De plus, Questions-santé, en tant que service de documentation, n’est pas en mesure de remplacer un médecin. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter le professionnel de santé qui a prescrit l’examen.
Cependant, en attendant un rendez-vous avec un médecin, nous vous proposons des éléments d’information afin de vous aider à mieux comprendre votre situation.

L’ Assurance Maladie a élaboré un dossier très complet intitulé Comment lire les résultats d’une prise de sang ?
https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang

Nous vous en donnons des extraits en réponse aux questions les plus fréquentes.

Les valeurs de référence sont des normes de résultats, variant selon les techniques de dosage utilisées, le sexe et l’âge. Généralement, elles figurent dans la partie droite du document.
Si vos résultats n’entrent pas dans ces normes, faites-en part à votre médecin, qui vous fournira des explications. Sachez qu’un chiffre supérieur ou inférieur aux limites fixées n’est pas systématiquement révélateur d’une maladie.
Les valeurs de référence citées ci-dessous ne représentent donc que des valeurs indicatives . Elles peuvent être différentes suivant les laboratoires.
Attention, les unités ne sont pas forcément similaires à celles de vos résultats.

Numération formule sanguine (NFS) ou hémogramme

Glycémie

Bilan inflammatoire : protéine C-réactive (CPR) et vitesse de sédimentation

Bilan lipidique : cholestérol et triglycérides

Bilan hépatique : ALAT, ASAT, Gamma-GT, PAL, bilirubine, albumine

Bilan rénal : créatinine, DFG, urée

Bilan hormonal : Œstradiol, FSH, LH, prolactine

Numération formule sanguine

“Elle consiste à dénombrer et analyser les différentes cellules du sang.”

Globules rouges ou "hématies"
Ils servent à transporter l’oxygène des poumons vers les tissus. On évalue leur nombre, par exemple pour détecter une polyglobulie (taux d’hématies trop élevé). On étudie aussi plusieurs autres caractéristiques des globules rouges :

« L’analyse des hématies permet également d’étudier l’ hémoglobine qu’elles contiennent, sous plusieurs aspects :

Plaquettes « Elles participent à la coagulation du sang , et à la formation de caillots en cas d’hémorragie (écoulement sanguin). Leur taux anormal peut avoir de multiples causes :

Globules blancs ou “leucocytes” « Ils ont en charge la défense du corps contre les micro-organismes (virus, bactéries, champignons). On en distingue 3 variétés.
Les polynucléaires sont de trois types :
- polynucléaires neutrophiles : ils augmentent en cas d’infection bactérienne
- polynucléaires éosinophiles : ils augmentent en cas d’allergie, ou d’infection parasitaires (ex. : oxyurose…) ;
- polynucléaires basophiles : leur taux peut être augmenté en cas de réaction allergique, infectieuse… ;
Les lymphocytes se multiplient face à une infection virale ou à une maladie auto-immune.
Les monocytes deviennent plus nombreux durant certaines pathologies infectieuses (ex. : mononucléose, toxoplasmose).
Le nombre de leucocytes peut aussi varier en cas de trouble du fonctionnement de la moelle osseuse, ou suite à la prise de certains médicaments. »

Glycémie

«C’est l’évaluation de la concentration de glucose (principale source d’énergie de l’organisme) dans le sang. Elle peut révéler un taux de glucose trop faible (hypoglycémie) ou trop élevé (hyperglycémie, caractéristique du diabète).
La glycémie est souvent mesurée à la fois à jeun et après les repas (mesure “post-prandiale”).
Le médecin peut aussi demander un test d’ hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO). Cette analyse repose sur un premier prélèvement sanguin à jeun. On effectue ensuite plusieurs autres prises de sang, à intervalles réguliers, après absorption d’un liquide contenant une quantité connue de glucose.»

Bilan inflammatoire : protéine C-réactive (CPR) et vitesse de sédimentation

« Il prend en compte 2 éléments :

Bilan lipidique : cholestérol et triglycérides

« Il vise à mesurer les quantités des deux principaux types de lipides (graisses) dans le sang :
Le cholestérol est principalement fabriqué par le foie, et aussi apporté par l’alimentation. Son dosage concerne trois éléments distincts :

  • Le taux de cholestérol total peut être élevé.
  • Le LDL-cholestérol (ou “mauvais cholestérol”) est transporté dans le sang vers les cellules. Il peut se déposer sur la paroi des artères si son taux est trop élevé, ce qui augmente le risque cardiovasculaire.
  • Le HDL-cholestérol collecte le “mauvais cholestérol” en excès dans le sang, pour l’amener jusqu’au foie qui assure son élimination. Ce “bon cholestérol” exerce donc un effet protecteur sur l’organisme, a fortiori si sa quantité est élevée.

Les triglycérides sont apportés par l’alimentation. Ils sont stockés dans des cellules dites “adipeuses”, pour servir de réserve d’énergie à l’organisme. En quantité trop importante dans le sang, ils accentuent aussi le risque d’AVC.
Les taux recommandés pour le LDL-cholestérol et les triglycérides diffèrent en fonction de chaque patient, selon ses facteurs de risque cardiovasculaire. Un taux inférieur à 1,5 g/l (‹1,7 mmol/l) pour les triglycérides, et supérieur à 0,4 g/l (›1,0 mmol/l) pour le HDL-cholestérol, est considéré comme optimal.

Par ailleurs, le bilan lipidique considère l’aspect du sérum sanguin (liquide issu du sang, après suppression des cellules sanguines et protéines participant à la coagulation). Normalement clair, il peut aussi être opalescent ou lactescent (ce qui révèle parfois un excès de triglycérides). »
https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang#text_11619

Bilan hépatique : ALAT, ASAT, Gamma-GT, PAL, bilirubine, albumine

« Il contribue notamment à identifier d’éventuelles pathologies du foie. On dose en général plusieurs éléments :

Les enzymes hépatiques sont des substances intervenant dans diverses réactions chimiques de l’organisme (ex. : digestion). On en distingue plusieurs types :

  • L’ alanine aminotransférase (ALAT) , ou transaminase glutamo-pyruvique sérique (TGP), son taux augmente en cas d’hépatite.
  • L’ aspartate aminotransférase (ASAT) , ou transaminase glutamo-oxaloacétique (TGO), son taux s’élève en cas d’affection musculaire ou cardiaque si son taux s’élève.
  • La gamma-glutamyl transférase (GGT) , en quantité excessive, peut correspondre à la présence d’une maladie du foie, du cœur, des reins, etc.
  • La phosphatase alcaline (PAL) est en partie évacuée du corps via la bile. Sa quantité dans le sang devient plus importante, en cas d’obstruction des voies biliaires, complication de la lithiase vésiculaire. »
    https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang#text_11623

« La bilirubine est un pigment jaune produit par la dégradation de l’hémoglobine des globules rouges. Le foie assure normalement son élimination. En cas de dysfonctionnement hépatique, la bilirubine s’accumule dans le sang et provoque un ictère (jaunisse). »

« L’albumine est la protéine la plus abondante dans le sang. Elle est fabriquée par le foie. Son dosage permet d’évaluer les capacités de synthèse du foie.

"Le bilan hépatique peut aussi comporter des tests sur le temps de coagulation (ou “taux de prothrombine”). Leurs résultats sont perturbés en cas de maladie du foie. »
https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang#text_11623

Bilan rénal : créatinine, DFG, urée

«Servant à évaluer le fonctionnement des reins, il prend en compte plusieurs éléments :

La créatinine sanguine provient de la dégradation de la créatine (substance présente surtout dans les muscles, utilisée pour produire de l’énergie). Inutile à l’organisme, elle est éliminée par les reins, pour éviter son stockage dans le sang. Un taux élevé de créatinine signale donc un dysfonctionnement rénal. Sachez toutefois que la quantité normale de créatinine produite dépend de la masse musculaire. Pour cette raison, les concentrations sont plus élevées chez l’homme que chez la femme et l’enfant. »
https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang#text_11621

« Le débit de filtration glomérulaire (DFG) correspond à la capacité de filtration des reins en 24 heures. Il est calculé à partir de la quantité de créatinine dans le sang à l’aide d’une équation (le plus souvent CKD-EPI). »

« L’urée est une substance résultant de la transformation des protéines alimentaires en acides aminés (assimilables par l’organisme), lors de la digestion. Pour le corps, il s’agit d’un déchet, éliminé par les reins dans les urines. Sa concentration dans le sang reste donc faible et stable lorsque le fonctionnement rénal est satisfaisant. Dans un cadre diagnostique, le dosage de l’urée est beaucoup moins fiable que celui de la créatinine. C’est pourquoi il est souvent réalisé en association avec la mesure du taux de créatinine. »