Je me pose des questions sur mes règles


#1

Posté par Lydia

Voici des explications sur les règles issues du livre Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander (Editions Fleurus, 2008) de Martin Winckler , médecin généraliste spécialiste de la santé sexuelle féminine. Vous pouvez consulter son livre sur son site internet en accès libre : https://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

Pourquoi mes règles n’ont-elles pas toujours la même couleur (« pertes marron ») ?

« Les règles sont constituées en grande partie de sang et de cellules endométriales. Le sang est rouge quand il vient de sortir d’une artériole (ou petite artère). Quand les règles se déclenchent, elles sont le plus souvent rouge vif. Mais le sang s’oxyde au contact de l’air et il brunit : une tache de sang sur un mouchoir est rouge quand on vient juste de saigner du nez, brune au bout de quelques heures.
À la fin des règles , ou si le flux des règles est peu important , la teinte peut être plus sombre .
Il peut aussi arriver aux utilisatrices de contraception de saigner un peu juste avant la période des règles, ou à une période non prévue. C’est ce qu’on appelle un « spotting » […]. Il s’agit d’un saignement sans gravité lié au fait que les contractions de l’utérus provoquent l’évacuation de sang et de fragments d’endomètre.
Si le sang a séjourné quelques heures dans l’utérus avant de s’écouler à l’extérieur, les « pertes » seront alors brunâtres, et non rouges, toujours en raison de l’oxydation du sang au contact de l’air. Tout ceci pour dire que la couleur des règles n’a pas d’autre signification que le délai qui sépare le saignement du moment où il devient visible. Plus ce délai est long, plus les règles auront une couleur sombre. »

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander. Martin Winckler. Editions Fleurus, 2008. Page 61.
https://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

Quand on a des saignements qui ressemblent aux règles et qui n’en sont pas, comment savoir si l’on est enceinte ?

« Si vous pensez que vous pouvez être enceinte en ayant des règles (ou quelque chose qui leur ressemble), et si vous voulez en avoir le cœur net, faites un test de grossesse, sanguin ou urinaire […]. Il n’y a pas d’autre moyen. En effet, les symptômes de grossesse n’ont rien de caractéristique en soi : le gonflement des seins peut survenir si votre pilule est mal adaptée ; le retard de règles en cas de cycle anovulatoire […]; les nausées, elles, peuvent se voir dans de nombreuses situations, à commencer par une pilule mal tolérée, les intoxications alimentaires et gastro-entérites, les migraines, etc. Et beaucoup de grossesses débutantes ne provoquent aucun symptôme. »

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander. Martin Winckler. Editions Fleurus, 2008. Page 90.

Quand on a des règles à date fixe, ou presque, qu’est-ce qui les retarde, les décale ou les rend irrégulières ?

« • Quand on a des rapports sexuels non protégés, la première explication, bien sûr, est la grossesse . […]

• Un cycle anovulatoire , c’est-à-dire sans ovulation : aucun follicule ne parvient à maturité en milieu de cycle ; il n’y a pas d’ovulation, pas de « corps jaune » […], pas de production de progestérone. […] Ces retards de règles sont d’autant plus angoissants qu’ils s’accompagnent des symptômes liés à l’accumulation des effets des œstrogènes : douleurs des seins, gonflement de l’abdomen, et parfois… nausées. Autrement dit, des symptômes évocateurs d’une grossesse. C’est ce que nos grands-mères appelaient autrefois une « grossesse nerveuse ». […]

Les cycles anovulatoires peuvent survenir à tout moment dans la vie d’une femme. Ils sont le plus souvent fréquents à la puberté […] et à l’approche de la ménopause […], ce qui évidemment produit un cycle irrégulier. Mais attention, même si les phases sans ovulation existent, ça ne signifie pas qu’il n’y a pas d’ovulation du tout et qu’une grossesse n’est pas possible ! […].

• Le stress et les chocs émotionnels et, […], tout ce qui peut agir sur la commande de l’ovulation par le cerveau, en particulier les troubles de l’humeur comme la dépression… Les retards de règles dus à des causes émotionnelles sont souvent des cycles anovulatoires ou dont l’ovulation a été retardée.

• Une perte de poids rapide , par régime ou augmentation de l’activité physique ; l’effort physique important, en faisant diminuer la masse graisseuse, peut entraîner une aménorrhée (absence durable des règles) […]

• Des maladies aiguës bénignes (grippe, infection urinaire).

• Des maladies chroniques , surtout lorsqu’elles font perdre du poids rapidement : maladies psychiatriques (dépression grave, anorexie), maladies inflammatoires ou rhumatismales ; tuberculose ; cancer(s)… […].

• Des médicaments : les méthodes contraceptives (contraception « du lendemain » ; pilules ; anneau vaginal ; « timbre/patch contraceptif » ; DIU/stérilet hormonal ; implant ; traitements des maladies psychiatriques ; chimiothérapie des cancers ; etc.

• La ménopause , dont l’âge de survenue est également très variable selon les personnes […]. À l’heure actuelle, en France, elle survient plutôt autour de 50 ans. Avant 40 ans, on parle de ménopause précoce […].

Mais parfois, il n’y a pas d’explication claire à un retard ou à une absence temporaire des règles. Une fois qu’on a éliminé toutes les causes évidentes (ci-dessus), on peut parfois être contrainte à attendre patiemment leur retour… »

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander. Martin Winckler. Editions Fleurus, 2008. Page 63.
https://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

J’ai un retard de règles, comment être sûre que je suis (ou non) enceinte ?

« Il y a plusieurs moyens de vérifier qu’on est (ou non) enceinte. Dans l’ordre, du plus simple au plus lourd :

• Le test de grossesse , pratiqué à partir des urines du matin […] est en vente libre partout (pharmacies et rayon parapharmacie des grandes surfaces) […] ; ils ne sont pas fiables à 100 % mais tout de même très fiables (99 % pour le test urinaire […]). À noter qu’un test fait trop tôt (moins d’une semaine de retard) ou trop tard (plus de trois mois de retard…) peut être faussement négatif alors même qu’une grossesse est présente. En effet, ces tests mesurent, dans les urines de la femme, la présence de ßHCG (hormone chorionique gonadotrophique), une hormone fabriquée par l’embryon en début de grossesse (mais pas après la 12e ou 13e semaine de grossesse).

• La prise de sang prescrite par un médecin : elle recherche aussi la ßHCG, et elle est plus précise ; elle est positive très tôt (après quelques jours de retard seulement) et permet de suivre l’évolution de la grossesse (pendant les trois premiers mois, la concentration sanguine de ßHCG augmente avec le temps) ; elle est remboursée par la sécurité sociale .

• L’ échographie : c’est évidemment un examen pratiqué par un médecin (radiologue ou échographiste, gynécologue, généraliste équipé d’un appareil d’échographie) ; elle montre un « sac ovulaire » au cours de la 5e semaine de grossesse (21 jours de retard). Donc, après que la prise de sang ou le test urinaire l’ont détectée. Ce n’est donc pas un examen à faire d’emblée mais seulement quand on se sait enceinte mais qu’il y a un doute sur le terme (l’âge) de la grossesse. »

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander. Martin Winckler . Editions Fleurus, 2008. Page 95.
https://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

Je viens d’arrêter ma contraception et je n’ai pas de règles. Existe-t-il un traitement pour « faire redémarrer » mon cycle ?

« Non. […]. Le retard d’apparition des règles après arrêt d’un traitement contraceptif est une situation fréquente , mais le plus souvent sans gravité . Elle nécessite une seule chose : de la patience. Notez que les traitements parfois prescrits par des gynécologues pour répondre à cette demande fréquente n’ont aucune validité scientifique. […] L’absence de règles après une contraception hormonale (pilule, DIU hormonal, implant) peut aussi être due tout simplement au fait que vous avez un cycle irrégulier et long , et que vous ne le savez pas, ou que vous l’avez oublié . Si vous avez commencé à prendre la pilule très tôt à l’adolescence, soit pour diminuer des symptômes gênants (douleurs des règles, en général), soit en tant que contraception, il est très possible que votre cycle n’ait pas encore, à ce moment-là, été installé. Vous avez pu oublier, depuis, quel était son rythme. En tout état de cause, deux à six mois après arrêt d’une contraception , en l’absence de maladie, le cycle redevient ce qu’il était auparavant , et la fécondité également . […]. »

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander. Martin Winckler . Editions Fleurus, 2008. Page 86.
https://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

Si vous avez toujours des questions…

  • « Sexualités – Contraception – IVG » : 800 08 11 11
    Numéro national anonyme et gratuit
    Du lundi au samedi de 9h à 20h.

  • Les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF) et les établissements d’information, de consultation et de conseil familial (EICCF).
    Les CPEF assurent des consultations de contraception ainsi que des actions de prévention portant sur la sexualité et l’éducation familiale. Les « Plannings familiaux », gérés par l’association du Mouvement Français pour le Planning Familial, font partie des CPEF. Les mineures qui souhaitent garder le secret sur leur vie intime peuvent obtenir, gratuitement et sans autorisation de leurs parents, une consultation médicale, la prescription d’un moyen contraceptif, la contraception d’urgence, ainsi que les bilans et le suivi nécessaires. Toute personne sans couverture sociale personnelle peut aussi bénéficier de ces prestations gratuitement.
    - Les EICCF peuvent vous informer et vous orienter sur des questions relatives à la sexualité, la fécondité, la contraception et la prévention des infections sexuellement transmissibles et du VIH.

Les coordonnées de ces structures, établies par département, sont disponibles sur les sites Internet ci-dessous :

Choisirsacontraception : contacts-utiles

Ivg.gouv.fr : les-centres-de-planification

Ivg.gouv.fr : les-etablissements-d-information-et-de-consultation

  • Fil santé jeunes
    Pour les 12-25 ans, vous pouvez prendre contact avec Fil santé jeunes, service mis en place par l’ancien INPES, devenu Santé publique France . Ce site propose plusieurs services d’aide, par mail, chat, via un forum.
    http://www.filsantejeunes.com/boites-a-questions

    Une équipe de psychologues, médecins, juristes… répondra à vos questions et pourra, si besoin, vous diriger vers un centre de planification :
    http://www.filsantejeunes.com/quest-ce-quun-centre-de-planification-6455

  • Ligne téléphonique de Fil santé jeunes : 0800 235 236.
    Service anonyme et gratuit pour les 12-25 ans tous les jours de 9h à 23h