Je dois prendre l'avion, cependant j'ai un tympan perforé


#1

Posté par Quentin

A titre d’information générale, voici ce que l’on apprend sur le site pediatre-online, « plateforme de téléconseil 100% pédiatrique, créée par le Docteur Arnault Pfersdorff, pédiatre » à Strasbourg. Nous supposons que ces informations peuvent s’appliquer à l’adulte :
« Les dysbarismes [ensemble de troubles causés par une diminution brutale de la pression atmosphérique, spécialement en altitude. Encyclopédie Universalis] se produisent surtout lors de l’atterrissage. Les gaz contenus dans l’oreille moyenne sont alors à une pression moins élevée que dans l’air ambiant (donc dans le conduit auditif externe), d’où une otalgie par distension de la membrane tympanique qui se rétracte. Celle-ci ne peut disparaître que si de l’air est admis dans l’oreille moyenne.
Mais l’admission d’air ne peut pas être passive. Il faut que la trompe d’Eustache s’ouvre de manière active, par contraction musculaire des péristaphyllins [chacun des deux petits muscles (péristaphylin externe et péristaphylin interne) entrant dans la constitution du voile du palais. Dictionnaire Larousse ]. Un oedème préalable de la muqueuse de la trompe, comme en cas d’infection des voies aériennes supérieures, rend cette ouverture moins efficace. A l’inverse, l’existence d’un épanchement rétrotympanique (otite moyenne aiguë, otite séreuse) ou d’une ouverture du tympan (paracentèse récente, aérateur transtympanique, perforation tympanique) avant le début du vol protège contre l’otite barotraumatique. »

Concernant la greffe du tympan, sur le site Allo docteurs , voici les explications du Dr. Nicolas Le Clerc, chirurgien ORL (Hôpital Lariboisière, Paris) :
« Quel que soit le matériel utilisé, après une tympanoplastie , les patients doivent éviter les premier mois que de l’eau pénètre dans l’oreille ou prendre le train ou l’avion à cause des changements de pression .
La réparation d’un tympan est un succès dans 90% des cas et les risques de complications sont très rares. »

En tant que service de documentation, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse : nous vous conseillons donc de demander l’avis d’un professionnel de santé spécialisé en ORL.