Insulinome [ Publications ]

insulinome [ Publications ]

Publications > insulinome

  • But de l'étude: Cette étude rétrospective du groupe d'étude des néoplasies endocriniennes multiples de type 1 (GENEM) avait pour but de rapporter une série d'insulinomes associés à une néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (NEM 1) et de définir l'imagerie préopératoire et le traitement chirurgical les mieux adaptés. Patients et méthodes: De 1960 à 1996, 44 observations ont été réunies par le GENEM. Il s'agissait de 16 hommes et 28 femmes (âge moyen: 36,4 ± 13,9 ans). L'étude a porté sur les investigations morphologiques, les caractéristiques des tumeurs, les modalités et les résultats du traitement. Résultats: 15 patients avaient un insulinome associé à une autre tumeur fonctionnelle: huit gastrinomes, six glucagonomes et un vipome. Six patients avaient des lésions malignes: deux insulinomes isolés, trois associés à un syndrome de Zollinger-Ellison et un associé à un vipome. La sensibilité des explorations morphologiques pour le diagnostic de localisation tumorale était au maximum de 70 %. Quarante et un patients ont été opérés: pancréatectomie subtotale (n = 26 dont 8 avec énucléations céphaliques), énucléations (n = 8), pancréatectomie totale (n = 3), duodénopancréatectomie avec énucléations distales (n = 1), traitement non précisé (n = 3). Il n'y a eu aucune mortalité postopératoire. L'hyperinsulinisme a disparu chez 27 patients (dont deux après réintervention) avec un recul moyen de 9 ans. Sur les six patients ayant des lésions malignes, trois étaient vivants avec 3, 4 et 10 ans de recul. Conclusion: La pancréatectomie subtotale avec conservation splénique et énucléation des lésions céphaliques est proposée comme l'intervention de choix. Cette attitude permet de simplifier l'imagerie préopératoire qui doit seulement explorer la tête du pancréas. L'échoendoscopie préopératoire et l'échographie peropératoire sont alors les deux examens essentiels.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Echo-endoscopie pancréatique et localisation pré-opératoire des insulinomes.

  • La localisation pré-opératoire des insulinomes est souvent en échec en raison de la petite taille de ces tumeurs. Le but de cette étude est d'évaluer les résultats de l'écho-endoscopie pancréatique et de les comparer à ceux des examens d'imagerie conventionnelle. Patients et méthodes: De 1983 à 1997, 32 patients (19 femmes et 13 hommes) opérés avec la suspicion d'un insulinome ont eu un ou plusieurs examens de localisation pré-opératoire. Il s'agissait d'une échographie (Écho) (n = 31), d'un scanner avec injection (SCAN) (n = 31), d'une imagerie par résonance magnétique (IRM) (n = 10), d'une artériographie coelio-mésentérique (ART) (n = 6), de prélèvements portaux étagés par voie transpariéto-hépatique (PPE) (n = 3), et/ou d'une écho-endoscopie (EE) (n = 25). Plus récemment, 4 patients ont bénéficié d'une scintigraphie à l'octréotide. Lors de l'intervention, la palpation et l'échographie pancréatique réalisées dans tous les cas, sauf lors d'une exérèse par voie coelioscopique, ont mis en évidence 29 tumeurs unique et 2 tumeurs multiples (dont un cas de NEM II). Dans 6 cas, il s'agissait d'une tumeur maligne (métastases hépatiques et/ou ganglionnaires). Résultats: Les sensibilités des examens de localisation pré-opératoire étaient les suivantes: ÉCHO = 19%, SCAN = 39%, IRM = 30%, ART = 33 %, CVP = 0%, EEP = 96%. La scintigraphie à l'octréotide était positive dans trois cas où elle a été utilisée. Les interventions ont comporté: 15 énucléations ou résections cunéiformes, 14 pancréatectomies gauches dont 5 avec splénectomie, 3 duodéno-pancréatectomies dont une totale. Dans un cas, l'exérèse était réalisée par voie coelioscopique (pancréatectomie gauche). Conclusion l'écho-endoscopie est l'examen le plus performant pour préciser le siège et le caractère unique d'un insulinome. Elle permet ainsi d'éviter la réalisation d'autres examens morphologiques. Combinée à l'échographie per-opératoire, elle pourrait autoriser une exérèse par voie coelioscopique dans certains cas choisis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Valeurs de l'échoendoscopie et de la scintigraphie des récepteurs de la somatostatine dans la localisation pré-opératoire des insulinomes et gastrinomes.

  • But - La capacité de l'imagerie classique à localiser les insulinomes et les gastrinomes est faible. L'échoendoscopie et la scintigraphie des récepteurs de la somatostatine ont montré une bonne sensibilité pour la détection des tumeurs endocrines duodéno-pancréatiques. Le but de ce travail était d'évaluer la sensibilité de ces deux examens dans la localisation des insulinomes et gastrinomes. Malades et méthodes - Cette étude rétrospective portait sur 54 malades opérés d'insulinome (n = 29) ou de gastrinome (n = 26) entre mars 1991 et mars 2000 et qui ont eu au moins un des 2 examens testés. Quarante-deux malades ont eu une scintigraphie (17 avec insulinome, 25 avec gastrinome) et 47 une échoendoscopie (28 avec insulinome, 19 gastrinome). Un des 10 malades atteints de NEM 1 avait les deux types de tumeurs. Tous les diagnostics ont été confirmés à l'examen histologique. Résultats - La sensibilité de la scintigraphie pour la localisation des insulinomes était de 47 %. Il y a eu un faux positif. Celle de l'échoendoscopie était de 85 %. Pour les gastrinomes, la sensibilité de la scintigraphie était de 65 % pour les lésions situées dans le « triangle du gastrinome », 20 % pour les lésions pancréatiques gauches et 71 % pour les métastases à distance. La sensibilité de l'échoendoscopie était de 46 % pour les lésions duodénales, 75 % pour les lésions pancréatiques et 57 % pour les atteintes ganglionnaires. L'association des 2 examens faisait passer la sensibilité à 94 %. Conclusion - L'échoendoscopie et la scintigraphie des récepteurs de la somatostatine sont les examens de référence pour la détection des gastrinomes. L'association des 2 examens améliore la sensibilité. La p ace de la scintigraphie pour la localisation des insulinomes est limitée aux cas où l'échoendoscopie est négative.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La localisation préopératoire des insulinomes est-elle utile?

  • But de l'étude : Apprécier l'intérêt de la localisation préopératoire des lésions pour la prise en charge chirurgicale des insulinomes. Patients et méthode : De 1986 à 2001, 29 patients ont eu une exploration chirurgicale pour suspicion d'insulinome. Des examens d'imagerie préopératoire ont été réalisés chez 26 patients : échographie (n = 21), tomodensitométrie (n = 23), échoendoscopie (n = 13). L'exploration chirurgicale a été couplée 22 fois à une échographie peropératoire. Résultats : La sensibilité de l'échographie, de la tomodensitométrie et de l'échoendoscopie a été respectivement de 9,6, 39 et 92,3 %. L'exploration chirurgicale a permis une localisation des lésions dans 79,3 % des cas. La sensibilité de l'échographie peropératoire a été de 86,3 %. L'exploration chirurgicale couplée à l'échographie peropératoire (par laparotomie ou par laparoscopie) a permis un diagnostic lésionnel dans 100 % des cas. Les opérations réalisées ont été : 11 énucléations, dix pancréatectomies caudales, une splénopancréatectomie gauche, trois pancréatectomies segmentaires médianes et quatre pancréatectomies subtotales. La mortalité opératoire a été nulle et la morbidité de 17 %, avec quatre fistules pancréatiques. Il s'agissait de 22 insulinomes sporadiques uniques (dont un malin), de quatre NEM 1 et de trois hypoglycémies factices. Tous les patients ayant des lésions organiques ont été guéris de leur endocrinopathie. Conclusion : L'exploration chirurgicale avec échographie peropératoire a permis un diagnostic lésionnel dans 100 % des cas, ce qui rend discutable l'utilité des examens morphologiques préopératoires. Une prise en charge totalement laparoscopique des formes sporadiques pourrait modifier cette attitude.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un insulinome géant : à propos d’un cas

  • L’insulinome est une tumeur neuroendocrine rare. Son siège est presque exclusivement pancréatique. Cette tumeur est solitaire et bénigne dans 90 % des cas. Le diagnostic topographique est le plus souvent très difficile du fait de la petite taille de la tumeur. Nous rapportons une observation anecdotique d’un insulinome « géant », découverte quasi fortuitement à l’occasion de l’exploration d’une polyglobulie. Il s’agit d’un patient âgé de 80 ans, aux antécédents d’hypertension artérielle essentielle, admis pour exploration d’une polyglobulie. L’entourage du patient rapporte la survenue récente de troubles du comportement, surtout d’horaire nocturne. L’examen somatique trouve une érythrose des pommettes et une masse de l’hypochondre gauche. À l’hémogramme, le taux d’hémoglobine est à 19,5 g/dl et l’hématocrite à 57 %. Le diagnostic de maladie de Vaquez est suspecté , toutefois, la mesure du volume globulaire est normale et les différentes explorations morphologiques montrent une tumeur de 6 cm située entre le pancréas et la rate. Devant la constatation d’hypoglycémies contrastant avec un taux d’insulinémie élevé, le diagnostic d’insulinome est retenu. Le patient est donc opéré et une splénopancréatectomie caudale est pratiquée. L’examen anatomopathologique et l’étude immunohistochimique confirment le diagnostic d’insulinome. Notre observation est particulière par les circonstances de découverte de l’insulinome, son caractère paucisymptomatique contrastant avec un volume tumoral important. En effet, il s’agit à notre connaissance du plus volumineux insulinome rapporté dans la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic topographique d'insulinome du pancréas. Intérêt du test de perfusion calcique intra-artérielle.

  • OBJECTIFS La localisation des insulinomes est un problème crucial, car aucune technique d'imagerie du pancréas n'assure une sensibilité parfaite pour la localisation de ces tumeurs dont la taille est souvent inférieure à 2 cm. MÉTHODES : Le test de perfusion calcique est pratiqué au cours d'une artériographie sélective du pancréas, et consiste en l'injection de gluconate de calcium in situ dans les artères gastro-duodénale, mésentérique supérieure et splénique successivement, avec dosage simultané de l'insulinémie dans les effluents veineux sus-hépatiques après cathétérisation par voie fémorale. RÉSULTATS : Dans notre expérience, ce test, réalisé consécutivement chez 3 patients présentant des hypoglycémies organiques, a permis la localisation de la lésion, et a ainsi orienté le geste chirurgical, alors qu'aucune technique non invasive n'avait permis de visualiser la lésion chez ces 3 patients. DISCUSSION : Ce test sensible a donc une valeur pour la localisation préopératoire des insulinomes, en particulier lorsque les autres techniques de visualisation sont prises en défaut. Cependant ce test est invasif et le caractère préliminaire de notre étude ne permet pas encore de définir sa juste place dans la stratégie d'exploration des insulinomes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les insulinomes de l'adulte d'origine génétique supposée. validation de la stratégie chirurgicale de l'A.F.C.E.*/G.E.N.E.M.**: Vers une simplification de l'imagerie pré-opératoire et des dosages per-opératoires

  • Entre 1971 et 2002, 80 patients ont été opérés dans le service de chirurgie générale et endocrinienne de l'hôpital C.Huriez du CHRU de Lille pour un ou des insulinomes. L'étude porte sur 13 de ces patients qui étaient atteints de néoplasie endocrienne multiple de type 1 (NEM1) prouvée ou supposée. Cette pathologie diffère des insulinomes sporadiques car l'atteinte du pancréas est plurifocale. L'énucléation simple n'est alors plus envisageable sous peine de récidive. L'étude de la littérature propose différentes stratégies pour la localisation préopératoire des tumeurs et le choix du geste chirurgical. Cette étude est une analyse rétrospective de la stratégie chirurgicale établie par l'A.F.C.E et le G.E.N.E.M. Son but est de valider cette stratégie en y intégrant l'apport des techniques du diagnostic génotypique, en simplifiant l'imagerie pré-opératoire et en réappréciant l'apport des dosages per-opératoires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Recommandations pour la prise en charge de l’insulinome malin

  • Les insulinomes sont malins dans 4 à 14 % des cas. Leur rareté et la relative pauvreté des données de la littérature ont limité la publication de recommandations spécifiques. Cette revue propose une mise à jour de leur prise en charge en 2014 incluant l’intégration des facteurs histo-pronostiques dans leur caractérisation initiale, le traitement symptomatique des hypoglycémies, les stratégies anti-tumorales et le suivi à long terme. Seront notamment détaillées les indications respectives de la chirurgie, du diazoxide, des analogues de la somatostatine, de l’évérolimus, du sunitinib, des traitements du foie tumoral dont la chimio-embolisation artérielle, de la chimiothérapie et de la radiothérapie métabolique. Les mots-clés « insulinoma », « neuroendocrine pancreatic tumors », « islet cell carcinoma », « malignant insulinoma » ont été utilisés pour la recherche bibliographique sur Medline en limitant la sélection des références aux articles en langue anglaise et aux cas chez l’adulte.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Apport du pancréas artificiel dans le diagnostic et le traitement chirurgical des insulinomes.

  • Le diagnostic des insulinomes est souvent difficile et leur localisation per-opératoire incertaine. De ce fait, nous avons eu recours au pancréas artificiel (PA) chez nos 8 derniers opérés dont 2 porteurs d'insulinomes multiples. Dans les cas douteux, le clamp diagnostique euglycémique hyperinsulinique sous PA apporte, sans risque, la preuve d'une sécrétion insulinique inappropriée autonome, dont témoignent les taux élevés de C peptide, non freinable par l'hyperinsulinisme exogène. En per-opératoire, le PA assure un rétrocontrôle glucosé et le maintien de la glycémie au dessus d'un seuil programmé au début de l'opération. Il permet ainsi d'intervenir en toute sécurité, en prévenant une hypoglycémie brutale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypoglycémie et insulinome.

  • Insulinomas are rare causes of hypoglycemia. After having ruled out non insulinomatous causes of hypoglycemia in a patient in whom Whipple's triad is documented, hyperinsulinism must be demonstrated biochemically, either during a spontaneous hypoglycemic episode or, more often, during a supervised fast which may be prolonged up to 72 h. A mixed-meal test may also help to diagnose the very rare cases of postprandial hypoglycemia related to non insulinoma pancreatogenic hypoglycemic syndrome (NIPHS) or to some rare insulinomas. Only when diagnosis of hypoglycemic hyperinsulinism is made, the tumor localization process may be initiated. This may be difficult due to the small size of insulinomas (generally

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude de la production endogène et de l'utilisation périphérique du glucose chez le patient atteint d'insulinome.

  • La production endogène de glucose )PEG) à l'état post-absorptif et la sensibilité à l'insuline ont été étudiées chez 5 patients porteurs d'insulinome bénin, avant et 3 à 6 mois après traitement chirurgical. La PEG a été mesurée à l'état basal à l'aide du glucose di-deutéré et la sensibilité à l'insuline a été mesurée en euglycémie par la technique du clamp hyperinsulinique Au réveil et à jeun la glycémie est basse à 0,51 ± 0,01 g/l et la PEG est de 1,86 ± 0,10 mg.kg

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Crise comitiale et sclérose tubéreuse de Bourneville : penser à l’insulinome

  • La sclérose tubéreuse de Bourneville est une phacomatose qui se caractérise par des atteintes cutanées, neurologiques et ophtalmologiques. La survenue de crises comitiales doit, en premier lieu, faire rechercher des lésions cérébrales, mais d’autres causes sont aussi à évoquer. Nous rapportons un cas de sclérose tubéreuse de Bourneville chez un homme de 41 ans, présentant des hypoglycémies à l’origine de crises comitiales, en rapport avec un insulinome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le récepteur du peptide apparenté au gène de la calcitonine (CGRP) est présent sur les membranes des insulinomes.

  • Démonstration de la présence de sites de liaison spécifique pour le peptide CGRP sur les membranes des cellules β sécrétrices d'insuline préparées à partir d'insulinomes pancréatiques de hamster.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Découverte d'un insulinome au cours du premier trimestre de la grossesse.

  • L'insulinome est rare et sa découverte pendant la grossesse exceptionnelle. A ce jour, seulement 10 observations ont été colligées dans la littérature. Dans la plupart des cas, les hypoglycémies surviennent au 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov