Infections a pseudomonas [ Publications ]

infections a pseudomonas [ Publications ]

Publications > infections a pseudomonas

  • Le traitement des infections à Pseudomonas aeruginosa (P. aeruginosa) au cours de la mucoviscidose par l'amikacine (AMK) en dose unique journalière (DUJ) n'a pas été validé. Le but de notre étude a été d'étudier l'efficacité de ce traitement chez 18 patients mucoviscidosiques porteurs chroniques de P. aeruginosa traités pendant deux semaines par l'association ceftazidime (CAZ 200 mg/j en 3 inj. IVD) et AMK (35 mg/kg/j en 1 perf. IV de 30 minutes). La surveillance bactériologique de ce traitement a été vérifiée par 1: la mesure des CMI avant et après traitement, 2: la diminution de la colonisation par P. aeruginosa juste après ce traitement et au cours du temps (surveillance bactériologique sur 11 mois), 3: l'identification des souches de P. aeruginosa par méthodes phénotypiques (sérotype et antibiotype) et par méthode génotypique (électrophorèse en champ pulsé). L'utilisation de l'AMK en DUJ pour le traitement des exarcerbations bronchiques colonisées par P. aeruginosa sensible à cet antibiotique montre des résultats encourageants sur le plan bactériologique: le traitement a permis de diminuer la colonisation pendant un mois pour 15 des 18 patients. Pour 9 d'entre eux nous n'avons pas isolé de souches de P. aeruginosa pendant 9 mois. L'étude du sérotype et de l'antibiotype ne permet pas d'étudier l'épidémiologie de P. aeruginosa. L'étude des pulsotypes confirme que les patients mucovicidosiques sont colonisés par un ou plusieurs clones. Dans notre étude, aucune variation de ces clones n'a été observée pendant les 11 premiers mois. L'électrophorèse en champ pulsé nous apparaît comme une des seules méthodes discriminantes pour étudier la surveillance épidémiologique des P. aeruginosa et mettre en évidence la résurgence des souches après traitement antibiotique chez ce type de patients.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'antibiogramme quantitatif est-il un marqueur épidémiologique fiable des infections à Pseudomonas aeruginosa? Comparaison à l'électrophorèse en champ pulsé.

  • La surveillance épidémiologique des infections à P. aeruginosa est un souci quotidien du microbiologiste. Le but de l'étude est d'évaluer la pertinence de l'antibiogramme quantitatif qui compare les souches par calcul des distances euclidiennes à partir des diamètres d'inhibition en gélose, en se référant aux résultats de l'électrophorèse en champ pulsé. 53 isolats de P. aeruginosa obtenus à partir des sécrétions bronchiques de 26 patients de réanimation font l'objet d'un antibiogramme par diffusion en gélose sur 1 1 molécules de routine. Les distances euclidiennes sont calculées et traduites en dendrogramme par le logiciel Taxotron® (P.A.D. Grimont, Institut Pasteur, Paris), les résultats sont comparés aux pulsotypes des 53 isolats après restriction par Spe I (Genepath®, BIO-RAD). La comparaison des 2 méthodes montre un bon pouvoir discriminant de l'antibiogramme quantitatif pour les souches résistantes aux β-lactamines: 27 isolats de 11 malades regroupés en 5 types là où l'électrophorèse en champ pulsé fait la même distinction en 5 pulsotypes. Elle montre des insuffisances pour les souches sensibles aux bêta-lactamines: 26 isolats de 15 malades regroupés en 8 types là où l'électrophorèse en champ pulsé distingue 19 pulsotypes, mais le sérotypage combiné à l'antibiogramme quantitatif permet de récupérer un fort pouvoir discriminant sur les souches de phénotype sensible aux β-lactamines.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude moléculaire d'une pseudo-épidémie d'infections à Pseudomonas aeruginosa résistant à la ticarcilline dans un service d'hématologie clinique.

  • Les méthodes moléculaires de typage des souches bactériennes deviennent de plus en plus aisément praticables et ne sont plus réservées aux Centres Hospitalo-Universitaires ou aux très grosses structures. S'il apparaît raisonnable de s'adresser, chaque fois que possible, aux marqueurs conventionnels, sérotypage en particulier, P. aeruginosa est soumis, plus que toute autre bactérie aux aléas des méthodes classiques. La combinaison de diverses méthodes comme l'antibiogramme quantitatif et la sérotypie s'est parfois révélée suffisante pour la discrimination des souches de P. aeruginosa. Dans le cas de notre épidémie, antibiotype et sérotype se sont révélés insuffisants pour une étude épidémiologique de qualité. Seule la méthode d'électrophorèse en champ pulsé nous a permis d'éliminer l'hypothèse d'une diffusion épidémique d'une souche de P. aeruginosa en hématologie clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Sérodiagnostic des infections à Pseudomonas aeruginosa dans la mucoviscidose: étude comparative du Western Blot, de l'ELISA exotoxine A et de l'ELISA phospholipase C.

  • Les anticorps anti-pyocyaniques ont été recherchés par Western Blot, ELISA-exotoxine A et ELISA-phospholipase C pour 91 sérums de 31 patients atteints de mucoviscidose. De plus pour les deux techniques ELISA, 44 sérums de 44 sujets témoins ont été étudiés. L'étude de ces trois paramètres a révélé que: -en l'absence d'infection à bacille pyocyanique, tous les résultats étaient négatifs, -au début de l'infection, les anticorps anti-exotoxine A apparaissaient en premier, suivis dans certain cas par les réactions en Western Blot, les anticorps anti-phospholipase C se positivaient en dernier et allaient de pair avec l'installation du caractère chronique de l'infection, dès que la chronicité était indiscutable, les trois méthodes révélaient des quantités importantes d'anticorps sériques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La recherche translationnelle: l'exemple des infections a Pseudomonas aeruginosa.

  • Pseudomonas aeruginosa est à la fois une bactérie de l'environnement et un pathogène opportuniste responsable d'infections nosocomiales sévères. Le traitement d'infections à P. aeruginosa est rendu difficile par l'impressionnante capacité de ce pathogène à devenir résistant à toutes les classes d'antibiotiques. A travers deux exemples de recherche en microbiologie fondamentale sur la résistance et la virulence de P. aeruginosa, nous illustrons dans cet article l'importance de la recherche translationnelle pour l'élaboration de nouvelles voies thérapeutiques à l'encontre des infections avec ce type de pathogène multi, voire pan-résistant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov